Member Login
Lost your password?

L’open access: la schizophrénie française

08/03/2013
Par


Depuis plusieurs mois resurgissent en France les débats sur l’open access des revues de sciences humaines. Ils semblent cependant bien mal engagés.

Ce que l’on voit surtout apparaître c’est le manque de cohérence des politiques de soutien aux revues: des modèles très différents co-existent, s’ignorent ou se font une concurrence peu bénéfique; la question de la diffusion n’est pas posée à un niveau global incluant à la fois les éditeurs, les bibliothèques, les instituts de recherche et les comités de rédaction de revues; enfin, le système de subvention est illisible et peu transparent. La France est pourtant dotée avec Revues.org, Persée et Cairn de portails de diffusion électronique des revues très performants qui ont permis aux revues françaises de mieux bénéficier des changements liés à Internet que celles d’un grand nombre de pays européens. Mais c’est aujourd’hui le modèle économique sous-jacent qui pose problème, à l’heure où l’université et la recherche françaises subissent de nombreuses restructurations.

Plusieurs “affaires” récentes, qui ont secoué ou secouent encore le petit monde français des revues académiques, nous semblent symptomatiques des contradictions du système en place et des conséquences néfastes du manque de concertation. Il s’agit tout d’abord de “l’affaire Refdoc”, c’est à dire de la mise en vente par l’organisme Refdoc, qui dépend de l’INIST (Institut National de l’Information Scientifique et Technique), c’est à dire du CNRS, d’ articles scientifiques sans l’autorisation de leurs auteurs et sans signaler que certains étaient accessibles gratuitement en ligne. Cette affaire, dont l’impact sur la diffusion des revues est en réalité peu importante, a cristallisé les passions de manière significative et a suscité des débats malheureusement éteints à l’heure actuelle.

Il s’agit ensuite d’un partenariat conclu fin 2012 entre le Centre national du livre (CNL) et le portail Cairn pour la traduction systématique d’articles de certaines revues françaises en anglais. Par sa nature ce partenariat public-privé financé par le Ministère de la Culture mettait d’emblée sur la touche les revues éditées par des éditeurs universitaires publics, qui n’ont pas par ailleurs de financement du Ministère de la Recherche pour effectuer de telles traductions. Il excluait - sans raison apparente pour une politique publique d’envergure - les revues qui ne sont pas diffusées par Cairn, ou qui ont choisi l’open access. Il ne s'accompagnait pas de réflexion ou concertation collective, ni sur l’open access, ni sur de l’opportunité de faire traduire des articles dont l’accès à l’étranger est de fait limité. Il a ainsi suscité l’incompréhension de beaucoup de comités de rédaction, qui s’est manifestée notamment lors de débats au dernier Salon de la revue.

Enfin, une troisième affaire ne fait que commencer, suite à une réunion organisée par le portail Cairn et à un texte signé par certaines revues appartenant à ce portail, qui s’alarme des mesures préconisées par la Commission européenne pour favoriser le développement de l’open access.  Cette motion, qui appelle de manière heureuse, légitime et opportune une concertation, souffre toutefois d’emblée du fait qu’elle fait fi des initiatives du CNRS pour développer l’open access par son portail Revues.org et de l’expérience qu’ont ainsi développé nombre de revues françaises en la matière. Elle s’inquiète des problèmes de financement des revues liés à l’open access mais ne prend pas acte des différences actuelles très importantes et inquiétantes de mode de financement des revues que les politiques publiques tendent malheureusement à exacerber (y compris le partenariat susmentionné). L' absence de prise en compte de ces problèmes contribue à partir du principe que le modèle de "l’embargo" “est l’unique garantie de la diversité et de l’indépendance de la recherche et du débat public”, ce qui ferme d'emblée la porte à des modèles différents et plus égalitaires de financement des revues et ne prend pas acte des concertations et discussions importantes qui animent depuis plusieurs années les chercheurs, bibliothécaires et éditeurs de revues au niveau international.

Le but du texte que nous publions ici n’est pas de prendre parti; la difficulté des débats actuels et la situation complexe de Tracés empêchent un soutien univoque à un modèle ou un autre. Notre intention est d’abord de faire part de notre expérience en montrant comment se finance aujourd’hui une (jeune) revue de sciences humaines, en insistant sur les difficultés posées par l’absence d’une politique transparente et cohérente de soutien aux revues. Ainsi nous pensons commencer à contribuer modestement à la “véritable concertation” sur les revues que les auteurs de la motion initiée par Cairn appellent de leurs vœux. Cette concertation ne peut faire l’économie d’un état des lieux des différences et inégalités très fortes de financement des revues en France, dues à l’histoire particulière de chacune et aux soutiens institutionnels variés dont elles bénéficient. Elle ne peut taire la schizophrénie dans laquelle le système plonge actuellement les revues. Notre intention et donc de mettre à plat certaines choses et de soulever de nombreuses questions malheureusement éludées dans les débats français sur l’open access en sciences humaines.

Dans un deuxième temps nous prendrons l’exemple de l’”affaire Refdoc” pour illustrer un peu plus les contradictions, voire absurdités, des politiques des revues en France aujourd’hui.

Les discussions sur le partenariat Cairn-CNL, sur les liens entre Cairn et Revues.org et sur la récente motion contre les mesures de la Commission européenne sont laissées à de futurs débats qui auront lieu, nous l’espérons, entre revues, auteurs, éditeurs, bibliothécaires et portails numériques.

Financer une (jeune) revue à l’âge du numérique

Tracés est une revue papier et numérique. Les numéros, édités par ENS Editions,  sont disponibles en librairie, diffusés par le CID, un diffuseur de droit privé reconnu d’utilité publique qui dépend de la Maison des sciences de l’homme et bénéficie donc de subventions publiques. Le CID est spécialiste de la diffusion d’ouvrages universitaires et est lié au Comptoir des presses d’universités, librairie universitaire en ligne.

Les articles de Tracés sont également accessibles sur Internet grâce à notre présence sur Revues.org, portail de revues en sciences humaines et sociales du CNRS, et sur Cairn.info,  portail internet privé créé par les éditeurs La Découverte, Belin, Erès et De Boeck. Revues.org, portail open access (accès ouvert), n'offre aucune rémunération aux revues, mais met gratuitement (ou à faible coût) à disposition son savoir-faire. Mais Tracés ne pourrait survivre sans les revenus liés à la consultation de ses articles sur Cairn. La raison est simple, la revue est née en 2002, au moment où les bibliothèques arrêtaient de s’abonner aux versions papier et se tournaient vers les portails électroniques de revues. Contrairement aux revues plus anciennes (mais celles-ci ont dû également faire face aux désabonnements des bibliothèques), nous avons donc trop peu d’abonnés à la version papier. Les ventes en librairie - une centaine par numéro - ne sont pas ridicules pour des ouvrages de sciences humaines mais elles ne peuvent suffire à financer la revue. Nous recevons donc diverses subventions (ENS de Lyon, CNRS, anciennement la région Rhône-Alpes)  dont  les montants sont là encore insuffisants pour couvrir l’ensemble des frais d’édition. Un éditeur, même public comme ENS Editions, doit être à l’équilibre et demande donc à ses revues d’avoir également un budget équilibré. Or une édition de qualité ne se fait pas sans certaines tâches (mise en page, relecture typographique, impression, diffusion) qui impliquent certains coûts (qui nous sont en partie facturés par notre éditeur), et Tracés ne souhaite pas reproduire le modèle de bon nombre d'éditeurs scientifiques qui ont délocalisé leur production dans des pays du Sud. Il faut enfin ajouter que le comité de rédaction assure lui-même bénévolement un grand nombre de tâches que certaines revues ou certains éditeurs rémunèrent.

Bien que partisane de l’accès le plus ouvert et le moins cher possible à ses articles, la revue vit donc aujourd’hui principalement des revenus générés par la consultation des numéros sur le portail Cairn qui permet une bonne diffusion des revues francophones. Les bibliothèques ne s’abonnent plus (ou peu) à notre version papier mais nous reversent indirectement de l’argent en s’abonnant à Cairn. Nous ne savons pas quel pourcentage Cairn perçoit sur ces recettes.

Pour offrir un revenu aux revues comme Tracés, le site Revues.org avait donc heureusement conçu il y a quelques années un partenariat avec Cairn: les articles de Tracés sont vendus par Cairn pendant 2 ans, ils sont ensuite disponibles gratuitement sur Cairn pendant un an, puis ils passent enfin sur le site Revues.org (après 3 ans, donc), où ils sont accessibles gratuitement pour le reste de leur vie. Ce modèle économique, mêlant public et privé, constitué de subventions diverses et de revenus commerciaux, impliquant un grand nombre d’acteurs qui se recoupent plus ou moins, est ce qui permet aujourd’hui à Tracés d’exister. Le cas de notre revue est sans doute un peu particulier car elle est jeune et ne dépend pas d’un laboratoire de recherche. Elle ne bénéficiait donc pas du même soutien institutionnel que certaines revues anciennes qui dépendent d’un laboratoire ou d’une association disciplinaire. Ce soutien peut être un financement direct ou une mise à disposition de personnel: il n’est pas rare en France par exemple, qu’un agrégé ou un ingénieur CNRS soit détaché pour effectuer le secrétariat de rédaction d’une revue. Enfin, comme toute revue universitaire, le modèle économique de Tracés demeure fondé sur une importante subvention indirecte: ni les auteurs, ni les rapporteurs du comité de lecture, ni les membres du comité de rédaction (incluant le secrétariat de rédaction) ne sont rémunérés par Tracés. Cela ne veut pas dire évidemment qu’ils soient bénévoles, au sens strict du terme, puisque leur rémunération en tant que chercheur inclut de manière plus ou moins explicite le temps passé à écrire, publier, critiquer, éditer. Toutefois, force est de reconnaître que ce travail n’est pas aujourd’hui clairement reconnu, ni dans les rémunérations, ni dans les évaluations des enseignants chercheurs.

Inutile de dire que nous serions prêts à choisir une solution plus simple si elle était proposée. Mais ce système pour l’instant fonctionne bon an mal an, et les différentes parties – ENS Editions, CID, Revues.org, Cairn, comité de rédaction - s’entendent et mettent  tout en œuvre pour que la revue soit lue et diffusée.

L’exemple de cette structure de financement - sans être totalement représentative de l’ensemble des revues - permet de comprendre les controverses qui entourent l’édition scientifique aujourd’hui, et notamment les critiques récentes vis-à-vis des éditeurs numériques et la recrudescence des demandes d’un open access total. Peu de revues scientifiques sont entièrement privées, elles vivent de subventions publiques et le fait de ne pas devoir rémunérer les auteurs, universitaires, est la première des subventions (indirecte). C'est la spécificité fondamentale de l'économie des revues. Mais lors du passage au numérique des abonnements des bibliothèques et centres de recherche, les pouvoirs publics ont laissé se développer des éditeurs qui ont acquis une mainmise sur la diffusion électronique et encaissent une commission parfois importante au milieu d’un système principalement public. Le cas le plus flagrant, qui a attiré la plupart des critiques, est celui d’Elsevier, qui profite de cette position pour imposer des tarifs (et donc ses marges) exorbitants. L’appel au boycott d’Elsevier par plusieurs milliers de chercheurs a alors eu un fort retentissement.

Le portail Cairn a jusqu’à maintenant évité les dérives tarifaires d’Elsevier en maintenant le prix d’un article sous la barre des 4 euros alors que les éditeurs anglo-saxons les facturent souvent entre 30 et 40 euros. Les situations ne sont donc pas directement comparables. Il nous manque cependant aujourd’hui l’avis général des bibliothèques universitaires sur le prix d’abonnement aux bouquets et sur les nouveaux problèmes rencontrés.

Il y a de quoi s’insurger contre cette privatisation de la recherche ; un grand nombre de chercheurs l’a fait récemment et la directive européenne sur l’open access en découle. Mais il faut aussi rappeler, et le cas de Tracés le montre, que cette privatisation n’est que la conséquence d’une incapacité de la recherche publique à financer de manière complète et cohérente les revues universitaires. Il est aujourd’hui nécessaire, impérieux même, pour les chercheurs de s'intéresser davantage aux rouages de cette économie. Cette dernière est trop mal connue et maîtrisée par la communauté universitaire, alors même que l’on donne aux revues un pouvoir toujours plus grand dans l’évaluation des chercheurs et des laboratoires. Les politiques de l’AERES et autres instances d’évaluation tendent aujourd’hui à faire des revues des chambres d’enregistrement d’articles écrits en amont plutôt que d’inciter à une politique éditoriale visant à susciter des thématiques de recherche. Contrairement à ce que certains affirment, il n’est pas dit quel l’open access accentuera cette tendance, au contraire. Reconnaissons au moins qu’il n’en est pas la cause.

Comme beaucoup d’éditeurs de revue, le comité de rédaction de Tracés se retrouve donc dans une position ambiguë: nous soutenons par principe l’accès le plus ouvert possible aux articles (nous n’avons jamais refusé à un auteur de mettre une version préliminaire de son texte sur HAL-SHS ou sur un autre site, nous n’avons jamais demandé un centime pour les traductions ou republications de nos articles) mais nous devons reconnaître que sans Cairn, la revue n’aurait pas pu survivre financièrement, alors même qu’elle n’aurait pu se développer à l’origine sans le soutien matériel et financier de l’ENS de Lyon et de Revues.org. Pour cette raison, nous continuons à demander aux auteurs une cession de droit grâce à laquelle nous pouvons percevoir un revenu. Dans la situation actuelle, le passage à un accès totalement ouvert favoriserait les revues anciennes et établies qui peuvent encore vivre de leurs abonnements papier en bibliothèque ou celles (souvent les mêmes) dont le financement est totalement garanti par un laboratoire de recherche ou une institution. Les termes du débat sont donc complexes. Le choix de l’open access pourrait paradoxalement décourager l’innovation et apporter des difficultés aux nouvelles revues. Il peut cependant amorcer un changement radical vers une nouvelle économie des revues, notamment l’abandon du format papier (et des habitudes d’écriture, de citation qui vont avec …) et ainsi motiver des changements intellectuels majeurs. Il est ainsi indispensable aujourd’hui de ne pas déconnecter la réflexion sur l’open access de celle du format des revues. Le modèle économique reste toutefois à inventer.

Enfin, l’open access semble véritablement permettre une diffusion large (ce pour quoi il est fait)... même s’il demeure difficile d’assimiler automatiquement la consultation d’une page internet à la lecture d’un article. Nous voyons ainsi combien les consultations d’articles sur notre site revues.org proviennent de pays dont les bibliothèques universitaires n’ont pas nécessairement accès à Cairn. On ne peut donc pas nier le fait que la diffusion gratuite internationale soit un moyen puissant de diffuser la recherche francophone dans un monde dominé par la recherche anglophone (en Afrique et Amérique Latine notamment). Traduire les revues françaises en anglais ou développer leur diffusion libre auprès des étudiants et chercheurs francophones ? Il y a là matière à discuter du bon investissement de l’argent public.

Sur le plan économique, on pourrait très bien imaginer qu’une revue perçoive une subvention publique assez conséquente pour offrir un accès totalement gratuit à ses articles dès leur publication. Dans le cas de Tracés qui publie 3 volumes par an et qui bénéficie du soutien d’ENS Editions, 15 000 euros par an environ suffiraient. Étant donné le nombre élevé de revues, le montant total des aides pourrait cependant se révéler irréaliste. Mais on peut très bien considérer qu’il ne s’agit là que d’un problème de coordination, car le montant total versé chaque année par les bibliothèques et organismes publics de recherche français pour accéder à Tracés est sans doute bien supérieur. Il nous semble que ce problème - et la solution économique potentielle qui en découle - n’est pas suffisamment mis en valeur dans les débats. Un premier pas serait simplement de faire le total des dépenses des bibliothèques françaises pour l’accès aux portails numériques de revues et de réfléchir aux solutions possibles d’une meilleure répartition de ces sommes, y compris en tant que subvention directe aux revues. L’argent économisé par les bibliothèques permettrait de financer l’open access des revues. Il est difficile aujourd’hui d’imaginer le fonctionnement de l’open access intégral sans un tel système de mutualisation, dont la mise en pratique est pourtant loin d’être simple. Peut-être d’autres revues ont-elle toutefois des expériences différentes qui permettraient de proposer des modèles alternatifs sans passer par cette solution.

Sur ces différents points, force est de constater que si les initiatives françaises et le soutien public ne manquent pas (Persée, Cairn, Revues.org, CNL, CNRS...), la coordination et la cohérence des politiques ne semblent pas être de mise. Ainsi la France s’est montrée aux avant-postes de l’édition ouverte avec la création du CLEO, « Centre pour l’édition électronique ouverte », qui est une unité mixte du CNRS. En développant Revues.org, Calenda, et Hypothèses (qui héberge ce “carnet de recherche”), le CLEO a profondément changé les moyens de diffusion de la recherche française en quelques années seulement. Mais ce développement s’est fait sans donner une attention suffisante au financement des revues. La contrainte financière, qui crée notamment une forte inégalité entre les revues en fonction de leur histoire et de leur ancrage institutionnel, est donc réapparue. En conséquence, Revues.org se tourne aujourd’hui vers le système freemium,  qui offre des rémunérations tout en maintenant l’accès ouvert. Mais cette initiative ne s’est malheureusement toujours pas accompagnée d’une véritable réflexion générale et concertée sur le financement des revues françaises.  Pour Tracés, à l’heure actuelle, les revenus espérés d’un système freemium seraient trop faibles par rapport à un système payant. Cette solution apporte un compromis politiquement et scientifiquement intéressant mais elle se heurte inévitablement aux contraintes financières exposées auparavant.

Tant que le problème de la diffusion et de l’accès sera pensé indépendamment d’une politique plus juste et plus globale de financement des revues, les contradictions ne cesseront de réapparaître.

L’affaire Refdoc: la tentation de l’absurde

Le texte ci-dessous a été écrit il y a quelques mois et avait pour but de lier ce que l’on nommait alors l”’affaire Refdoc”’ a une réflexion plus générale sur le financement et la diffusion des revues. Pour différentes raisons, indépendantes de son contenu, nous ne l’avions pas publié immédiatement. Nous pensons aujourd’hui qu’il fournit un exemple intéressant de l’absence de concertation sur la diffusion des revues. Nous l’avons actualisé en fonction des réactions ultérieures de Refdoc.

Fin 2012, de nombreux membres de la communauté universitaire se sont légitimement étonnés de voir que l’organisme Refdoc, qui dépend de l’INIST (Institut National de l’Information Scientifique et Technique), c’est-à-dire du CNRS, mettait en vente des articles sans l’autorisation de leurs auteurs et sans signaler que certains étaient accessibles gratuitement en ligne. Droit bafoué, cupidité d’un organisme public ?  Les réactions sur les blogs furent aussi virulentes que détaillées et une pétition vint finalement canaliser une partie des revendications. Les dessous juridiques de l’affaire ont été explorés ici . L’INIST a ensuite répondu ici  et plus longuement ici ,  avant de changer en partie certaines de ses procédures. Sa réponse consiste à dire qu’il ne s’agit pas de faire un profit commercial mais au contraire de remplir une mission de service public en référençant un grand nombre d’articles. Le prix élevé des articles permettant seulement de couvrir les frais de fonctionnement de ce service.

Nous voulons ici montrer, à partir de l’exemple de la revue Tracés, comment les revues de sciences humaines sont concernées par les méthodes et activités du Refdoc et surtout dire comment cette affaire révèle un problème plus général de la politique des revues (ou plutôt l’absence de cohérence d’une politique des revues) menée  en France.

 Pour le dire brièvement, le Refdoc, organisme public dont le but premier est la diffusion et le référencement des articles de recherche, ne signale pas les articles de Tracés diffusés en open access sur le site Revues.org (pourtant une autre entité du CNRS) et signale uniquement les articles à l’accès payant disponibles sur Cairn en proposant de les vendre jusqu’à 20 fois plus cher que leur prix sur Cairn. Les améliorations récentes apportées au site suite aux critiques sont loin d’avoir, à l’heure actuelle, résolu ces problèmes.

***

Le Refdoc se donne quatre missions mises en avant sur sa page d'accueil: accès, signalement, diffusion, archivage.

Une revue comme Tracés, soutenue par le CNRS de plusieurs manières, serait donc en droit d’espérer qu’une telle plateforme lui offre une meilleure visibilité et contribue au référencement et à la diffusion des articles. Un petit tour sur le Refdoc nous a apporté quelques surprises.

En tant qu’éditeurs, nous sommes toujours heureux de  voir que notre revue figure dans un nouveau système de référencement. Il en existe déjà un certain nombre, de formes différentes, mais la majorité sont anglo-saxons: worldcat, google scholar, scirus etc.

Tracés figure sur ces moteurs de recherche scientifiques et bases bibliographiques internationales. On peut facilement accéder aux articles par mots clés, recherche d’auteur, ou à partir du nom de la revue. Un lien permet de trouver l’article sur Revues.org ou Cairn directement (ou les deux; exemple avec un article de Tracés sur google scholar  ou scirus. Sur Worldcat et google books, on peut savoir dans quelle bibliothèque se trouve une version papier et également accéder à plusieurs sites de vente en ligne qui permettent d’acheter un numéro de Tracés (par exemple)

Ainsi ces sites rendent des services non négligeables à la revue et indiquent à l’utilisateur la meilleure option pour trouver un texte, y compris la voie vers une version gratuite de HAL SHS lorsqu’elle est disponible. Une recherche de Tracés sur Refdoc livre quant à elle une première surprise: les articles de Tracés disponibles sur Revues.org ne sont pas référencés. Sans que l’on sache pourquoi, la “Bibliothèque numérique scientifique” du CNRS ne référence donc pas les articles diffusés par le “Centre pour l'édition électronique ouverte” du CNRS...

Les articles en accès libre sur Cairn (actuellement ceux de 2009 pour Tracés) ne sont pas non plus référencés. Les seuls articles de Tracés dont on peut avoir connaissance par le Refdoc sont ainsi les articles payants. Tracés ne se retrouve pas dans la situation, qui a été dénoncée par certains, de voir mis en vente des articles accessibles gratuitement en ligne.

Suite à la mobilisation des chercheurs, le Refdoc a développé une nouvelle option qui permet à l’internaute de savoir si le texte est accessible gratuitement sur HAL-SHS, mais les articles accessibles gratuitement par Revues.org ne sont toujours pas référencés.

Quant aux articles de Tracés accessibles par Cairn (soumis à la barrière mobile donc payants), ils sont bien référencés mais sont vendus bien plus chers que le prix de vente sur Cairn. On se demande vraiment en quoi ce site participe à un service public. Voici un exemple La disponibilité du texte sur Cairn n’est en fait pas mentionnée, même s’il est signalé par la lettre “B” que l’article est accessible par le portail du CNRS, BiblioShS. Ce portail est réservé aux membres des laboratoires du CNRS (des codes sont nécessaires pour l’utiliser). Ainsi le CNRS permet donc à ses chercheurs de ne pas devoir acheter l’article en ligne. L’attention est louable et vise sans doute, de manière juste, à éviter les doubles paiements... Mais quelle option reste-t-il alors à l’internaute non membre du CNRS ?

A ce stade, on espère que celui-ci aura senti l’arnaque, aura quitté Refdoc et simplement tapé le nom de l’article dans n’importe quel moteur de recherche. Car le Refdoc propose en effet deuxièmement d’acheter en ligne une version de l’article. Non pas une version électronique, mais une version papier. Plusieurs options sont disponibles. Pour 13 euros, vous recevrez chez vous une photocopie de l’article d’ici une semaine. Pour 52 euros, elle arrivera sous 24h. Pour 42 euros, on vous propose de la recevoir par fax. A ces tarifs, il faut ajouter la TVA et les droits d’auteurs. L’article dont nous parlons ici est pourtant accessible sur Cairn gratuitement à partir de toutes les bibliothèques universitaires de France. Pour ceux qui n’ont pas accès à une bibliothèque, l’achat sur Cairn de l’article sera facturé 3 euros. Enfin, pour ceux qui voudraient se procurer le numéro de Tracés en entier, une version papier originale et de qualité peut être commandée dans toute bonne librairie ou pourra vous être livrée en quelques jours si vous l’achetez sur une librairie en ligne pour le prix de 15 euros. Pour 30 euros, vous pourrez même vous abonner et recevoir les deux autres numéros de l’année.

Le CNRS propose donc d’envoyer une photocopie d’article de Tracés en une semaine pour le prix d’un numéro ou de la faxer pour un prix supérieur à l’abonnement annuel à la revue. Sur le prix de vente, nous sommes censés toucher 2,90 euros de “droit de copie” versés par le CFC (Centre Français d'exploitation du droit de Copie)

Nous n’avons jamais été contactés à ce sujet. Mais peut-être est-ce simplement qu’aucun article de Tracés n’a été vendu sur Refdoc... Nous n’en savons pas plus. On peut d’ailleurs se demander si ces deux euros iront à Cairn ou à notre éditeur, ENS Editions. Mais apparemment le contrat entre le CNRS et le CFC est assez flou pour être l’objet d’un procès.

Mais dans le cas de notre revue, comment comprendre la logique du Refdoc ? Ce service du CNRS a-t-il comme seul but de rendre visibles les articles payants et de minorer l’open access ? Est-ce un choix éditorial ? Ou alors le but du Refdoc serait bien de faire un profit commercial, ce qui entraînerait la négligence du gratuit ? Pourquoi, donc, le Refdoc ne fait pas simplement de liens vers les revues accessibles gratuitement par le CLEO et ainsi soutenu par le CNRS ?

Notre analyse n’est bien sûr pas exhaustive, il n’est pas de notre ressort d’explorer les 53 millions de références promises par le site. Mais de notre point de vue, le Refdoc se montre donc très incomplet, il est incohérent avec d’autres politiques menées par le CNRS, il ne facilite aucunement l’accès aux articles de Tracés, il nous porte - sur la version papier - une concurrence peu dangereuse mais néanmoins déloyale.

Faisant suite à l’expression de nombreuses critiques, Refdoc a modifié début 2013 son moteur de recherche, en incluant notamment hal shs et base lab, et en affichant ainsi une volonté de se tourner vers le recensement de l’open access.

Pour l’instant, dans le cas de Tracés, cela ne change malheureusement rien quant aux résultats de recherches, même si Tracés est pourtant recensée dans Base Lab (un projet de la Bibliothèque Universitaire de Bielefeld ) grâce à Revues.org... Si Refdoc continue sur cette voie, nous espérons que nos articles open access apparaîtront prochainement dans le moteur de recherche.  Mais les péripéties qui ont accompagné le lancement et l’évolution de Refdoc montrent bien combien la concertation et la cohérence font actuellement défaut.

Jusqu’à présent, l’affaire du Refdoc a surtout été discutée du point de vue des auteurs, mais elle révèle plus généralement les dysfonctionnements et les incohérences de la politique des revues en France. Sur ce sujet l’absence de concertation, de coordination et d’état des lieux des conditions de financement et de diffusion des revues universitaires françaises est très problématique. On voit donc un grand nombre d’embûches qui entravent la politique de gratuité prônée par le CLEO et qui renforcent le sentiment d’incohérence et d’inégalités forte du soutien aux revues. Il est indispensable de repenser de concert  la diffusion et le financement des revues.

Alors qu’aujourd’hui les débats sur l’open access se multiplient au sein de la communauté scientifique internationale, que l’Union européenne souhaite rendre obligatoire l’accès libre aux travaux qu’elle finance

et que le CNL et Cairn négocient entre eux - sous l’égide du Ministère de la Culture et loin du CNRS et du Cléo - une aide à la traduction touchant un petit nombre de revues l’affaire Refdoc doit nous rappeler qu’il est urgent que les chercheurs se saisissent de ce débat et définissent un nouveau modèle cohérent et ambitieux pour les revues francophones.

Pour citer ce billet : Tracés. Revue de sciences humaines, “Open access : la schizophrénie française”, Le carnet de Tracés, publié le 8 mars 2013, Url: <http://traces.hypotheses.org/805>

Autres liens sur Tracés et les politiques des revues:

  • Un appel des revues de 2008, soutenu et initié en partie par Tracés, invitant à une réflexion sur le rôle des classements des revues de sciences humaines http://traces.revues.org/4033
  • Le programme de la conférence Digital Publishing in the Humanities : Perspectives from France and Canada , à laquelle participait Tracés http://traces.hypotheses.org/534
  • La journée d’étude organisée par Politix, “Comment publier une revue de sciences sociales aujourd’hui”, à laquelle nous participions également et  qui donnera lieu à une publication prochaine. http://traces.hypotheses.org/241

 

 

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Etiquettes: , , , , , ,

6 Responses to L’open access: la schizophrénie française

  1. [...] « L’open access: la schizophrénie française », analyse intéressante vue sur Le carnet de Tracés et « L’Open Data ou comment consacrer un droit d’accès aux données publiques », [...]

  2. [...] “L’open access: la schizophrénie française“, Eric Monnet, revue Tracés, 8 mars 2013. [...]

  3. aKrobat le 13/03/2013 à 12:02

    Merci beaucoup pour cette article très détaillé concernant la situation de votre revue qui me paraît vraiment fournir du grain à la discussion.

    Je ne suis pas certain cependant que la plupart des « jeunes » revues aient retenu un modèle payant. Bien au contraire, j'ai plutôt l'impression qu'il y a plus de dynamisme en matière de création de revues scientifiques depuis 10 ans du côté de l'open access que de l'accès payant. C'est certainement que beaucoup assument à l'avance le fait qu'une revue repose sur un travail le plus souvent volontaire et non rémunéré.

    Quant au modèle économique de Caïrn, vous avez tout à fait raison de dire qu'
    « Un premier pas serait simplement de faire le total des dépenses des bibliothèques françaises pour l’accès aux portails numériques de revues et de réfléchir aux solutions possibles d’une meilleure répartition de ces sommes, y compris en tant que subvention directe aux revues. L’argent économisé par les bibliothèques permettrait de financer l’open access des revues. »
    Comme pour nombre d'étudiants chercheurs, les institutions publiques doivent actuellement payer quatre abonnements à Caïrn pour ma seule personne (un à la Bnf, un à la bibliothèque de la Sorbonne, un sur BiblioSHS, un dans ma bibliothèque spécialisée) !

  4. Claude Martin le 09/03/2013 à 17:44

    Merci à Eric Monnet pour ce texte qui précise considérablement le débat sur le ou les modèles économiques possibles pour l'avenir des revues de sciences sociales. Je pourrais presque terme à terme reprendre les arguments qu'il développe en partant de l'exemple de la jeune revue Tracés en m'appuyant sur celui d'une "vieille" revue comme Lien social et Politiques, qui a été créée à la fin des années 1950 en Suisse par le sociologue Albert Meister sous le titre Revue internationale d'action communautaire/international review of community development. Cette revue semestrielle francophone en accès libre sur le portail érudit après un embargo de deux ans est dans la même situation au fond que Tracés et réfléchit sensiblement dans les mêmes termes (ambivalence et schizophrénie) sur son avenir: la tentation du libre accès en numérique, tout en reconnaissant objectivement le besoin pour l'instant de recourir à ses ressources liées aux ventes à la fois papier et numérique, aux abonnements, aux rémunérations liés aux abandons de droits des auteurs, mais aussi au financement sur ressources propres du secrétariat de rédaction, etc. Pour s'émanciper de cette posture shizophrénique, il faudrait, tout comme pour Tracés, obtenir la couverture des frais de production/révision des textes en ligne(environ 15 à 20000€ par an) puisqu'en effet l'essentiel du travail éditorial (lectures, évaluations, sélections, propositions d'amendements, etc) est un travail gratuit produit par les membres du comité de lecture.
    Merci une fois encore d'avoir engagé comme il se doit cette discussion. La mise à plat du modèle économique de plusieurs revues, mis en regard du modèle économique global des établissements et institutions pour la diffusion des savoirs est nécessaire pour faire aboutir une alternative à la situation actuelle qui est à la fois, confuse, incertaine et inégalitaire.
    Claude Martin, co-directeur de la revue Lien social et Politiques

  5. [...] Depuis plusieurs mois resurgissent en France les débats sur l’open access des revues de sciences humaines. Ils semblent cependant bien mal en...  [...]

  6. everdeil le 08/03/2013 à 16:53

    Merci pour votre très intéressant auquel je réagirai peut être plus en détail ultérieurement. En attendant, voilà simplement quelques réflexions sur l'évolution du modèle de Cairn.
    En ce qui concerne la rémunération de Cairn, elle se monte d'après mes souvenirs du contrat avec Géocarrefour à 33% du total des recettes d'abonnement auprès des bibliothèques et autres abonnées. Les deux tiers restants sont versés aux revues sur la base suivante: 33% le sont sur le nombre total de documents de chaque revue ou éditeur concerné; 33% sur la base du nombre de clics reçus par chaque revue ou éditeur.
    Les achats d'article à l'unité représentent une très faible fraction des sommes versées aux revues. Cairn en perçoit également un tiers.
    Le problème de la rémunération est qu'elle est très dépendante, d'une année sur l'autre, de deux paramètres : l'évolution des recettes d'abonnements (nombre d'abonnés x montant des abonnements); le nombre de bénéficiaires (nouvelles revues et ressources documentaires inclues dans le portail).
    Selon un message récemment adressé par la bibliothèque Denis Diderot à (une partie de ?) ses abonnés, il semble que le coût des abonnements a fortement augmenté, d'une année sur l'autre, sans doute pour refléter l'évolution du nombre de bénéficiaires, et aussi sans doute parce que le nombre de nouveaux clients, notamment étrangers, ne suffit pas pour compenser la hausse du nombre de bénéficiaires. Pour cette raison, cette bibliothèque a annoncé avoir renoncé à souscrire au bouquet Cairn dans sa totalité. Dans un contexte de baisse des budgets publics, cette réaction est significative de certaines limites du modèle Cairn.
    De surcroît, il me semble qu'un des problèmes de Cairn, soutenu à la base par des éditeurs privés, est d'avoir fait basculer dans son giron des revues qui ne sont pas véritablement académiques, mais plutôt généralistes (comme Esprit) et des ressources électroniques (encyclopédies, etc.) : ces nouveaux bénéficiaires viennent donc concurrencer les revues scientifiques. La frontière entre édition généraliste et édition scientifique doit dans ce contexte, également être interrogée car à travers ces évolutions, elle est redéfinie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Revue Tracés

Revue Tracés

ENS Éditions

ENS Éditions