Tracés passe à l’Open Access !

Depuis le début de l’année 2017, Tracés. Revue de sciences humaines est désormais intégralement consultable en ligne sans abonnement (Open Access) sur la plateforme revues.org de l’éditeur public OpenEdition (1), tout en restant disponible en version papier grâce à ENS Editions. Le n°32 de la revue, “Déplacer les frontières du travail”, est le premier numéro à sortir simultanément en version papier et en accès ouvert pour la version numérique. Nous avons dû pour cela faire le choix d’abandonner un de nos éditeurs numériques historiques, Cairn (2). Ce changement est le résultat d’un long processus dont nous souhaitons dire quelques mots.

La revue Tracés a été partie prenante des débats sur l’accès ouvert aux publications universitaires qui ont éclos en France suite à la recommandation de la Commission européenne du 17 juillet 2012 et qui ont repris autour de la discussion du projet de loi pour une République numérique de 2015 (3). Schématiquement, deux positions se sont dégagées de ces débats. D’un côté, les éditeurs privés, épaulés par certain-e-s responsables de revues de sciences humaines et sociales, ont réclamé de restreindre l’accès aux travaux de recherche par le maintien d’une barrière payante pour garantir la rémunération des acteurs de l’édition, indispensables à la mise en valeur des travaux scientifiques. D’un autre côté, autour d’OpenEdition et du CNRS, accompagnés de nombreux universitaires, s’est constitué un pôle poussant à la diffusion la plus large possible de la recherche financée sur fonds publics.

 

Face à ces positions, Tracés, alors présente à la fois sur Cairn pour les numéros les plus récents, et sur revues.org pour les plus anciens, disponibles en libre accès, a tenu à faire valoir la nécessité de défendre le principe de l’accès ouvert – c’est-à-dire la mise à disposition en ligne, sans barrière payante –  sans pour autant faire l’impasse sur la question du financement. Nous avions alors défendu cette position dans un billet écrit par Eric Monnet, intitulé “L’Open Access : la schizophrénie française”. Faute d’une politique publique claire et ambitieuse de soutien aux revues, il était simplement faux de dire que l’on pouvait faire une revue de qualité en accès ouvert intégral, sauf à s’en remettre à une forte auto-exploitation de son comité de rédaction pour les tâches d’édition. Une revue, a fortiori si elle est imprimée, est une oeuvre collective qui prend du temps et induit des coûts de production, bien au-delà de l’activité scientifique elle-même. Si les revues les plus anciennes et établies pouvaient compter sur une base d’abonnements, notamment institutionnels, et parfois sur un ou plusieurs postes de secrétariat de rédaction financés par l’Etat, il est impossible de fonder et de faire vivre une jeune revue sans un minimum de revenus, pour assurer la correction professionnelle des manuscrits, la mise en page, l’impression papier et la distribution. Au moment de ces débats, nous étions fortement dépendants des revenus apportés par Cairn, et il n’y avait pas d’alternative d’accès ouvert satisfaisante. La “schizophrénie” que nous dénoncions alors était aussi la nôtre, puisque nous souhaitions permettre la gratuité de la consultation en ligne à nos lecteurs et nos lectrices mais ne pouvions pas nous-mêmes adopter ce mode éditorial en ligne tout en gardant la même qualité éditoriale, qui fasse vivre notre revue dans sa version papier et sa version numérique.

 

Si nous avons finalement décidé de passer notre version numérique en accès ouvert intégral, c’est suite à deux changements, l’un et l’autre liés à la fois à la situation spécifique de Tracés et à des transformations plus générales du paysage des revues françaises. Tout d’abord, la plateforme revues.org a développé ces dernières années un modèle économique qui a progressivement monté en puissance jusqu’à devenir une alternative viable : le modèle freemium. Celui-ci consiste à mettre le texte des articles en libre accès, en réservant aux institutions abonnées certaines fonctionnalités, comme le téléchargement des articles en format PDF. OpenEdition reverse ensuite aux revues du bouquet freemium une part des revenus tirés des abonnements, en fonction du nombre de consultations. Cette nouvelle possibilité de financement convient particulièrement bien à la revue Tracés, depuis longtemps bien plus consultée sur Internet que sur le papier (nous avons depuis plusieurs années moins de 100 abonné-e-s). Le passage au freemium nous permet ainsi de garder une partie des revenus générés jusque là par Cairn. Un deuxième facteur a été encore plus déterminant : nous avons obtenu de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS l’attribution d’un demi-poste de secrétariat de rédaction. Ce soutien institutionnel réduit nos coûts directs d’édition et donc nos besoins de financement. Si cette attribution de poste vient confirmer la maturation et le gain en visibilité de Tracés, cela marque aussi un changement dans la politique de soutien public aux revues : notre souhait de passer en accès ouvert, en accord avec la politique défendue par le CNRS, a été une condition nécessaire à l’attribution de ce demi-poste.

 

Nous sommes aujourd’hui heureuses et heureux de permettre à tou-te-s d’accéder à la revue Tracés, tout en améliorant le processus d’édition par la collaboration avec une secrétaire de rédaction professionnelle. Cependant, rien n’est garanti. Faute d’une unification plus que jamais nécessaire des portails, la disparition subite de Tracés de la plateforme Cairn risque de rendre nos articles paradoxalement moins accessibles aux universitaires habitué-e-s à l’utiliser pour leurs recherches. L’expression “accès ouvert” dissimule la grande variété d’accès et de publics relatifs aux revues de sciences humaines et sociales, et le passage d’un portail à un autre n’est pas sans risque vis-à-vis de notre lectorat. En passant en consultation intégrale sur revues.org, nous entendons continuer à jouer un rôle dans le débat sur ces questions. En particulier, nous souhaitons défendre le modèle des revues portant des projets éditoriaux forts, y compris en format imprimé, contre la tendance, parfois appuyée par les autorités, à leur préférer la mise en ligne directe des travaux sur des portails publics. Cela suppose de constamment poser la question non seulement des conditions d’accès, mais aussi des conditions de production et de circulation des travaux de recherche.

 

Nous comptons donc sur vous, lecteurs et lectrices de Tracés, pour continuer à nous soutenir en consultant, partageant, et discutant nos articles, et en vous abonnant à la version papier, qui restitue mieux que tout autre l’unité du projet éditorial d’un numéro. Nous nous engageons de notre côté à poursuivre notre projet d’élaboration et de diffusion d’une recherche pluridisciplinaire accessible et de qualité, sur des thématiques variées, au plus près des enquêtes et des réflexions des chercheur-e-s, aux différentes étapes de leur carrière.

 

Merci et à bientôt !

 

Le comité de rédaction de Tracés

 

(1)  OpenEdition est un portail de publication créé par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo), une UMS du CNRS, de l’Université d’Aix-Marseille, de l’EHESS et de l’Université d’Avignon. Il regroupe revues.org, Calenda, hypotheses.org et OpenEdition Books.(retour au texte)

 

(2) Nous ne sommes pas les seuls à avoir récemment fait cette transition. Dans l’éditorial du n° 59 (1) de Sociologie du travail, qui vient de quitter Elsevier pour OpenEdition, Didier Demazière explique ce choix. (retour au texte)

 

(3) Sur ces débats, voir le numéro “Économie et politique de l’accès ouvert” : les revues à l’âge numérique” de la Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°64/4 bis, 2015. Y est notamment repris le billet d’Eric Monnet cité ci-dessous. Rappelons que ladite loi a été promulguée en octobre 2016. (retour au texte)


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Pierre Mounier dit :

    J’en rêve depuis des années, Tracés l’a fait ! Toutes mes félicitations pour cet acte de courage mais aussi de réflexion et de raison, on le voit bien dans votre billet. Longue vie à Tracés et à l’audace, en toutes occasions.

  1. 13/07/2017

    […] 1. Tracés passe à l’Open Access !, 30 mai 2017, URL : https://traces.hypotheses.org/1938 […]

  2. 20/07/2017

    […] 1. Tracés passe à l’Open Access !, 30 mai 2017, URL : https://traces.hypotheses.org/1938 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *