Science et démocratie

Le Collège de France organisait mi-octobre un grand colloque sur le thème “Science et démocratie”. Ce thème (en particulier ce qu’il implique pour les sciences humaines), a toujours été au centre  des réflexions que nous avons menées avec Tracés depuis plusieurs années, et notamment avec le cycle de conférence A quoi servent les sciences humaines qui a donné lieu à la publication de 4 hors-séries entre 2009 et 2012 ( I, II, III, et IV).

D’où notre plaisir à écouter les conférences de ce colloque et à voir comment ce dernier a su montrer comment des questions similaires peuvent se poser en sciences humaines, en chimie, en biologie, en physique etc.

Sur la place des sciences humaines et leurs enjeux démocratiques, vous pouvez écouter librement les courts entretiens (4min) avec  Dominique Pestre  (Y a t-il vraiment conflit entre sciences et société ? ),  avec Pierre Rosanvallon (Le problème du long terme dans nos démocraties, ou Jean Jouzel  (Le GIEC, un exemple de dialogue entre mondes politique et scientifique ).

ou la totalité des interventions (avec notamment, également, celles de l’économiste Roger Guesnerie et du politiste Yves Sintomer).

On signalera en particulier celle de Helga Nowotny (Présidente de l’ERC, Conseil européen de la recherche, ETH de Zurich) sur la notion de “socially robust knowledge” qui pose clairement la question des possibilités d’utilisation des sciences humaines et sociales dans la sphère publique:

Who is Afraid of Research and Innovation? Freedom of Research and Socially Robust Knowledge

 

Voir notamment sur ce thème, dans Tracés :

Didier Fassin, « Une science sociale critique peut-elle être utile ? », Tracés. Revue de Sciences humaines  , HS, #09 | p. 199-211  http://traces.revues.org/4465

Arnaud Fossier et Édouard Gardella « Avant-propos. Démocratiser les sciences humaines », Tracés. Revue de Sciences humaines 3/2010 (n° HS-10), p. 5-18.
www.cairn.info/revue-traces-2010-3-page-5.htm.

Cyril Lemieux, « Penser autrement la place des sciences sociales dans les médias », Tracés. Revue de Sciences humaines , HS #12 | 2012,  http://traces.revues.org/5527

 

Le jazz, le plaisir, l’improvisation.

Olivier Roueff, auteur du texte L’improvisation comme forme d’expérience. Généalogie d’une catégorie d’appréciation du jazz, dans le numéro de Tracés Improviser. De l’art à l’action. publie un ouvrage de référence sur l’histoire et la sociologie du jazz: Jazz, les échelles du plaisir. Intermédiaires et culture lettrée en France au vingtième siècle, Paris, Editions La Dispute, 2013. Le livre est accompagné d’un « site-compagnon », fascinant et essentiel, associé à la publication d’Olivier Roueff qui rassemble des documents visuels, textuels et sonores ainsi que des compléments d’analyse pour prolonger et illustrer la lecture de l’ouvrage.

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur:

Jazz, les échelles du plaisir, histoire sociale inédite, accessible et vivante du jazz en France, éclaire l’histoire culturelle du XXe siècle sous un jour nouveau. Il montre comment musiciens, auditeurs et intermédiaires culturels se rassemblent, et parfois se confrontent, pour faire vivre les plaisirs du jazz. Olivier Roueff, sociologue et spécialiste du jazz, raconte les hauts faits des musiciens (de Django Reinhardt à Martial Solal) et les grandes batailles critiques (Hugues Panassié contre Boris Vian, le free jazz…) qui peuplent la mémoire des passionnés. L’auteur analyse la formation des industries culturelles et la «racialisation» de l’érotisme musical, l’invention de la «musique des jeunes» et les rendez-vous féconds ou manques entre cultures populaires et savantes, les rapports complexes entre développement des politiques culturelles, marchandisation des musiques et défense de l’«authenticité». L’ouvrage s’appuie sur des données abondantes et variées, des archives du music-hall à l’ethnographie des jazz-clubs. Il est accompagné d’un site internet qui propose aux lecteurs des compléments d’analyse, ainsi que de nombreux documents textuels, sonores et visuels. Référence incontournable pour tous les passionnés de jazz, ce livre s’adresse également aux chercheurs, enseignants et étudiants en sciences humaines et sociales, et au grand public au-delà des seuls amateurs de jazz.

 

Résumé de son article dans Tracés:

L’article envisage l’improvisation comme une catégorie d’appréciation esthétique plutôt que d’action musicale. Sous cet angle, les formes d’expérience et l’écoute qu’elle engage régulent les activités tout autant auditrices que musiciennes, et leur inscription dans le jeu de langage « improvisation » équivaut à un geste d’attribution d’autorité : c’est l’artiste interprète qui est institué comme auteur des performances, et son intériorité qui est censée « s’exprimer » à travers elles. L’improvisation ne peut alors plus être pensée que comme une énigme à élucider, l’alchimie mystérieuse d’une « composition sur le vif ». La généalogie des usages du terme « improvisation » dans le cas du jazz en France permet ainsi de restituer les différents dispositifs d’activité, et avec, de sujets, qui ont été inventés et mis en pratique au cours du vingtième siècle, du soliste virtuose à l’expérimentateur singulier, en passant par l’artiste racialisé ou l’artiste maudit.

Ecouter O.Roueff sur France Culture:

http://www.franceculture.fr/oeuvre-jazz-les-echelles-du-plaisir-de-olivier-roueff

 

 

“Que peut la philosophie ?” “À quoi reconnaît-on l’émancipation ? “

La Vie des Idées publie un recension du livre de Sébastien Charbonnier, Que peut la philosophie ?  par Emmanuel Brassat. Sébastien Charbonnier est l’auteur d’un article à paraître dans le prochain numéro de Tracés Éducation: émancipation ?, intitulé “À quoi reconnaît-on l’émancipation ? La familiarité contre le paternalisme”.

Que peut la philosophie ? propose une critique sévère, instruite et enthousiaste de la pratique de la philosophie au lycée : il en appelle à une réforme de son enseignement qui la rendrait moins élitiste.

Voir aussi deux entretiens avec S.Charbonnier sur France Culture.

et la critique de L’intégration des jeunes. Un modèle français (XVIIIe-XXIe siècle) d’Ivan Jablonka sur le blog de Tracés.

 

 

Entretien avec Jared Diamond: sociétés traditionnelles et évolutionnisme

France Culture a réalisé récemment un entretien avec Jared Diamond, à l’occasion de la publication en français de son dernier ouvrage, Le monde jusqu’à hier : Ce que nous apprennent les sociétés traditionnelles.

Cet entretien – dialogue  critique avec Caroline Broué, Antoine Mercier et Eric Fassin –  constitue une très bonne introduction aux thèses et aux thèmes de recherche de Diamond,  encore relativement peu discutés en France. Ce dernier y est interrogé sur les enjeux méthodologiques et politiques de son œuvre, notamment sur  la question de l’évolutionnisme.

Tracés avait publié un entretien avec Jared Diamond dans son numéro Contagion,

accessible sur le portail Cairn.

Nous publions ci-dessous le début de l’introduction de cet entretien rédigée par Adrien Minard et Aurélien Robert.

 

Jared Diamond occupe aujourd’hui la chaire de géographie de l’Université de Californie à Los Angeles. Il accéde à la notoriété avec son premier best-seller, Guns, Germs and Steel (1997), prix Pulitzer en 1998, dans lequel il décrit, avec un langage simple et des arguments aisément intelligibles, les mécanismes naturels par lesquels l’Europe a dominé militairement, économiquement et politiquement le reste du monde pendant des millénaires. Mais c’est à partir de Collapse (2005) dans lequel il montre que des sociétés initialement bien loties ont malgré tout décliné à cause de leurs décisions concernant l’environnement, que l’on commence à le citer constamment dans les discours les plus alarmistes sur l’avenir de la planète, au point que les présidents Bill Clinton et Nicolas Sarkozy s’y sont référés à plusieurs reprises lors de discours publics (Duvoux, 2007 ; Tanuro, 2007). Comment un biologiste, longtemps spécialiste des oiseaux de Nouvelle-Guinée, a-t-il pu devenir en quelques années une référence incontournable dans les domaines de l’histoire globale et de l’écologie politique ? Ce parcours, de la biologie évolutionniste à l’histoire environnementaliste de l’humanité, Jared Diamond le met lui-même en récit dans De l’inégalité parmi les sociétés (2000b). Il y raconte que le point de départ de son interrogation à propos de la domination de l’Europe sur le reste du monde vient d’une question posée par un habitant de Nouvelle-Guinée, rencontré alors qu’il ne s’occupait encore que des oiseaux et de leur évolution. C’est certainement l’un des éléments qui expliquent le succès de ses ouvrages : une mise en intrigue qui passe de la première personne à un point de vue global sur l’histoire des 11 000 dernières années ; un dispositif narratif dans lequel le prétexte vient de la minorité oppressée et non de l’arrogant Américain qui prétend expliquer à l’indigène les raisons de sa condition ; un discours et des thèses simples ayant tous les attributs de la pensée scientifique la plus exigeante.

Jared Diamond possède en effet une capacité indéniable à synthétiser les résultats de recherches émanant de multiples champs disciplinaires : biologie, géographie, démographie, archéologie et histoire, pour ne mentionner que les spécialités qu’il sollicite le plus. Puisant dans ces domaines épars, Jared Diamond résume l’histoire du monde, de onze siècles avant J.-C. jusqu’à nos jours, en montrant rétrospectivement les raisons de l’hégémonie de certains peuples sur d’autres sans faire intervenir les facteurs raciaux, sociaux, politiques ou culturels. C’est là, selon lui, la force du modèle qu’il propose, puisqu’il permettrait de réduire en fin de compte l’histoire humaine à un facteur de départ unique : l’environnement. Certes, comme il tente de le montrer dans Effondrement (2006), dans cette histoire du monde, la responsabilité de l’homme est engagée, puisqu’il lui incombe de préserver l’environnement lorsque celui-ci est favorable au développement de sa civilisation. Mais, globalement, l’homme subit les conditions environnementales qui lui sont offertes et si l’on suit l’argumentation de Jared Diamond, de ce point de vue, la suprématie de l’Europe était en quelque sorte inévitable. Il suffirait donc à l’historien de suivre l’évolution des peuples comme on suit celle des oiseaux, à partir des traces laissées par les différentes étapes de leurs mutations successives pour comprendre les différences observables aujourd’hui. Il s’agit sans doute de l’un des paradoxes des travaux de Jared Diamond : d’une part, sa méthode nous enjoint à laisser de côté tous les aspects liés à la culture et aux décisions de l’homme ; d’autre part, il nous invite à prendre conscience de l’évolution catastrophique de la planète afin que nous parvenions à adopter certaines décisions pour préserver l’environnement.

Abstraction faite de son engagement pour l’écologie, l’ambition scientifique de Jared Diamond est explicite : il s’agit de faire de l’histoire humaine une science au même titre que l’astronomie, la paléontologie ou, ce qui paraît plus étonnant de prime abord, l’épidémiologie. Jared Diamond écrit en effet :

L’épidémiologie, notamment, cette science qui consiste à tirer des conclusions sur les maladies humaines en comparant des groupes humains (souvent au moyen d’études historiques rétrospectives), emploie de longue date avec succès des procédés semblables à ceux que rencontrent les historiens des sociétés humaines. (Diamond, 2000b, p. 640)

Ce parallélisme entre histoire et sciences dures devient moins surprenant quand on sait le rôle que jouent les maladies contagieuses et leur étude dans le dispositif théorique mis en place par Jared Diamond pour fonder scientifiquement son approche de l’histoire mondiale. En effet, parmi les facteurs qui expliquent la supériorité européenne se trouvent les maladies contagieuses (notamment d’origine animale), ainsi que l’immunité développée à leur encontre. De ce point de vue, on observerait dans l’histoire une asymétrie entre les différentes sociétés qui expliquerait au moins partiellement le jeu de domination des unes sur les autres. Il ne s’agit pas d’une cause unique, mais d’un faisceau de causalités intrinsèquement liées entre elles : un environnement favorable à certains peuples, qui entraîne une possibilité d’élevage massif de bétail, qui favorise à son tour une organisation sociale dans laquelle les activités ne se réduisent plus à celles des cultivateurs et des éleveurs, ce qui implique in fine le développement technologique et politique. Dans ce genre de société, les épidémies deviennent, malgré l’ensemble des causalités à l’œuvre, le principal régulateur de la population et le facteur central qui explique a posteriori une partie de la sélection naturelle et de l’évolution de cette population. Pour Jared Diamond, immunité et génétique vont donc de pair :

Les Européens vivent depuis des milliers d’années dans des sociétés densément peuplées avec un gouvernement central, une police et une justice. Dans ces sociétés, les maladies infectieuses épidémiques (comme la petite vérole) ont été historiquement la principale cause de décès, tandis que les meurtres étaient relativement rares et l’état de guerre l’exception plutôt que la règle. La plupart des Européens qui échappaient aux maladies mortelles échappaient aussi aux autres causes potentielles de mort et parvenaient à transmettre leurs gènes. (Ibid., p. 23)

Les maladies contagieuses jouent donc un rôle de premier plan dans l’évolution et l’expansion d’une société. Car les Européens auraient décimé la plupart des populations qu’ils ont colonisées par les maladies qu’ils transportaient et l’immunité qu’ils avaient développée face à celles-ci. On comprend mieux dès lors pourquoi l’histoire naturelle des sociétés humaines que propose Jared Diamond peut être pensée à l’intérieur d’un modèle scientifique inspiré par l’épidémiologie : une partie de l’histoire humaine n’est rien d’autre que celle d’une coévolution entre les hommes et les microbes.

Jared Diamond

Afin d’étudier les causes de la distribution actuelle du pouvoir et de la santé, Jared Diamond utilise la méthode dite des « expériences naturelles en histoire » (natural experiments of history). Puisqu’il faut trouver, selon lui, une méthode scientifique sans qu’il soit par ailleurs possible de faire des expériences de laboratoire sur les événements du passé, il propose de comparer des systèmes par la présence ou l’absence d’un principe causal. Dans un livre récent codirigé avec James A. Robinson, Jared Diamond (2010) a tenté de montrer les applications multiples de ces expériences naturelles dans de nombreux domaines : à chaque fois que l’on ne peut pas expérimenter directement un facteur causal sur une population donnée, on tâchera de déterminer les causes de leur différence par une comparaison des effets sur des populations qui ne diffèrent entre elles que par une variable dans le modèle. Comme pour l’étude des maladies elles-mêmes, les différences historiques parmi les sociétés humaines doivent être interrogées à partir des effets constatés afin de remonter, à rebours, aux variables qui expliquent ces différences. Dans le système que défend Jared Diamond, l’idée de contagion est donc présente à la fois dans l’observation des phénomènes historiques et dans le modèle théorique qui sert à les analyser. Ces expériences naturelles permettent à Diamond de mettre en parallèle l’histoire de la supériorité immunitaire de certains peuples et celle de leur supériorité économique, sociale et politique. Cette méthode n’est certes pas propre à Jared Diamond ; elle a notamment fait l’objet de multiples applications de la part des économistes, qui s’en servent surtout pour tester certaines de leurs hypothèses théoriques (Angrist et Krueger, 2001 ; DiNardo, 2008), mais force est de constater qu’elle n’a pas encore pénétré les autres sciences sociales et qu’elle n’est pas utilisée par les historiens.

Par ailleurs, si les principaux best-sellers de Jared Diamond ont été bien reçus en France, ses articles sur les maladies contagieuses, notamment sur les origines animales de certaines d’entre elles ou sur l’état de la recherche sur le sida (Diamond, 1992 ; Wolfe et al., 2007), sont restés dans l’ombre. Pourtant, dans certains travaux récents, Jared Diamond va même jusqu’à anticiper l’évolution à venir des maladies contagieuses (Diamond et Wolfe, 2008), notamment en raison de notre proximité plus grande avec certains animaux d’élevage et de compagnie. Dans ces années de pandémies grippales, la perspective méthodologique représentée par Jared Diamond n’a pas suscité beaucoup d’intérêt chez les chercheurs français. Dans cet entretien, nous revenons donc avec Jared Diamond sur le rôle précis qu’il fait jouer à la contagion dans son modèle théorique ainsi que sur sa méthode d’inspiration épidémiologique.

De manière générale, on peut dire qu’en France, le succès populaire de ses livres et les usages politiques auxquels ils ont donné lieu semblent avoir empêché une réception critique comparable à celle que leur parution a suscitée dans le monde académique anglo-saxon, où ses méthodes ont été âprement discutées. Alors que les rayons global history ne cessent de croître aux États-Unis, le genre n’est pas toujours considéré sérieusement en France, ce qui explique en partie la faible place qu’occupent les ouvrages de Diamond dans les débats historiographiques français. Aux États-Unis, les débats les plus importants ont concerné le déterminisme implicite de sa thèse et surtout son point de vue eurocentriste.

à suivre…

http://www.cairn.info/revue-traces-2011-2-p-217.htm

http://www.cairn.info/revue-traces-2011-2.htm

http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-2eme-partie-jared-diamond-2013-10-25

Voir aussi le numéro de Tracés sur l’écologie:

http://www.cairn.info/revue-traces-2012-1.htm

 

Pensar con el derecho. Llamado a contribuciones. Tracés. Revista de ciencias humanas y sociales / Revue de sciences humaines. N°27

La revista francesa Tracés consagra su número 27 al derecho. El anhelo es hacer dialogar contribuciones empíricas y epistemológicas para interrogar el lugar y el interés del concepto de derecho en las diferentes disciplinas que integran las humanidades. En calidad de objeto de estudio, por un lado, y de disciplina, por otro, ¿qué le “hace” el derecho a las ciencias humanas y sociales? ¿En qué medida el concepto de derecho es heurístico, ver estructurante, en ciencias humanas y sociales? Más allá de las divergencias disciplinarias, ¿es posible vislumbrar tendencias comunes generales en el tratamiento que los estudios humanísticos le reservan al derecho? ¿De qué herramientas, de qué modelos de análisis y de comprensión específicos a las humanidades se vale el derecho?

Presentación

Dos cuestiones principales motivaron este número: por un lado, las dificultades que presenta el derecho, cuyas fuentes y formas son múltiples, cuando se busca trazar límites conceptuales netos; por otro lado, la defensa, o, inversamente, la denuncia, del imperio del derecho sobre todos los ámbitos de actividad.

Uno de los ejes de la línea editorial de Tracés consiste en interrogar lo que un objeto de estudio, a veces consolidado, le hace a las disciplinas que componen el campo de las ciencias humanas y sociales. Desde esta óptica, el número quiere consagrarse a las nuevas perspectivas movilizadas por investigadores e investigadoras acerca y alrededor del derecho, de unos diez años a esta parte.

¿Qué produce el derecho como objeto de estudio y como disciplina respecto de las humanidades? ¿En qué medida el concepto de derecho es heurístico, ver estructurante, en ciencias humanas y sociales? ¿Más allá de las divergencias disciplinarias, es posible vislumbrar tendencias comunes generales en el tratamiento que los estudios humanísticos le reservan al derecho? ¿De qué herramientas, de qué modelos de análisis y de comprensión específicos a las humanidades se vale el derecho?

Invitamos a los autores, sean cuales fueren los territorios, temporalidades y fuentes de su investigación, a responder de manera reflexiva a estas preguntas, situando y subrayando su propia posición intelectual y disciplinaria.

Los efectos del « giro jurídico », y lo que pone en juego

Desde que los estudios sobre el derecho empezaron a desarrollarse por fuera de los círculos de juristas y de técnicos del derecho, éste ya no es considerado ni una ciencia misteriosa (una concepción que los juristas de la antigua Roma transmitieron durablemente a Occidente, hasta conocerse como Isolierungen el siglo XX), ni un terrible instrumento de dominación de los eruditos sobre los ignaros. En el actual contexto de mundialización, caracterizado por la hibridación de las culturas jurídicas nacionales, los implantes y trasplantas de instrumentos legales, la creación de normas y de cortes internacionales, parece operarse una suerte de “giro jurídico” en el seno de las humanidades. Dan cuenta de este giro las muchas aleaciones disciplinarias que surgieron en los últimos cincuenta años, tales como ”Derecho y sociedad”, “Derecho y economía”, “Derecho y literatura”, etc., a veces allegadas a publicaciones o a centros de investigación.

Sin embargo, las ciencias nacidas de la matriz positivista del siglo XIX, no siempre han mirado al derecho con atención constante o especifica. Los padres de la sociología moderna subrayaron por cierto los lazos entre ciencia del derecho y génesis de los Estados burocráticos, así como la función reguladora del derecho, pero los historiadores, por ejemplo, han mostrado un perdurable recelo respecto al derecho, a causa de su tecnicidad supuesta o de su pretendida abstracción. El conflicto hasta se endureció, estos últimos treinta años, entre la perspectiva “externalista” del derecho y su correspondiente formalista o “internalista”. Si la primera se interesa por los actores que producen el derecho, lo aplican y lo movilizan, la segunda estudia la normatividad jurídica a través de sus caracteres formales y sus lógicas de construcción propias, sin que éstos obedezcan a los recorridos o a las intenciones de aquellos que hacen y se sirven del derecho.

Aún hoy, el estudio de los usos del derecho y la definición de la normatividad jurídica suelen llevarse mal. El primero tiende a considerar que el derecho sólo existe cuando regula y constriñe, instaurando relaciones de conformidad o desviación entre prácticas y comportamientos sociales por un lado, y derecho, por otro. La segunda estudia el derecho independientemente de las estrategias e intereses que estructuran el “campo jurídico”, recibiendo a menudo críticas por desconectar la producción de las normas jurídicas de su substrato social.

Este llamado a contribuciones no pretende, claro está, resolver dichas oposiciones (que, por otro lado, no son únicamente metodológicas). El título elegido para el número busca federar y evitar el desguace disciplinario así como la focalización sobre un método único de análisis (por más fértil que fuera). Por el contrario, se propone desenvolver un panorama internacional y pluridisciplinario de controversias o de alianzas que animan el campo de estudios del derecho. Se acogerán trabajos que aborden el lugar del derecho en las humanidades antes del “giro jurídico” pero también, y fundamentalmente, trabajos que nos permitan dar cuenta, de modo pluralista, de las diferentes perspectivas que hoy intentan definir el derecho, sus historias, sus formas especificas, su funcionamiento y usos.

¿Pensar con el derecho o pensar el derecho?

Durante mucho tiempo, el postulado positivista del formalismo y de la autonomía del derecho – sostenido abundantemente por los juristas en su intento por preservar el núcleo de la disciplina – ha disuadido a las ciencias sociales de abordar el pensamiento jurídico en sí-mismo. Habitualmente, las humanidades optaron por el análisis de los usos y los actores (historia intelectual de los juristas, etnografía judicial, sociología de las organizaciones, formas de acuerdo y conciliación extra-judiciales, etc.), descuidando el estudio de las operaciones propias al derecho, y sus corolarios: autoridad, sanción y jerarquía. Para los investigadores en ciencias humanas y sociales, este número podría ser la ocasión de revisitar su relación con el positivismo jurídico: rechazo voluntario, indiferencia sapiente, ignorancia, o, a la inversa, adhesión.

Según algunos autores, la ciencia del derecho y el positivismo jurídico pierden terreno frente a la gestión (management), a las formas “blandas” de reglamentación y de regulación reagrupadas bajo la denominación de soft law, frente a la ingeniería social, a la burocracia o a las normas éticas. Otros, al contrario, denuncian la judicialización rampante de las prácticas sociales y ven en los fenómenos aquí mencionados una contaminación generalizada de las sociedades por el derecho.

Sin embargo, en ambos casos, cuyos presupuestos políticos difieren de modo evidente, lo que está en juego es justamente la dilución del concepto de derecho. Parece evidente que, cuando se le sustrae al derecho las múltiples formas de gobernanza asociadas, o cuando se critica su expansión hasta confundir derecho y normatividad, se priva al concepto de su utilidad…Por ende, uno de los objetivos del número es contribuir a redefinir qué es específicamente el derecho, para tal vez evaluar si su valor heurístico y su espesor político todavía permiten “hacer” algo.

Cómo presentar los textos

El llamado a contribuciones, que vale como encuadre, permite hacer una selección de contribuciones según su pertinencia con el tema y con las apuestas del número. También busca sugerir pistas generales de reflexión y recuerda que la revista Tracés recibe, y espera recibir, propósitos analíticos y argumentados.

Artículos

Los artículos constituyen contribuciones originales al campo de la investigación, y por lo tanto deben respetar las normas habituales de la producción científica. Todos deben posicionarse respecto del llamado a contribuciones.

Diferentes tipos de perspectivas son posibles, lo que permite diversificar el tratamiento de la temática: recibimos artículos cuya vocación es esencialmente teórica, así como contribuciones fundadas en investigaciones empíricas en las que las cuestiones metodológicas serán precisadas y discutidas.

Puesto queTracés es una revista interdisciplinaria, los artículos deben poder ser abordados desde esta perspectiva, es decir que deben ser comprensibles y pertinentes para lectores no-especialistas; pueden también invocar métodos y referencias de varias disciplinas, o interrogar les presupuestos o las herramientas empíricas y teóricas de una disciplina desde al ángulo de otra disciplina.

Los artículos sometidos no pueden exceder los 45 000 signos(espacios, notas y bibliografía incluidos).

Notas

También publicamos notas críticas. Estas deben presentar un conjunto de trabajos (eventualmente una obra en particular), una controversia científica o un estado de la cuestión respecto de una problemática actual. Las notas deben referirse explícitamente a la temática del número con el fin de arrojar luz sobre las orientaciones que toman las investigación o los debates inherentes a la temática, especialmente en dirección de lectores no-especialistas.

Las notas sometidas no pueden exceder los 30 000 signos (espacios, notas y bibliografía incluidos).

Entrevistas

Cada número también publica entrevistas con investigadores u otros expertos de los temas estudiados. Los contribuidores que desean realizar una entrevista son invitados a contactar directamente el comité de redacción: redactraces(a)ens-lyon.fr

Traducciones

Las traducciones permiten poner a disposición del público textos desconocidos o mal conocidos en Francia que representan aportes importantes a los asuntos tratados en el número. Para su publicación, los textos sometidos deben ser traducciones originales. La elección del texto a traducir deberá hacerse de común acuerdo con el comité de redacción. Asimismo, las cuestiones relativas al derecho de autor deberán ser resueltas previamente a la publicación.

Los contribuidores deben precisar para qué rubrica (artículos, notas, etc.) se propone el texto sometido.

Pautas y proceso editorial

Los redactores deberán enviar su contribución a la siguiente dirección:

redactraces@ens-lyon.fr

antes del 15 de febrero de 2014

Para este número, la revista Tracés recibirá preferentemente artículos en francés. También serán aceptados textos en inglés o en español.

Previamente, los redactores deben informar al comité de redacción de Tracés(redactraces (a) ens-lyon.fr) respecto de su proyecto, indicando el título de la contribución, la rúbrica para la cual se propone así como un breve resumen.

Cada artículo es leído por un miembro del comité de redacción y por dos evaluadores externos. Todos redactan un reporte de lectura. Sobre la base de dichos reportes, los coordinadores del número emiten un dictamen sobre la publicación (si/no), y deciden qué modificaciones deben pedirse para que el artículo pueda publicarse. Se respeta estrictamente el anonimato de los lectores/evaluadores, así como el de los autores.

En caso de recibir propuestas demasiado alejadas del llamado a contribuciones o de las exigencias científicas de la revista, los coordinadores se reservan el derecho, de común acuerdo con el comité de redacción, de dar un dictamen negativo respecto a la publicación sin apelar a una evaluación exterior. Por fuera de estas excepciones, una respuesta motivada y argumentada será transmitida a los autores luego de la deliberación del comité editorial.

Se ruega respetar las recomendaciones de presentación indicadas en la página de nuestro sitio.

Los artículos enviados a la revista Tracésdeben ser originales. El autor se compromete a reservar la exclusividad de su propuesta a Tracéshasta que sea emitido el dictamen del comité editorial. El autor se compromete también a no retirar su artículo una vez que la publicación ha sido aceptada y el texto re-trabajado en función de los comentarios de sus lectores.

NB: la inserción de imágenes y soportes iconográficos es posible mientras el número sea limitado (por favor, precise esta información en su declaración de intención).

CONTACTOS – COORDINADORES DEL NUMERO “Pensar con el derecho”

  • Pierre Thévenin
    mail: pierre [dot] thevenin [at] efrome [dot] it
  • Arnaud Fossier
    mail: arnaud [dot] fossier [at] efrome [dot] it
  • Guillaume Calafat
    mail: gcalafat [at] gmail [dot] com

Páginas web de Tracés:

http://traces.revues.org/

http://www.cairn.info/revue.php?REVUE=traces

Para este número, la revista Tracés recibirá preferentemente artículos en francés. También serán aceptados textos en inglés o en español.

Global Perspectives: A Special Virtual Issue of the Economic History Review

L’Economic History Review, revue anglaise de référence en histoire économique publie un numéro virtuel sur un thème cher à Tracés (ici ou ici par exemple), l’histoire globale, à l’occasion de la dernière conférence de l’Economic History Association qui mettait ce thème à l’honneur.
Au -delà de l’intérêt pour ce thème, ce numéro virtuel présente une double  originalité : il est en open-access intégral et il est constitué d’anciens articles de la revue compilés sur un thème ad hoc. C’est une tentative réussie de recréer une cohérence éditoriale à partir d’une revue numérique.  A suivre…

Introduction
Bishnupriya Gupta

Comparative Economic Development

Wages, Prices, and Living Standards in China, 1738-1925: In Comparison with Europe, Japan, and India
Robert C. Allen, Jean-Pascal Bassino, Debin Ma, Christine Moll-Murata, Jan Luiten Van Zanden
2011

The Limits of Globalization in the Early Modern World
Jan De Vries,
2010

The World Economy since 1945: A Stylized Historical Analysis
W.W. Rostow
1985

Trade and Deindustrialization

Ottoman De-industrialization, 1800-1913: Assessing the Magnitude, Impact, and Response
Şevket Pamuk and Jeffrey Williamson
2011

Lancashire, India and Shifting Competitive Advantage in Cotton Textiles, 1700-1850: The Neglected Role of Factor Prices
Stephen Broadberry and Bishnupriya Gupta
2009

Land, Resource and Economic Development

Agricultural Productivity and European Industrialization, 1890-1980
Patrick K. O’Brien and Leandro Prados de la Escosura
1992

Energy as an Indicator of Modernization in Latin America, 1890-1925
M. d. Mar Rubio, César Yáñez, Mauricio Folchi, Albert Carreras
2010

Colonization and the Rise of Institutions

The Colonial Roots of Land Inequality: Geography, Factor Endowments, or Institutions?
Ewout Frankema
2010

Night Watchman, Extractive, or Developmental States? Some Evidence from Late Colonial South-East Asia
Anne Booth
2007

Global Business

The Growth of the Transnational Industrial Firm in the United States and the United Kingdom: A Comparative Analysis
Alfred D. Chandler
1980

Independent Invention during the Rise of the Corporate Economy in Britain and Japan
Tom Nicholas
2011

Blonde and Blue-Eyed? Globalizing Beauty, c.1945-c.1980
Geoffrey Jones
2008

 

Festival Esprits Libres. Sciences humaines, 19-20 octobre. Paris

Si vous êtes à Paris ce week-end, profitez du Le Festival Esprits Libres, deux journées consacrées aux sciences humaines, organisées par des libraires, au 148 rue du Fbrg Saint Martin.

Deux journées pour les sciences humaines

Le Festival Esprits Libres c’est :

45 auteurs

7 grands débats

4 grands entretiens, des discussion passionnée et passionnantes sur 2 jours avec
9 partenaires média

8 cafés des libraires : des heures de conversation autour de l’actualité éditoriale des auteurs pendant le week-end
8 libraires passionnés issus du réseau Librest :
L’Atelier (20e)
Atout Livre (12e)
Le Comptoir des mots (20e)
Le Genre urbain (20e)
La Librairie du 104 (19e)
La Manoeuvre (11e)
Le Merle moqueur (20e)
Millepages (Vincennes)

5 ateliers pour le jeune public

10 projections de documentaires

1 expo photo

1 balade urbaine

6 lectures

27 maisons d’édition partenaires

Les grands débats

Les grands débats sont des tables rondes animées par des journalistes issus des rédactions partenaires. Eléments phares de la programmation, ces débats ont pour objectif de rassembler un public large autour des sciences humaines. Plusieurs auteurs, représentant des disciplines différentes, sont réunis pour intervenir sur une même thématique en résonance avec le thème du festival.

Les cafés des libraires

L’esprit de « café » est de réunir sous un intitulé fédérateur des auteurs de disciplines différentes pour présenter leurs derniers livres et nos coups de cœur. Les cafés sont animés par un/e libraire du collectif Librest.

Les grands entretiens

Nouveau moment fort dans la programmation du festival, le grand entretien permettra à une personnalité des sciences humaines ou de l’urbain de répondre aux questions d’un partenaire ou d’un libraire qui l’interrogera sur sa vision de la ville

 

Open Access Week, Paris, 21-25 octobre

L’Open Access Week est un événement international ayant lieu chaque année depuis maintenant 7 ans et qui cette année se déroulera du 21 au 25 octobre.  Il vise la promotion et la dissémination des enjeux et de l’utilisation de l’Open Access en tant que pratique de base de diffusion des connaissances.

 

 

Les RDV de l’Open Access Week 2013

21 octobre à la FMSH – Auditorium du France

“L’Open Access pour tous”

  • 18h-18h30: Introduction : l’OA pour tous
    • Hervé le Crosnier
  • 18h30: Exemples concrets
  • 20h: Open Buffet

23 octobre à l’EHESS – Paris

“L’Open Access pour la recherche”

24 octobre à l’UPMC amphi 25 – Paris

“Open Access et nouveaux média de communication”

  • 18h15-18h45: Digital humanities
  • 18h45-19h15: Réseaux sociaux et Open Access
  • 19h15-20h15: Vers de nouvelles pratiques de recherche ?
  • 20h15: Open buffet

22 octobre à l’Université du Luxembourg – Campus Limpertsberg Bâtiment des Sciences – salle BS 201

“Réseaux Sociaux Scientifiques”

  • 17h-18h: Réseaux Sociaux Scientifiques
  • 18h: Open buffet

Philosophies et sciences sociales: “La société des affects. Pour un structuralisme des passions.”

Frédéric Lordon publie au Seuil un essai intitulé “La société des affects. Pour un structuralisme des passions.”, dans lequel il approfondit son programme de recherche interdisciplinaire fondé sur une relecture de l’œuvre de Spinoza afin de montrer ici que “le déterminisme structural n’est nullement incompatible avec une pensée de la transformation sociale. ” Un article de l’auteur, sur le même sujet, sera publié dans le prochain hors-série de Tracés sur “Philosophies et sciences sociales” qui sera disponible le 21 Octobre. Continuer la lecture de Philosophies et sciences sociales: “La société des affects. Pour un structuralisme des passions.”

Penser la valeur d’usage des sciences

Capture d’écran 2013-06-11 à 17.43.16 Un ouvrage collectif stimulant et nécessaire vient de paraître aux éditions des archives contemporaines sur le thème des usages des sciences.  Il fait écho au cycle de Tracés “à quoi servent les sciences humaines”. Il aborde à la fois la question du public des sciences et celles des stratégies, mesures et évaluation de la recherche.

La table des matières peut être consultée à cette adresse.

Présentation ci-dessous:

Penser la valeur d’usage des sciences

Glassey Olivier, Leresche Jean-Philippe, Olivier Moeschler

Mesurer les usages de la recherche en dehors du champ scientifique, est-ce possible, est-ce souhaitable ? L’ouvrage vise à documenter sous quelles modalités les débats conduits autour de la nature et de la valeur des usages des productions scientifiques dans des arènes de plus en plus larges et variées – scientométrie, transferts de technologie, relations sciences et société – contribuent non seulement à la mesure de la science et de ses effets, mais à influencer les manières mêmes de conceptualiser l’évaluation de la recherche scientifique. En lien avec les importants développements des réflexions internationales sur la production, la diffusion et les évaluations de la recherche, cet ouvrage propose ainsi d’explorer de multiples questions et défis relatifs aux processus contextualisés d’appropriation des sciences : qui sont les usagers des sciences et leurs publics ? Comment se construit et circule la valeur de la recherche ? Quelle est la valeur de la recherche pour ses utilisateurs et peut-on la mesurer ? La valeur des usages dérivés de la recherche doit-elle participer à la mesure des performances de la recherche ? Quel sens les divers publics concernés par la recherche donnent-ils aux démarches évaluatives ? Quelles sont les instances sociales et politiques légitimes pour évaluer les résultats de la recherche ? La légitimité de la science dans la société sort-elle renforcée de l’élargissement du cercle des producteurs, diffuseurs et utilisateurs de la recherche ? Réunissant des spécialistes reconnus de plusieurs disciplines, cet ouvrage offre une perspective originale sur les questions de l’évaluation de la recherche dans le cadre des enjeux contemporains des rapports entre science et société.

Avec des contributions de :
Bernadette Bensaude-Vincent, Danièle Bourcier, Suzanne de Cheveigné, Laurence Colinet, Fabienne Crettaz von Roten, Dominique Foray, Ariane Gaunand, Olivier Glassey, Benoît Godin, Manuel Grieder, Amandine Hocdé, Pierre-Benoît Joly, Rafael Lalive, Philippe Larédo, Joëlle Le Marec, Stéphane Lemarié, Jean-Philippe Leresche, Mireille Matt, Cécile Méadel, Olivier Moeschler, Pierre Mounier, Daniel Raichvarg, Dominique Vinck, Christian Zehnder.

Recherche ouverte, évaluation et débat public

L’internet a irrémédiablement changé les pratiques de la recherche et sa diffusion. Pourtant la majeure partie de la recherche universitaire maintient encore des modes de production classiques et les universités et administrations nationales tentent toujours plus d’imposer des modes d’évaluation, de benchmarking, liés à ces productions anciennes et figées.  Comment mieux prendre en considération et développer les nouveaux outils numériques qui permettent d’accroître la créativité scientifique, d’enrichir la diffusion des savoirs au sein et en dehors du monde universitaire ? En quoi le développement des savoirs et productions numériques doit changer les procédures d’évaluation des travaux de recherche, par les chercheurs eux même , par le public ? Quelques initiatives récentes peuvent ici être signalées car elles lancent un débat nécessaire et trop peu mené en France (mentionnons toutefois le blog de Pierre Mercklé qui rend souvent compte d’initiatives similaires ) sur les nouvelles manières d’inclure les productions numériques dans le travail de recherche. Ces initiatives partent du principe selon lequel la recherche est rendue plus “ouverte” et accessible par internet. Cela concerne non seulement la diffusion (cf. le mouvement open access, les archives en ligne etc.) mais aussi la production des savoirs puisque aujourd’hui  un chercheur n’a plus de raisons de se contenter de limiter sa production à des articles au nombre de signes limités …  Comment alors juger de la “scientificité” de ses productions ? comment utiliser cette ouverture et la mise à disposition des documents comme nouveaux critères de scientificité ?  Les débats autour de cette dernière question ont été particulièrement forts récemment en biologie ou en économie, où la mise à disposition des données utilisées par les chercheurs est devenue une revendication de la part des chercheurs comme du public non universitaire, surtout lorsque les travaux de recherche ont des implications politiques. Les sciences humaines ont été peu concernées jusqu’à maintenant par ces débats mais il est peu probable qu’elles demeurent en dehors. Il n’est pas rare que des travaux historiques ou sociologiques suscitent des polémiques quant à leur méthode et leurs conclusions politiques ; et il est peu probable que ces polémiques s’en tiennent à l’avenir à ce qui est écrit dans les livres.

Voici, donc, deux initiatives récentes que nous vous invitons à consulter:

The San Francisco Declaration on Research Assessment (DORA),initié par the American Society for Cell Biology (ASCB)

est un texte récent qui a déjà eu une influence importante. Son but premier est de critiquer l’utilisation des facteurs d’impacts des revues dans l’évaluation de la recherche par les instances administratives mais il cherche également à mieux prendre en compte les différentes productions liées à internet (construction, diffusion de bases de données etc.) dans ces évaluations. Il insiste sur le fait que l’obsession de l'”impact factor” empêche le développement de nouvelles pratiques numériques innovantes.  Voir une présentation sur le HP.

The open economics working group  est une initiative en économie qui vise à améliorer le débat public et la contribution des chercheurs à ce débat en diffusant les données et autres matières premières utilisées par les chercheurs dans un soucis de transparence, de critique et de multiplicité des usages. Le site internet est très dynamique et permet aussi de découvrir d’autres projet similaires ou de se tenir au courant de débats liés à ces questions.

Voir aussi le site de l”Open knowledge foundation

N’hésitez pas à nous signaler ici des initiatives similaires  !

 

 

 

Parution. Réalité(s) du possible en sciences humaines et sociales.

COUV T24Le numéro 24 de Tracés,

Réalité(s) du possible en sciences humaines et sociales

est disponible en ligne sur le portail Cairn à cette adresse, ainsi que dans toutes les bonnes librairies. La version papier peut être aussi commandée en ligne.

Nous vous invitons à lire l’introduction du volume, éditorial rédigé par les coordinateurs Laurent Jeanpierre, Florian Nicodème et Pierre Saint-Germier, qui est accessible gratuitement dans son intégralité.

Commentaires bienvenus. Bonne lecture !

SOMMAIRE

ÉDITORIAL

Page 7 à 19
Laurent Jeanpierre et al. POSSIBILITÉS RÉELLES

ARTICLES

Page 23 à 45
Ivan Ermakoff CONTINGENCE HISTORIQUE ET CONTIGUÏTÉ DES POSSIBLES
Page 47 à 69
Clint Ballinger CONTINGENCE, DÉTERMINISME ET « JUST-SO STORIES »
Page 71 à 84
Noël Bonneuil VIABILITÉ, PROBABILITÉS, INDUCTION
Page 85 à 103
Gunnar Declerck LE POSSIBLE PEUT-IL ÊTRE PERÇU ?

NOTE

Page 107 à 119
Katia Genel L’AUTORITÉ DES FAITS : HORKHEIMER FACE À LA FERMETURE DES POSSIBLES

MANIFESTE

Page 123 à 140
Emmanuel Didier et Cyprien Tasset POUR UN STATACTIVISME. LA QUANTIFICATION COMME INSTRUMENT D’OUVERTURE DU POSSIBLE

TRADUCTIONS

Page 143 à 178
Max Weber POSSIBILITÉ OBJECTIVE ET CAUSATION ADÉQUATE DANS L’APPROCHE CAUSALE EN HISTOIRE
Page 179 à 214
Robert Stalnaker UNE CONCEPTION RÉALISTE DES CONTREFACTUELS

ENTRETIENS

Page 217 à 229
Laurent Jeanpierre et Éric Monnet MANIÈRES DE DIRE L’AVENIR SANS NIER L’INCERTITUDE : DE L’ÉCONOMIE AUX SCIENCES DU CLIMAT. ENTRETIEN AVEC MICHEL ARMATTE
Page 231 à 243
Vincent Farnea et Laurent Jeanpierre DES UTOPIES POSSIBLES AUX UTOPIES RÉELLES. ENTRETIEN AVEC ERIK OLIN WRIGHT

“Les économistes et le pouvoir”

Un appel à contribution de l’Association Charles Gide pour l’étude de la pensée économique  sur le thème “les économistes et le pouvoir” qui ne pourra qu’intéresser les lecteurs du hors-série de Tracés intitulé “les économistes et pouvoir”.  (introduction accessible gratuitement) !

L’appel à contribution et informations sur la conférence sont disponibles à cette adresse:

http://gide2014.sciencesconf.org/

15e Colloque international

de l’Association Charles Gide pour l’étude de la pensée économique

Lyon, Jeudi 22, Vendredi 23 et Samedi 24 mai 2014

 

LES ECONOMISTES ET LE POUVOIR

 

APPEL À COMMUNICATION

(Date limite de soumission des propositions : 1e septembre 2013)

 

Le 15e Colloque international de l’Association Charles Gide pour l’Étude de la Pensée Économique (ACGEPE) sera organisé à l’Université Lumière-Lyon 2, du 22 au 24 mai 2014. Ce colloque international est organisé par le laboratoire TRIANGLE (UMR n° 5206 du CNRS).

Il accueille des communications portant sur l’ensemble des thèmes relevant de l’histoire de la pensée économique. Il propose également des sessions sur un thème spécifique : « Les économistes et le pouvoir  ».

« Practical men, who believe themselves to be quite exempt from any intellectual influences, are usually the slaves of some defunct economist ».

John Maynard Keynes, 1936.

La crise financière et économique actuelle, parce qu’elle interroge à la fois la nature du savoir produit par la science économique d’aujourd’hui et les pratiques des économistes — en tant qu’experts, conseillers, voire membres de gouvernements dit technocratiques — incite les économistes à redoubler de réflexivité sur leur influence et leur responsabilité. C’est plus précisément la relation des économistes au pouvoir politique au cours de l’histoire que nous souhaiterions voir étudiée dans ces sessions thématiques. Les propositions de communications pourront par exemple aborder les trois niveaux suivants :

Savoir économique et pouvoir : quelle réflexivité des économistes ? Décrite alternativement comme « science de gouvernement », science de l’affectation des ressources rares à des fins alternatives laissées à la libre appréciation des gouvernants, science pure, science morale, la science économique doit-elle ou peut-elle être « neutre », pour reprendre l’adjectif choisi par Lionel Robbins en 1932 ? Comment peut-elle se décliner en savoirs purs ou autonomes, et en savoirs pratiques, dans la conduite de politiques économiques ou de réformes sociales ? Comment composer, en tant qu’économiste, avec l’éventuelle performativité des énoncés de la théorie économique ? Outre les positions épistémologiques de chacun, peut-on identifier des périodes historiques de « crise » méthodologique ou épistémologique, faisant écho à nos interrogations actuelles ?

Les économistes du pouvoir. Il s’agit d’aborder ici le rôle explicite des économistes auprès ou au sein du pouvoir politique. Notons tout d’abord les fonctions institutionnelles de plusieurs économistes en tant que « conseillers du Prince », de François Quesnay et ses disciples aux bâtisseurs de plans au cours des XIXe et XXe siècles ou aux experts contemporains au sein d’organismes d’études, de conseils économiques. Notons ensuite les fonctions de parlementaires exercées par certains (Ricardo à la Chambre des communes par exemple), ou les fonctions de ministres endossées par d’autres (Turgot, Schumpeter, etc.). Notons enfin le rôle des économistes dans divers think tanks, groupes de pression engagés au service de partis politiques. Ces différentes fonctions ont-elles fait progresser la théorie économique ?

Le pouvoir politique des idées économiques. Au-delà des engagements politiques éventuels, quel fut l’usage politique des théories ou des savoirs économiques ? La théorie peut-elle devenir un instrument politique ? Les économistes sont-ils responsables de ces usages ? Plus largement, avec l’idée de performativité de la science économique, les politologues et les sociologues ont renouvelé l’interrogation sur le rôle des économistes dans l’action sur le réel, ou proposé des analyses nuancées des modalités de circulation du savoir. Les sessions thématiques du colloque pourront ainsi également réfléchir à la difficulté des pouvoirs publics à considérer l’expertise économique.

Les propositions de communications prendront la forme d’un résumé d’environ 500 mots. Elles devront être déposées au plus tard le 1e septembre 2013 à l’adresse suivante du site du colloque :

http://gide2014.sciencesconf.org/user/submit

Des propositions de sessions complètes sont également les bienvenues : elles doivent le cas échéant comporter un titre, un résumé de chacune des propositions de communications, et indiquer le nom des présidents de session.

Contact : gide2014@sciencesconf.org

Site web du colloque : http://gide2014.sciencesconf.org


Comité scientifique

Franck Bessis (Triangle, Université Lyon 2)

Tito Boeri (Université Luigi Bocconi, Milan, Directeur du Festival dell’Economia di Trento)

Pascal Bridel (Centre Walras-Pareto, Université de Lausanne)

Loïc Charles (EconomiX, Université de Reims)

Pierre Dockès (Triangle, Université Lyon 2)

Gilbert Faccarello (Triangle, Université de Paris II)

Ludovic Frobert (Triangle, CNRS – ENS Lyon)

Roger Guesnerie (Paris School of Economics, Collège de France)

Marco Guidi (Université de Pise, Italie)

Pascal Le Merrer (Gate, ENS de Lyon, Directeur des «Journées de l’économie»)

Jean-Hervé Lorenzi (Président du Cercle des économistes)

Arnaud Orain (LED, Université de Paris 8)

Renaud Payre (Triangle, Institut d’études politiques de Lyon)

Jean-Paul Pollin (LEO, Université d’Orléans)

André Tiran (Triangle, Université Lyon 2)


Comité d’organisation

Clément Coste (Triangle, Université Lyon 2)

Gilbert Faccarello (Triangle, Université de Paris II)

Jean-Baptiste Fréry (Triangle, Université Lyon 2)

Ludovic Frobert (Triangle, CNRS – ENS Lyon)

Marion Gaspard (Triangle, Université Lyon 2)

Rebeca Gomez Betancourt (Triangle, Université Lyon 2)

Sylvère Matéos (Triangle, Université Lyon 2)

Jean-Pierre Potier (Triangle, Université Lyon 2)

Christophe Salvat (Triangle, CNRS – ENS Lyon)

Claire Silvant (Triangle, Université Lyon 2)

 

 

Statactivism: State Restructuring, Financial Capitalism and Statistical Mobilizations

Tracés publie dans son prochain numéro, Réalités du possible (sortie imminente en librairie !) un article  d’Emmanuel Didier et Cyprien Tasset intitulé Pour un statactivisme. La quantification comme instrument d’ouverture du possible 

Un appel à contribution vient d’être publié autour de ce même thème pour la revue

Partecipazione e Conflitto, Rivista Scientifica di Studi Sociali e Politici

 Les propositions sont attendues avant le 16 Juin.

Statactivism:

State Restructuring, Financial Capitalism and Statistical Mobilizations

Editors:

Isabelle Bruno, CERAPS, Université de Lille 2, isabelle.bruno@univ-lille2.fr

Emmanuel Didier, Centre Maurice Halbwachs (CMH/ETT), CNRS/ENS, edidier@ehess.fr

Tommaso Vitale, Centre d’études européennes, Sciences Po, tommaso.vitale@sciences-po.fr

Candidate submissions must be addressed at partecipazioneeconflitto@gmail.com and to the three editors of the special issue. The call for papers will close on June 16, 2013: no papers received after that date will be considered for the special issue. Authors whose papers are considered unsuited will be promptly notified of this fact. Our target publication date is May 2014 (vol. 7, no. 2). The extension limit is 8,000 words, including notes and references.

Nowadays, statistics are often contested. Some unions and movements are claiming against them: they accuse quantification to freeze human relations; to bear on a fixed image of society; to constantly evaluate human beings, citizens, workers.

However, there are also forms of emerging collective action that use numbers, measurements and indicators as means of denunciation and criticisms. In some cases, activists seem to use statistics as a tool for struggle and as a means of emancipation. Sometimes statistics are simply employed for local resistance, opposing actors who are supposed to be “accountable” but present the results of their action manipulating data to their own advantage. In other cases, groups mobilize to oppose against specific indicators, or against the whole logic of benchmarking and continuous assessment. Some of these mobilizations are lead by experts, some others by NGOs, even by local administrative bodies and municipalities, trying to react to evaluating criteria discriminating them. In other cases, what might be called “statactivism” is not against indicators, but consists in quantifying original data to make an issue visible and relevant: precarious workers point out their real number to defend their rights; pro-migrants activists estimate the cost of deportation policy to show that it is too expensive; and so on. On the whole, the use of statistics has emerged as part of the repertoire of contention and as a major resource for contemporary mobilizations.

The objective of this special issue is to collect papers investigating the use of statistics and quantification in contentious performances connected with state restructuring, main transformations in welfare capitalisms, and changes in work organization regimes.

We welcome in particular:

  • Robust comparative investigations with precise references to political and institutional contexts.

  • Researches that shed light on the role that techniques, statistical nomenclature, graphic representation, statistical categories, scales of definition of indicators, and so on, play in contentious mobilizations.

  • Researches that, discuss theories of collective action and contentious politics starting from empirical results on statactivsm.

  • Papers analyzing how data are collected and used in contentious performance to claim for rights in workplace as well in administration.

  • Researches comparing statactivism in different professional sectors.

  • Comparisons with other kinds of mobilization (among others, those opposing to quantification as such).

  • Research on mobilizations against rankings and/or for alternative indicators.

  • Research exploring the local-transnational nexus, studying local forms of statactivism with extra-local political goals, as well as networks of statactivists in global campaigning.

  • Explanations of mimetic diffusion of practices of getting around and bending the rules of evaluation.

  • Longitudinal researches explaining the invention and the use of indicators to describe and explain inequalities, and the criticism against traditional developmental indicators.

Articles should concentrate on the conceptual and explanatory dimensions, not only on the descriptive one.

A first selection of articles will be made by the editors of the monographic issue. The selected articles will then be sent to anonymous reviewers not involved in the editorial team. They will be evaluated according to the quality and clarity of their research question, methodological rigor, theoretical contribution, discussion of the existing literature, and – obviously – relevance and pertinence in relation to the theme of this special issue.

Articles can be submitted in Italian, French, Spanish, or English. Papers in French and Spanish, if accepted must be translated by the author(s) in Italian or in English for publication.

Please include your name, address, e-mail, and a short abstract in English. Please respect the editorial rules for notes and references.

Peer Review Policy:Partecipazione e Conflitto adheres to a standard double-blind peer review process. Each article submitted will be evaluated by Editors and Editorial Board. If congruent with the object of the call for papers, it will be reviewed by three anonymous scholars.

Websitehttp://www.francoangeli.it/riviste/sommario.asp?IDRivista=152

To subscribe http://www.francoangeli.it/riviste/come_abbonarsi.asp

Instructions for authors http://www.francoangeli.it/riviste/NR/Paco-norme.pdf

 

 

“Je publie quels sont mes droits ?” mémo du CNRS

 

Le CNRS publie un document très utile, à la fois pour les auteurs et les éditeurs, sur les droits des auteurs publiant des articles de revue ou des livres. Il permet notamment de mieux comprendre les détails des cessions de droit, autorisations de diffusion ou contrat d’édition. Il explique également pourquoi les auteurs sont responsables de la vérification des droits des images ou documents utilisés. Ce document de 4 pages contient enfin des informations précieuses sur les archives  ouvertes en ligne et la mise en ligne des cours.

En voici la présentation:

“Ce mémo intitulé « Je publie, quels sont mes droits ? » est la concrétisation d’une recommandation du Comité d’Orientation et Suivi (COS) de l’Observatoire des métiers et de l’emploi scientifique (OMES) suite à l’étude sur les pratiques en Information scientifique et technique au CNRS. Il répond à des questions concrètes que se posent les auteurs de publications scientifiques sur leurs droits. Il attire notamment l’attention sur l’importance de lire le contrat (transfert de droit) proposé par l’éditeur avant de le signer.

Il a été réalisé par un groupe projet composé d’un représentant de la Direction de l’information scientifique et technique (DIST – http://www.cnrs.fr/dist/), de 3 professionnels de l’IST et de 2 chercheurs. Il a été validé par la Direction des affaires juridiques (DAJ) et le Comité d’éthique (COMETS) du CNRS.”