Disparition de l’anthropologue Saba Mahmood

C’est avec une très grande tristesse que la revue Tracés a appris le décès précoce de l’anthropologue Saba Mahmood le 10 mars dernier. L’ampleur et l’intelligence de son travail, particulièrement de son ouvrage majeur Politique de la piété, traduit en français en 2009, mais encore trop méconnu dans l’hexagone, nous avait incité à lui consacrer une partie de notre Hors-Série 2015, dans le but de faire connaître cette pensée originale.

Les contributions de Nadia Marzouki, Alessandra Fiorentini, Gianfranco Rebucini, Sylvia Faure, Amélie Le Renard et Zahra Ali avaient permis d’éclairer à la fois les apports décisifs de son oeuvre, pour l’épistémologie féministe comme pour l’anthropologie de l’Islam et les raisons de sa faible réception en France.

Nous avions également eu le plaisir et l’honneur d’être invités à discuter avec Saba Mahmood, le 15 décembre 2015, de la traduction en français de son dernier ouvrage La critique est-elle laïque (coécrit avec Talal Assad, Wendy Brown et Judith Butler).

Nous espérons que cette oeuvre continuera à être discutée, sans caricature, ni sanctification et à inspirer les chercheurs et les chercheuses. Comme nous l’écrivions en 2015 : « s’il est en effet essentiel de faire une lecture critique de [l’œuvre de Saba Mahmood], le lecteur gagnerait à adopter la définition de la critique qu’a élaborée l’anthropologue elle-même (Asad et al., 2009). Dans cette acception, il ne s’agit pas simplement de démolir le point de vue de l’adversaire, mais bien plutôt d’adopter une position qui « laisse ouverte la possibilité d’être soi-même transformé dans le processus de confrontation de différentes visions du monde, [qui] laisse ouverte la possibilité d’apprendre. Cela suppose parfois de porter un regard critique sur nos propres partis pris, d’accepter la possibilité d’être transformés au cours de la rencontre avec l’autre » (Mahmood, 2009, p. 63)

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci beaucoup Anaïs pour ce très bel hommage. Que dire de plus si ce n’est une grande tristesse…
    Anthony

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.