Le concept de « diaspora commerçante »: critique d’un paradigme

À l’occasion de la parution du numéro 23 de Tracés, « Diasporas« , ce billet propose une présentation et une traduction inédite d’un extrait de : Sebouh D. Aslanian, From the Indian Ocean to the Mediterranean. The Global Trade Networks of Armenian Merchants from New Julfa, Berkeley, Berkeley University Press, 2011, pp. 7-12. Nous remercions Sebouh Aslanian ainsi que University California Press pour avoir autorisé cette traduction dans « Le carnet de Tracés ».

Sebouh Aslanian est Assistant Professor d’histoire moderne à l’Université de Californie de Los Angeles (UCLA). Son livre From the Indian Ocean to the Mediterranean1, paru en 2011, est consacré aux marchands arméniens de la Nouvelle-Djoulfa. Depuis ce faubourg de la capitale perse d’Ispahan, de 1605 à 1747, les Arméniens ont tissé un réseau marchand à l’échelle globale, de la Chine à l’Europe2, en passant par la Russie, l’Inde moghole ou l’Empire ottoman. Leur négoce a ainsi constitué un rouage essentiel du commerce eurasiatique, en particulier des exportations de soie persane aux XVIIe et XVIIIe siècles. S. Aslanian s’intéresse dans son livre au fonctionnement concret de ce réseau marchand, aux types de partenariats commerciaux ainsi qu’aux modalités de la confiance entre les différents membres de la communauté arménienne. Il propose au-delà, dans le chapitre conclusif de son livre, des éléments pour une comparaison des différents réseaux marchands de l’époque moderne.

L'église arménienne Saint Sauveur à Ispahan

Cathédrale Saint-Sauveur d’Ispahan

On pourrait, a priori, vouloir appliquer au réseau marchand de la Nouvelle-Djoulfa l’expression « diaspora commerçante ». Après tout, la diaspora arménienne n’est-elle pas considérée comme l’une des diasporas « classiques » ou « historiques », c’est-à-dire comme une diaspora « par excellence » répondant à des critères fondamentaux de « diasporicité » (dispersion multipolaire, liens maintenus entre les différents foyers de migrations, traumatisme du départ, nostalgie, absence d’État…) ? Philip D. Curtin, historien de l’Afrique et de la traite négrière, pionnier de la World History, n’a, par exemple, pas hésité à parler de « diaspora commerçante » pour décrire la diaspora arménienne, dans une de ses œuvres majeures, Cross-Cultural Trade in World History.3 P. D. Curtin reprenait là l’expression inventée par Abner Cohen à propos de la diaspora hausa en pays yoruba lors du colloque de l’International African Seminar en 1969, et reprise dans l’article intitulé « Cultural Strategies in the Organization of Trading Diasporas »4. Le numéro 23 de Tracés, « Diasporas », propose justement une traduction de l’article d’Abner Cohen, ainsi qu’une présentation de ses enjeux et de sa réception par l’historien Claude Markovits, qui a été l’un des premiers à critiquer les présupposés que véhicule l’expression « diaspora commerçante » (en particulier l’idée d’une confiance inhérente au groupe diasporique comme adjuvant des échanges commerciaux de longue distance5).

En complément à la traduction du texte d’Abner Cohen et à sa présentation par Claude Markovits, le carnet de Tracés est heureux de présenter ici la traduction d’un premier extrait de l’introduction du livre de Sebouh Aslanian6. L’auteur y offre une critique du paradigme de « diaspora commerçante », qui constitue, à nos yeux, un complément de lecture intéressant au prochain numéro de Tracés.

Guillaume Calafat

***

Une des premières utilisations attestées du terme diaspora en lien avec les échanges ou le commerce apparaît dans la grande œuvre de Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, publiée pour la première fois en 1949. Dans un passage du livre consacré aux civilisations, l’historien français dédie toute une section aux Juifs et s’y réfère en utilisant la célèbre formule « civilisation de diaspora ». Plus loin, il décrit l’expérience juive en ces termes :Braudel

Son corps est dispersé, éparpillé comme autant de fines gouttelettes d’huile sur les eaux profondes des autres civilisations et jamais confondues, avec elles, cependant toujours dépendantes de celles-ci. De sorte que leurs mouvements sont aussi les mouvements des autres, par suite des « indicateurs » d’une exceptionnelle sensibilité. Émile-Félix Gautier, cherchant à la diaspora juive un équivalent, proposait l’exemple, humble en soi, des Mozabites d’Afrique du Nord, dispersés en colonies très fines, elles aussi7. On pourrait songer pareillement aux Arméniens, paysans montagnards et qui deviennent, à l’époque de notre Renaissance, des marchands internationaux, depuis les Philippines jusqu’à Amsterdam, voire aux Parsis dans les Indes, ou même aux Chrétiens nestoriens d’Asie… L’essentiel ? accepter qu’il y ait, avec une infinité d’îles perdues au milieu d’eaux étrangères, des civilisations de diaspora et plus nombreuses qu’on ne le soupçonnerait au premier abord8.

Abner Cohen

Abner Cohen (1921-2001)

Les remarques de Braudel méritent une attention toute particulière tant elles exhortent les historien/ne/s à trouver un cadre comparatif pertinent pour de futurs travaux sur des communautés marchandes « dispersées et éparses ». Même le choix des Juifs, des Nord-Africains, des Arméniens et des Parsis –   utilisés dans certains travaux plus récents pour tenter de créer des modèles pour l’histoire comparée – s’avère visionnaire. L’invitation de Braudel à étudier ces groupes dans une perspective comparatiste est restée lettre morte pendant plusieurs décennies. Les chercheur/se/s  travaillant sur des communautés qui auraient pu correspondre à la catégorie générale de Braudel choisirent de les étudier en utilisant des paradigmes différents, comme, par exemple, celui de « minorités intermédiaires »9. En 1968, Abner Cohen, un anthropologue de l’économie spécialisé dans le commerce d’Afrique de l’Ouest, fut le premier chercheur à utiliser le terme de « diaspora commerçante » (trade diaspora). Dans un essai programmatique sur les communautés marchandes hausas en Afrique de l’Ouest, Cohen opposa explicitement sa nouvelle catégorie à la notion de « réseau »10), définissant la « diaspora commerçante » comme :

Une diaspora [qui] se distingue des autres groupes sociaux par sa culture et sa structure. Ses membres se différencient sur le plan culturel à la fois de leur société d’origine et des sociétés dans lesquelles ils vivent. Son organisation concilie une structure stable avec un haut degré de mobilité pour les individus. Elle possède une organisation politique informelle, qui garantit la stabilité au sein de la communauté en général et la coordination des activités des diverses communautés membres dans leur lutte perpétuelle contre les pressions extérieures. Elle tend à l’autonomie quant à son organisation judiciaire. Ses membres constituent une communauté morale qui restreint le comportement individuel et assure un haut degré d’adhésion aux valeurs et aux principes communs. Elle possède en outre ses propres institutions de prévoyance et de sécurité sociale. En résumé, une diaspora est une nation de communautés socialement interdépendantes, mais géographiquement dispersées11.

Une décennie plus tard, la nouvelle expression de Cohen fut reprise et popularisée par Philip Curtin, un autre historien spécialiste du commerce africain. Dans l’étude cardinale de Curtin, Cross Cultural Trade in World History, la « diaspora commerçante » devint une catégorie ample susceptible d’embrasser une grande variété de communautés marchandes, des Arméniens et des Juifs « sans États » jusqu’aux empires fondés par les Compagnies européennes des Indes Orientales, dont les membres partageaient le point commun d’être dispersés sur de vastes espaces tout en demeurant cependant « socialement interdépendants » grâce à des réseaux complexes. À l’inverse de l’usage relativement nuancé que Cohen fait du concept, en s’attachant à soulever – sans toutefois les résoudre nécessairement – d’importantes questions (comme par exemple le rôle de la communication et des « relations de confiance » chez les membres d’une diaspora commerçante), la réélaboration du concept par Curtin manque cruellement de précautions. Afin d’englober un très large pan de l’histoire mondiale, en commençant avec les Phéniciens pour finir avec les empires maritimes européens et les débuts de la Révolution Industrielle au XIXe siècle, Curtin estima nécessaire d’utiliser le terme « diaspora commerçante » en lien avec la théorie des « colonies commerçantes » ébauchée dans les travaux de l’économiste Karl Polanyi. Aussi, Curtin décrivit-il l’émergence des diasporas commerçantes comme suit :

Les spécialistes du commerce se déplaçaient depuis leur communauté mère et allaient vivre comme étrangers dans une autre ville, généralement pas une ville située en marge, mais une ville importante dans la vie de la communauté d’accueil. Là, les marchants étrangers pouvaient s’installer et apprendre le langage, les coutumes et les habitudes commerciales de leurs hôtes. Ils pouvaient alors servir d’intermédiaires interculturels en aidant et en encourageant le commerce entre la société d’accueil et les gens de leur propre origine qui circulaient le long des routes de commerce. À ce stade, une distinction apparut entre les marchands qui se déplaçaient et s’installaient et ceux qui continuaient à aller et venir. D’une colonie unique, on passa bientôt à un système plus complexe. Les marchands qui s’étaient d’abord installés dans une seule colonie à l’étranger eurent progressivement tendance à mettre en place toute une série de colonies commerçantes dans les villes étrangères. Le résultat fut un maillage interconnecté de communautés commerciales, formant un réseau marchand, ou une diaspora commerçante – un terme qui vient du mot grec pour dispersion, tel le blé qu’on sème12.

Philip D. Curtin (1922-2009)

L’intervention théorique de Curtin s’avéra tout à fait opportune ; elle se produisit au moment où, dans l’historiographie moderne, la catégorie auxiliaire et encore plus ample de « diaspora » se trouvait de plus en plus mobilisée13. Le moment de l’intervention de Curtin coïncida également avec un intérêt croissant pour l’histoire mondiale : les historiens désiraient se départir des frontières rigides et artificielles imposées par l’empreinte quasi hégémonique de « l’historiographie état-nationale » (nation-statist historiography) ; empreinte qui marqua à la fois l’imaginaire historique des dix-neuvième et vingtième siècles, mais aussi l’histoire en tant que discipline. Dans cette configuration, le paradigme de la diaspora commerçante, soutenu de manière enthousiaste par Curtin et ses étudiants, apparut tout naturellement comme un champ de recherches auxiliaire de l’histoire mondiale, sous-discipline qui ne cessait de gagner en notoriété. On peut mesurer le succès du concept à l’aune de ses usages, aussi bien auprès d’un nombre croissant d’historiens travaillant sur les communautés marchandes, qu’auprès des anthropologues et des théoriciens de la culture, qui utilisent le concept bien souvent sans éprouver le besoin de le qualifier ou de questionner de manière critique ce qu’il sous-tend14.

Robin Cohen, un sociologue des migrations, s’est saisi du terme dans son livre Global Diasporas ; il a repris la formulation de Curtin tout en y ajoutant d’autres typologies issues de ses réflexions, telles que « diasporas de victimes » et « diasporas culturelles »15. Robin CohenSi le travail de Cohen introduisit des distinctions utiles pour le champ émergent des Diaspora studies, offrant par conséquent une tentative bienvenue pour mieux théoriser et affiner le concept de diaspora commerçante, il échoua à formuler une critique d’ensemble de la catégorie; une catégorie désormais complétée par des typologies variées de la diaspora, que l’on peine parfois à distinguer de l’usage initial qu’en fit Curtin.

L’usage de la catégorie de diaspora commerçante chez Curtin suppose plusieurs assomptions. Leur inventaire critique nous permettra d’évaluer l’usage général du terme ainsi que de reconsidérer quel rôle, s’il y en a un, la catégorie de diaspora commerçante devrait jouer dans notre analyse de la communauté marchande arménienne de la Nouvelle Djoulfa aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Une diaspora commerçante pour Curtin se caractérise par les traits suivants :

  1. Elle commence à prendre forme quand « des spécialistes du commerce (…) se déplacent depuis leur communauté mère et vont vivre comme étrangers dans une autre ville, généralement pas une ville située en marge, mais une ville importante dans la vie de la communauté d’accueil »16. Une fois qu’ils s’établissent et qu’ils commencent à apprendre les modes culturels de leur communauté d’accueil et qu’ils encouragent le commerce entre leurs hôtes et les marchands appartenant à leur communauté d’origine, toute une gamme de colonies (settlements) similaires commence à germer, créant ainsi un réseau de colonies, que Curtin désigne avec l’étiquette de « diaspora commerçante ».
  2. Il s’agit d’une « nation de communautés socialement interdépendantes mais spatialement dispersées »17. Ici, le trait principal est la dispersion spatiale, puisque toutes les communautés de marchands en tant que telles sont, jusqu’à un certain point, « socialement interdépendantes ».
  3. Elle est, ou, à proprement parler, elle devrait être, une communauté « sans État », comme l’indique le mot même de « diaspora ». Cependant, nombre des exemples utilisés par Curtin (les « Banians », les Chinois, les compagnies européennes des Indes orientales, etc.) ne remplissent pas ce critère.
  4. Elle est « distincte culturellement » de sa société d’accueil comme de sa société d’origine. L’idée d’une distinction culturelle, aussi problématique soit-elle, est centrale dans la définition de Curtin parce qu’elle lui permet d’envisager les diasporas commerçantes en tant qu’« intermédiaires culturels » dans le commerce mondial. Les diasporas commerçantes sont dès lors « balayées » de l’histoire à l’approche de la Révolution Industrielle, qui supprime leur fonction d’intermédiation culturelle.
  5. Les membres d’une diaspora commerçante apparaissent pour combler une niche dans les économies de leurs sociétés d’accueil. Leur présence est déterminée par une sorte de division (ethnique) du travail. Il en est ainsi parce que, selon Curtin, les diasporas commerçantes monopolisent ou se spécialisent dans un produit en particulier ; elles peuvent également remplir un espace dans un secteur particulier de l’économie laissé vacant par la société d’accueil.
  6. Finalement, et de manière plus importante, une diaspora commerçante est une formation sociale politiquement neutre et marginalisée. Curtin considère ses membres comme des acteurs apolitiques dans l’économie et l’administration de leur société d’accueil. Ils ne mélangent pas, en règle générale, la politique avec les affaires, mais restent plutôt en marge du politique. Comme Sanjay Subrahmanyam l’a fait remarquer, ce détail est central dans la définition de Curtin18.

Comme nous le verrons, chacun de ces postulats s’avère problématique, non seulement pour le cas arménien, qui occupe une place centrale dans le tableau synoptique de Curtin, mais aussi pour le cadre comparatif plus large qui préside à son projet d’ensemble. Par conséquent, comme K. N. Chaudhuri l’a conseillé il y a plusieurs années, « il faut se méfier lorsqu’on utilise l’expression ‘diasporas commerçantes’ comme outil analytique »19. Quels sont donc les défauts de la catégorie de Curtin ?

Marchand arménien

Illustrations de Les navigations, pérégrinations et voyages faicts en la Turquie par Nicolas de Nicolay, costume des marchands Arméniens. XVIè siècle

En ce qui concerne le premier postulat, qui touche aux origines des diasporas commerçantes, l’idée que les colonies de la diaspora commerçante commencent avec des spécialistes du commerce « qui se déplacent et qui s’établissent » dans une communauté étrangère ne correspond pas à l’expérience historique de la plupart des communautés traitées par Curtin. Si l’on observe en effet le cas des Arméniens, force est de constater que leurs migrations « diasporiques » n’étaient pas uniquement caractérisées par des motivations commerciales. Ici, nous sommes davantage enclins à ressusciter la théorie « push-pull » jadis à la mode chez les théoriciens des migrations20. Dans la plupart des cas, comme dans le cas arménien, les marchands quittaient leur pays d’origine parce qu’ils étaient « poussés dehors », par exemple, en étant déracinés et transplantés de force ailleurs, comme ce fut le cas avec les marchands de Djoulfa au tournant des XVIe et XVIIe siècles, lorsqu’ils établirent un nouveau foyer près de la capitale safavide d’Ispahan. Dans d’autres cas, ils se déplaçaient parce qu’ils étaient « poussés » par des conditions économiques ou politiques défavorables chez « eux », ou, à l’inverse, parce qu’ils étaient « attirés » par des conditions plus favorables à l’étranger. Ce fut le cas avec le départ de Djoulfa au milieu du XVIIIe siècle, lorsque le chaos politique et l’effondrement économique qui s’ensuivit dans l’Iran de Nâdir Shâh poussa les Arméniens de Djoulfa à délocaliser leur base en Inde, en Russie, ou en Méditerranée, en fonction de ce qu’ils percevaient comme les « attraits » de chaque potentiel foyer. Sur ce sujet, la tentative récente de Robin Cohen visant à distinguer diasporas de « victimes » et diasporas « commerçantes » s’avère utile en ce qu’elle permet de pointer leur différence fondamentale, du moins en ce qui concerne les origines de ces  types distincts de « diasporas ». Cependant, le problème, avec Cohen, est qu’il emprunte sans le critiquer le concept de diaspora commerçante avancé par Curtin, et qu’il le conserve quasiment intact21.

Le postulat concernant la dispersion comme caractéristique de la condition de la diaspora commerçante est également problématique, parce que toutes les communautés de marchands durant la période moderne étaient, par définition, dispersées. Après tout, il faut bien être dispersé spatialement pour faire du commerce ; faire donc de la dispersion un trait de définition fondamental des diasporas commerçantes semble l’invalider « pour des raisons strictement épistémologiques »22. En outre, utiliser la dispersion comme un marqueur du statut de diaspora commerçante fait courir le danger de mettre dans le même sac toutes les communautés marchandes qui ont peu de choses en commun, excepté le fait universel d’être spatialement dispersées. Par conséquent, dans son entreprise visant à écrire une histoire globale et comparative, Curtin regroupe sous la rubrique « diaspora commerçante » des communautés aussi diverses que les membres des puissantes Compagnies des Indes Orientales, les Arméniens sans État, et d’autres encore, comme les « Banians » en Afrique de l’Est et les marchands chinois en Asie du Sud-est.

Comme on l’a vu, Curtin ne fait pas de « l’absence d’État » un critère fondamental de la définition de « diaspora commerçante », parce qu’il risquerait ainsi de restreindre considérablement la dimension comparative de son travail. Notons ici que le terme grec diaspora (dérivé du verbe sperein : disperser, disséminer23) l’a empreint de deux attributs essentiels :  (a) celui d’une communauté qui est déracinée de sa terre d’origine (homeland) et ainsi privée d’un État lui appartenant (c’est le cas avec les deux « diasporas classiques », à savoir les Juifs et les Arméniens) ; et (b) celui d’être physiquement dispersé et disséminé en colonies éloignées (le trait caractéristique de l’autre diaspora classique, c’est-à-dire des Grecs). Les deux attributs ne s’excluent pas l’un l’autre, mais jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle, le terme diaspora connotait l’absence d’État. Dans sa définition, Curtin choisit de se concentrer sur l’attribut de la dispersion et n’aborde pas d’autres traits caractéristiques de la diaspora, comme l’absence d’État. Cela apparaît de manière évidente lorsqu’on observe le nombre considérable de communautés rassemblées dans son livre pour des études de cas sur les diasporas commerçantes. Des communautés de ce type traitées dans Cross-cultural Trade in World History, seuls les Arméniens sont cités comme exemple de marchands sans États […].

océan Indien

[Carte de l’Océan Indien] / Made by John Burston Dwelling at the Signe of the Platt in Ratcliff Highway Anno Domini 1665

Les postulats 4, 5 et 6 sont également intenables aussi bien pour des raisons théoriques qu’empiriques. L’idée que les diasporas commerçantes fussent culturellement distinctes de leurs communautés d’accueil n’est qu’en partie vraie ; cela revient, en outre, à considérer la notion de « culture » comme un phénomène hermétiquement scellé par des frontières « culturelles » – une notion qui n’est désormais plus acceptable dans la plupart des travaux récents des anthropologues24. Par ailleurs, l’hypothèse de départ implicite de Curtin qui postule que, en tant que groupes culturellement distincts, les diasporas commerçantes agissent comme des intermédiaires interculturels et qu’elles se révèlent apolitiques dans les sociétés de leurs pays d’accueil, n’est pas confirmée empiriquement. Pour de nombreuses communautés marchandes en Asie, du XVIIe au XIXe siècles, le commerce et la politique étaient souvent mêlés, comme les études de Subrahmanyam l’ont révélé. Ce n’était pas seulement le cas pour la communauté marchande iranienne dispersée à travers l’Inde moghole du XVIe au XVIIIe siècles, mais cela l’était aussi pour les marchands arméniens de Djoulfa en Iran, en Inde, en Birmanie et partout ailleurs dans l’océan Indien durant la même période. En bref, l’idée supposée que les diasporas commerçantes sont, par définition, désintéressées par la politique, empêche d’examiner le rôle important de ce que Subrahmanyam et Bayly ont appelé les « capitalistes de portefeuilles »25.

À part ces défauts, le concept de « diaspora commerçante », tel qu’il a été formulé et appliqué par Curtin et ses étudiants aux Arméniens ou à d’autres cas, a surtout fait office de catégorie descriptive, plutôt qu’analytique26 Le concept a surtout été utile pour nous peindre un tableau assez large des Arméniens et des autres communautés marchandes de la période moderne, mais il s’est avéré relativement pauvre pour nous aider à comprendre analytiquement comment opéraient les communautés marchandes en question. Comment les marchands appartenant à ces communautés dispersées communiquaient-ils les uns avec les autres ? Sur quelle forme de mécanismes institutionnels s’appuyaient les membres des communautés marchandes de ce type pour générer des réseaux de confiance et de solidarité à travers les grands espaces couverts par leurs communautés ? Cette question est d’autant plus pertinente dans un contexte d’absence d’institutions formelles, à l’instar des tribunaux et d’autres institutions génératrices de confiance, sans lesquels il semble difficile d’imaginer une conduite sereine des affaires. Si ces marchands étaient « sans État », comme le suppose le concept de diaspora commerçante, alors quelles formes (si elles existent) de « pouvoir sans État » propre à leur formation sociale développaient-ils pour rivaliser, souvent avec succès, face aux réseaux marchands rivaux.27 ? DiasporaÀ nouveau, c’est une question importante, qui a besoin d’être abordée à l’aune des travaux récents sur l’histoire maritime de l’océan Indien, qui se sont efforcés de réexaminer les relations entre les marchands asiatiques et les compagnies de commerce européennes qui ont pénétré l’océan Indien avec l’appui de puissants États nationaux aux ambitions territoriales croissantes. Enfin les marchands appartenant aux « diasporas commerçantes » coordonnaient-ils leurs décisions dans les affaires (en faisant, entre autres, des investissements avisés sur les marchés) avec d’autres marchands appartenant à leur réseau, ou opéraient-ils simplement comme des « colporteurs », dépourvus de toute rationalité économique et d’action collective, apanage (d’après Niels Steensgaard) des marchands européens28 ? Si les habitudes commerciales de ces marchands démontrent la présence d’un réseau trans-impérial de coordination et de coopération sophistiqué, alors, comment cela fut-il possible ? Le modèle de la « diaspora commerçante », tel qu’il existe aujourd’hui, ne nous aide à répondre à aucune de ces questions. De même, la tentative récente de ranimer le concept de diaspora commerçante en lui donnant simplement un autre nom, « réseaux diasporiques d’entrepreneurs » (diaspora entrepreneurial networks), n’apporte guère plus de clarté conceptuelle ni de rigueur analytique29.

Comme on l’a vu, le paradigme de la diaspora commerçante fut inventé par Abner Cohen à la fin des années 1960 en claire opposition au concept de réseau. Cependant, au lieu de contribuer à une plus grande clarté analytique, l’abandon de la notion de réseau a plutôt eu tendance à affaiblir le nouveau paradigme, nous incitant par conséquent à en revenir à l’idée du réseau marchand, à laquelle on a sans doute trop vite renoncé.

***

Sebouh David Aslanian, From the Indian Ocean to the Mediterranean: The Global Trade Networks of American Merchants from New Julfa. (c) 2011 by the Regents of the University of California. Reprinted by permission of the University of California Press.

Pour citer ce billet : Sebouh Aslanian, «  Le concept de ‘diaspora commerçante’ : critique d’un paradigme », traduit et présenté par Guillaume Calafat, Le carnet de Tracés, publié le 3 décembre 2012, Url : <http://traces.hypotheses.org/520>

  1. Voir également les articles du même auteur : “‘The Salt in a Merchant’s Letter’: The Culture of Julfan Correspondence in the Indian Ocean and Mediterranean,” Journal of World History, 19, 2 (2008), pp. 127-188 ; “The Circulation of Men and Credit: The Role of the Commenda and the Family Firm in Julfan Society,” The Journal of the Social and Economic History of the Orient, 50, 2 (2007), pp. 124-171 ; “Social Capital, ‘Trust’ and the Role of Networks in Julfan Trade: Informal and Semi-formal Institutions at Work,” Journal of Global History 1, 3 (2006), pp. 383-402 []
  2. Un article récent d’Olivier Raveux, paru dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine 1 (2012) propose une étude détaillée et documentée de la communauté arménienne de la Nouvelle-Djoulfa à Marseille, dans la seconde moitié du XVIIe siècle. []
  3. Philip Curtin fut l’un des professeurs de Patrick Manning, promoteur des études « Afrique-Diaspora ». Nous publions dans le prochain numéro de Tracés un long entretien de Patrick Manning, interviewé par le sociologue Stéphane Dufoix. []
  4. Voir, sur l’émergence de cette catégorie des études diasporiques : Stéphane Dufoix, La Dispersion: une histoire des usages du mot ‘diaspora’, Paris, Amsterdam, 2011, pp. 185-187 []
  5. Voir Claude Markovits, The Global World of Indian Merchants, 1750-1947: Traders of Sind from Bukhara to Panama, New York, Cambridge University Press, 2000 ; voir également, pour une critique inscrite dans ce sillage : Francesca Trivellato, The Familiarity of Strangers: The Sephardic Diaspora, Livorno, and Cross-Cultural Trade in the Early Modern Period, New Haven, Yale University Press, 2009 []
  6. Nous publierons prochainement, dans Le carnet de Tracés,  la suite de cette introduction, qui développe l’idée, empruntée à Cl. Markovits, de « sociétés de circulation ». []
  7. Émile-Félix Gautier Mœurs et coutumes des Musulmans, Paris, Payot, 1955 [2ème édition], p. 212. []
  8. Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II. 2. Destins collectifs et mouvements d’ensemble, Paris, Armand Colin, 1990 [1949], p. 541. []
  9. Voir Claude Markovits, The Global Word of Indian Merchants… op. cit. []
  10. Dans une note de bas de page qui suit immédiatement l’introduction de l’expression « diaspora commerçante », Cohen note : « le terme ‘réseau’ a été utilisé comme terme de substitution à ‘diaspora’ afin de couvrir différents phénomènes sociologiques, mais son utilisation dans ce contexte est susceptible de prêter à confusion. Je considère en effet que le terme ‘diaspora’ permet d’appréhender plus aisément ‘un groupe ethnique en dispersion’ que le terme ‘réseau’ (Abner Cohen, « Cultural Strategies in the Organization of Trading Diasporas », The Development of Indigenous Trade and Markets in West Africa, Claude Meillassoux éd., Oxford, Oxford University Press, 1971, p. 267, n.1 []
  11. Abner Cohen, « Cultural Strategies… art. cit », p. 267 []
  12. Philip D. Curtin, Cross Cultural Trade in World History, Cambridge, Cambridge University Press, 1984, p. 2 []
  13. Pour une excellente histoire conceptuelle et généalogique du terme « diaspora » et de ses usages intellectuels dans les sciences sociales, voir Khachig Tölölyan, « Rethinking Diasporas: Stateless Power in the Transnational Moment », Diaspora, n° 5, 1996, pp. 3-36 []
  14. Notons trois exceptions notables : Francesca Trivellato, The Familiarity of Strangers… op. cit. ; Scott C. Levi, The Indian Diaspora in Central Asia, Leyde et Boston, Brill, 2002 ; Søren Mentz, The English Gentleman Merchant at Work: Madras and the City of London, 1660-1740, Copenhague, Museum Tusculanum Press, 2005 []
  15. Robin Cohen, Global Diasporas: An Introduction, Seattle, University of Washington Press, 1997 ; pour un examen critique de ce travail, voir William Safran, « Comparing Diasporas: A Review Essay », Diaspora: A Journal of Transnational Studies, vol. 8, 1999, pp. 255-291 []
  16. P. D. Curtin, Cross-Cultural Trade… op. cit., p. 2 []
  17. P. D. Curtin, Cross-Cultural Trade… op. cit., je souligne []
  18. Pour une discussion critique sur ce point, voir Sanjay Subrahmanyam, « Iranians Abroad: Intra-Asian Elite Migration and Early Modern State Formation », Journal of Asian Studies, vol. 51, 1992, pp. 340-363 ; également : Idem, The Political Economy of Commerce: Southern India, 1500-1650, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 337 ; Idem, « Of Imarât and Tijârat: Asian Merchants and State Power in the Western Indian Ocean, 1400-1750″, Comparative Studies in Society and History, vol. 37, n°4, 1995, pp. 750-780 (p. 753). []
  19. K. N. Chaudhuri, Trade and Civilisation in the Indian Ocean: An Economic History from the Rise of Islam to 1750, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 224 []
  20. Pour une formulation classique, voir E. Ravenstein, « The Laws of Migration », Journal of the Royal Statistical Society, vol. 46, 1885, pp. 167-235; et Idem, « The Laws of Migration: Second Paper », Journal of the Royal Statistical Society, vol. 52, 1889, pp. 241-305. []
  21. Robin Cohen, Global Diasporas… op. cit., pp. 83-105 []
  22. K. N. Chaudhuri, Trade and Civilisation… op. cit., p. 226 []
  23. K. Tölölyan, « Rethinking Diasporas… art. cit. » ; W. Safran, « Comparing Diasporas… art. cit. » []
  24. Pour une mise en perspective critique du travail de Curtin qui discute l’idée de cultures distinctes, voir Francesca Trivellato, « Juifs de Livourne, Italiens de Lisbonne, Hindous de Goa: Réseaux marchands et échanges interculturels à l’époque moderne« , Annales HSS, vol. 58, 2003, pp. 581-603. []
  25. Sanjay Subrahmanyam et Christopher A. Bayly, « Portfolio Capitalists and the Political Economy of Early Modern India« , The Indian Economic and Social History Review, vol. 25, n° 4, 1988, pp. 401-424. NdT. Les portfolio capitalists sont ces grands marchands indiens, chinois, perses, qui, à l’époque moderne, importent dans leurs sociétés de résidence des techniques de perception d’impôts et de trésorerie publique, en échange de certains monopoles et exclusivités. []
  26. À propos de cette distinction, voir Sanjay Subrahmanyam, « On Imarât and Tijârat… art. cit. » p. 753. Subrahmanyam considère que la diaspora possède « un sens analytique clair, même si elle pose un problème de précision quand on l’utilise comme une catégorie descriptive », ce qui peut sembler correct dans le contexte qu’il étudie. Cependant, il n’est jamais question de savoir si la « diaspora commerçante » est une catégorie qui permet d’analyser la manière dont les communautés marchandes commerçaient sur de longue distance. [NdT: Cette note a été ajoutée par Sebouh Aslanian mais ne se trouve pas dans le livre] []
  27. Pour une discussion du « pouvoir sans État » et des marchands de Djoulfa, voir Sebouh Aslanian, « Trade Diaspora versus Colonial State: Armenian Merchants, the East India Company, and the High Court of Admiralty in London, 1748-1752 », Diaspora: A Journal of Transnational Studies, vol. 13, pp. 37-100. Il convient de noter cependant que les Arméniens de Djoulfa n’étaient pas, en un certain sens, « sans État », parce qu’ils s’appuyaient sporadiquement sur les Safavides et d’autres États pour soutenir leurs intérêts commerciaux. []
  28. La théorie des colporteurs pour décrire le commerce asiatique fut d’abord exposée par Jacob Cornelius Van Leur, Indonesian Trade and Society: Essays in Asian Social and Economic History, La Hague, J. Van Hoeve, 1955. Elle fut popularisée et développée par Niels Steensgard, The Asian Trade Revolution of the Seventeenth Century: The East India Company and the Decline of the Caravan Trade, Chicago, University of Chicago Press, 1974. Le dénigrement des marchands asiatiques chez Steensgard, envisagés comme de simples « colporteurs » dépourvus de rationalité économique est une forme d’orientalisme économique. Elle a été critiquée comme telle par nombre de chercheurs, parmi lesquels Stephen Dale, Indian Merchants and Eurasian Trade, 1600-1750, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, pp. 126-127 ; et Ina Baghdiantz McCabe, The Shah’s Silk for Europe’s Silver: The Eurasian Trade of the Julfa Armenians in Safavid Iran and India, 1530-1750, Atlanta, University of Pennsylvania Armenian Texts Series/Scholars Press, 1999, p. 204. []
  29. Voir les contributions rassemblées dans Ina Baghdiantz McCabe, Gelina Harlaftis et Ioanna Pepelasis Minoglou éd., Diaspora Entrepreneurial Networks: Four Centuries of History, Oxford et New York, Berg, 2005 []

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 06/02/2013

    […] (sommaire ci-dessous). En parallèle de cette parution, le carnet de recherche de Tracés publie une traduction originale de l’introduction de l’ouvrage de Sebouh Aslanian: "Le concept de “diaspora commerçante”: critique d’un paradigme" […]

  2. 09/02/2013

    […] publie une traduction originale de l’introduction de l’ouvrage de Sebouh Aslanian: “Le concept de “diaspora commerçante”: critique d’un paradigme” ainsi qu’une playlist […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *