À quoi servent les sciences humaines. Combattre les idées du Front National

VoteLe texte programmatique qui suit annonce l’avant-propos du prochain Hors Série Tracés « A quoi servent les sciences humaines (IV) » (parution prévue en oct. 2012) et n’a aucune prétention sociologique.

Gueule de bois, enthousiasmes amputés. Au lendemain du premier tour des élections présidentielles, il est difficile de maintenir le cap des espérances démocratiques face au roc des 17,9 % de voix recueillies par la candidate du Front National. Si ce score est inférieur au pourcentage de voix que l’extrême droite avait obtenu en 2002 (16,9 % pour Jean-Marie Le Pen et 2,3 % pour Brunot Mégret), le nombre absolu des votes a augmenté de près d’un million. Les explications politiciennes qui nous sont données ne sont guère satisfaisantes : la droite se réfugie derrière le « vote de crise » – la vacuité sociologique de cet élément de langage saute pourtant immédiatement aux yeux : la « crise » (économique, suppose-t-on) frappe d’autres électeurs que ceux du Front National –, et la gauche lui emboîte le pas en invoquant le « vote de souffrance » – c’est à se demander pourquoi tous les Français n’ont pas voté Front National pour abréger leurs souffrances.

Les variables qui influent sur le vote actuel d’extrême droite sont nombreuses : taille de l’agglomération, statut des salariés et des patrons de PME, catégories sociales populaires. Par ailleurs, quelques journalistes n’ont pas manqué de rappeler le lien statistique fort qui existe entre le vote d’extrême droite et le niveau de diplôme – un lien examiné de longue date par les chercheurs en sciences politiques1. D’après l’Ifop, un électeur sans diplôme sur deux a voté le 22 avril dernier pour la candidate frontiste, et celle-ci ne récolterait que 7 % des voix des électeurs diplômés de l’enseignement supérieur. Le succès des idées défendues par le Front National (xénophobie, racisme, traditionalisme et nationalisme politico-économique, sous couvert de défense de la « vraie » laïcité, des « vraies » valeurs et des « vraies » gens) est donc pour bonne partie conditionné par les trajectoires scolaires empruntées par ses électeurs.

Ne nous trompons pas : le problème n’est pas tant l’« échec scolaire » (une formule qui tend à se focaliser sur l’évaluation individuelle), que la crise d’une institution – l’école – dévalorisée depuis des années à coups de discours caricaturaux sur « les profs » ou « le mammouth ». Du niveau primaire au supérieur, elle est tiraillée entre la mission qui est la sienne – transmettre une culture : une mission qui s’avère trop souvent source de violence symbolique, de dégoûts et d’humiliations en chaîne pour beaucoup d’enfants et de jeunes – et de nouvelles ambitions « professionnalisantes » – qui consistent parfois à abdiquer des objectifs jugés archaïques ou inutiles tels que l’éveil de l’esprit critique.

Pour combattre les idées portées par le Front National et les tendances au repli sur soi, il faut, à nos yeux, revaloriser le rôle des enseignants dans la vie démocratique et annihiler la coupure entre les dynamiques sociales et l’« école », aujourd’hui perçue et vécue comme le lieu de l’évaluation-sanction du mérite individuel. Lutter contre les arguments du Front National et en montrer toutes les limites, c’est nécessairement remettre au cœur de la vie publique, non seulement la question scolaire mais aussi, plus largement, la question éducative. C’est faire sortir l’école de ses gonds, la penser comme un organisme vivant en interaction avec l’environnement qui lui permet de (sur)vivre, avec le monde complexe dont elle ne saurait être déconnectée. Il s’agit bel et bien d’un espace en continuité, et non en rupture, avec la famille, avec la vie du quartier, avec la vie sociale à quelque échelle que ce soit. Cette continuité est un enjeu éducatif fort, souvent rabâché, rarement accompli.

L’école n’est pas non plus une parenthèse, un moment de la vie qui s’arrêterait une bonne fois pour toutes à l’âge de 12, 16 ou 25 ans, duquel on sortirait marqué de façon indélébile et irréversible par son « diplôme ». Les universités populaires prouvent que l’intérêt pour la connaissance déborde le cadre de l’institution scolaire, qu’il peut habiter les membres d’une société tout au long de leur existence. L’école n’est donc qu’un lieu et un moment parmi d’autres dans lequel se développent la curiosité, l’appétence pour le savoir, les techniques de compréhension des autres ou d’explication non partisane des phénomènes socio-historiques. Comme le disait le philosophe John Dewey, l’éducation doit être « un processus de vie et non une préparation à la vie à venir ».

Problématiser conjointement la question scolaire et la question éducative implique de saisir le rôle central que jouent les sciences humaines et sociales dans notre vie démocratique. En ce sens, il faudrait commencer par leur donner une autre place que celle à laquelle elles se trouvent actuellement réduites et confinées. À nos yeux, elles sont d’abord l’instrument qui permet de se servir des compétences et des savoirs inculqués à l’école. Elles sont comme l’interrupteur qui, s’il n’est pas activé, nous laisse dans la pénombre. Les Maîtres vous diront que l’ampoule se trouve juste au-dessus de votre tête et qu’elle peut même diffuser de la lumière, mais s’ils ne vous invitent pas à découvrir où se trouve l’interrupteur, il y a peu de chances que vous voyiez jamais la lumière…

Notre conviction politique est qu’il est temps que tout un chacun – les enfants en premier lieu – puisse actionner l’interrupteur par soi-même. Il faut sortir l’école du sanctuaire dans lequel elle se trouve enfermée, et forger (ou consolider) les outils pédagogiques qui favoriseront les échanges compréhensifs (tant consensuels que conflictuels) entre  individus ou institutions, et qui constituent le socle même de toutes les sciences humaines et sociales. En un mot : diffuser l’esprit d’enquête. Remettre en cause le discours des élites politiques, dont les leaders du Front National font partie quoiqu’ils en disent, nécessite de s’interroger sur la dimension collective de la vie, de s’appuyer sur des faits précis, d’utiliser les techniques et les méthodes qui produisent des connaissances rationnelles sur la société. L’esprit d’enquête consiste à se poser les questions suivantes et à pouvoir y répondre sans tordre la réalité : comment vivent les autres ? Quels sont les intérêts qui les animent, les contraintes auxquelles ils sont confrontés, les subtilités de leurs croyances et de leurs sentiments ? Quelles sont leurs trajectoires, géographiques et sociales ? Quels sont leurs projets ? En un mot, comment se mettre à leur place ?

L’apprentissage renouvelé des sciences humaines et sociales, dès le plus jeune âge et tout au long de la vie, devrait permettre de combattre l’idéologie fataliste qui pèse sur l’institution scolaire, alimente le discours de ses détracteurs, et oriente celui du Front National. Bien loin d’une extrême droite qui préfère jouer la carte du conservatisme et du repli identitaire, nous voulons redire haut et fort que la force des déterminismes sociaux n’est pas une fatalité ! Il est temps de remettre au cœur de notre projet démocratique et collectif l’ambition d’une éducation émancipatrice qui valorise l’enquête, la critique et la compréhension. Un jour alors, les idées nationalistes du FN apparaîtront aux yeux de tous comme ce qu’elles sont : schématiques, frileuses, sans fondements émotionnels autres que la peur et la haine.

Arnaud Fossier et Edouard Gardella

  1. Entre autres, pour les élections de 1988, 1995 et 2002, le lecteur pourra se reporter à l’article de Nonna Mayer, 2002, « Les hauts et les bas du vote Le Pen », Revue française de science politique, vol. 52, n° 5, p. 505-520. []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Romain B. dit :

    Le paragraphe qui sert d’articulation à cet article m’a quelque peu embarrassé. Vous écrivez :
    « Les variables qui influent sur le vote actuel d’extrême droite sont nombreuses : taille de l’agglomération, statut des salariés et des patrons de PME, catégories sociales populaires. Par ailleurs, quelques journalistes n’ont pas manqué de rappeler le lien statistique fort qui existe entre le vote d’extrême droite et le niveau de diplôme – un lien examiné de longue date par les chercheurs en sciences politiques […].Le succès des idées défendues par le Front National [..] est donc pour bonne partie conditionné par les trajectoires scolaires empruntées par ses électeurs. »
    Je ne comprends pas bien le lien qui est établi entre l’observation (statistiques du vote et des diplômés) et la conclusion développée dans l’article (pour lutter contre le FN, il faut changer et améliorer l’école).
    Si cela me semble peu convaincant, ce n’est pas tant à cause des conclusions (avec lesquelles je suis a priori d’accord), qu’à cause de ce qui me semble être un manque de rigueur logique dans l’application de la causalité.
    Les chiffres avancés par Nonna Mayer, citée en note – « entre autres » il est vrai – ne concernent que l’électorat de Le Pen. Des statistiques plus larges auraient sans doute été intéressantes, notamment pour voir ce qu’il en est de l’électorat de l’autre extrême (LO, NPA entre autres, et peut-être même PCF).
    Je ne connais pas ces statistiques générales, mais puisqu’elles sont absentes, on ne peut pas déduire grand chose des chiffres restreints, si ce n’est que statistiquement les électeurs de Le Pen sont plus souvent non diplômés : je veux dire par là qu’il ne s’ensuit pas nécessairement que l’obtention d’un diplôme soit une manière de faire reculer les idées du FN.
    Il est par exemple probable que les gens diplômés ne votent pas non plus pour ce qu’on appelle « la gauche de la gauche » (un des minuscules indices permettant de le penser est la réaction que j’ai pu observer concernant l’agrégation d’économie de Nathalie Arthaud). Auquel cas la conclusion qui me semble la plus probable est celle qui voudrait que les diplômes, plutôt que de faire reculer les idées du FN, font reculer le vote pour des partis autres que ceux dits « de gouvernement » – de là à voir cette canalisation du vote des diplômés comme une contrainte de vote de classe, il n’y a qu’un pas.
    Bref, si les diplômés votent contre le FN, ils ne le font peut-être pas tant pour lutter contre les idées du FN que contre ce qui s’écarte de leur horizon social, ce qui explique sans doute pourquoi les idées du FN – « xénophobie, racisme, traditionalisme et nationalisme politico-économique, sous couvert de défense de la « vraie » laïcité, des « vraies » valeurs et des « vraies » gens » – brandies par d’autres partis peuvent tout à fait être plébiscitées par des diplômés.
    Un des risques de ce qui me semble être une simple imprécision dans votre article est que cela offre le flanc à un rejet politique alimenté par un rejet de l’élitisme (du type « tout ce que les statistiques prouvent, c’est que les diplômés votent uniquement pour les « candidats du système » »).
    Quoi qu’il en soit de cette petite remarque, merci pour cet article.

  2. Sylvie dit :

    Sur le fond, je ne suis pas d’accord avec vous sur la mission reconnue
    aujourd’hui à l’école. Ce qui pose problème, c’est que l’école n’est
    justement plus perçue comme une institution qui transmet un savoir.
    Elle est perçue comme une institution qui DOIT donner à l’individu des
    « ficelles » pour s’en sortir dans la crise, le chômage et le bonheur,
    mais n’est plus la garantie d’un lieu où se transmet le savoir et la
    capacité à réfléchir. Elle est devenue une annexe d’Auchan. On fait
    ses courses dans les matières et les cours, on jette, on prend, on
    négocie, on réclame.

    Or, sans être déconnectée des nouvelles réalités, l’école, à mon sens,
    doit rester un temple que l’on ne souille pas avec des considérations
    consuméristes. Il faudrait donc revenir sur toutes les politiques
    pédagogiques qui placent l’élève au centre du système (analogue à la
    figure de « l’enfant-roi » dans les familles) et qui encouragent
    l’intervention systématique des parents. Pour rappel, ces derniers ne
    sont pas des pédagogues! Que les parents éduquent leurs enfants, mais
    qu’ils ne se mêlent pas des façons d’enseigner! En perdant la notion
    d’institution « sacrée » de la République, on a mis ou cru mettre la
    pédagogie à la portée de tout un chacun, et on s’est trompé. Chacun
    est-il boulanger, soudeur, médecin ? Non.

    Je ne pense donc pas que l’école doive être en continuité avec la
    famille, le quartier etc. Elle est autre, et c’est précisément parce
    que l’on ne sait plus faire la différence qu’on la laisse s’écrouler.
    Ce que dit Dewey renforce d’ailleurs mon opinion : l’école forme un
    esprit, une culture, une intelligence, elle ne donne pas des
    « ficelles ».

    Dans votre article vous reprenez finalement les arguments de la droite
    comme de la gauche et placez l’école… au centre, dans la continuité
    de la vie. Mais le FN, lui, parle d’une école avec des visages blancs
    uniquement, des yeux clairs, et une même langue. Si j’étais vous, je
    mettrais donc davantage l’accent sur la transformation des vérités
    historiques et intellectuelles, mais aussi sur l’obscurantisme des
    programmes scolaires qu’envisagent ces nationalistes.

    Ils nient la culture pour le peuple, parce qu’à leurs yeux d’élites,
    le peuple doit travailler, usiner, et non réfléchir. Mais ils ne sont
    pas les seuls! Les réformes actuelles qui mettent en valeur l’aide
    personnalisée, le soutien aux plus faibles, font le constat pervers
    que les pauvres ne réussissent pas car ils ne peuvent se payer des
    cours particuliers. Ce sont donc les ghettos qu’il faut briser, la
    lutte des quartiers pauvres et des quartiers riches.

    Ce qui engage évidemment toute une nouvelle politique économique. Or
    ce que les journalistes oublient de dénoncer chez le FN, parce qu’ils
    ne se focalisent que sur le hallal et le voile, c’est son libéralisme
    économique, sa course à l’argent. Or, l’école se situe en dehors de
    cette course : on ne va pas à l’école pour gagner des sous plus tard!
    Et c’est là que le FN est en profond décalage avec l’école.

    Enfin, si on vote FN chez les ouvriers et les peu « instruits, comme
    vous semblez le dire, c’est parce qu’on ne sait plus lire un discours,
    un texte argumentatif, polémique, un peu long. Le clip de campagne de
    Le Pen était très simple : le prix des endives, les allocations chômage pour les
    immigrés, et les logements sociaux. Voilà ce que mes élèves
    comprennent! Si c’est plus complexe et mieux écrit, ils sont perdus.
    Pourquoi Le Pen fait si fort près des jeunes? Parce que ses arguments
    ne sont JAMAIS abstraits. Elle ne parle que de cas pratiques.

    Une école qui voudrait faire pareil se tromperait donc totalement et
    favoriserait finalement la montée du FN. Si vous voulez combattre les
    idées du FN, alors l’école a vocation à redevenir ce lieu où on
    apprend l’abstraction, où l’on apprend à prendre du recul.

    Quant aux sciences humaines, par exemple l’histoire, qui se voit émasculée dans les programmes nouveaux et les apprentissages, elles sont le reflet de la richesse de la pensée humaine. Elles scrutent , analysent, tentent de cerner à un moment donné ce qui fluctue le plus chez l’homme, dans les sociétés. On comprend que les nationalistes quels qu’ils soient aient tout intérêt à les minimiser, voire les supprimer, et à les politiser pour les instrumentaliser.

    Tant que les politiques n’auront pas compris ça, on continuera d’aller
    dans le mur. Mais comme pour le moment, ils veulent tous racoler des
    voix, ils proposent uniquement ce que les parents veulent entendre :
    des « profs flemmards », du soutien scolaire (qui ne marche pas), et des
    nouvelles technologies. Ils ne pensent donc pas à ce qui serait utile aux enfants (parce qu’original) : apprendre à prendre du recul par rapport aux réalités, apprendre à penser.

    J’ai foi dans une école qui donne à chacun, pauvre ou riche,
    intellectuel ou manuel,ces bases indispensables qui, un jour, font
    dire à l’adulte « s’il n’y avait pas eu l’école… ».
    Malheureusement, il est aujourd’hui tellement « tendance » de dénigrer
    ce qui a été un lieu souvent difficile mais tellement formateur et
    enrichissant.

    Quand on pense à tous ces enfants qui dans le monde ne sont pas
    scolarisés et qui aimeraient l’être pour apprendre, apprendre,
    apprendre à devenir un Homme. 60 ans pour le devenir, dit
    Malraux dans la Condition humaine.

  1. 18/08/2012

    […] les idées du Front National Publié le 27/04/2012 par edouard […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *