« Bonnes femmes, mauvais genre » – lancement du Z10 – Marseille

Quelques mois après la sortie du T30, « L’Expérience minoritaire », la revue Z – revue itinérante d’enquête et de critique sociale, de belle facture – lance son n°10 Marseille « Bonnes femmes, mauvais genre ».

couvz_10

Il développe, à partir du point d’observation que représente la cité phocéenne, comment les femmes vivent leur expérience minoritaire et la dénoncent – par la grève, ou la publication.

Des présentations sont prévues sont prévus à Marseille (16 octobre 2016), à Montreuil (23 octobre) et à Lyon (3 décembre).

Premières lignes de l’édito:
En 2016, la police a pris l’habitude d’enfermer les gens pendant des heures en plein air. Nassé mais pas découragé, un membre de l’équipe de Z continuait ses corrections… Le 28 avril 2016, à Marseille. Bien après la fin du parcours officiel, la manifestation contre la loi Travail part en petites foulées jusqu’au cours Julien, où une grêle de grenades lacrymogènes atterrit sur
les terrasses, pleut jusque dans les tasses de café, noyant dans une brume toxique le square où les enfants jouent. Une heure plus tard, à l’entrée du tunnel qui sépare le centre-ville du quartier de la Belle-de-Mai, un cortège de lycéen.nes est visé à hauteur de visage par les Flash-Ball de la police, et des amies en escapade sur la voie ferrée terminent au poste.
Ce printemps, en plein mouvement social, l’équipe de Z – composée pour ce nouvel opus d’une dizaine de rédactrices, d’un rédacteur et d’un graphiste – enquêtait à Marseille, au prisme de questionnements féministes. Sans y prendre garde, nous avions d’ailleurs loué, pour nous réunir, un appartement situé… place des Marseillaises. Au même moment, un an après le procès du Carlton à l’issue duquel Dominique Strauss-Kahn a été relaxé malgré de fortes présomptions de viol sur des prostituées, 13 femmes politiques sortaient du silence pour dénoncer les agissements sexistes du député écologiste et vice-président de l’Assemblée Denis Baupin. Des « histoires de bonnes femmes », a commenté le député Pierre Lellouche. Nous nous débattions alors justement dans nos propres histoires de bonnes femmes : échafauder des plans alambiqués pour faire garder sa fille, découvrir que sa grossesse« n’évolue pas », soutenir une copine frappée par son compa
gnon, se faire rattraper par une maladie touchant principalement des femmes…
Pour une fois, la matière quotidienne de nos tourments intimes devenait matériau de travail, piste d’enquête, source de la critique sociale. Il y a pourtant des choses que nous ne vivons pas, fortes du privilège d’appartenir à cette majorité qui ne ressent pas le besoin de se nommer : les rédactrices de Z sont presque toutes hétéros, presque toutes blanches, presque toutes issues de la classe moyenne. Pour les femmes pauvres, les ouvrières, les lesbiennes, les Noires, les Sourdes, les musulmanes, les obstacles se croisent et parfois s’additionnent au point de menacer leur droit d’exister socialement. […]

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *