Journée d’étude, Tracés – Hors série 2022 : Les Sciences Humaines et Sociales et les sciences de la nature: quelles interdisciplinarités ?

6 avril 2022, Paris, 9h30 – 18h, amphithéâtre Jean Prouvé, CNAM, 292 rue Saint-Martin, Paris, 3ème

Inscription obligatoire par mail: anthony.pecqueux@msh-lse.fr

 

Les Sciences Humaines et Sociales et les sciences de la nature: quelles interdisciplinarités?

Organisée par: Anthony Pecqueux (CNRS, CMW – PoCo), Perrine Poupin (CNRS, AAU – CRESSON), Jean-Baptiste Vuillerod (Université de Namur / SOPHIAPOL – Nanterre). Photos: Perrine Poupin

Programme

9h45: Introduction, Jean-Baptiste Vuillerod

10-12h30: Interdisciplinarité, cas pratiques – président de séance: Anthony Pecqueux

Paul Lhoste & Yann-Philippe Tastevin (Laboratoire de Génie Chimique UMR5503 / Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires UMR 5193 / IRL ESS UMI 3189) – L’interdisciplinarité à l’œuvre : le cas du recyclage du plomb

Samuel Challéat (géographie de l’environnement, UMR GÉODE) & Kévin Barré (écologie de la conservation, UMR CESCO), pour le Collectif RENOIR – Construire et travailler un objet de recherche en interdisciplinarité : l’exemple de l’environnement nocturne

Germain Meulemans (Chargé de recherche CNRS, Centre Alexandre-Koyré) – Fabulations disciplinaires : se laisser affecter par les sols urbains entre anthropologie, écologie et art

14h30-17h: Les temps (trop?) longs de l’interdisciplinarité – présidente de séance: Perrine Poupin

Alix Levain (chargée de recherche au CNRS, UMR 6308 AMURE) – Tes problèmes seront les miens. Patience et longueur de temps dans l’engagement interdisciplinaire en études environnementales

Francis Chateauraynaud (Directeur d’Études à l’EHESS, GSPR) – Par-delà interdisciplinarité et querelle de méthode. La sociologie et les sciences de l’environnement, une quête sans fin de prises communes révélant des tensions épistémiques irréductibles

Elise Demeulenaere (Chargée de recherche CNRS, Centre Alexandre-Koyré) – L’anthropologie et l’environnement, (re)positionnements disciplinaires, et interdisciplinaires

Résumés des interventions

Samuel Challéat (géographie de l’environnement, UMR GÉODE) & Kévin Barré (écologie de la conservation, UMR CESCO), pour le Collectif RENOIR – Construire et travailler un objet de recherche en interdisciplinarité : l’exemple de l’environnement nocturne

Les problématiques environnementales telles que le changement climatique, l’épuisement des ressources naturelles ou encore l’érosion de la biodiversité peuvent être appréhendées selon des approches exclusivement disciplinaires. Mais toutes nécessaires qu’elles sont, ces approches s’avèrent insuffisantes pour saisir les problèmes inédits et complexes du monde réel qui appellent de nouvelles manières de décrire et interpréter la réalité en dépassant les clivages traditionnels entre les deux grands ensembles disciplinaires que sont, d’une part, les sciences de la nature et, d’autre part, les sciences humaines et sociales. À l’heure actuelle, les incitations institutionnelles aux collaborations interdisciplinaires ne manquent plus, confinant parfois à l’injonction en omettant alors que l’interdisciplinarité n’est en soi pas une méthodologie mais une démarche et une pratique. En d’autres termes, l’interdisciplinarité ne se décrète pas. Sa réussite semble être avant tout fonction de trajectoires professionnelles et de formation, de postures et d’affinités interindividuelles, mais surtout du niveau de curiosité de ses protagonistes quant à la diversité des méthodes d’enquête mobilisables pour l’étude d’un objet de recherche donné – qu’il s’agisse du renouvellement, à l’aune d’une démarche interdisciplinaire, de l’étude d’un objet préexistant, ou de l’étude d’un nouvel objet dont l’émergence et la construction en tant que tel procèdent d’une pensée relationnelle et d’une démarche interdisciplinaire.

Notre communication prend place dans ce deuxième cas de figure en rendant compte d’un travail mené sur l’environnement nocturne, notion floue apparue suite à la requalification environnementale de l’éclairage artificiel nocturne en pollution lumineuse. Nous montrons dans un premier temps en quoi la construction de l’environnement nocturne en objet de recherche à part entière, en reliant des traditions de recherche jusqu’alors disjointes, permet de mieux saisir les questions inédites que la lutte contre la pollution lumineuse pose aux sociétés et aux territoires. Dans un second temps et partant d’un programme de recherche interventionnelle visant un élargissement et un approfondissement du répertoire d’action collective mobilisé par le Parc national de La Réunion pour la préservation de la qualité de l’environnement nocturne de l’île, nous exposons notre démarche interdisciplinaire à l’interface entre sciences de la nature et sciences humaines et sociales et en discutons les apports et les limites.

Francis Chateauraynaud (Directeur d’Études à l’EHESS, GSPR) – Par-delà interdisciplinarité et querelle de méthode. La sociologie et les sciences de l’environnement, une quête sans fin de prises communes révélant des tensions épistémiques irréductibles

Développée à travers une longue série de processus d’alerte et de controverse, la sociologie pragmatique des transformations s’est construite en interaction continue avec de multiples disciplines. Les échanges ont concerné tour à tour l’épidémiologie ou la toxicologie, la biologie, la génétique, l’écologie scientifique ou la climatologie, l’océanographie ou la physique des particules, mais aussi l’informatique et les sciences de la complexité. L’approfondissement des enquêtes a conduit à des échanges multiples avec toutes sortes de chercheurs, ouvrant des espaces de raisonnement fort hétérodoxes vis-à-vis des normes épistémologiques de la sociologie classique. Quelles leçons tirer de la longue série d’expériences menées au contact d’acteurs extrêmement outillés, capables d’infléchir la manière de penser la question de la preuve et de la factualité ? Il y a, dans la longue série de travaux d’enquête et d’engagements associés, beaucoup d’exemples potentiellement pertinents par rapport au projet de Tracé, j’en sélectionnerai quelques-uns : les échanges et les travaux avec les spécialistes des polluants chimiques (autour du réseau Environnement-Santé, de l’ANSES et de l’agence européenne EEA) ; le programme espace et société mené entre 2011 et 2019 avec des physiciens et ingénieurs du spatial autour de l’observation de la terre et les dérèglements climatiques ; les échanges continus avec des physiciens sur le nucléaire, les nanotechnologies ou les énergies ; le suivi de spécialistes de la conservation de la biodiversité au Brésil en situation de post-catastrophe ; enfin l’agronomie avec des terrains liés aux alternatives agricoles et aux frictions associées.

Elise Demeulenaere (Chargée de recherche CNRS, Centre Alexandre-Koyré) – L’anthropologie et l’environnement, (re)positionnements disciplinaires, et interdisciplinaires.

Il s’agira montrer comment l’anthropologie se positionne dans la recherche sur l’environnement, du rôle classiquement assigné à la discipline (étude des représentations (culturelles) d’une nature dont l’étude reste l’apanage des sciences naturelles), à celle promue par le tournant ontologique (rendre compte de la multiplicité des mondes, autrement dit, du “plurivers”), aux positions de compromis émergentes  (faire de l’anthropologie de l’environnement sur et avec les sciences). De ces différents styles de recherche découlent différentes formes d’articulation avec les sciences de la nature, qui illustrent autant de configurations de l’interdisciplinarité. 
J’entends m’appuyer à la fois sur mon enquête historique sur l’anthropologie de l’environnement (Demeulenaere, 2017), et sur ma propre expérience de recherche qui me permettra de témoigner des difficultés ou limites que chaque positionnement pose.

Alix Levain (chargée de recherche au CNRS, UMR 6308 AMURE) – Tes problèmes seront les miens. Patience et longueur de temps dans l’engagement interdisciplinaire en études environnementales

La crise écologique est un de ces fronts où les attentes et les discours vis-à-vis de la pratique scientifique interdisciplinaire s’expriment de la façon la plus visible. Aux chercheur-es qui se penchent sur la crise environnementale contemporaine, qu’il s’agisse d’en décrire les manifestations, d’en identifier les ressorts, d’en questionner les implications, l’interdisciplinarité se présente souvent comme un impératif axiologique et pratique : il est généralement admis que la complexité des problèmes environnementaux obligerait à faire travailler ensemble les disciplines – en particulier, celles qui relèvent du champ des sciences humaines et sociales, et celles qui relèvent du champ des sciences biologiques et physiques. A celles et ceux qui n’en seraient pas convancu-es, les dispositifs de financement et d’encadrement de la recherche se chargent aujourd’hui de le rappeler régulièrement. 

Dans cette contribution, je propose d’aborder l’une des voies plus souterraines par lesquelles la crise environnementale constitue un opérateur de transformation des collaborations scientifiques entre grands domaines de sciences, à partir d’une observation participante d’une dizaine d’années au sein de collectifs de recherche sur les pollutions diffuses d’origine agricole en Bretagne, confrontés à l’intensité de l’effort de recherche et à la robustesse des connaissances scientifiques produites, sans effets sensibles sur les dommages sociaux et environnementaux constatés. J’aborderai la crise environnementale comme génératrice d’un horizon d’attente spécifique (Kosellek, 1990), qui transforme le rapport au temps des chercheur-es impliqué-es (dans le cas présent, des biogéochimistes, hydrologues, agronomes, écologues, géomaticiens), déstabilise leur rapport à leurs objets d’étude, et suscite un supplément d’inquiétude sur la validité, la complétude, la légitimité des savoirs routiniers qu’ils et elles produisent. Dans une telle perspective, l’interdisciplinarité avec les sciences humaines et sociales se formule davantage comme un désir (aujourd’hui largement normé), qu’elle ne dessine a priori un agir scientifique anthropocénique adéquat, tant les perspectives concrètes d’articulation entre objectivation et inter-subjectivation que de telles collaborations impliquent restent difficiles à penser, à formuler et à justifier dans la temporalité et dans les cadres de la recherche institutionnalisée. 

Cet horizon d’attente contribue toutefois à la consolidation, lente et progressive de communautés épistémiques hybrides, dont l’hétérogénéité disciplinaire gouverne moins le devenir que les dispositions de ses membres à mobiliser un savoir en situation pour résoudre des difficultés d’ordre pratique et épistémologique rencontrées par les autres membres de la communauté, plutôt que les leurs propres: la pratique interdisciplinaire ne porte bien souvent, in fine, ni sur les objets, ni sur les questions initialement construites comme sa raison d’être et sa justification. Je m’attacherai ainsi à rendre intelligibles les opérations concrètes par lesquelles se construit, dans la longue durée, ce savoir interdisciplinaire ancré dans l’expérience de la crise environnementale – savoir dont l’épistémologie et la performativité restent incertaines, mais auquel sont associés des régimes d’action collective bien identifiables. 

Paul Lhoste & Yann-Philippe Tastevin (Laboratoire de Génie Chimique UMR5503 / Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires UMR 5193 / IRL ESS UMI 3189) – L’interdisciplinarité à l’œuvre : le cas du recyclage du plomb

Dans un contexte de plus en plus prégnant de raréfaction des ressources en amont et d’explosion de déchets en aval de nos systèmes technico-économiques linéaires, la nécessité de refermer la boucle, au travers de la solution du recyclage des matières, est de plus en plus mise en avant dans les sphères politiques et économiques ainsi que dans l’opinion publique. Présentant des caractéristiques physico-chimiques particulièrement propices au recyclage, les matériaux métalliques, avec leurs filières existantes et mondialisées, pourraient préfigurer l’avènement d’une société plus « circulaire », notamment au travers de ce que l’on nomme désormais la mine urbaine, c’est-à-dire l’exploitation d’un nouveau gisement de métaux venant de nos produits en fin de vie ou bien de nos rebuts abandonnés.

Le parti-pris de ce projet est de s’appuyer sur une approche interdisciplinaire pour appréhender différentes dimensions de ces filières de recyclage de métaux, et particulièrement, les plusieurs dizaines de milliers de sites informels identifiés de par le monde. En effet, celles-ci s’inscrivent dans des échanges de matières locaux et mondiaux, pilotées par des contraintes économiques et avec des enjeux technologiques forts ayant parfois des conséquences environnementales lourdes pour les populations riveraines de ces points chauds du recyclage. De plus, une grande « technodiversité » existe au sein de ces filières avec des fractures explicites entre un Nord industriel et un Sud métissant grandes industries avec des procédés plus rustiques et rudimentaires.

Dans ce contexte, et dans le but de décrire et de documenter de la façon la plus exhaustive possible ces filières et ces procédés de recyclage ainsi que leurs impacts, des analyses géographiques, ethnographiques, environnementales et du génie des procédés complémentaires sont mobilisées au travers d’études de terrain sur le cas du recyclage du plomb, métal emblématique et composant essentiel des batteries électriques, dont plus de 50 % de la production annuelle mondiale provient du recyclage. Des enquêtes ethnographiques associées à des prélèvements de matières et de sols ont été réalisés dans des ateliers de recyclage de batteries au plomb dans le Nord de l’Inde ainsi qu’au Sénégal afin de documenter et de comparer ces procédés, parfois informels, avec ceux opérés dans les usines occidentales, notamment celle de la STCM de Bazoches en France. Le but de cette approche est d’évaluer dans quelle mesure ces procédés peuvent être mieux expliqués et mieux compris que par la simple mobilisation d’une seule discipline, avec à la clé, l’élaboration d’un protocole de collecte de données interdisciplinaire.

Germain Meulemans (Chargé de recherche CNRS, Centre Alexandre-Koyré) – Fabulations disciplinaires : se laisser affecter par les sols urbains entre anthropologie, écologie et art

Dans un ouvrage fondateur des STS, Fox-Keller (1983) définissait la notion de discipline comme une manière spécifique d’instaurer un objet d’étude et de se laisser affecter par lui. S’éloignant des définitions épistémologiques ou institutionnelles, elle montrait par-là l’importance des aspects corporels et sensoriels (et de leur apprentissage), mais aussi ontologique (instauration du réel), dans la formation des disciplines scientifiques. Si l’apprentissage disciplinaire ‘câble’ un certain type d’ouverture au réel, on comprend que les difficultés des expériences interdisciplinaires ne découlent pas seulement du manque d’interopérabilité des données ou des savoirs, mais aussi de distinctions plus fondamentales dans les relations sensibles entre des chercheurs et leurs objets d’étude. Dès lors, des approches artistiques qui mettent les chercheurs et leur corps en mouvement – en particulier par les techniques de la performance et de la narration spéculative – peuvent-elles ouvrir de nouvelles perspectives de travail interdisciplinaire ?  

Dans cet article, nous présentons un projet de recherche-création au sein duquel un écologue, un anthropologue et une artiste (et différents publics) ont fait revivre un dispositif d’enquête olfactive sur les sols urbains. La science des sols, dès son émergence en tant que discipline à la fin du 19e siècle, a cherché à établir son objectivité face à des savoirs pédologiques profanes en valorisant une analyse visuelle du sol. Cette approche tend à réifier le sol comme un objet naturel, un simple arrière-plan pour les activités humaines, et apparaît mal calibrée pour l’étude des sols anthropisés (comme les sols urbains) qui prolifèrent aujourd’hui et résultent d’une histoire dont les aspects sociaux et naturels ne peuvent être distingués. S’inspirant d’expériences historiques d’enquête olfactive sur les sols, notre protocole d’enquête s’est mis en piste du petrichor, “l’odeur du sol après la pluie”. Le petrichor émerge de la fragile imbrication entre le sol, les pratiques humaines, la vie des microorganismes du sol, et les processus atmosphériques. Ainsi, la piste du petrichor nous amène à considérer comment des entités que les approches modernes du sol ou de la ville ont eu tendance à séparer, peuvent à nouveau être mis en correspondance.

Argumentaire général

La question de l’interdisciplinarité des Sciences Humaines et Sociales s’est longtemps posée dans le cadre restreint d’un rapport entre les différentes SHS. Par exemple, au sein de l’École de Francfort, qui fut l’un des premiers courants intellectuels à avoir véritablement réfléchi et discuté l’interdisciplinarité, il s’agissait de faire dialoguer la philosophie, l’économie, la sociologie, la science juridique, la critique littéraire, la musicologie. Certes la psychanalyse avait une place essentielle dans ce programme, mais elle y était perçue comme la forme la plus avancée de la psychologie sociale (Horkheimer, 1931). Cette restriction de l’interdisciplinarité au cadre des SHS héritait en un sens de la distinction diltheyienne entre les sciences de la nature, fondées sur l’explication causale des phénomènes naturels, et les sciences de l’esprit, lesquelles reposaient selon Dilthey sur la compréhension herméneutique des finalités proprement humaines (Dilthey, 1888).

Un tel partage n’allait pourtant pas de soi à l’époque, puisque les sciences sociales s’étaient en partie construites sur le modèle des sciences de la nature . L’économie politique, par exemple, s’était bâtie sur l’idée selon laquelle il existait des lois naturelles des actions humaines et de la civilisation (Ferguson, 1767 ; Smith, 1776) ; la sociologie naissante que Durkheim voyait à l’œuvre chez Auguste Comte et Saint-Simon trouvait quant à elle son origine dans la démarche consistant à affirmer que « les sciences humaines doivent être construites à l’imitation des autres sciences naturelles, car l’homme n’est qu’une partie de la nature » (Durkheim, 1885, p. 330). Cette position naturaliste n’a cependant pas contribué à renforcer les liens entre les SHS et les sciences de la nature. Il a au contraire abouti à un positivisme qui affirmait certes qu’il y avait des lois naturelles des sociétés humaines, mais qui, par là même, faisait du social un domaine spécifique et autonome par rapport au reste de la nature. Mises à part des démarches singulières comme celle de John Dewey, pour lequel le naturalisme signifiait de revenir à l’analyse du monde social à partir des apports du paradigme darwinien de l’évolution des espèces, c’est le paradigme qui a largement prédominé durant tout le xxe siècle.

Ce grand partage semble pourtant fragilisé aujourd’hui par un ensemble de problématiques qui obligent les SHS à se tourner vers les sciences de la nature (et réciproquement). Ce constat peut se faire sur au moins quatre fronts : celui de la crise écologique, celui de notre rapport éthique aux plantes et aux animaux, celui de la question post-humaniste, et enfin celui de la révolution des neurosciences. Nous nous concentrerons ici sur la question de la crise écologique.

La crise écologique

Cette dernière n’est pas uniquement un objet scientifique, elle constitue un phénomène vécu et dramatiquement éprouvé dans l’existence. La montée des eaux et le recul des terres habitables, les méga-feux, les inondations, la pollution de l’air et des nappes phréatiques, la disparition de la faune et de la flore ainsi que la perturbation des écosystèmes sont des phénomènes dont nous pouvons faire l’expérience sans avoir à recourir à de quelconques explications scientifiques. Pour autant, la compréhension véritable de ce qui est en train de se passer à l’échelle de la planète avec le réchauffement climatique, l’acidification des océans, la fonte du permafrost et la disparition de masse des espèces biologiques exige de nous tourner vers les sciences du climat, l’étude des écosystèmes ainsi que vers la science du système Terre – Gaïa, comme l’ont nommé James Lovelock et Lynn Margulis dans les années 1970 afin de défendre l’idée d’une réunification du domaine humain et du domaine naturel dans notre approche du monde (Stengers, 2009, p. 34, p. 38). Il ne s’agit pas par là de substituer le point de vue des experts et des savants à l’expérience que les populations font de la crise écologique, mais de proposer une complémentarité nécessaire entre la compréhension scientifique du phénomène et le « savoir collectif » des « usagers » qui s’y trouvent confrontés directement (ibid., p. 78).

Or c’est davantage sur l’expérience des groupes sociaux que se sont focalisées les SHS dans leur manière d’aborder la question, en montrant par exemple dans quelle mesure les populations les plus démunies, les populations racisées (Keucheyan, 2014) et / ou les femmes (Shiva, 2016) étaient davantage sujettes aux conséquences écologiques des pollutions et des destructions environnementales. Du côté des historiens, on s’est aussi intéressé aux inventions techniques et scientifiques qui sont à l’origine de la crise écologique et qui ont suscité, lors de leur introduction, des résistances populaires et des polémiques dans l’espace public (Fressoz, 2012 ; Jarrige, Le Roux, 2017). Ce sont aussi les grands systèmes de pensée qui ont été interrogés dans la manière dont les sociétés humaines se rapportaient aux enjeux écologiques : on a ainsi pu accuser la « mort de la nature » à l’œuvre dans la science moderne (Merchant, 1980), ou encore analyser les transformations que le « régime anthropocénique d’historicité » introduisait dans la conception chrétienne de notre rapport à l’Apocalypse (Hartog, 2020).

Il est donc tout à fait possible, et légitime, d’aborder la problématique écologique dans le strict cadre des SHS. Quel pourrait être l’apport des sciences de la nature ? Pourquoi un-e chercheur-se en sociologie, en histoire ou en philosophie devrait-il aller voir ce que ces sciences peuvent éclairer de la crise écologique ? Une bonne manière d’aborder le problème est peut-être de poser cette question à partir des modèles projectifs de cette crise, c’est-à-dire à partir des modélisations que les sciences écologiques proposent des transformations environnementales à venir. Il n’est sans doute pas exagéré de considérer que très peu de chercheur-ses en SHS ont fait l’effort de comprendre dans le détail ces projections . Nous savons tou-te-s que les températures vont se réchauffer, que les océans vont être de plus en plus pollués, que la banquise est en train de fondre, bref nous savons que cela va aller mal pour la planète, mais nous ne connaissons pas précisément la teneur de ce mal. Nous avons une vision apocalyptique d’un futur plus ou moins lointain, mais cette vision relève pour une part de la croyance, non d’un savoir acquis de première main auprès des études scientifiques qui cherchent à théoriser les évolutions véritables de nos écosystèmes. Cette croyance repose certes sur des passeurs et des vulgarisateurs des études scientifiques, mais elle en reste à un niveau préthéorique. Un-e chercheur-se en SHS qui travaille sur la crise environnementale en sait rarement plus sur les sciences écologiques que sur la physique quantique ou les mathématiques. Or, s’il est certes nécessaire de se battre sur le terrain de nos « croyances » et de travailler sur notre rapport à l’Apocalypse (Latour, 2015, p. 268), ne gagnerait-on pas également quelque chose à mieux comprendre ce que les scientifiques de l’écologie ont à nous dire sur cette question ? Les SHS peuvent-elles se passer de ce savoir et se concentrer sur une approche purement sociale de la crise écologique, ou bien y a-t-il quelque chose de problématique dans cette omission ?

Sans que l’on puisse sans doute trancher de manière univoque ces questions, il faut néanmoins remarquer que la connaissance de la science écologique et de son évolution depuis le début du xxe siècle constitue un apport important pour savoir comment nous devons nous rapporter éthiquement et politiquement à la nature. Catherine et Raphaël Larrère rappellent ainsi comment Odum, dès les années 1950, a mis au centre de la science écologique le concept d’écosystème afin d’étudier les relations et les flux entre les vivants dans une perspective holistique ; ils montrent comment l’approche odumienne s’est heurtée à certaines limites, en particulier à la complexité et à l’hétérogénéité intrinsèque des écosystèmes, ainsi qu’aux liens entre les différents écosystèmes ; ils soulignent la prise en compte plus tardive, dans la science écologique, de l’intégration de l’histoire humaine aux écosystèmes naturels, ce qui amène à concevoir la perturbation et la variation comme la règle, et non comme l’exception, au sein des équilibres écosystémiques (C. Larrère, R. Larrère, 1997, p. 130 et suiv.). Cela les conduit à aborder la nature non comme un cycle figé dans la répétition du Même, un cycle à préserver de toute intervention humaine, mais au contraire comme un ensemble d’équilibres évolutifs auxquels les sociétés humaines appartiennent et avec lesquels elles peuvent interagir de manière responsable. La connaissance de la science écologique se trouve ici au fondement du « bon usage » que l’on peut faire de la nature.

De même, il paraît nécessaire de s’intéresser un minimum aux sciences de l’écologie pour faire la différence entre les différentes “mises en données” du monde naturel (Maris, 2018, p. 169) : les grands modèles projectifs qui nous donnent à voir la planète Terre avec quelques grands chiffres constituent sans doute des indicateurs importants, mais ils “simplifient” et “décontextualisent” (ibid., p. 179) et rendent par conséquent impossible toute saisie véritable d’un écosystème concret observable à l’échelle locale. Ces chiffres qui prétendent nous résumer l’état de santé de Gaïa en quelques données fondamentales donnent l’illusion d’une situation maîtrisable et vont de pair avec la gestion géoingénierique de la Terre, qui fait le pari que la situation pourra être réglée en actionnant quelques leviers et en inventant quelques solutions techniques et scientifiques (Devictor, 2019). L’étude localisée d’écosystèmes déterminés offre pourtant un tout autre tableau : non pas celui d’une Terre qui s’apparente à une machine que quelques experts pourraient piloter, mais celle d’un réseau complexe où les entités humaines et non humaines cohabitent dans un milieu de vie spécifique, et où les enjeux environnementaux sont toujours solidaires d’enjeux sociaux et économiques. Là encore, un intérêt minimal aux sciences écologiques est essentiel pour pouvoir définir notre rapport à la nature en général, et en particulier le rapport des SHS à l’environnement.

Vers l’interdisciplinarité

Le rapport des SHS aux sciences de la nature pose d’abord un problème de sociabilité savante. Il s’agit de chercheur-ses qui travaillent dans des laboratoires différents, qui n’ont presque aucune occasion de se côtoyer et de discuter ensemble, que ce soit au niveau des parcours de formation ou bien au niveau des métiers de l’enseignement et de la recherche. Il s’agit de deux mondes séparés que peu de choses font communiquer entre eux. Plus fondamentalement, les travaux des sciences de la nature sont difficiles d’accès et les résultats de leurs recherches peuvent parfois difficilement se transmettre à d’autres disciplines sans l’intermédiaire d’une vulgarisation importante. Un-e chercheur-se en SHS peut tout simplement ne rien comprendre à un article scientifique en biologie, en neurosciences ou en sciences du climat, s’il n’a pas la formation nécessaire à cette compréhension. Il ne s’agit pas là d’un manque d’intérêt, mais d’une réelle impossibilité d’accès à des sciences très spécialisées qui, de son point de vue, lui apparaissent comme des objets ésotériques. Alors qu’à l’inverse, les chercheur-es en sciences de la nature peuvent – au moins en partie – lire les travaux de SHS : ce sont eux qui le plus souvent font le chemin, pour des projets de recherche ou plus radicalement dans le cadre d’une carrière (on peut penser au « devenir historien » ou au « devenir philosophe des sciences » de nombreux chercheurs en sciences dites dures ou exactes).

Vraisemblablement, la frontière est ici plus infranchissable qu’elle ne l’est au sein des SHS : même si cela demande parfois quelques efforts, un philosophe peut lire un sociologue, un linguiste peut lire un historien. La chose est sans doute moins évidente lorsqu’il s’agit de savoir si ces mêmes chercheur-ses peuvent avoir facilement accès à la compréhension directe des sciences de la nature. Il y a certes des exceptions : le philosophe Georges Canguilhem, par exemple, était également médecin ; Bergson avait été mathématicien et avait été lire directement les sciences naturelles de son époque, de même que Raymond Ruyer ; Thomas Kuhn était physicien avant de devenir épistémologue et philosophe des sciences ; Gilbert Simondon avait une connaissance de première main de la biologie et de la technologie ; aujourd’hui, des intellectuelles comme Donna Haraway ou Isabelle Stengers ont aussi un rapport de première main aux sciences de la nature. Le partage rigide qui sépare ces dernières des SHS n’est donc pas un destin inexorable. Pour autant, force est de constater que les passerelles et les dialogues véritables entre ces deux pans de l’activité scientifique restent rares et difficiles à établir.

Comment, dès lors, dépasser ce partage disciplinaire ? Est-il véritablement nécessaire, ou même souhaitable d’envisager un accès direct aux travaux des sciences de la nature par les SHS ? Ou bien peut-on se contenter des travaux de vulgarisation, qui donnent un aperçu des enjeux et des résultats, sans que l’on comprenne très bien dans le détail comment cela fonctionne ?

Une interdisciplinarité véritable entre les checheur-ses en SHS et les chercheur-ses en sciences de la nature constitue une solution intéressante à ces questions. Plutôt que d’osciller entre, d’un côté, une connaissance directe des sciences de la nature par les SHS, et, de l’autre, une connaissance indirecte par la vulgarisation et une vague connaissance des enjeux, peut-être serait-il plus intéressant de penser un espace de travail partagé entre les savoirs, un espace dans lequel des biologistes et des philosophes, des scientifiques du climat et des sociologues, des neuroscientifiques et des historiens, pourraient discuter, échanger, travailler en commun, réaliser des enquêtes ensemble. Ce type d’espace existe déjà, qu’on pense par exemple au Centre des Politiques de la Terre, qui promeut une interdisciplinarité réelle des différentes sciences autour de la question de l’Anthropocène ; mais aussi aux initiatives qui rassemble des chercheur-ses et des citoyen-nes de tous les horizons, souvent autour du thème de l’environnement, souvent aussi sous l’étiquette des sciences participatives. C’est à partir de tentatives de cette sorte que nous voudrions réfléchir à la possibilité et à la pertinence, aujourd’hui, d’un cadre interdisciplinaire pour les SHS et les sciences de la nature.

Affirmer ce besoin d’interdisciplinarité ne saurait cependant suffire. Encore faut-il réfléchir à la manière dont les différentes méthodologies scientifiques, tirées des SHS et des sciences de la nature, peuvent cohabiter. S’agit-il pour chaque science de garder ses méthodes propres, de fusionner ses méthodes avec celles d’autres sciences, ou bien encore d’inventer de nouvelles méthodologies du travail scientifique à partir du dialogue interdisciplinaire ? Les enjeux méthodologiques sont ici directement liés à la possibilité même, pour les scientifiques de disciplines éloignées, de dialoguer et de travailler ensemble.

Ces enjeux méthodologiques doivent cependant toujours être subordonnés à la connaissance des objets que vise l’interdisciplinarité entre SHS et sciences de la nature. Une réflexion purement méthodologique peut certes aboutir à de grands principes et à de grandes promesses en ce qui concerne cette interdisciplinarité, mais elle n’engage à rien quant à sa mise en pratique. C’est pourquoi nous prendrons le parti ici de partir du “primat de l’objet” (Adorno, 1966), au sens où ce sont les objets eux-mêmes qui doivent rendre nécessaires le travail interdisciplinaire et les méthodes adéquates à leur connaissance. Nous partirons donc de terrains spécifiques et d’objets déterminés afin de voir comment, dans la pratique réelle de la connaissance, le recours interdisciplinaire aux SHS et aux sciences de la nature s’avère mis en œuvre.

Bibliographie

Adorno Theodor W., 1966 [2003], Dialectique négative, tr. fr. Collège de Philosophie, Paris, Payot.

Dilthey Wilhelm, 1888 [1988], L’édification du monde historique dans les sciences de l’esprit, tr. fr. S. Mesure, Paris, Cerf.

Devictor Vincent, 2019, “Anthropocène, dis-moi, combien tu t’appelles?”, Terrestres [URL : https://www.terrestres.org/2019/05/26/anthropocene-dis-moi-combien-tu-tappelles/].

Durkheim, 1885 [1925], « Saint-Simon, fondateur du positivisme et de la sociologie », Revue philosophique de la France et de l’étranger, tome 99, p. 321-341.

Ferguson Adam, 1767 [2013], Essai sur l’histoire de la société civile, tr. fr. P. Vieu, Lyon, ENS éditions.

Fressoz Jean-Baptiste, L’apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Paris, Seuil.

Hartog François, 2020, Chronos. L’occident aux prises avec le Temps, Paris, Gallimard.

Horkheimer Max, 1931 [2009], « La situation actuelle de la philosophie sociale et les tâches d’un institut de recherche sociale », in Théorie critique, tr. fr. Collège de philosophie, Paris, Payot, p. 55-68.

Jarrige François, Le Roux Thomas, 2017, La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel, Paris, Seuil.

Keucheyan Razmig, 2014, La nature est un champ de bataille, Paris, La Découverte.

Latour Bruno, 2015, Face à Gaïa. Huit conférences sur le Nouveau Régime Climatique, Paris, La Découverte.

Maris Virginie, 2018, La Part sauvage du monde, Paris, Seuil.

Merchant Carolyn, 1980 [2021], La mort de la nature, tr. fr. M. Lauwers, Marseille, Wildproject.

Shiva Vandana, 2016, « Étreindre les arbres », in É. Hache (dir.), Reclaim. Recueil de textes écoféministes, Paris, Cambourakis,p. 183-210.

Smith Adam, 1776 [1991], La richesse des nations, tr. fr. G Garnier, Paris, Flammarion.

Stengers Isabelle, 2009 [2013], Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient, Paris, La Découverte.



Citer ce billet
Anthony Pecqueux (2022, 14 février). Journée d’étude, Tracés – Hors série 2022 : Les Sciences Humaines et Sociales et les sciences de la nature: quelles interdisciplinarités ? Tracés. Revue de sciences humaines. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://traces.hypotheses.org/3692

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au Centre Max Weber (UMR 5283 / équipe PoCo) Mail: Anthony.PECQUEUX@msh-lse.fr Page personnelle: https://www.centre-max-weber.fr/Anthony-Pecqueux Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au Centre Max Weber (UMR 5283 / équipe PoCo) Mail: Anthony.PECQUEUX@msh-lse.fr Page personnelle: https://www.centre-max-weber.fr/Anthony-Pecqueux Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search