Mistrust – toujours plus de méfiance

Nous sommes très heureux d’annoncer la récente publication de Mistrust. An ethnographic theory, dont l’auteur, Matthew Carey, a participé à la coordination du n° 31 de Tracés, « Méfiance ». Ce petit ouvrage, dont la version électronique est disponible en accès libre grâce à Hau et dont la version papier est diffusée par Chicago University Press, poursuit de manière systématique l’exploration de certaines pistes abordées dans Tracés. Matthew Carey, professeur associé d’anthropologie à l’université de Copenhague, s’appuie sur ses recherches de terrain parmi les Berbères (Tashelhiyt) du Haut Atlas marocain pour décrire et analyser de manière profondément originale un univers où la méfiance semble être un postulat fondamental. Que devient le mensonge, lorsqu’on ne peut se fier au langage et que l’intériorité des personnes reste inconnaissable ? Ne pas faire aveuglément confiance à ses amis, n’est-ce pas aussi tolérer leurs manquements et leurs trahisons ? Et si c’était finalement l’envers d’un respect absolu de leur autonomie ? Au-delà des relations interpersonnelles, Carey montre donc les implications politiques de cette méfiance, qui constitue un des fondements de la vie politique anarchique du Haut Atlas. Dans un dernier chapitre, il aborde la question très débattue et actuelle des théories du complot, en comparant ses données recueillies au Maroc à des observations faites en Ukraine : on y voit comment la méfiance s’enracine dans l’imagination et comment elle est façonnée par différentes esthétiques de l’occultation et du dévoilement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *