Dépénalisation de l’avortement en Corée du Sud: un épilogue heureux au hors série 2017

“La plus haute juridiction sud-coréenne a jugé, jeudi 11 avril, que l’interdiction de l’avortement – le fait de lancer des poursuites contre des femmes se faisant avorter et contre les médecins pratiquant des interruptions volontaires de grossesse (IVG) – était « anticonstitutionnelle ».

La Cour constitutionnelle a aussi ordonné la modification, d’ici à la fin de l’année, de la loi de 1953 réprimant l’IVG”, indique Le Monde daté du 11 avril 2019.

Des manifestantes favorables à la dépénalisation de l’avortement, à Séoul, le 11 avril 2019. KIM HONG-JI / REUTERS

« L’interdiction de l’avortement limite le droit des femmes à accomplir leur propre destin et viole leur droit à la santé en restreignant leur accès à des procédures sûres en temps opportun », a écrit la Cour dans un communiqué.

« Les embryons dépendent complètement pour leur survie et leur développement du corps de la mère, ce qui fait qu’on ne peut conclure qu’ils sont des êtres vivants séparés et indépendants ayant un droit à la vie. »

L’annonce de cette décision a été accueillie par des cris de joie et des embrassades de centaines de femmes rassemblées devant la Cour constitutionnelle dans le centre de Séoul.

Le Monde, daté du 11 avril 2019

La dernier recours porté devant la Cour constitutionnel, en 2012, avait fait l’objet d’une analyse dans le hors série 2017 de Tracés.

Dans l’introduction du dossier “Corée: Yang Hyunah”, Florence Galmiche revenait sur l’histoire longue du délit d’avortement, né avec la colonisation japonaise, à peine levé dans les années 1970, par l’autorisation des interruptions médicales de grossesse (IMG). Pour autant, bien que très pratiqué comme moyen de contraception tant chez les femmes non-mariées que chez les femmes mariées, et que la philosophie du statut de l’embryon est très différent de ce qui existe en Occident – comme le rappelle la Cour dans son arrêté et Fabrice Cahen dans son article “Le particulier et l’universel“, l’avortement reste encore interdit, les femmes se faisant avortées étant passibles d’un an d’emprisonnement et d’une amende, les praticiens médicaux de deux ans de prison.

Membre de la Faculté de droit de la l’Université de Séoul, la sociologue Yang Hyunah, dans une traduction de Florence Galmiche et de Pierre-Emmanuel Roux, revenait en 2013 sur la dernière décision du Conseil constitutionnel, daté de 2012, défavorable aux femmes, en s’étonnant de la partialité induite par le choix des organisations auditionnées. Par ailleurs, la sociologue opposait à une décision du Conseil uniquement composé d’hommes, l’expérience de l’avortement vécue par des femmes, aux origines, confession, âge, état marital variés. Elle indiquait ainsi, comme experte et conseillière du Prince, son opposition ferme et informée à la décision du Conseil constitutionnel en 2012, dans une importante revue de droit.

Nul doute que le militantisme des féministes coréennes – à l’instar de la dépénalisation de l’avortement au Japon, étudié par Isabelle Konuma dans le même hors série 2017 – ont eu un rôle très important dans le basculement de la décision de la Cour constitutionnelle. Peut-être aussi que ce texte remarqué de Yang Hyunah y a contribué : Tracés remercie Florence Galmiche et Pierre-Emmanuel Roux d’avoir participé, par cette traduction, à ce moment historique.



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.