À quoi sert l’histoire économique

Dans son discours présidentiel de l’association américaine d’histoire économique (EHA) en septembre 2011, Barry Eichengreen posait de manière très juste la question des usages de l’histoire économique dans la gestion de la crise économique actuelle par les hommes politiques.
Cette question, qui rappelle le thème du cycle de Tracés “A quoi servent les sciences humaines” et notamment les journées consacrées aux usages de l’économie et de l’histoire, ne peut en effet manquer de frapper quiconque a suivi les débats politiques depuis 2008 tant les références aux crises passées, et à certains travaux historiques, ont souvent servi de justification aux décisions prises par les banques centrales ou les gouvernements.


Ces références avaient été particulièrement explicites aux Etats-Unis en 2008 et 2009, et il est encore courant d’entendre ou de lire que l’on a évité une crise aussi profonde qu’en 1929 grâce à la perspicacité des économistes et hommes politiques qui ont su tirer les leçons du passé. Economistes et journalistes aiment rappeler que le gouverneur de la banque centrale des Etats-Unis (la Fed) Ben Bernanke, est un spécialiste de la Grande Dépression qui souscrit à l’interprétation monétariste de la crise de 1929 que l’on doit à Milton Friedman et Anna Schwartz (Histoire monétaire des Etats-Unis, 1963), selon laquelle la Grande Dépression s’est propagée en raison du manque de réaction de la banque centrale américaine. En réaction au crash boursier de 1929, cette dernière avait en effet conduit une politique trop restrictive en laissant la masse monétaire décroître. En 2002, Bernanke prononçait un discours face à Friedman et Schwartz en concluant “Concernant la Grande Dépression, vous avez raison ce fut notre faute. Nous en sommes désolé, mais grâce à vous nous ne ferons plus la même erreur.” Cette phrase est évidemment souvent citée comme preuve que le gouverneur de la Fed avait retenu les leçons de l’histoire et que sa décision de sauver les banques et d’injecter des liquidités dans l’économie découlait directement de sa compréhension des erreurs politiques de 1929.


De même, la décision de Barack Obama de nommer en 2009 comme directrice de son conseil économique l’économiste historienne Christina Romer, spécialiste des politiques des années 1930, a été perçue comme hautement symbolique et comme la preuve que le pouvoir politique avait pris toute la mesure de la gravité de la situation. Romer a immédiatement engagé le débat en faisant référence au New Deal et aux erreurs politiques passées: sa peur était notamment que le gouvernement américain ne mette trop rapidement un terme aux politiques expansionnistes, dès les premiers signes de reprise économique, ce qui aurait risqué de créer une nouvelle recession, comme en 1937. 

L’idée que l’histoire offre des leçons claires et transparentes, judicieusement transposées dans l’action politique par quelques personnes capables de les décrypter, a pourtant assez vite été battue en brèche. Non sans ironie, en juillet 2009, la même Anna Schwartz dont s’était réclamé Ben Bernanke se prononçait dans le New York Times contre la reconduction de celui-ci à la tête de la Fed, et critiquait de manière assez violente sa politique, mettant notamment en cause le manque de transparence et de ligne directrice de la Fed dans le sauvetage des banques. Quant à Christina Romer, elle a démissionné de son poste à la fin de l’année 2010, officiellement pour des motifs familiaux, mais très probablement en raison de désaccords profonds avec certains membres de l’administration Obama. Elle n’a ensuite cessé de critiquer les politiques budgétaires et monétaires actuelles comme étant trop timorées, et de pousser à des mesures plus expansionnistes. Tout se passe donc comme si les contraintes politiques et les batailles idéologiques avaient repris le dessus sur les supposées leçons de l’histoire.

A l’opposé de l’idée selon laquelle les politiques auraient su apprendre de l’histoire économique, on entend également souvent dire qu’une des causes de la crise économique est au contraire un “oubli de l’histoire”. Que ce soit sous la forme de reproches adressés à la discipline économique, accusée de s’être enfermée dans ses modèles mathématiques, ou d’une critique plus générale de la trop grande confiance des décideurs dans la bonne forme de l’économie au début des années 2000, la thèse de l’oubli de l’histoire fait recette. A titre d’exemple, on peut mentionner aussi bien la position prise par un groupe de financiers anglais réputé et influent, la Chartered Financial Analyst Society, demandant à rendre obligatoire l’enseignement de l’histoire économique et financière dans tous les cursus d’économie, de finance et de management, que les rééditions ou nouvelles parutions d’ouvrages sur l’histoire des crises. Dans ce domaine, la palme revient sans aucun doute à This time is different, le livre de Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, (traduit en français)  deux économistes habituellement peu familiers des travaux historiques qui ont signé en 2009 un livre dont les ventes et la réception médiatique très importantes peuvent étonner pour une somme de 500 pages principalement constituée de séries statistiques couvrant deux siècles de crises. Leur argument principal est que les crises se répètent et qu’il ne faut pas commettre l’erreur de penser que “cette fois, c’est différent”. Pointer l’oubli de l’histoire comme principale cause de la crise peut paraître assez opportuniste de la part d’un groupe d’analystes financiers… Quant à l’argument que l’histoire se répète on pourra le juger particulièrement naïf et rapide, surtout quand les auteurs achèvent leur ouvrage en attribuant finalement cette répétition à “la nature humaine”. Une conception cyclique de l’histoire peut certes être rassurante mais elle est souvent peu amie de l’action et de la critique.

Les usages de l’histoire économique pendant la crise montrent donc un certain nombre d’ambiguités. C’est à ce constat que parvient également Barry Eichengreen dans le discours que nous mentionnions au début. Eichengreen, peu convaincu par les usages de la crise de 1929 pour guider les choix politiques, tente de comprendre pourquoi certaines références historiques se sont imposées et comment elles ont été selectionnées. Il fait le parallèle avec l’histoire des guerres (e.g., la référence à la Guerre du Vietnam pour penser la guerre en Irak), et il critique l’aveuglement que peut souvent causer l’analogie. Selon lui, les politiques sont trop enclins à se tourner vers une seule référence historique, et à s’en servir comme point de repère, plutôt qu’à construire une analyse complète de la situation qui ferait usage des outils fournis par l’histoire sans pour autant laisser croire que nous sommes simplement face à la répétition d’un même évènement.

Au demeurant, la sélection d’une référence historique n’est évidemment pas neutre, et comme l’affirme encore Eichengreen, les réponses politiques à la crise relèvent tout autant de la politique partisane et de l’idéologie que des choix économiques. Alors que l’interprétation monétariste du rôle des banques centrales pendant la crise de 1929 semble avoir été largement reprise, les décisions politiques récentes en Europe font assez peu de cas de thèses alternatives selon lesquelles c’est l’attachement à une règle politique rigide, l’étalon-or, qui avait propagé la crise dans les années trente (thèse défendue notamment par Eichengreen dans son ouvrage Golden Fetters, publié en 1992) et que les règles budgétaires pourraient aujourd’hui jouer un rôle similaire. Les discussions autour des réformes bancaires ont fait vaguement référence au Glass Steagall Act de 1933 (qui séparait les activités bancaires entre les dépôts et l’investissement) mais elles entrent peu dans le détail des raisons ayant conduit à la mise en place de la loi  ; quant aux conditions de sauvetage des banques ou de la régulation des bourses européennes, celles-ci ont également fait l’objet de peu de comparaisons historiques systématiques.

Les usages de l’histoire économique au cours de cette crise sont nombreux mais ils ne sont ni univoques ni innocents. Entre conviction naïve que l’histoire se répète et conflits d’interprétations, il n’est assurément pas facile de tirer les “leçons de l’histoire”…. A ce titre, les usages de l’histoire économique nous apprennent surtout beaucoup sur l’idéologie du moment.

E.M

Nota bene: le graphique en une provient d‘un billet d’Eichengreen et O’Rourke sur le site Vox comparant les trajectoires de l’économie mondiale suite aux chocs financiers de 1929 et 2008.  Nous avons réalisé une comparaison similaire pour le cas français.

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Othmane dit :

    Article très intéressant, de même pour les billets mentionnés

    • La Rédaction dit :

      Merci beaucoup ! N’hésitez pas à signaler d’autres billets sur le même sujet qui nous auraient échappé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *