Une playlist pour le numéro Instabilités sémantiques

À l’occasion de la parution de son numéro Instabilités sémantiques (n°43), la revue Tracés vous propose une playlist pour égayer votre lecture. Ci-dessous, une sélection de titres qui abordent tous, chacun à leur façon, la question du sens des mots. N’hésitez pas bien sûr à offrir d’autres suggestions en commentaire, dans d’autres langues et dans d’autres genres musicaux !

Thomas Angeletti, Juliette Galonnier, Manon Him-Aquilli

 

Philippe Katerine, “Bla bla bla”, 2010
https://www.youtube.com/watch?v=xn_GRwXdsp8

“Tu parles. Bla bla bla” chante Philippe Katerine en agitant deux marionnettes humaines tel un ventriloque. Dans ce numéro de Tracés, point de ventriloquisme. Les sujets parlants étudiés ici sont bien souvent réflexifs sur leur usage du langage, comme le rappelle notre édito, et comme le montre très bien Noémi Casati dans son article sur l’emploi réflexif des catégorisations ethno-raciales dans les interactions ordinaires.

Tom Tom Club, “Wordy Rappinghood”, 1981
https://www.youtube.com/watch?v=_sLtZ1YhgdM

“What are words worth?”, que valent les mots ? se demande le groupe de musique pop américain Tom Tom Club en 1981. Tina Weymouth rappe sur ces mots qui servent à tout et à rien: “Concrete words, abstract words; Crazy words and lying words (…) Words won’t find a right solution; To the planet Earth’s pollution”. De la même manière, c’est aussi au pouvoir des mots et à leur capacité (ou non) à influer sur le monde social que s’intéressent plusieurs auteurs de ce numéro, telles Iris Loffeier, Célia Poulet et Sophia Stavrou qui s’interrogent sur le rôle de la terminologie dans le changement des cultures institutionnelles, ou encore Vincent-Arnaud Chappe qui décrit les régimes de qualification nécessaires pour qu’un mot (en l’occurrence celui de “discrimination”) parvienne à agir sur le réel. 

Sofiane Zermani, “Boxe avec les mots”, 2013
https://youtu.be/z0Fv0WpNH6E

Le rôle que jouent les mots dans les luttes sociales est une préoccupation centrale de ce numéro. “Appelle ça comme tu veux, “hardcore”, “dégueulasse”, “porno”” nous dit Sofiane Zermani. Les manières de nommer ont bien un effet sur les mobilisations et la façon dont elles sont perçues, comme nous le rappelle l’entretien que nous avons mené avec trois travailleuses du sexe sur la façon dont leur activité se trouve labellisée au quotidien et dans les espaces militants. Les batailles définitIonnelles sont aussi au cœur de l’article d’Anna Khalnonia qui analyse les conflits conceptuels autour du mot “citoyenneté” dans le Royaume Uni post-Brexit

Dalida, Alain Delon, “Paroles, paroles”, 1973
https://www.youtube.com/watch?v=L1LwsXYUkF4

Dalida parle de ces “mots magiques, ces mots tactiques qui sonnent faux”. C’est aussi à ces mots inventés pour des objectifs précis, avec plus ou moins de consistance et plus ou moins de pérennité que s’intéresse ce numéro. Deux articles examinent ainsi des “mots d’ordre” mis en circulation par le gouvernement sans qu’ils soient toujours repris par les usagers: “l’Etat plateforme” analysé par Marie Alauzen et Fabian Muniesa, et “l’agro-écologie” décortiqué par Floriane Derbez. 

Fabe ft. East, “Mots vrais”, 1997
https://www.youtube.com/watch?v=vZU2DsL5XRs&ab_channel=TRUELIFE

“Les mots vrais traversent le temps; Mais pas les mauvais” nous rappellent Fabe et East. Certes, il y a des mots qui restent, et d’autres qui disparaissent. Mais ceux qui restent voient aussi leur signification évoluer au cours du temps et sont soumis à des processus de réinterprétation. C’est le cas du terme “terrorisme” étudié ici par Corentin Sire, ou encore du terme “race” qui fait l’objet de réappropriations et de contestations variées au sein des mouvements antiracistes étudiés par Laura Calabrese et Laurye Joncret.

Marie Laforêt, “La voix du silence”, 1966
https://www.youtube.com/watch?v=jMFSf_dQszc

Depuis qu’elle a entendu les arbres et le vent chanter, Marie Laforêt est mélancolique face aux promesses non tenues d’un langage capable de rendre compte du réel directement. Cela la rend sensible aux “gens qui jettent des mots à tout vent”, comme ces producteurs de discours institutionnels ou politiques, étudiés par Floriane Derbez et Marie Alauzen et Fabian Muniesa. Mais cette expérience de commun(icat)ion avec son environnement, la rend également sensible à l’hétérogénéité discursive : elle “n’ose pas […] parler, de peur que [s]es mots se confondent avec le bruit que fait le monde”. Car en effet, nos mots sont toujours et avant tout les mots des autres et l’on doit composer avec cette mémoire et ses effets, comme nous le racontent si justement Lev, Marie et Sïana dans leur entretien sur les nominations du travail du sexe ou encore Laura Calabrese et Laurye Joncret sur le mot “race”.



Citer ce billet
Thomas Angeletti (2023, 9 mai). Une playlist pour le numéro Instabilités sémantiques. Tracés. Revue de sciences humaines. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/us59

Thomas Angeletti

Sociologue, chercheur à l'IRISSO, Université Paris Dauphine

More Posts

Thomas Angeletti

Sociologue, chercheur à l'IRISSO, Université Paris Dauphine

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search