Une playlist pour le numéro Faire époque

À l’occasion de la sortie de son numéro Faire époque (n° 36), la revue Tracés renoue avec une vieille habitude : proposer à ses lecteurs et lectrices une playlist à écouter pendant la lecture de son numéro ! Ci-dessous, une sélection de titres qui abordent tous, chacun à leur façon, la question de l’époque. N’hésitez pas bien sûr à offrir d’autres suggestions en commentaire !

Thomas Angeletti et Juliette Galonnier

 

Retour vers le futur, Alan Silvestri (1985) (bande originale du film Retour vers le futur de Robert Zemeckis, 1985)

https://www.youtube.com/watch?v=Lsi1KUfIkBE

Marty, un adolescent de 1985, est propulsé trente ans en arrière par la machine à voyager dans le temps de Doc. Alors qu’il cherche à revenir dans son époque d’origine, il doit aussi contrôler les effets futurs de ses interventions dans le passé. Les paradoxes temporels explorés par le film se retrouvent dans l’article de Pierre-Antoine Marti, “Époques au futur: Usages de la périodisation historienne dans la littérature d’anticipation” qui s’attarde sur les “futurs anticipés” proposés par la littérature de science-fiction. Il montre comment la création de futurs fictionnels ouvre un vaste répertoire d’alternatives historiques. Les entrelacs entre passé, présent et futur sont aussi l’objet de l’entretien conduit avec le médiéviste Étienne Anheim, intitulé “Le Moyen Âge et les boucles du temps”, qui s’interroge sur la boucle temporelle que parcourent mentalement les historien.ne.s lorsqu’ils et elles caractérisent des époques passées et sur l’effet de rétroaction qu’une telle opération produit sur notre rapport au présent et à l’avenir.

 

A Change is Gonna Come, Sam Cooke (1963)

https://www.youtube.com/watch?v=wEBlaMOmKV4

« It’s been a long time coming, but I know a change is gonna come. » Le morceau, tragiquement prémonitoire, sort la même année que l’assassinat de Sam Cooke, abattu par balle dans un motel californien. Parce qu’elle prophétise un grand changement à venir, elle devient très vite emblématique du mouvement des droits civiques (son refrain accompagnait souvent Martin Luther King lors de ses discours), comme l’ont été également Mississippi Goddam de Nina Simone, Alabama de John Coltrane, ou encore l’album We Insist! du batteur Max Roach. L’effervescence de l’époque fait écho à l’article de Frédéric Spillemaeker, “La Révolution caribéenne : une époque pour comprendre et interpréter un espace colonial en révolution” qui revient sur les nombreuses demandes politiques de liberté et d’égalité qui traversent l’espace de la Grande Caraïbe à la charnière entre le 18e et le 19e siècles. Les questions de prémonition apparaissent aussi dans l’article de Pierre Pénet, “Les prophètes de la finance. Contester et refaire l’époque” qui s’intéresse aux individus ayant pressenti un basculement dans l’ordre des marchés et annoncé la crise financière de 2008 bien avant qu’elle ne survienne.

 

Zman Saib (Les temps sont durs), Fadoul (1971)

https://www.youtube.com/watch?reload=9&v=mOX8ckmW-tU

Dans ce morceau, Fadoul, aussi surnommé “le James Brown marocain” pour sa capacité à mêler rock psychédélique, funk et musique gnawa, dénonce l’oppression du régime de Hassan II dans le Maroc des années 70. Le pamphlet musical revisite avec énergie la thématique des “temps difficiles”, que l’on retrouve par exemple dans l’article de Francesca Canadé Sautman “Personnifier l’époque, vilipender le temps présent.” L’auteure s’y intéresse aux modes de contestation de l’époque dans le théâtre satirique français entre le milieu du XVe siècle et la fin du XVIe siècle. À travers la mise en scène d’un temps présent vécu comme injuste et corrompu, c’est la possibilité d’une critique sociale qui se fait jour.

 

Hymne du Mouvement de Libération des Femmes (1971)

https://youtu.be/lIE9HtFv0fc

“Nous, qui sommes sans passé, les femmes, nous qui n’avons pas d’histoire, depuis la nuit des temps, les femmes”. Cette chanson du répertoire militant féministe rappelle combien les femmes, en tant qu’actrices de l’histoire, ont été invisibilisées. C’est précisément ce que montre l’article de Joan Kelly traduit dans ce numéro, “Les femmes ont-elles connu une Renaissance ?“ : l’historienne y revisite la Renaissance, époque fondamentale de notre imaginaire commun, pour montrer comment les avancées ordinairement identifiées pendant cette période se trouvent largement contrariées voire contredites lorsqu’on les interroge depuis la place des femmes. Joan Kelly nous rappelle ainsi que l’écriture de l’histoire relève certes de l’ordre de la connaissance, mais aussi de l’ordre du pouvoir, pouvant aboutir à l’absence des minorités ou des dominés. C’est aussi à cette prise en compte des rapports de force dans les opérations de périodisation que nous invite Marlène Rosano-Grange dans sa note sur les époques en relations internationales

 

John Cale, Paris 1919 (1973)

https://www.youtube.com/watch?v=q5YHqWqhFkU

Dans ce morceau aux paroles elliptiques, le multi-instrumentiste du Velvet Underground John Cale prend pour arrière-plan la signature du traité de Versailles le 28 juin 1919 entre l’Allemagne et les Alliés. Mais à cet événement historique s’ajoutent histoire personnelle, rythme quotidien et injonctions capitalistes : “Efficiency efficiency they say – chante John Cale – Get to know the date and tell the time of day”. De la même manière, l’article traduit dans ce numéro de l’historien William Sewell, “L’époque capitaliste”, propose de décrire la multiplicité des temporalités qui caractérisent le capitalisme et affectent nos vies ordinaires. Il y montre combien le capitalisme entremêle cycles de création et de destruction qui favorisent incertitude et insécurité quotidiennes, entre la recherche d’une croissance soutenue orientée vers le long-terme, de plus en plus contestée, et des séries d’événements inattendus qui brisent la linéarité supposée du temps capitaliste.

 

Mos Def, History (2009)

https://youtu.be/t_Z8X_bgEpw

“Everybody act according to the season that they born in. Some are the night, some are the morning, some at noon. Some in winter, some in June” chante Mos Def. Notre date de naissance déterminerait-elle nos manières d’être ? Montrer en quoi l’interprétation qu’on donne d’un phénomène est intimement liée à la cause initiale qu’on lui assigne, c’est précisément ce à quoi s’attelle Quentin Ravelli, dans son article “Le capitalisme a-t-il une date de naissance ?”. Il nous plonge dans les différentes explications données à l’émergence du capitalisme, telle que la religion, l’esclavagisme, ou encore le machinisme, en soulignant combien le recours à ces explications dépend aussi de l’époque dans lequel celui ou celle qui les invoque prend place.

Thomas Angeletti

Sociologue, chercheur à l'IRISSO, Université Paris Dauphine

More Posts


Thomas Angeletti

Sociologue, chercheur à l'IRISSO, Université Paris Dauphine

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.