Appel à contribution (n°47) : Épreuves d’autorité

Proposition de numéro coordonné par Corentin Durand, Elsa Génard et Mathilde Rossigneux-Méheust

DATE LIMITE d’envoi des propositions: 30 avril 2024

De quoi sont faites les relations entre employés et patrons, administrés et administrateurs, accusés et juges, fidèles et clergé, enfants et parents, patients et soignants, élèves et enseignants, etc. ? Ce numéro de Tracés propose de repartir d’une notion centrale et problématique de notre modernité politique – l’autorité – comme relation sociale, au-delà de sa seule acception comme  concept politique (Horkheimer, Fromm, Marcuse, 2001 [1936] ;  Arendt, 1989 [1961] ; Kojève, 2004), valeur morale ou qualité personnelle (Azoulay, 2004). La relation d’autorité se caractérise, par rapport à d’autres relations de pouvoir, par le fait d’être fondée sur des statuts de participation a priori asymétriques. Les actions ou les possibilités d’action des uns y sont conditionnées par la position de supériorité, le bon vouloir ou les décisions des autres

Nous invitons ainsi les contributeurs et les contributrices à analyser, dans différents domaines sociaux et à différentes époques, les interactions qui construisent, stabilisent et mettent à l’épreuve les relations d’autorité, ainsi que les dispositifs matériels, scripturaux, spatiaux, langagiers et moraux qui les produisent et dans lesquels elles s’inscrivent. Penser ensemble des configurations relationnelles et leurs conditions matérielles très diverses doit alors permettre de re-spécifier empiriquement et conceptuellement ce que ces relations ont en commun mais aussi ce en quoi elles varient.

L’approche interactionnelle, processuelle et relationnelle défendue par ce dossier permet de faire un pas de côté par rapport à la question tout sauf neuve de la « crise de l’autorité ». S’extraire des discours englobants et surplombants sur l’autorité et ses risques d’effritement ouvre la voie à une micro-analyse de l’autorité et de ses dispositifs. Cette focale ne doit bien sûr pas décourager des propositions qui articuleraient étude située et réflexion sur de plus grandes scansions historiques. L’analyse des lettres écrites ou dictées par Staline en termes d’« opérations relationnelles » par Yves Cohen constitue un exemple de l’articulation possible entre étude de cas micro et réflexion chronologique d’ampleur sur l’« idéologie du chef » (Cohen, 2014, p. 683-795).

Avec cette approche résolument micro, l’ambition de ce dossier est de penser ensemble plusieurs traditions des sciences sociales, attentives à la matérialité des relations d’autorité. On songe tout particulièrement aux travaux sur les institutions disciplinaires (Goffman, 1961 ; Foucault, 1975 ; Sykes, 2007), aux études historiques et sociologiques sur les suppliques et les dénonciations (Farge et Foucault, 1982 ; Boltanski, 1984 ; Bercé, 1990 ; Chateauraynaud et Torny, 1999 ; Fassin, 2000 ; Blum et Cerutti, 2018), aux travaux sur les relations de travail (Burawoy, 1982 ; Offerlé, 2007 ; Delpierre, 2022), à la sociologie du guichet (Lipsky, 1980 ; Dubois, 1999 ; Weller, 1999), à l’anthropologie de la bureaucratie (Hull, 2012 ; Hoag, 2011 ; Allard et Walker, 2016),  aux recherches sur la fabrique de l’obéissance (Delalande, 2009 ; Saint-Fuscien, 2009), ou au récent chantier d’une « histoire sociale de la relation d’autorité » (Karila-Cohen, 2008 ; Saint-Fuscien, 2011 ; Karila-Cohen et Droit, 2016). Les contributions pourront également dialoguer avec un large éventail d’études philosophiques qui cherchent à penser le pouvoir comme une relation (Hegel, 2002 ; Certeau, 1990 ; Foucault, 1994 ; Honneth, 2000 ; Gros, 2019) ou s’interrogent sur la fabrique du consentement : travaux féministes sur la sexualité et la famille (Mathieu, 1991 ; Garcia, 2018 ; Garcia, Mazaleigue-Labaste et Mornington, 2023), travaux qui interrogent la notion de « servitude volontaire » ou de “désir de servitude” (La Boétie, 2022 [1577] ; Spinoza, 2022 [1670] ; Deleuze et Guattari, 1972), etc. Bien que cet appel ne parte pas d’une définition unique ou univoque du concept d’autorité, l’enjeu notionnel reste un des horizons possibles des contributions, si l’effort de conceptualisation naît de et s’articule à un souci d’historicisation et de description empirique des relations d’autorité.

Le choix d’une focale resserrée sur les relations interpersonnelles et les interactions permet de ne pas plaquer les mécanismes de pouvoir a priori sur les situations asymétriques qui sont au cœur de l’analyse. Il s’agit de saisir les structures de domination dans leur dimension concrète et historique, qu’elles soient liées au genre, à la classe, à la race ou à l’âge, en explorant dans le détail des relations de pouvoir en train de se faire. Objet en équilibre, en constante redéfinition, au travers d’actes, de décisions, de mots, de gestes, de signes, de mises en scène, qui font eux-mêmes constamment l’objet d’interprétations et d’« actions en retour » par les parties en présence (Lemieux, 2009), les relations d’autorité seront précisément étudiées au prisme de leurs déstabilisations, de leurs confirmations et de leurs déplacements. Ces moments critiques – que l’on peut qualifier comme des épreuves dans le vocabulaire des sociologies d’inspiration pragmatique et pragmatiste (Blic et Lemieux, 2005 ; Boltanski, 2009 ; Barthe et al., 2014 ; Chateauraynaud, 2015) – participent ainsi à la fois à la construction, au maintien et à la remise en cause des relations d’autorité.

Dans le sillage des paperwork studies attentives notamment à la fabrique des actes d’État (Hull, 2003 ; Weller, 2018), nous invitons les auteurs et autrices à intégrer à leur analyse, autant que faire se peut, une réflexion sur les manières de documenter les relations d’autorité (Lenzi, 2016). Quels dispositifs d’enquête, quels types de sources, quelles traces permettent d’observer, aujourd’hui comme dans le passé, de telles relations? Comment se situent les chercheurs et chercheuses de sciences sociales, quand ils et elles explorent ces configurations?

Zéro de conduite, Jean Vigo (1933)

Axe 1 – Travail d’autorité

Comment s’établissent et se perpétuent les relations d’autorité? Le premier axe invite à penser les relations d’autorité comme les objets et l’enjeu d’un travail, que l’on qualifiera ici de travail d’autorité. Construite à partir de la notion de “travail relationnel” (Durand, 2018), l’expression est une invitation à s’intéresser aux différents éléments qui forment les relations d’autorité : les participants, la définition des rôles, le cadre spatial et matériel, le langage utilisé (visuel, corporel ou discursif), les supports normatifs partagés et la temporalité dans laquelle ils prennent place.

Même au sein d’espaces fortement hiérarchisés – les institutions d’enfermement, l’armée, les lieux de travail, ou encore la famille –, la construction et la stabilisation des relations d’autorité font l’objet d’un travail spécifique qui prend des formes variées et s’appuie sur une pluralité de dispositifs juridiques, matériels ou moraux (Lamotte, 2022). Les contributions pourront ainsi d’abord se concentrer sur les interactions qui exhibent les relations d’autorité. Il en va ainsi des cérémonies – parades militaires, minutes de silence, etc. – qui fonctionnent à la fois comme des représentations et des remises en jeu de la relation d’autorité, y compris parce que sa seule exposition prête le flanc aux critiques. De même, l’activation du pouvoir de punir – exceptionnel ou routinier –, ou de son symétrique – l’octroi de récompenses –, est une piste particulièrement stimulante, dans la mesure où elle affirme l’asymétrie d’une relation, tout autant qu’elle l’expose à la contestation et à la qualification d’« abus d’autorité » (Génard et Rossigneux-Méheust, 2023). Les approches critiques de la notion juridique d’abus pourront constituer une contribution importante pour ce dossier, venant montrer les économies morales dans lesquelles prennent place les relations d’autorité. Quelles sont les situations où l’exercice de l’autorité est jugé abusif par celles et ceux qui les subissent ?

Dans cette première perspective, la question des espaces dans lesquels se déploient les relations d’autorité apparaît alors cruciale. Quels sont les effets de la distance et de la proximité dans la production des rapports de domination ? Que font par exemple le partage d’espace (la « domination rapprochée » de Memmi, 2019) ou l’éloignement au travail d’autorité ? Le guichet constitue de ce point de vue un lieu particulièrement intéressant d’observation de  « positions d’autorité subordonnée » (Siblot, 2006a), invitant à penser le travail d’autorité au sein d’une pluralité de rapports sociaux imbriqués. Les contributions pourront par ailleurs s’intéresser aux contextes dans lesquels la relation d’autorité échoue ou peine à s’incarner. On pense notamment ici aux travaux sur la bureaucratisation et la dématérialisation de modes de gouvernement (Herzfeld, 1992 ; Deville, 2018). Comment les transformations des rapports entre l’État et ses usagers reconfigurent-elles la construction des relations d’autorité ?

Si certaines situations désignent explicitement les positions des participants dans une configuration asymétrique d’autorité, d’autres – d’assistance, de soin, de conseil ou d’enseignement – sont plus équivoques et réversibles. Certaines configurations relationnelles et spatiales pourront faire l’objet d’analyses spécifiques : celles qui mettent en présence et hiérarchisent des pairs (cours d’école, conseils d’élèves, syndicats, associations), ou encore celles qui imposent ou supposent le recours à des intermédiaires juridiques ou scripturaux (Chartier, 1991 ; Papen, 2010 ; Pélisse, 2019 ; Durand et Israël, 2022), ou cherchent au contraire à les supprimer, par exemple par le recours à des guichets numériques (Velkovska et Zouinar, 2007). Une attention particulière sera donc accordée aux configurations où la relation d’autorité n’est pas directement élaborée par l’espace institutionnel, soit que le droit participe moins directement à stabiliser l’asymétrie des statuts de participation, soit que la symétrie des positions constitue une revendication ou une évidence non remise en cause. Entre pairs, par quelles opérations se forgent des relations d’autorité? Comment s’exprime l’asymétrie dans les prières que les croyants adressent aux divinités (Albert-Llorca, 1993 ; Mauss, 2019)? Au sein des couples ou des fratries, quelles sont les pratiques qui donnent accès à l’effectivité des relations d’autorité (Limbada, 2023)? Comment des relations d’autorité se donnent-elles à voir au sein de mouvements sociaux qui se définissent précisément comme anti-autoritaires (Him-Aquilli, 2017)?

Le numéro aimerait en outre faire une place centrale aux travailleurs subalternes de l’autorité, relais d’une autorité supérieure souvent placés en première ligne : sous-officiers, sœurs servantes, gendarmes, petits chefs, assistantes sociales, gardiennes de camp (Lignereux, 2008 ; Kalifa 2009 ; Houte, 2010 ; Marly, 2019 ; Maïlander, 2009 ; Zappi 2022 ; Jusseaume, 2023 ; Loris, 2023). Afin de saisir et de contextualiser historiquement et sociologiquement la production quotidienne des relations d’autorité et leurs effets de genre, de race, de classe et d’âge, explorer les configurations relationnelles et professionnelles (d’apprentissage, de rapports hiérarchiques, d’exercice de la discipline, d’affrontements) constitue une piste de choix. Une catégorie de ces travailleurs de l’autorité est un exemple particulièrement parlant : celles et ceux qui, incarnant l’autorité de l’Etat dans les routines administratives (Massicard, 2019), assurent une forme de « sale boulot » (Hughes, 1962) en recueillant les colères, les injures, les récriminations. Eux-mêmes sont soumis à des procédures d’évaluation, de notation, de punition ou de blâme qui gagnent à être connues pour interroger les rouages du pouvoir (Purenne et Aust, 2010 ; Didier, 2011 ; Chantraine et Sallée, 2014 ; Karila-Cohen et Le Bihan, 2018) À la manière dont Camille François a étudié les « petites mains de la force publique » (François, 2022), l’étude de bureaux ou services administratifs croisée à celle de trajectoires professionnelles, pourra discuter la façon dont des agents, même subalternes, investissent l’espace d’autorité dont ils disposent.

Un dernier ensemble de questions relatives au travail d’autorité porte sur les supports matériels, expertaux et moraux. Comment, par exemple, l’usage de la voix ou la pratique de direction de conscience permettent-ils d’instaurer une relation d’autorité (Reinhardt, 2014 ; Muller, 2019) que l’on peut aussi penser comme un travail? On pourra interroger la manière dont des formes (insignes, registres langagiers, vêtements etc.) sont perçues (reconnues) comme des marqueurs d’autorité dans les interactions pour autoriser et signaler le pouvoir conféré à des individus (Saint-Fuscien, 2011). Il sera également possible de questionner la place de savoirs spécialisés dans la construction et la stabilisation de relations d’autorité – voire comme la condition de possibilité des celles-ci. Pour saisir la manière dont se modèlent, se négocient et se critiquent dans des cadres a priori non disciplinaires des relations qui engagent et définissent l’autorité de ceux et celles qui la détiennent, les contributeurs et contributrices pourront, par exemple, situer l’analyse dans les cabinets médicaux, les prétoires, les espaces cultuels, pour observer les face-à-face qui façonnent la production de l’expertise et la négocient (Gaglio, 2010 ; Marignier, 2016). Comment les discours et les rituels du pouvoir font-ils autorité (Monte et Oger, 2015 ; Sorrentino, 2018 ; Oger, 2021)? Quand la cohabitation d’« arguments d’autorité » en vient-elle à donner lieu à des conflits d’expertise (Schaffer et Shapin, 1993 ; Castel, 2005)?

Axe 2 – Mettre les autorités à l’épreuve

Le deuxième axe invite à analyser les pratiques par lesquelles les autorités sont interpellées, saisies ou contestées. Invitant à explorer dans leur matérialité une large gamme de supports, cet axe propose de ne pas faire des adresses aux autorités de simples reflets de relations d’autorité, mais de mettre en lumière la manière dont ces pratiques contribuent à les constituer (Thireau et Hua, 2005 ; Cerutti, 2010). Une attention particulière sera donnée aux échanges rhétoriques et symboliques entre acteurs pour rendre compte des dynamiques qui construisent en acte les relations d’autorité (Mondada et Keel, 2017). Il importe pour cela de décrire les formes d’entente, d’altercation, d’obstruction et de négociation qui s’y jouent, notamment en réfléchissant aux soubassements moraux sur lesquelles elles reposent (Boltanski, 1984).

Un questionnement central a trait aux modalités d’entrée en relation avec les autorités. La question des supports écrits est essentielle : on cherchera par exemple à comprendre les contraintes que des formulaires font peser, la manière dont ils réagencent les possibilités d’action et les effets de cadrage qu’ils engendrent, mais aussi la manière dont ils font constamment l’objet d’appropriations – soit pour s’y conformer, soit pour en subvertir la forme (Star, 1990 ; Hull, 2012 ; Pohn-Weidinger, 2014). Les contributions sont également invitées à explorer des dispositifs non scripturaux : les gestes, les objets, les performances, qui permettent d’établir le contact avec une autorité et, dans le même temps, mettent en jeu la nature de la relation avec celle-ci. Individuelles autant que collectives, légales ou transgressives, routinisées ou exceptionnelles, les entrées en relations sont donc extrêmement diverses : pétitions, présents, cahiers de doléances, demandes de miracles, manifestations, audiences individuelles, lettres anonymes, perturbations de cérémonies publiques, suppliques, etc. Des contributions portant sur les formes pacifiées d’entrée en relation avec des figures de l’autorité et leurs supports (dessins d’enfants, cadeaux offerts à des professeurs ou à des soignants) permettraient de questionner ce qui nourrit et stabilise les relations asymétriques.

Les pratiques contestataires – charivaris, interpellations, etc. –, y compris celles qui sont radicales voire révolutionnaires, entrent également dans la diversité des situations à considérer, dans la mesure où elles mettent en jeu la légitimité des autorités étatiques, religieuses, politiques ou sociales (Salhins, 1994 ; Fureix, 2015). Que font les insultes chuchotées, criées, écrites, signées ou anonymes, de la salle de classe jusqu’aux rangs du Parlement, aux relations d’autorité (Testanière, 1967 ; Willis, 1977 ; Ambroise, 2018) ? Travailler sur les médiations orchestrées peut également constituer une piste heuristique, par exemple en étudiant les liens épistolaires arrangés par divers pouvoirs – en temps de guerre ou dans des cadres autoritaires – ou les dispositifs radiophoniques ou télévisuels  (Cardon, 1995 ; Cardon et Heurtin, 1999). Comment, « Les dossiers de l’écran » (Antenne 2) ou « Le téléphone sonne » (France Inter) dans le contexte français, le « Diane Rehm Show » (NPR) dans le contexte étatsunien ou « Any Questions ? » (BBC) dans le contexte britannique, ont-ils reconfiguré le rapport aux hommes et femmes politiques ou aux experts ? Comment ces formats cohabitent-ils avec ceux, traditionnels, des lettres écrites aux responsables politiques (Fraenkel, 1997 ; Levine, 2002 ; Schijman, 2019 ; Fretel et Offerlé, 2021).

Comment étudier la manière dont des répertoires d’adresse à l’autorité se construisent, évoluent et s’hybrident ? Questionner le rôle de l’instabilité de régimes politiques dans ces changements constitue une première piste (Branca-Rosoff, 1989 ; Zaret, 1996 ; Thireau et Hua, 2010). Au-delà de la stricte entrée en relation, une attention portée aux circulations synchroniques à l’intérieur de ces répertoires, documentant la manière dont les relations aux autorités, par écrit et par oral, à distance et en présence, avec ou sans public, se combinent et se répondent, enrichira le dossier sur les façons d’interpeller les autorités dans la durée. Matthew Hull donne ainsi à voir la circulation et les transformations des demandes des administrés à Islamabad reposant sur des matérialités variées : notes écrites remises aux fonctionnaires, audiences individuelles ou collectives, etc. (Hull, 2012) Que disent l’ensemble de ces arts de faire des possibles confirmations ou contestations des figures de l’autorité ? Que déstabilisent-elles dans l’interaction, mais aussi dans la longue durée ? On pourra aussi se pencher sur les pratiques qui n’empruntent pas les chemins officiels d’adresse aux autorités : chercher à parler directement à quelqu’un, interpeller une autorité sur un réseau social en publicisant son cas individuel, passer par un intermédiaire, miser sur l’interconnaissance et le « piston », voire recourir à des formes de corruption. Dans quelle mesure l’éloignement à la fois spatial et temporel des autorités produit-il de nouvelles stratégies d’adresse et un contexte spécifique de réception ? Quelles sont les tactiques qui visent à contourner les dispositifs dématérialisés ou qui cherchent à court-circuiter les temps d’attente imposés ? De quelles ressources morales, matérielles, sociales, financières ou culturelles ces stratégies dépendent-elles ?

À l’autre bout du spectre, les contributions pourront également réfléchir aux formes d’évitement, de passivité et de fuite de la relation d’autorité, comme autant de manières de la mettre à l’épreuve. La figure de Bartleby, réfractaire à toute dialectique de l’autorité et du consentement, depuis longtemps investie par les philosophes et les sociologues (Berkman, 2011), invite à réfléchir aux situations de désengagement de la relation d’autorité – temporairement ou durablement. Jusqu’où peuvent aller les tentatives de neutralisation des relations d’autorité ? La gamme des situations est là aussi grande, des refus d’exécution d’ordre par des fonctionnaires jusqu’aux formes de disparition sociale volontaire (les « évaporés » au Japon) en passant par l’exit (Hirschman, 1970) ou le phénomène du quiet quitting (littéralement « démission silencieuse », soit une forme de désengagement mental et productif au travail, réduit dès lors au strict minimum) identifié par les acteurs du management comme une menace venant le plus souvent des jeunes actifs dans le monde du travail depuis la pandémie de covid. Le désengagement – parfois superficiel – des relations d’autorité peut aussi passer par son euphémisation, par exemple par l’usage du tutoiement avec les responsables hiérarchiques au travail (Alber, 2019 ; Linhart, 2020). Réfléchir aux notions appropriées pour caractériser ces manières de se désengager – Eigensinn selon Alf Lüdtke (1991), « arts de la résistance » selon James Scott (1987), « tactiques » selon Michel de Certeau (1990) – et à leur portée politique, constitue en somme un enjeu important à prendre en compte dans les contributions.

Prendre au sérieux l’incertitude qui pèse sur l’issue de telles mises à l’épreuve invite à s’interroger sur les propriétés sociales de celles et ceux qui interpellent les autorités et les corrélations possibles avec les modes d’expression déployés, et, éventuellement, sur leurs inégales capacités à infléchir ou reconfigurer les relations de pouvoir. Comment s’articulent mise à l’épreuve et mise en ordre ? Les adresses à l’autorité ont ainsi été souvent prises en charge par des groupes dominés ou minorisés, au premier rang desquels se trouvent les femmes (Krakovitch, 1997 ; Siblot, 2006b ; Contamin, 2007) ou les « peu-lettrés » (Branca-Rosoff et Schneider, 1994 ; Zaeske, 2003; Rossigneux-Méheust, 2018; Blanchard, 2022), bien que d’autres travaux montrent que, dans d’autres contextes, cette relation au pouvoir reste l’apanage de celles et ceux qui en sont déjà proches statutairement et socialement (Cerutti, 2010). Quelles stratégies déploient ces différents publics dans leurs relations aux autorités ? En attentent-ils la même chose ? La question des rapports d’âge et de génération constitue, à cet égard, une voie particulièrement riche pour approcher l’équilibre instable sur lequel repose les relations d’autorité, notamment dans le temps. Elle pourra éclairer des configurations d’autorité aussi diverses que l’inceste (Dussy, 2021), les situations de dépendance liée à la vieillesse ou les relations de travail (Avril, 2014 ; Meuret-Campfort, 2017).

Les modalités de présentation de soi et des référents mobilisés pour soutenir l’acte d’adresse constituent, enfin, une voie d’analyse majeure. On prêtera attention aux variations des présentations de soi, entre individus, selon les contextes et les époques, ainsi qu’à l’évolution des supports normatifs et des référents moraux mobilisés pour construire sa légitimité à saisir, interpeller ou contester les autorités (Zemon Davis, 1990 ; Fassin, 2000 ; Licoppe et Dumoulin, 2007 ; Durand, 2014). On incite ici les contributrices et contributeurs à expérimenter des dispositifs d’enquête pour raffiner la manière dont peuvent s’étudier les présentations de soi à l’autorité : comparaison diachronique sur le temps long de corpus à une même autorité ; comparaison synchronique des formes de présentation de soi dans des adresses à desautorités différentes ; réflexion sur la mise en série et les manières de coder les présentations de soi. Enfin, certains supports posent des questions spécifiques : que faire par exemple des lettres aux autorités considérées par beaucoup comme délirantes mais utilisées dans l’interaction, comme celle d’un habitant de bidonville indien écrivant au Président Bush Jr pour se plaindre de ses voisins et qui brandit au nez de ceux-ci la réponse automatisée qu’il a reçue de la Maison Blanche (Das, 2021, p. 131-132) ?

Axe 3 – Relations d’autorité et expériences sensibles

Approcher les relations d’autorité par l’expérience sensible n’est pas neuf, que l’on pense à la place des communautés émotionnelles dans les études, depuis Max Weber, consacrées à la construction du pouvoir des chefs ou des prophètes (Weber, 1995 [1921], 2003 [1904] ; Martin et Pajon, 2011 ; Sapiro, 2003) ou, plus récemment, au premier numéro de la revue Sensibilités consacré à « l’anatomie du charisme » (2016). En restant centré sur l’autorité en train de se faire, le troisième axe invite les contributeurs et contributrices à développer ce que produisent les relations d’autorité en termes d’expériences sensibles. En prêtant attention à tous les acteurs de ces liens complexes, au large spectre des émotions mobilisées et à la pluralité des temporalités qui contribuent à l’épaisseur, à l’asymétrie et à la mémoire des relations d’autorité, ce numéro de Tracés cherchera aussi à comprendre ce que font les expériences d’autorité sur les corps et les esprits, sur les individus et sur les groupes, sur celles et ceux qui l’exercent comme sur celles et ceux qui en sont l’objet ou les témoins.

Cet axe réinvestit la thématique de la sociologie interactionniste des sens (Simmel, 2013), et pose plus largement la question des émotions engagées dans les relations d’autorité. Plutôt que de repartir des représentations suscitées par les professions exerçant de manière légitime une autorité (la haine, le mépris ou la crainte des huissiers, des percepteurs, des gardiens de prisons ou des gendarmes, etc.), les contributions chercheront à disséquer les logiques relationnelles au prisme des émotions en mettant sous le projecteur de leur analyse des arènes où se jouent concrètement (de visu ou par écrit) les relations d’autorité. Si l’on considère que les affects sont les traces d’une inadaptation des dispositions à sentir, à penser et à agir face au monde, ceux-ci peuvent alors s’interpréter comme le signe d’une remise en question de la relation d’autorité, d’un jeu social qui n’irait plus de soi (Simondon, 1964 ; Bourdieu, 1997 ; Marcuse, 1963 [1955]). Pour cela, nous suggérons de privilégier l’analyse de moments en tension, à la manière dont Emmanuel Blanchard a travaillé sur les arrestations des Algériens ou sur les contrôles d’identité (Blanchard, 2008 et 2014), dont Wilfried Lignier observe la police entre pairs depuis les interactions entre enfants à la crèche (Lignier, 2022) ou dont Gwénaëlle Mainsant a analysé les interrogatoires au sein d’une brigade de répression du proxénétisme (Mainsant, 2010). Que révèlent ces scènes des grammaires émotionnelles des comportements attendus, selon les contextes, dès lors que se jouent des rapports d’autorité ? Quelles règles sociales entourent le contrôle des émotions dans des situations aussi différentes qu’une distribution de prix, une réunion syndicale, une déposition de plainte, un conseil de discipline, une consultation médicale, une opération chirurgicale ou un examen scolaire ? Dans le sillage des travaux sur les prétoires de justice qui ont montré combien les juges, les accusés et les parties civiles n’étaient pas astreints aux mêmes attentes entourant les émotions (Katz, 1988 ; Hoffmann-Holland, 2014), l’enjeu est d’analyser la construction et les effets de symétries et d’asymétrie émotionnelles, jusqu’aux situations où l’absence d’émotion constitue une offense, comme dans le cas étudié par Patricia Paperman d’un CRS resté impassible après avoir fait usage de son arme et touché mortellement un automobiliste (Paperman, 1995). En tentant d’ accéder à l’expression verbale ou corporelle des émotions des acteurs étudiés, les auteurs et autrices chercheront aussi à comprendre ce que bouleverse l’épreuve de l’autorité  : au-delà des situations indiscutablement disciplinaires (comme les distributions de sanctions ou récompenses), il sera possible d’analyser les situations qui troublent ou débordent les normes émotionnelles, tacites ou explicites, dans des interactions entre élèves et professeurs, entre enfants et parents, ou entre patients et médecins.

En repartant de l’idée développée dans l’axe 1 qu’exercer l’autorité ou s’y soumettre peut se comprendre comme un travail, nous interrogerons la pertinence de la notion de « travail émotionnel » (Hochschild, 2017 [1979]) pour penser ce qu’il en coûte d’être pris dans des relations d’autorité. Réfléchir aux manières dont les acteurs façonnent ou tentent de réprimer leurs sentiments au cœur de la relation d’autorité, invite à prêter une attention aux techniques émotionnelles. Lola Zappi a ainsi analysé la manière dont les assistantes sociales de l’entre-deux-guerres apprennent dès leur formation à adopter « la bonne distance » dans leurs interactions avec les familles des classes populaires dont elles sont censées se rapprocher (Zappi, 2019). À l’inverse, Anne Carol a montré comment les carnets d’exécution tenus par Anatole Deibler, responsable des exécutions capitales en France entre 1885 et 1939 (Carol, 2022), ont servi d’outil d’insensibilisation au travail du bourreau. De même, on pourra analyser les règles professionnelles, les techniques de contrôle de soi, la routinisation des pratiques bureaucratiques ou les pratiques de consommation (d’alcool par exemple) censées favoriser la mise à distance des émotions dans les relations d’autorité, le refoulement de l’empathie (Adorno, 2008 [1950]), y compris dans des contextes de violences extrêmes (Browning, 2007).

Au-delà des moments d’interactions, les contributeurs et contributrices sont invités à éclairer la manière dont les émotions façonnent durablement les rapports aux autorités. Dans quelle mesure l’admiration, la confiance ou la fierté sont-elles produites et produisent en retour des effets durables, dans les relations entre disciples et mentors, étudiants et professeurs, apprentis et maîtres, sportifs et coachs, soldats du rang et officiers ? À l’autre bout du spectre des émotions, les sentiments de peur doivent être pris en compte pour comprendre la représentation qu’ont les conscrits du conseil de guerre (Saint-Fuscien, 2011, p. 196-198) ou pour analyser les relations de la population avec les forces de l’ordre (Jobard, 2002 ; Houte, 2008 ; Blanchard, 2011 ; Delpeuch, Ross et Bonnet, 2017). Dans quelle mesure la « peur de la police » est-elle produite par les interactions entre police et population, et en retour, comment nourrit-elle un sentiment diffus de défiance face aux figures d’autorité, notamment dans les quartiers populaires (Fassin, 2011) au point d’engendrer des stratégies de fuite et d’évitement (Goffman, 2014) ? La « colère des policiers », brandie et mise en scène publiquement, contribue-t-elle à reconfigurer les relations avec les autorités de tutelle ? Au-delà du monde policier, on pourra interroger avec profit la manière dont les sentiments de défiance ou d’angoisse apparaissent et conditionnent, parfois durablement, les rapports des individus aux autorités scolaires, savantes, médicales ou administratives.

Le dernier enjeu soulevé par ce dossier est de questionner l’empreinte que laissent les relations d’autorité par-delà les interactions mentionnées. Cette question peut d’abord se poser d’un point de vue strictement archivistique, voire archéologique, en sondant les traces que laissent certaines relations d’autorité. L’étude des destructions d’archives ou des politiques entravant leur consultation pourra ainsi constituer une façon d’interroger autrement les passés qui ne passent pas. En s’intéressant aux dimensions humiliantes, punitives, traumatisantes ou dégradantes de certaines expériences d’autorité, les contributrices et contributeurs sont invités à interroger l’épaisseur du silence et les logiques d’oblitération qui empêchent la mise en mémoire, comme les vexations, la torture, la participation à des guerres de décolonisation, les violences sexuelles, notamment incestueuses, ou les violences de genre (Branche, 2020 ; Falquet, 2014). Comment les traces de ces épreuves peuvent-elles, à leur tour, servir à négocier de nouvelles relations d’autorité, par exemple dans le cadre de demandes d’asile (Fassin et D’Halluin, 2005) ou de commissions indépendantes visant, pour les victimes, à obtenir reconnaissance ou réparation ? Dans quels contextes ces mémoires peuvent-elles émerger, notamment dans des sociétés post-dictatoriales (Sfalti, 2021 ; Gimenez, Le Bonhomme et Nuq, 2023) ? Selon une autre perspective, la question des traces invite à penser le lien entre expérience et conceptualisation de l’autorité. Les contributions pourront ainsi réfléchir aux circulations de modèles ou de pratiques d’autorité d’une sphère à une autre, entre par exemple les mondes du travail, les institutions d’encadrement et la famille (Lanzinger, 2015). Autre manière de saisir l’empreinte durable des relations d’autorité : l’étude de trajectoires individuelles, à l’instar du travail d’Emmanuel Saint-Fuscien sur Célestin Freinet, qui montre comment le pédagogue a réinvesti son expérience de soldat lors de la Première Guerre mondiale, marquée par la dé-disciplinarisation des liens d’autorité dans l’armée, dans la salle de classe de l’entre-deux-guerres, prônant une nouvelle conception de l’autorité du professeur (Saint-Fuscien, 2017).

En changeant d’échelle, on peut aussi saisir la trace que laissent les expériences d’autorité sur des groupes entiers. On sait combien, au XIXe siècle et pendant une partie du XXe siècle, la vie de caserne a contribué à la construction de la citoyenneté et aux appartenances nationales (Roynette, 2000 ; Marly, 2019). De même, les travaux sur la politisation de la question carcérale dans les années 1970, en Allemagne comme en France, ont montré l’importance des expériences carcérales des militants révolutionnaires d’extrême-gauche dans l’élaboration d’un discours critique sur l’institution carcérale (Salle, 2009 ; Bérard, 2013). Ces expériences collectives de l’autorité et des empreintes qu’elles laissent durablement sont largement genrées ; que l’on pense aux effets durables de la justice pour les jeunes garçons (Sohn, 2009) ou aux consultations gynécologiques pour les femmes (Koechlin, 2022). Aussi les contributions pourront-elles contextualiser les expériences d’autorité qui apparaissent déterminantes dans la construction des appartenances religieuses, sociales, politiques, de genre, nationales, sexuelles ou raciales. Dans un autre registre enfin, on s’interrogera sur les empreintes que laissent ces relations sur les corps. Comment peut-on analyser les conséquences des marques (tatouages, cicatrices, amputations) que laisse la violence du contact dans des relations extrêmes d’autorité ? Comment ces marques – un tatouage dans un camp nazi, une mutilation après un tir de flash-ball, une séquelle physique après une prise d’otage, un œil au beurre noir après des violences conjugales –, peuvent-ils devenir des attributs à dissimuler ou, au contraire, à exhiber, selon les contextes, et que disent-ils sur le temps long de la relation d’autorité (Caplan, 2000 ; Salle, 2007 ; Cuvelier, 2020) ?

Modalités de soumission

L’appel à contribution a valeur de cadrage et permet la sélection des contributions en fonction de leur pertinence par rapport au thème et aux enjeux du numéro. Il a, en outre, vocation à suggérer aux rédacteurs potentiels quelques pistes générales de réflexion.

Articles

Les articles représentent des contributions originales à la recherche, qui suivent les normes habituelles de la production scientifique. Ils doivent tous se positionner par rapport à l’appel à contributions.

Différents types d’approches sont possibles, permettant de diversifier la manière d’aborder la thématique : nous accueillons tant des articles à vocation essentiellement théorique, que des contributions fondées sur des recherches empiriques, où les enjeux méthodologiques seront précisés et discutés.

Tracés étant une revue interdisciplinaire, les articles doivent pouvoir être compréhensibles et pertinents pour des lecteurs et des lectrices non spécialistes ; ils peuvent également faire appel à des méthodes et des références de plusieurs disciplines, ou interroger les présupposés ou les outils empiriques et théoriques d’une discipline à partir du point de vue d’une autre discipline.

Les articles soumis ne peuvent excéder 50 000 signes (espaces, notes, et bibliographie incluses).

Notes

Nous publions des notes critiques qui présentent un ensemble de travaux (éventuellement un ouvrage en particulier), une controverse scientifique, ou l’état d’une question actuelle. Elles doivent dans tous les cas se rattacher explicitement à la thématique du numéro et permettre d’éclairer des orientations de recherche ou des débats inhérents à cette dernière, notamment pour des lecteurs et des lectrices non spécialistes des disciplines concernées.

Les notes soumises ne peuvent excéder 30 000 signes (espaces, notes, et bibliographie incluses).

Entretiens

Des entretiens avec des chercheurs, chercheuses ou d’autres expert-e-s des questions étudiées sont également publiés dans chaque numéro. Les contributeurs et les contributrices qui souhaiteraient en réaliser sont invité-e-s à prendre contact directement avec le comité de rédaction (redactraces@groupes.renater.fr).

Traductions

Les traductions sont l’occasion de mettre à la disposition du public des textes peu ou pas connus en France et qui constituent un apport capital à la question traitée. Il doit s’agir d’une traduction originale. Le choix du texte devra se faire en accord avec le comité de rédaction et les questions de droits devront être réglées en amont de la publication.

Il est donc demandé aux contributeurs et aux contributrices de bien préciser pour quelle rubrique l’article est proposé. La soumission d’articles en anglais est également possible, mais si l’article venait à être retenu pour la publication, sa traduction nécessaire en français demeure à la charge de l’auteur ou de l’autrice.

Procédure

Les auteurs et autrices devront envoyer leur contribution (article complet) avant le 30 avril 2024. Celle-ci sera envoyée à la rédaction de Tracés (redactraces[a] groupes.renater.fr) ainsi qu’aux responsables du numéro : corentin.durand[a]sciencespo.fr ; mathilde.rossigneux[a]univ-lyon2.fr ; elsa.genard[a]gmail.com

Nous invitons les autrices et auteurs à adresser dès qu’ils le souhaitent, un résumé (en indiquant le titre de leur contribution, la rubrique dans laquelle ils le proposent, ainsi qu’un bref résumé du propos) au comité de rédaction de Tracés (par courrier électronique à la même adresse) pour leur faire part de leur intention de soumettre un article.

Chaque article est lu est par un-e membre du comité de rédaction et par deux évaluateurs et évaluatrices extérieur-e-s. Nous maintenons l’anonymat des lecteurs et lectrices et des auteurs et autrices. À l’aide de ces rapports de lecture, le comité de rédaction de Tracés rend un avis sur la publication et décide des modifications à demander aux auteurs et autrices afin de pouvoir publier l’article.

Dans le cas de propositions trop éloignées de l’appel à contribution ou des exigences scientifiques de la revue, le comité de rédaction se réserve le droit de rendre un avis négatif sur la publication sans faire appel à une évaluation extérieure. Hormis ces exceptions, une réponse motivée et argumentée est transmise aux auteurs et autrices suite à la délibération du comité de lecture.

Nous demandons aux contributeurs et contributrices de tenir compte des recommandations en matière de présentation indiquées sur notre site : https://journals.openedition.org/traces/103

Les articles envoyés à la revue Tracés doivent être des articles originaux. L’auteur ou l’autrice s’engage à réserver l’exclusivité de sa proposition à Tracés jusqu’à ce que l’avis du comité de lecture soit rendu. Elle ou il s’engage également à ne pas retirer son article une fois que la publication a été acceptée et que l’article a été retravaillé en fonction des commentaires des lecteurs et lectrices.

Bibliographie

“Anatomie du charisme” (dossier), Sensibilités, 2016, vol. 1, no. 1.

Adorno Theodor W.et al., 2008 [1950], Études sur la personnalité autoritaire, Paris, Editions Allia.

Albert-Llorca Marlène, 1993, « Le courrier du ciel », in D. Fabre, Écritures ordinaires, Paris, BPI – Centre Georges Pompidou, p. 183‑222

Ambroise Bruno, 2018, « Pouvoirs et empêchements de l’insulte. Langage et critique sociale ».

Arendt Hannah, 1989 [1961], « Qu’est-ce que l’autorité ? », in La crise de la culture. Huit exercices de pensée politique, Paris, Gallimard, p. 121-185.

Avril Christelle, 2014, Les aides à domicile: un autre monde populaire, Paris, La Dispute.

Azoulay Vincent, 2004, Xénophon et les grâces du pouvoir : De la charis au charisme. Nouvelle édition, Paris, Éditions de la Sorbonne.

Barthe Yannick et al., 2014, « Sociologie pragmatique : mode d’emploi »,. Politix, vol. , n° 103, p. 175‑204.

Bérard Jean, 2013, La justice en procès. Les mouvements de contestation face au système pénal (1968-1983), Paris, Presses de Science Po.

Bercé Yves-Marie, 1990, Le roi caché. Sauveurs et imposteurs. Mythes politiques populaires dans l’Europe moderne, Paris, Fayard.

Berkman Gisèle, 2011, L’effet Bartleby. Philosophes lecteurs, Paris, Hermann.

Blanchard Emmanuel, 2008 , “Le mauvais genre des Algériens”, Clio, 27, 209-224.

Blanchard Emmanuel, 2011, La police parisienne et les Algériens 1945-1962, Paris, Nouveau Monde

Blanchard Emmanuel, 2022, Des colonisés ingouvernables. Requêtes d’Algériens aux autorités françaises (1919-1940) », mémoire d’HDR en histoire, Sciences Po Paris.

Blanchard, Emmanuel, 2014, « Contrôle au faciès : une cérémonie de dégradation », Plein droit, vol. 103, n°4, pp. 11-15.

Blic Damien de et Lemieux Cyril, 2005, « Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique »,. Politix, vol. 71, n° 3, p. 9‑38.

Blum Alain et Cerutti Simona, 2018, « S’adresser à l’autorité en tant qu’individu singulier : parcours historiques croisés. Entretien réalisé par Samuel Hayat, Judith Lyon-Caen et Federico Tarragoni et présenté par Judith Lyon-Caen »,. Tracés. Revue de Sciences humaines, vol. , n° 34, p. 211‑228.

Boltanski Luc, 1984, « La dénonciation »,. Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 51, n° 1, p. 3‑40.

Boltanski Luc, 2009, De la critique: Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard.

Bourdieu Pierre, 1984 « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales. vol. 52-53, p. 49-55.

Bourdieu Pierre, 1997, Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil.

Branca-Rosoff Sonia et Schneider Nathalie, 1994, L’écriture des citoyens: Une analyse linguistique de l’écriture des peu-lettrés pendant la période révolutionnaire, Paris, Klincksieck.

Branca-Rosoff Sonia, 1989, « Vue d’en bas : Des écrits malhabiles pendant la période révolutionnaire », Langage et société, vol. , n° 47, p. 9‑27.

Branche Raphaëlle, 2020, Papa, qu’as-tu fait en Algérie ? Enquête sur un silence familial, Paris, La Découverte.

Browning Christopher, 2007, Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne, Paris, Tallandier.

Buch Esteban, 2002, “Le chef d’orchestre : pratiques de l’autorité et métaphores politiques », Annales HSS, n°4, p. 1001-1030.

Burawoy Michael, 1982, Manufacturing Consent, Chicago, University of Chicago Press.

Caplan Jane, 2000, Written on the Body: The Tattoo in European and American History, London/Princeton, Princeton University Press.

Cardon Dominique et Heurtin Jean-Philippe, 1999,« La critique en régime d’impuissance. La lecture des indignations des auditeurs de France-Inter », É. Neveu et B. François (dir.), Espaces publics mosaïques: Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Cardon Dominique, 1995, « « Chère Ménie… ». Émotions et engagements de l’auditeur de Ménie Grégoire »,. Réseaux, vol. 13, n° 70, p. 41‑78.

Carol Anne,2022, « Insensible, le bourreau ? Les carnets d’Anatole Deibler (1885-1939) », Sensibilités, vol. 11, no. 1 , pp. 49-57.

Castel Patrick, 2005, « Le médecin, son patient et ses pairs. Une nouvelle approche de la relation thérapeutique »,. Revue française de sociologie, vol. 46, n° 3, p. 443‑467.

Certeau Michel (de), 1990, L’invention du quotidien, Paris, Gallimard.

Cerutti Simona, 2010, « Travail, mobilité et légitimité. Suppliques au roi dans une société d’Ancien Régime (Turin, XVIIIe siècle) », Annales. Sciences Sociales, 65e année, n° 3, p. 571‑611.

Chartier Roger, 1991,« Des secrétaires pour le peuple ? Les modèles épistolaires de l’Ancien Régime entre littérature de cour et livre de colportage », La correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, R. Chartier éd., Paris, Fayard, p. 159‑208.

Chateauraynaud Francis et Torny Didier, 1999, Les sombres précurseurs: une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Chateauraynaud Francis, 2015, « L’emprise comme expérience »,. SociologieS. Adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/4931.

Cohen Yves, 2014, Le siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité, Paris, Editions Amsterdam.

 Contamin Jean-Gabriel, 2007, « Genre et modes d’entrée dans l’action collective. L’exemple du mouvement pétitionnaire contre le projet de loi Debré », Politix, vol. 78, n° 2, p. 13‑37.

Cuvelier Thomas, 2020, « Gueules cassées 2020. Traumatisme au temps des armes à létalité réduite », Raison présente, 4, n°126, p. 67-76.

Das Veena, Voix de l’ordinaire. L’anthropologue face à la violence, Lausanne, BSN Press.

Delalande Nicolas, 2009, « Le consentement à l’impôt en France : les contribuables, l’administration et le problème de la confiance.Une étude de cas en Seine-et-Oise (années 1860 – années 1930) »,. Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. 56‑2, n° 2, p. 135‑163.

Deleuze Gilles et Guattari Félix, 1972, L’Anti-Œdipe, Paris, Editions de Minuit.

Delpeuch Thierry, Ross Jacqueline E. et Bonnet François, 2017, « Les analyses sociologiques des relations police-population : vers une reconnaissance de la variété des pratiques policières », Droit et société, vol. , n° 97, p. 457‑468.

Delpierre Alizée, Servir les riches. Les domestiques chez les grandes fortunes, Paris,La Découverte, 2022

Deville Clara, 2018, « Les chemins du droit: Ethnographie des parcours d’accès au RSA en milieu rural », Gouvernement et action publique, vol. 3, n° 3, p. 83.

Didier Emmanuel, 2011, « « Compstat » à Paris : initiative et mise en responsabilité policière »,. Champ pénal/Penal field, vol. , n° Vol. VIII.

Droit Emmanuel et Karila-Cohen Pierre, 2016, Qu’est-ce que l’autorité ? France-Allemagne(s), XIXe-XXe siècles, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme,

Dubois Vincent, 1999, La vie au guichet, Paris, Economica.

Durand Corentin et Israël Liora, 2022, « Porter la cause devant les Hautes Cours. Justiciables et auxiliaires du droit entre politisation et technicisation »,. Politix, vol. 139, n° 3, p. 117‑143.

Durand Corentin, 2014, « Construire sa légitimité à énoncer le droit. Étude de doléances de prisonniers », Droit et société, vol. 87, n° 2, p. 329‑348.

Durand Corentin, 2018, « Un bureau derrière les barreaux. Travail relationnel et pouvoir discrétionnaire dans les audiences pénitentiaires »,. Sociologie du travail, vol. 60, n° 3.

Dussy Dorothée, 2021 [2013], Le berceau des dominations. Anthropologie de l’inceste,Pocket.

Falquet Jules, 2014, « Des assassinats de Ciudad Juárez au phénomène des féminicides : de nouvelles formes de violences contre les femmes ?  », Contretemps (en ligne).

Farge Arlette et Foucault Michel, 1982, Le Désordre des familles: Lettres de cachet des Archives de la Bastille au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard.

Fassin Didier et D’Halluin Estelle, 2005, « The Truth from the Body: Medical Certificates as Ultimate Evidence for Asylum Seekers »,. American Anthropologist, vol. 107, n° 4, p. 597‑608.

Fassin Didier, 2000, « La supplique. Stratégies rhétoriques et constructions identitaires dans les demandes d’aide d’urgence », Annales. Histoire, Sciences Sociales. 55ᵉ année, N. 5, p. 955-98.

Fassin Didier, 2011, La Force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Seuil.

Foucault Michel, 1994 [1976], Histoire de la sexualité. I. La volonté de savoir, Gallimard, Paris.

Fraenkel Béatrice, 1997, « “Répondre à tous”. Une enquête sur le service du courrier présidentiel», D. Fabre (dir.), Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 243‑272.

François Camille, 2022, De gré et de force. Comment l’État expulse les pauvres, Paris, La Découverte

Fretel Julien et Offerlé Michel, 2021, Écrire au président: enquête sur le guichet de l’Elysée, Paris, la Découverte.

Fureix Emmanuel, 2015, « Rites protestataires et tensions démocratiques en France à l’âge romantique (1820-1848) », Almanack. Guarulhos, n° 9, avril 2015, p. 5-18.

Gaglio Gérald, 2010, « Consommation d’informations sur Internet et modulation de la relation aux médecins. Le cas d’aidantes de malades atteints d’une pathologie lourde », Sociologies pratiques, vol. 20, n°1, p. 63-74.

Garcia Manon, 2018, On ne naît pas soumise, on le devient, Paris, Climats.

Garcia Manon, Mazaleigue-Labaste Julie et Mornington, 2023, Envers et revers du consentement : La sexualité, la famille et le corps, entre consentement, contraintes et autonomie, Paris, Mare & Martin Éditions.

Génard Elsa et Rossigneux-Méheust Mathilde, 2023, Routines punitives. Les sanctions du quotidien XIXe-XXe siècle, Paris, CNRS Editions

Gimenez Irène, Le Bonhomme Fanny & Nuq Amélie, 2023, « La mémoire des petites punitions en contexte post-dictatorial », in Elsa Génard & Mathilde Rossigneux-Méheust, Routines punitives. Les sanctions du quotidien XIXe-XXe siècle, Paris, CNRS Editions, p. 311-327.

Goffman Alice, 2020 [2014]., L’Art de fuir. Enquête sur une jeunesse dans le ghetto, Paris, Seuil.

Gros Frédéric, 2017, Désobéir, Paris, Flammarion.

Hegel Friedrich G.W., 2002 [1807], Phénoménologie de l’esprit, Paris, Gallimard.

Herzfeld Michael, 1992, The Social Production of Indifference: Exploring the Symbolic Roots of Western Bureaucracy, Berg.

Him-Aquilli Manon, 2017, « Distribuer le pouvoir comme on distribue la parole : le rituel des « tours de parole » dans des assemblées générales anarchistes/autonomes »,. Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours, vol. , n° 43.

Hochschild Arlie Russel, 2017 [1979], Le prix des sentiments. Au cœur du travail émotionnel, Paris, La DécouverteHoffmann-Holland Klaus, 2014, « Un juge ne pleure pas » – Réflexion sur les émotions et l’impartialité dans les procédures judiciaires », Les Cahiers de la Justice, vol. 1, no. 1, pp. 15-26.

Honneth Axel, 2000, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf.

Horkheimer Max, Fromm Erich, Marcuse Herbert, 2001, Studien über Autorität und Familie : Forschungsberichte aus dem Institut für Sozialforschung, Lüneburg : zu Klampen.

Houte Arnaud-Dominique, 2008, « La peur du gendarme : mutations d’une sensibilité dans les campagnes françaises du XIXe siècle », Histoire, Economie & Société, 2008/2, p. 123-133

Houte Arnaud-Dominique, 2010, Le métier de gendarme au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Hughes Everett C., 1962, « Good People and Dirty Work »,. Social Problems, vol. 10, n° 1, p. 3‑11.

Hull Matthew S., 2003, « The File: Agency, Authority, and Autography in a Pakistan Bureaucracy», Language & Communication, vol. 23, n° 3, p. 287‑314.

Hull Matthew S., 2012, Government of Paper: The Materiality of Bureaucracy in Urban Pakistan, Berkeley, University of California Press.

Jobard Fabien, 2002, Bavures policières. La force publique et ses usages, Paris, La Découverte.

Jusseaume Anne, 2023, « Fabriquer et exercer l’autorité dans une communauté religieuse au XIXe siècle : Les « sœurs servantes » des Filles de la Charité », Le Mouvement Social, vol. 282, p. 15-33.

Kalifa Dominique, 2010, « Enquête et « culture de l’enquête » au XIXe siècle », Romantisme, vol. 149, n°3, p. 3-23.

Kalifa Dominique, 2016 [2009], Biribi, Paris, Perrin.

Karila-Cohen Pierre et Le Bihan Jean, 2018, « La valeur du fonctionnaire »,. Genèses, vol. 113, n° 4, p. 3‑10.

Karila-Cohen Pierre, 2008,  « L’autorité, objet d’histoire sociale », Le Mouvement Social, vol. 224, no. 3, p. 3-8.

Karila-Cohen Pierre, 2013, « Une histoire sans les chefs est-elle possible ? Pour une histoire concrète des relations d’autorité », Genèses, vol. 91, n°2, p. 118-136.

Karila-Cohen Pierre, 2021, Monsieur le préfet. Incarner l’État dans la France du XIXe siècle, Ceyzérieu, Champ Vallon.

Katz Jack, 1988, Seductions of Crime: Moral and Sensual Attractions in Doing Evil, Basic Books.

Koechlin Aurore, 2002, La norme gynécologique. Ce que la médecine fait au corps des femmes, Paris, Editions Amsterdam.

Kojève Alexandre, 2004, La Notion de l’autorité, Gallimard, Paris, 2004.

Krakovitch Odile, 1997, « Les pétitions, seul moyen d’expression laissé aux femmes. L’exemple de la Restauration », in A. Corbin, J. Lalouette et M. Riot-Sarcey (dir.), Femmes dans la cité (1818-1871), Grâne, Créaphis, p. 347‑372.

La Boétie Etienne (de), 2023 [1577], Le Discours de la servitude volontaire, Paris, Flammarion.

Lamotte Martin, 2022, Au-delà du crime: ethnographie d’un gang transnational, Paris, CNRS éditions.

Lanzinger Margareth (dir.), 2015, The Power of the Fathers : Historical Perspectives from Ancient Rome to the Nineteenth Century, Londres/New York, Routledge.

Lazega Emmanuel, 2009, « Théorie de la coopération entre concurrents  : organisations marchés et analyse de réseaux », in Steiner, P., Vatin, F. (dir.), Traité de sociologie économique, Presses universitaires de France, Paris, p. 559-600.

Lemieux Cyril, 2009, Le devoir et la grâce, Paris, Economica.

Lenzi Catherine, 2016, « Observer les rapports d’autorité. Enquête en Centres éducatifs fermés », Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, n°1.

Levine Lawrence W., 2002, The People and the President: America’s Conversation With FDR, Boston, Beacon Press.

Lignereux Aurélien, 2008, La France rébellionnaire. Les résistances à la gendarmerie (1800-1859), Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Lignier Wilfried, 2022, « Le premier âge de la domination. Des définitions de la petite enfance aux pratiques enfantines », Revue française de pédagogie, vol. 217, n°4, p. 17-28.

Linhardt Dominique, 2012, « Avant-propos : épreuves d’État »,. Quaderni. Communication, technologies, pouvoir, vol. , n° 78, p. 5‑22.

Lipsky Michael, 1980, Street-Level Bureaucracy: Dilemmas of the Individual in Public Service, New York, Russell Sage Foundation.

Mailänder Elissa, 2015 [2009], Female SS Guards and workaday violence. The Majdanek Concentration Camp, 1942-1944, East Lansing, Michigan State University Press.

Mainsant Gwénaëlle, 2010, « Du juste usage des émotions. Le rôle institutionnel des policier(e)s chargé(e)s de la lutte contre le proxénétisme », Déviance et Société, vol. 34, no. 2, p. 253-265.

Marcuse Herbert, 1963 [1955] Eros et civilisation, Paris, Editions de Minuit.

Marignier Noémie, 2016, Les matérialités discursives du sexe : la construction et la déstabilisation des évidences du genre dans les discours sur les sexes atypiques, These de doctorat en sciences du langage, Paris, Sorbonne Paris Cité. Adresse : https://www.theses.fr/2016USPCD057 [Consulté le : 7 novembre 2023].

Marius Loris Rodionoff, 2023, Désobéir en guerre d’Algérie. La crise de l’autorité dans l’armée française, Paris, Seuil.

Marly Mathieu, 2019, Distinguer et soumettre. Une histoire sociale de l’armée française (1872-1914), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Martin Clément et Pajon Christophe, 2011, « Max Weber, le charisme routinisé et l’armée de l’air. L’éducation charismatique au sein d’une école d’officiers », L’Année sociologique, vol. 61, no. 2, p. 383-405.

Massicard Élise, 2019, Gouverner par la proximité: une sociologie politique des maires de quartier en Turquie, Paris, Éditions Karthala.

Mathieu Nicole-Claude, 1991, « Quand céder n’est pas consentir », in L’anatomie politique, catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Éditions Côté-femmes.

Maulini Sandrine et Ferreira Cristina, 2019 « Réhabiliter les « éléments dangereux pour la société » ? La politique mémorielle à l’égard des internés administratifs en Suisse », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], n°37, mis en ligne le 31 décembre 2019.

Mauss Marcel, 2019, La prière, Paris, PUF.

Memmi Dominique, entretien par Bruno Cousin et Anne Lambert, 2019, « Servir (chez) les autres. Pérennité et mutations de la domination rapprochée », Actes de la recherche en sciences sociales, 230 (5), p. 108-11

Métayer Christine, 2001, « Normes graphiques et pratiques de l’écriture. Maîtres écrivains et écrivains publics à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 56, n° 4, p. 881‑901.

Meuret-Campfort Eve, 2017, « Il n’est jamais trop tard pour devenir employeur: Les particuliers employeurs âgés et leurs assistantes de vie, Genèses, n°106, 50-71.

Mondada Lorenza et Keel Sara (dir.), 2017, Participation et asymétries dans l’interaction institutionnelle, Paris, L’Harmattan.

Monte Michèle et Oger Claire, 2015, « La construction de l’autorité en contexte. L’effacement du dissensus dans les discours institutionnels », Mots. Les langages du politique, n° 107, p. 5‑18.

Muller Caroline, 2019, Au plus près des âmes et des corps. Une histoire intime des catholiques au XIXe siècle, Paris,Presses Universitaires de France.

Muller Caroline, 2019, Au plus près des âmes et des corps: une histoire intime des catholiques au XIXe siècle, Paris, PUF.

Offerlé Michel, 2007, « « À monsieur Schneider ». Quand des ouvriers demandent à leur patron de se présenter à la députation (janvier 1902) », in P. Favre, O. Fillieule et F. Jobard (dir.), L’atelier du politiste. Théories, actions et représentations, Paris, La Découverte, p. 163‑188.

Oger Claire, 2021, Faire référence: la construction de l’autorité dans le discours des institutions, Paris, Éditions EHESS.

Papen Uta, 2010, « Literacy mediators, scribes or brokers? »,. Langage et société, vol. 133, n° 3, p. 63‑82.

Paperman Patricia, 1995, « L’absence d’émotion comme offense », in Paperman Patrica et Ogien Ruwen (dir.), La couleur des pensées : Sentiments, émotions, intentions, Paris Éditions EHESS, p. 175-196.

Paul Sorrentino, 2018, À l’épreuve de la possession. Chronique d’une innovation rituelle dans le Vietnam contemporain. Nanterre, Société d’ethnologie.

Pélisse Jérôme, 2019, « Varieties of Legal Intermediaries: When Non-Legal Professionals Act as Legal Intermediaries », Studies in Law, Politics, and Society, vol. 81, p. 101-128.

Pignot Manon, 2012, Allons enfants de la patrie. Génération Grande Guerre, Paris, Éditions du Seuil.

Pohn-Weidinger Axel, 2014, Écrire dans les plis du droit social. Une sociologie du dossier, Thèse de doctorat de sociologie, Saint-Denis, Université Paris 8.

Purenne Anaïk et Aust Jérôme, 2010, « Piloter la police par les indicateurs ?Effets et limites des instruments de mesure des performances »,. Déviance et Société, vol. 34, n° 1, p. 7‑28.

Rancière Jacques, 1987, Le Maître ignorant. Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Paris, Fayard.

Reinhardt Bruno, 2014, « Soaking in tapes: the haptic voice of global Pentecostal pedagogy in Ghana »,. Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 20, n° 2, p. 315‑336.

Rossigneux-Méheust, 2018, Vies d’hospice. Vieillir et mourir en institution au xixe siècle, Seyssel, Champ Vallon

Roynette Odile, 2000, « Bons pour le service ». L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle en France, Paris, Belin

Sahlins Peter, 1994, Forest rites : the war of the Demoiselles in nineteenth century France, Cambridge, Harvard University Press.

Saint-Fuscien Emmanuel, 2009, « Pourquoi obéit-on ? »,. Genèses, vol. n° 75, n° 2, p. 4‑23.

Saint-Fuscien Emmanuel, 2011, A vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre, Paris, EHESS,.

Saint-Fuscien Emmanuel, 2017, Célestin Freinet. Un pédagogue en guerre 1914-1945, Paris, Perrin, 2017.

Salle Grégory, 2009, La part d’ombre de l’État de droit : la question carcérale en France et en République fédérale d’Allemagne depuis 1968, Paris, EHESS.

Salle Muriel, « Corps rebelles. Les tatouages des soldats des Bataillons d’Afrique dans la collection Lacassagne (1874-1924), Clio. Femmes, Genre, Histoire, n°26, p. 145-154.

Sallée Nicolas et Chantraine Gilles, 2014, « Observer, consigner, tracer. Les usages d’un cahier électronique controversé en établissement pénitentiaire pour mineurs »,. Sociologie du travail, vol. 56, n° 1, p. 64‑82.

Sapiro Gisèle, « Formes et structures de l’engagement des écrivains communistes en France. De la « drôle de guerre » à la Guerre froide », Sociétés & Représentations, vol. 15, n°1, 2003, pp. 154-176.

Schaffer Simon et Shapin Steven, 1993, Léviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et politique, La Découverte.

Schijman Emilia, 2019, « The petition ceremony: letters to the president of Argentina », Ethnography, vol. 164, n° 2.

Sfalti Hana, 2021, « Devenir victimes : quand des femmes témoignent pour la reconnaissance et la réparation des souffrances subies au Bon Pasteur », Genre, sexualité & société, n°26.

Shapiro Gilbert et Markoff John, 2002, « Officially Solicited Petitions: The Cahiers de Doléances as a Historical Source », in van Voss L. H. (dir.), Petitions in Social History, Cambridge, Cambridge University Press, p. 79‑106.

Siblot Yasmine, 2006a, Faire valoir ses droits au quotidien. Les services publics dans les quartiers populaires. Presses de Sciences Po

Siblot Yasmine, 2006b, « Je suis la secrétaire de la famille ! » La prise en charge féminine des tâches administratives entre subordination et ressource », Genèses, vol. 64, n° 3, p. 46‑66.

Simmel Georg, 2013, Les grandes villes et la vie de l’esprit. Suivi de “Sociologie des sens”, Paris, Payot, 2013.

Simondon Gilbert, 2005 [1964], L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information, Grenoble, Editions Jérôme Million.

Sohn Anne-Marie, 2009, « Sois un homme ! ». La construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Seuil.

Spinoza Baruch, 2022 [1670], Traité théologico-politique, Paris, Flammarion.

Star Susan Leigh, 1990, « Power, Technology and the Phenomenology of Conventions: On being Allergic to Onions »,. The Sociological Review, vol. 38, n° 1_suppl, p. 26‑56.

Strauss Anselm, 1991, La trame de la négociation: Sociologie qualitative et interactionnisme, I. Baszanger éd. Paris, L’Harmattan.

Sykes Gresham M., 2007, The Society of Captives: A Study of a Maximum Security Prison, Princeton, NJ, Princeton University Press.

Testanière Jacques, 1967, « Chahut traditionnel et chahut anomique dans l’enseignement du second degré », Revue française de sociologie, vol. 8, n° 1, p. 17‑33.

Thireau Isabelle et Hua Linshan, 2005, « Jugements de légitimité et d’illégitimité : la vie normative dans les nouveaux lieux de travail en Chine », Revue française de sociologie, vol. Vol. 46, n° 3, p. 529‑558.

Thireau Isabelle et Hua Linshan, 2010, Les ruses de la démocratie : Protester en Chine, Paris, Seuil.

Velkovska Julia et Zouinar Moustafa, 2007, « Interaction visiophonique et formes d’asymétries dans la relation de service »,. Réseaux, vol. , n° 144, p. 225‑264.

Weber Max, 1995 [1921], Économie et société, 2 tomes, trad. J. Chavy, E. de Dampierre et al., Paris, Plon.

Weber Max, 2003 [1904], L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, trad. J.-P. Grossein, Paris, Gallimard.

Weller Jean-Marc, 1999, L’État au guichet, Paris, Desclée de Brouwer.

Weller Jean-Mars, 2018, Fabriquer des actes d’État, Paris, Economica

Willis Paul E., 1977, Learning to labour: how working class kids get working class jobs, Aldershot, Saxon House.

Zaeske Susan, 2003, Signatures of Citizenship: Petitioning, Antislavery, and Women’s Political Identity, Chapel Hill, The University of North Carolina Press.

Zappi Lola, 2019, « Comment être « l’amie » des familles populaires : la relation de care chez les assistantes sociales de l’entre-deux-guerres, entre vocation et formation », Clio, n°49, 93-113.

Zappi Lola, 2022, Les visages de l’État social. Assistantes sociales et familles populaires durant l’entre-deux-guerres, Paris, Les Presses de Sciences Po

Zaret David, 1996, « Petitions and the “Invention” of Public Opinion in the English Revolution», American Journal of Sociology, vol. 101, n° 6, p. 1497‑1555.

Zemon Davis Natalie, 1990, Fictions in the Archives: Pardon Tales and Their Tellers in Sixteenth-Century France, 2e éd. Stanford, Stanford University Press.



Citer ce billet
Anthony Pecqueux (2023, 27 novembre). Appel à contribution (n°47) : Épreuves d’autorité. Tracés. Revue de sciences humaines. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/us5b

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au Centre Max Weber (UMR 5283 / équipe PoCo) Mail: Anthony.PECQUEUX@msh-lse.fr Page personnelle: https://www.centre-max-weber.fr/Anthony-Pecqueux Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au Centre Max Weber (UMR 5283 / équipe PoCo) Mail: Anthony.PECQUEUX@msh-lse.fr Page personnelle: https://www.centre-max-weber.fr/Anthony-Pecqueux Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

Vous aimerez aussi...

3 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search