Parution : T34, « La singularité »

 Ce numéro construit la notion de singularité, entre les sciences sociales, la philosophie et les arts, en prenant un double point d’appui. Le premier est celui des opérations analytiques consistant à produire un savoir généralisant et ouvert à la comparaison à partir d’objets réputés singuliers, uniques, irréductibles, contingents. Tout en s’inscrivant dans la continuité des débats fondateurs en sciences sociales sur l’articulation de la représentativité et du « cas limite », les différents articles du dossier les prolongent sur des bases nouvelles, en s’inspirant des savoirs de la philosophie, du droit ou des arts. Le deuxième point d’appui, plus empirique, est celui des processus concrets de singularisation des individus, à partir de pratiques, d’interactions et de sociabilités dans des domaines divers (représentation politique, engagement militant et usages du droit, pratiques artistiques et culturelles, pratiques d’esthétisation du corps, sociabilités de voisinage). Il s’agit ici d’analyser, cas par cas, les logiques de construction d’identités singulières chez les individus, et de comprendre comment elles interagissent avec les déterminations sociales.


Camille Paloque-Berges

Laboratoire HT2S, Conservatoire national des arts et métiers

More Posts

Camille Paloque-Berges

Laboratoire HT2S, Conservatoire national des arts et métiers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.