Journée d’étude Tracés « Ce que la revue fait aux sciences humaines et sociales » (Paris, 30 mars 2018)

Lieu: Paris, Centre Pouchet (59-61 rue Pouchet, 75017), grand amphithéâtre

Date: vendredi 30 mars 2018, 9h-18h

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Livetweet: https://twitter.com/RevueTraces/status/979624809842855936

À l’occasion d’un nouveau cycle de Tracés. Revue de sciences humaines, le comité de rédaction vous invite à participer à la journée d’étude “Ce que la revue fait aux sciences humaines et sociales”, qui sera prolongée par la parution du prochain hors-série à l’hiver 2018.

Argumentaire: Outil ancien de la publication de la recherche, la revue occupe aujourd’hui une place de choix dans les carrières de recherche, en temps de travail (évaluations,  participation aux comités de rédaction), en matière d’évaluation de la recherche (sélection d’article, promotion). Certaines disciplines vont jusqu’à ne considérer que la publication périodique pour la promotion de leurs chercheurs. On aurait pourtant tort de considérer que « faire revue » soit sans effet sur la science telle qu’elle se fait. Les tables-rondes ont ainsi vocation à discuter ce que le format, la chaîne de production et la temporalité « revue » font aux sciences humaines et sociales.

Une première table-ronde est consacrée à la revue comme lieu de pouvoir. Instance de légitimation – notamment au niveau disciplinaire – la revue est également un lieu d’exclusion et de discrimination genrée, sociale ou encore géographique, comme de lutte contre ces mêmes discriminations. Plus avant, la revue – par le biais de son comité de rédaction – établit des normes scientifiques , en refusant certains textes, en incitant ou en procédant à la réécriture des articles – par exemple, en exigeant ou en refusant la féminisation. En s’intéressant aux coulisses du comité de rédaction,  la table-ronde entend ainsi discuter l’impact de la revue sur son champ disciplinaire et sur, très concrètement, le  façonnage des textes scientifiques.

Une seconde table-ronde sera consacrée à la production matérielle, à l’économie et à la chaîne de production des revues, qui inclut les secrétariats d’édition et de coordination, les traducteurs et traductrices, les graphistes, mais aussi les maisons d’édition et de diffusion. Comment évaluer le travail des revues, les financements dont elles bénéficient directement ou indirectement ? Comment le travail au sein d’une revue se transforme-t-il ? Comment évoluent les coûts – coût papier, droits de traduction, droits image – à l’heure de la grande transformation éditoriale ? Quelles stratégies les travailleurs mettent-ils en œuvre pour animer leur  revue ? Quelle est la place du travail graphique voire typographique au sein de ces stratégies?

Une troisième table-ronde sera consacrée à la question de la réception. Et notamment de mesurer comment l’anticipation de la réception du format de la revue peut influencer l’écriture scientifique. Par exemple, un chercheur écrit-il de la même manière dans une revue que dans un livre ? Et développe-t-il les mêmes stratégies d’écriture selon qu’il publie dans une revue ou plutôt dans une autre ? Est-ce que le format collectif de la revue inciterait à la co-signature des travaux scientifiques ? Comment une réflexion sur la diffusion, à travers notamment le travail graphique, influence-t-elle le projet scientifique de la revue ?

Comment les revues sont-elles diffusées ? Comment évoluent l’abonnement papier et la diffusion en librairie ou en salon ? Comment sont-elles utilisées dans l’enseignement ? Comment certaines re-créations récentes – plus graphiques, sans publication internet, sans signature, par ex. – procèdent-elles d’une réflexion renouvelée sur l’importance de la réception ? Dans quelle mesure certaines revues non-académiques participent-elles pour autant pleinement de la vie intellectuelle ? Et pourquoi certains membres de l’académie en sont-ils venus à refuser de publier dans des revues et en font un geste militant ?

Cette structuration thématique ne saura empêcher des réflexions transversales à l’ensemble des questions abordées.

Programme de la journée

9h Accueil

9h30 Introduction à la journée

par Amina Damerdji, Samuel Hayat, Natalia Lavalle, Anthony Pecqueux et Christelle Rabier

9h45 Table-ronde 1 « La revue comme lieu de pouvoir »

avec Alice Béja (Esprit), Virginie Dutoya (Genre, sexualité et société), Wolf Feuerhahn et Olivier Orain (Revue d’histoire des sciences humaines), Stéphanie Fonvielle (linguistique, Aix-Marseille Université), Éric Monnet (Vie des Idées, CS Open Edition);

12h Déjeuner

13h30 Table ronde 2 « Économie et production matérielle de la revue »

avec Manuel Charpy (Modes pratiques); Odile Contat (CNRS), Sophie Cras (histoire de l’art, Université de Paris-1), Thomas Franck, Caroline Glorie & Alain Loute (Groupe de recherches matérialistes); Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin (Zilsel), Marie-Luce Rauzy (Techniques et culture) et François Théron (Temporalités).

16h Pause café

16h30 Table-ronde 3 “Formats, diffusion, réception”

avec Pierre Déléage (CNRS), Dominique Goy-Blanquet (En attendant Nadeau),   Clémentine Vidal-Naquet & Chloé Pathé (Sensibilités), Paul Guilibert et Sophie Wahnich (Vacarme)

Fin  – 18h.

 

Résumés

Alice Béja, Esprit: portrait d’une revue influente et indépendante

Esprit est une revue généraliste, et à ce titre jouit d’un statut particulier au sein du paysage universitaire contemporain. Si son ancienneté et sa réputation peuvent encore lui permettre d’apparaître comme une instance de légitimation, la spécialisation grandissante du champ universitaire et le poids croissant des articles publiés dans des revues scientifiques pour la carrière des enseignant-e-s chercheur-se-s peuvent parfois créer des distortions entre les attentes de la revue et celles des collaborateurs/trices. La revue habite un entre-deux (entre le politique et le scientifique, entre l’institution et la société civile) qui, s’il est souvent intellectuellement fécond, pose la question de sa place, dans un marché des médias très concurrentiel et dans un débat public de plus en plus polarisé. Je souhaiterais ainsi aborder trois thématiques (la place des revues généralistes, la question de l’écriture et de la validation des textes, la féminisation) auxquelles j’ai été directement confrontée lors de mon travail à la revue (2011-2015) qui (re)posent la question de la revue comme lieu de pouvoir dans un paysage médiatique et universitaire mouvant, et dans le contexte de pratiques d’écriture qui évoluent.

Manuel Charpy, Aux marges de l’Université ? TR2

C’est un lieu commun de penser que la nouveauté s’invente plus volontiers dans les marges des institutions que dans leur cœur. Pourtant, ces dernières années, toutes les procédures d’évaluation et la logique éditoriale renforcent la revue comme un lieu de pouvoir et d’élection au sens propre comme figuré. La question du financement est tout aussi centrale : CNL, CNRS, financements des laboratoires… les mécanismes de financements de l’université soutiennent les revues jugées « scientifiques » qui répondent aussi bien à des caractéristiques de contenu qu’à des caractéristiques formelles. Cette logique, accentuée paradoxalement par le tournant numérique, consolide les revues en place et fortement attachées à des personnes installées dans l’université. À côté des revues des sociétés savantes existantes de longue date à la périphérie de l’Université, se multiplient les revues qui se veulent marginales, à la fois en ouvrant leurs colonnes à des auteur.e.s hors université, en tentant d’inventer des formes nouvelles et en cherchant à toucher un public hors du milieu universitaire. La multiplication actuelle – et le succès bien souvent – de petites maisons d’édition qui publient des travaux de sciences humaines dans des formes nouvelles peut être lue dans ce sens. Autrement dit, il s’agira de se demander comment existent des revues de sciences humaines à la marge de l’université et leur devenir dans le nouvel environnement financier et numérique.

 

Odile Contat, La grande transformation éditoriale de la revue : les outils et l’objet revue, les rôles et positionnements des acteurs, les coûts et modèles économiques TR2

  • Évolution des outils de production et de la forme revue : le texte entre flux et métadonnées, la revue multiforme entre nouveaux contenus et nouveaux supports

Quelle est l’influence, quelles sont les conséquences de l’utilisation de nouveaux outils de production sur le texte, sur les acteurs, sur l’objet revue. L’utilisation des logiciels de gestion de flux éditoriaux, l’utilisation d’outils collaboratifs, les taches partagées, le flux partagé… permettent une professionnalisation, une rationalisation, mais cette prééminence de la technique entraine-t-elle une dépersonnalisation ? La technique et les outils peuvent-ils garantir le sérieux scientifique ? L’utilisation de la chaine de production en XML TEI de Caen modifie le travail sur le texte, le rapport au texte et à son évolution, le travail éditorial… dans la chaine de production XML TEI le texte est une donnée et la donnée est dans le texte ; les validations et corrections doivent se faire avant le maquettage, la forme et le fonds se différencie fortement. La création d’un nouvel objet numérique revue avec de nouveaux contenus images, sons, vidéos…la revue devient multiple, multiformes, multi supports…La réflexion sur la complémentarité entre papier et numérique fait éclater l’objet revue et sa matérialité (plusieurs sites, lieux, niveaux de contenus, de validation, de publics – du carnet hypothèses à Journals), les modifications de la temporalité font de la revue un flux et de l’article l’unité de base de la production…

  • Évolution des acteurs de la production et de leur positionnement dans la revue : éditeurs éditrices, comité de rédaction, maison d’édition

Qui sont les acteurs et comment évolue les compétences : la question de qui fait quoi dans la chaine éditoriale. Nous voyons que le travail est de plus en plus technique, les compétences de plus en plus pointues. Les rapports entre les acteurs sont bouleversés par les modes de production, modifie les rôles respectifs de l’auteur, de l’expert, de l’éditeur, du comité. L’éditeur éditrice prend en charge la totalité de la chaine éditoriale… Les tâches de relations aux experts et aux auteurs, les taches classiques de travail sur le texte (secrétaire de rédaction) qui sont aujourd’hui presque toujours associées aux taches de diffusion (secrétaire d’édition) Une revue est un collectif scientifique représenté, incarné par le comité de rédaction…mais quel est le rôle de ce comité la validation scientifique, l’animation scientifique, la diffusion scientifique !! Une maison d’édition est-ce simplement un diffuseur, est-ce un label, est-ce encore utile ? Besoin de redéfinition des rôles de chacun… Éditeur scientifique, éditeur éditrice, comité de rédaction et maisons d’édition…et plateformes.

  • Évolution des coûts de production et des modèles économiques : la difficulté d’évaluer les coûts, le numérique et le papier, le libre accès.

Le questionnement se situe la question de l’évaluation du coût des revues, l’évaluation du coût du travail éditorial (Contat et Gremillet, 2015), l’évaluation du financement public (subventions). Le modèle économique des revues scientifiques était basé principalement sur le format papier. En effet le coût de la fabrication du format papier est facile à évaluer (maquettage, impression, diffusion, distribution) et il peut être mis en balance avec le revenu provenant des abonnements. Le coût du format numérique est réel mais il est plus difficile à définir et à détailler car c’est avant tout du temps de travail, des compétences et des plates-formes techniques (une part du maquettage, XMLisation et stylage web, le coût des plateformes). Quelques chiffres sur l’évolution des coûts et revenus du papier et du numérique… Le petit équilibre du papier, le basculement vers plus de revenus numérique que de revenus papier… Le modèle économique pour les revues, celui du libre accès : le financement public complet, le freemium, la question des APC.

Référence : Contat O. & Gremillet AS, 2015. Publier, à quel prix ? Étude sur la structuration des coûts de publication pour les revues françaises en SHS, Revue Française des sciences de l’Information et de la Communication. https://journals.openedition.org/rfsic/1716

 

Sophie Cras, Les revues et les images TR2

Cette intervention proposera un court bilan d’une enquête menée en 2016-2017 auprès des revues françaises publiant de l’histoire de l’art, mettant en avant les difficultés particulière liées à la publication d’images (et en particulier de reproductions d’œuvres d’art) dans les revues scientifiques.

 

Pierre Déléage, Expériences du libre accèsTR3

Itinéraire ordinaire d’un chercheur privilégiant la publication de ses textes dans les revues en libre accès, administrant lui-même le site sur lequel il dépose ses textes une fois publiés, confiant l’intégralité de ses données de terrain à un site institutionnel d’archivage en ligne, pratiquant pendant plusieurs années l’auto-publication sur un blog, refusant d’évaluer les articles soumis à des revues uniquement accessibles sur portails privés, et pilotant le passage au libre accès d’une vénérable revue fondée en 1896, le Journal de la Société des américanistes.

 

Virginie Dutoya Jouer le jeu ou le déjouer : comment être une publication scientifique féministe ? TR1

Éditer une revue scientifique dans un domaine académique qui se veut critique du pouvoir et de la domination est une gageure. Il est difficile d’imposer et de défendre des normes (des normes de « scientificité » à celles de l’écriture), tout en participant à l’entreprise intellectuelle et militante de déconstruction des normes et hiérarchies, qui est au fondement des études de genre et du féminisme. Ce dilemme est renforcé par le déficit de légitimité académique dont souffrent encore les études de genre (et queer) qui a souvent pour corollaire un manque de légitimité professionnelle pour celles et ceux qui s’inscrivent dans ce champ. À partir de l’exemple de la revue Genre, Sexualité et Société, il s’agit de questionner les enjeux de pouvoir dans la construction et la diffusion du savoir, et les usages, émancipateurs ou non, qui peuvent être faits de ce pouvoir. À cet égard, il est important de tenir compte à la fois des débats quant à la « ligne éditoriale » de la revue mais aussi de s’interroger sur les pratiques du comité de rédaction, et notamment les logiques de division du travail.

 

Wolf Feuerhahn et Olivier Orain, La revue : un lieu de contestation ? TR1

Il est délicat d’appréhender les revues de sciences humaines et sociales comme un bloc homogène. A travers le cas de la Revue d’Histoire des Sciences Humaines, nous aimerions à la fois éclairer les caractéristiques macroscopiques de ce milieu éditorial ainsi qu’un cas singulier. En effet, l’histoire des sciences humaines est un très petit domaine d’étude, mais pris dans des enjeux beaucoup plus vastes. Les revues des disciplines assises et nombreuses (la sociologie, la psychologie, l’économie, la géographie..) publient régulièrement des dossiers « historiques ». Ceci a pour impact une approche nettement disciplinaire et souvent instrumentale de leurs objets – ce qui passe par des modalités diverses, le plus souvent généalogiques, de l’hagiographie à la liquidation symbolique. La Revue d’Histoire des Sciences Humaines fondée en 1999 s’est d’abord inscrite dans une forme plus scrupuleuse de geste disciplinaire. Petit à petit et de manière systématique depuis 2015, elle a modifié sa ligne éditoriale et défend une approche transversale de l’histoire des sciences de l’homme, sans pour autant négliger les opérations disciplinaires qui ont émaillé leur développement. Refusant d’entériner les canons et les traditions, elle cherche à les resituer dans leur configuration historique en faisant varier les échelles d’analyses et les focales (histoire de l’édition, lieux de savoir, institutions, échanges transnationaux…). Son histoire permet de mettre en évidence à la fois la difficulté et la nécessité qu’il y a à contester l’ordre des disciplines.

 

Stéphanie Fonvieille, Reprises éditoriales et écriture négociée TR1

Nous proposons d’aborder la notion de lieu de pouvoir à l’aune des réécritures successives d’un article scientifique, de sa version initiale soumise à relecture à sa version finale scellée d’un « bon à tirer ». Durant cette phase, l’article devient objet de négociation, l’auteur perd sa souveraineté absolue d’écriture et doit composer avec les relecteurs qui retouchent son texte. Nous verrons dans quelle mesure ces reprises pourraient révéler les conditions d’acceptabilité de l’écrit, et avec elles, la présence d’une forme de norme éditoriale.

 

Thomas Franck, Caroline Glorie & Alain Loute, L’actualité de la revue à l’aune de ses contradictions TR2

Les effets de la « forme revue » sur la vie intellectuelle sont réels et multiples. Les revues apparaissent comme de véritables outils originaux de construction, de circulation et d’utilisation de savoirs. Dans le dernier numéro des Cahiers du GRM (12/2017), nous sommes partis d’un pari épistémologique, à savoir que l’étude de revues peut constituer une entrée privilégiée pour l’analyse de pratiques intellectuelles diverses et pour la mise en avant des sociabilités qui traversent ces pratiques, des matérialités qui les médiatisent et des transferts que les revues rendent possibles, tant synchroniquement que diachroniquement. Il nous semble qu’effectuer un retour sur des pratiques intellectuelles à travers la porte d’entrée de la vie de revues soulève différents enjeux et questions que nous voudrions évoquer lors de la table ronde.

Tout d’abord la nécessité de penser la contradiction inhérente à l’actualité de la forme revue : si la revue constitue une forme privilégiée de travail collectif, de pratiques collaboratives et peut être perçue comme un espace de réflexion propice à la créativité formelle et à la critique des savoirs, elle est également parfaitement intégrée au capitalisme cognitif, au management contemporain de la recherche, à la fragmentation, à l’accumulation et à la rentabilisation de la connaissance. En outre elle est tantôt un lieu propice à la critique des formes de l’industrie culturelle et des cultures massifiées, tantôt un projet de diffusion plus ou moins large des savoirs qu’elle véhicule, se réappropriant, dans un mouvement critique et réflexif, plusieurs logiques contradictoires propres à l’industrie culturelle ;

Il faut dès lors reconnaître que le travail historiographique autour des revues prend la forme d’un travail archéologique qui a pour effet de nous renvoyer une image déformée de nous-mêmes. Il ne peut s’agir de se tourner vers l’histoire passée de certaines revues, afin de retrouver certaines pratiques exemplaires ou un « âge d’or perdu » des revues. Il s’agit plutôt de prendre la mesure du décalage qu’il existe entre certaines séquences historiques et notre actualité ;

Enfin, il nous semble nécessaire de lier le discours produit par les revues avec le discours produit sur elles. Réfléchir à propos des formes de la revue, c’est également réfléchir aux conditions de production du savoir, à la « méta-conversation » (Guédon) des scientifiques sur le procès de production des connaissances. Seule une telle réflexivité des chercheurs sur leurs pratiques permet d’assurer que des objets politiques comme l’open access conduisent véritablement à des formes de démocratisation de la production du savoir, et non pas à l’extension du capitalisme cognitif.

 

Dominique Goy-Blanquet, Reprendre NadeauTR3

Le monde à travers les livres. De La Quinzaine littéraire à En attendant Nadeau, du papier à l’écran, d’une personnalité rare, d’un riche héritage et d’une succession mouvementée à un projet collectif.

 

Paul Guilibert & Sophie Wahnich Vacarme, Réception inattendue et savoirs situés TR3

La revue Vacarme n’est pas une revue universitaire. Elle est née de la volonté d’échapper à deux régimes de discours, l’académique et le militant, qui partagent tous deux un certain formalisme littéraire, quoique fort différent dans leur expression. Vacarme se présente donc comme une tentative éditoriale pour expérimenter dans la théorie et réfléchir, en théoriciens, aux tactiques militantes des groupes minoritaires. Qu’un lectorat non universitaire (et souvent militant) puisse se saisir d’objets académiques impose des stratégies discursives qui ne sont pas sans heurter, parfois, les auteurs et les autrices dans leurs habitudes de recherche, ni sans agacer, à l’occasion, les tournures et les manières des militant.e.s.

Postuler l’existence d’un.e lecteur.ice non situé.e dans un champ déterminé s’accompagne, par définition, d’un écart par rapport aux formes d’écriture attendues. À cet égard, l’expérimentation littéraire, par la poésie contemporaine notamment, est l’un des dispositifs grâce auquel la recherche est mise en question et l’action prolongée.

 

Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin, Faire bonne impressionTR2

La revue Zilsel s’est fondue dans un format intermédiaire entre le livre et le périodique – un « livrevue » en quelque sorte. Il résulte de ce choix formel et d’une conviction que l’on qualifiera de « politique » que l’économie du livre imprimé reste vivace, que nous avons fait le choix d’une distribution en librairie. C’est toute la logique éditoriale de la revue qui est mise à l’épreuve par ce souci matériel. Choix de la typographie, de la mise en page, collaboration étroite avec un graphiste, design de la couverture, volume des articles, respect d’un prix raisonnable, etc. : un ensemble de décisions concrètes s’est imprimé dans une maquette désormais standard. Le suivi de chaque sortie en librairie (à Paris, Lyon, à Toulouse, à Niort…), l’échange avec les lecteurs-trices forment la trame d’une stratégie éditoriale particulière. D’autant plus que Zilsel a (aussi) une (double) vie numérique. Initialement constitué en « carnet de recherche » sur la plateforme Hypothèses, l’on peut dire après-coup que le Carnet Zilsel a constitué une sorte de galop d’essai. Moins alimenté aujourd’hui, le carnet reste un complément essentiel de la revue, sans pour autant se confondre à celle-ci. Enfin, suivant la politique éditoriale de la maison d’édition (les Éditions du Croquant) qui accueille Zilsel, cette dernière est présente sur la plateforme Cairn.info. Il s’agit là d’un choix cohérent avec la politique du livre qui est la nôtre : nous ne croyons pas que la logique du « tout gratuit » rende nécessairement service à la production scientifique et qu’il importe de défendre l’« écosystème » fragile de l’édition indépendante qui, aujourd’hui encore, fait émerger des propositions intellectuelles importantes.

 

Éric Monnet, Enjeux d’une plateforme de revues.

Cette présentation s’intéressera non pas aux coulisses d’une revue mais à celle du comité scientifique d’open edition journals (revues.org) dont une des attributions est de choisir les revues qui peuvent être publiées sur la plateforme au sein des nombreuses candidatures. Nous discuterons comment les enjeux de pouvoir se manifestent, posent problème ou y sont débattus, etc.

 

Marie-Luce Rauzy, Mort et renaissance de la composition. Un parcours éditorial dans les revues de sciences humaines TR2

Dans un essai d’ego-histoire, la locutrice revient sur un parcours professionnel au service de l’édition des sciences humaines et sociales, depuis l’édition de dictionnaire jusqu’à celle d’une revue scientifique en format papier et numérique. Il s’inscrit dans un contexte technique et économique en profonde mutation. En effet, alors que l’édition scolaire reste florissante, portée par les besoins définis par le Ministère de l’Éducation nationale, l’édition universitaire se fragilise dès la fin des années 1990 alors que les coûts d’abonnements institutionnels ne cessent de croître – induisant une réduction progressive des acquisitions – ce qui met en cause la publication de petites revues scientifiques de disciplines minoritaires. Des initiatives voient alors le jour pour développer l’édition numérique de façon non concertée, comme au Service commun de documentation de Nice où l’interlocutrice a exercé. C’est au regard de cette histoire multiple de la transformation d’un modèle éditorial imprimé par les acteurs universitaires des centres de recherche et des bibliothèques, à l’écart donc du monde de l’édition, que l’on peut saisir le succès européen de revues.org et d’Openedition.

 

François Théron, Accès ouvert et bibliodiversité TR2

Les conditions économiques et de production matérielle de la forme revue sont désormais bien connues. Dans un double contexte d’hégémonie des oligopoles éditoriaux scientifiques privés internationaux et du développement, au début de notre nouveau siècle, des réflexions politiques et des possibilités techniques autour de l’accès ouvert, les revues de sciences sociales ont été invitées à « objectiver » leurs conditions de production pour justifier non tant de leur existence (je laisserai aux historiens, aux sociologues, aux épistémologues etc. le soin de préciser les rapports tout à la fois changeants et majeurs entre la forme socioculturelle revue et la fabrique de la science) que des moyens nécessaires par lesquels les scientifiques entendent défendre leur autonomie, toujours à conquérir, et reprendre des formes de contrôle sur les moyens de diffusion de la science qu’ils produisent.

Je reviendrai ainsi rapidement sur l’initiative, en 2013, de deux revues (dont celle dont j’assure le secrétariat de rédaction) de mettre au clair leur fonctionnement matériel, leur « économie », et sur le résultat auquel elles étaient arrivées (Cibois & Théron, 2013). Depuis, une étude plus globale, à l’échelle du périmètre SHS français, a été menée et a confirmé ces résultats (Contat & Grémillet, 2015). Aujourd’hui, c’est sur le front des APC (article processing charges) que l’enquête est menée. On peut s’attendre à ce que les problèmes identifiés à l’origine de ce questionnement soient confirmés là aussi. C’est en ce sens, à notre avis, qu’il faut comprendre les initiatives récentes dont l’« Appel de Jussieu » est le dernier exemple français d’envergure. Cette question de la bibliodiversité est en effet sans doute la manière dont se formule aujourd’hui la nécessité d’un énième (re)nouage entre « sciences » et « revue(s) ».

Références : Cibois Ph. & Théron F., 2013, « Combien coûte un article de revue scientifique en SHS ? », Carnet Printemps, http://printemps.hypotheses.org/1527; Contat O. & Gremillet A-S., 2015, « Publier, à quel prix ? Étude sur la structuration des coûts de publication pour les revues françaises en SHS », Revue Française des sciences de l’Information et de la Communication, https://journals.openedition.org/rfsic/1716; Collectif, 2017, Appel de Jussieu pour la science ouverte et la bibiodiversité, http://jussieucall.org/; Suber, Peter, 2017, Half a dozen reasons why I support the Jussieu Call for Open Science and Bibliodiversity, https://plus.google.com/u/0/+PeterSuber/posts/DwXSjcDKGJA.

 

Clémentine Vidal-Naquet & Chloé Pathé, Comment ça s’écrit ?TR3

La revue Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, publiée chez Anamosa, est essentiellement diffusée en librairie. Dans sa volonté de sortir du seul champ académique, la revue ouvre ses portes aux acteurs de la vie sociale et culturelle contemporaine et explore des procédés narratifs ou argumentatifs alternatifs. Après 2 ans d’existence et bientôt 4 numéros, nous proposons un retour sur expérience : la diffusion en librairie et cette attention portée à l’écriture scientifique transforment-elles la manière dont les contributeurs conçoivent et écrivent leurs articles ?

 

Retour au programme de la journée

 

Document: Programme_journeeTraces_Revue_30mars (.pdf)

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.