Les amazones de la terreur

Une section du hors-série 2014 de Tracés est consacré au travail de la politiste Pilar Calveiro sur le bilan et l’expérience des organisations de lutte armée en Argentine dans les années 1970, et leur répression brutale dans les premières années du « Processus de réorganisation nationale », la dictature militaire de 1976-1983. Cette section se clôt sur un entretien à trois voix avec des politistes françaises qui ont travaillé sur des terrains en Europe de l’Ouest, et notamment Fanny Bugnon, dont l’ouvrage sur la participation des femmes à la violence politique, Les « amazones de la terreur », est sorti le 18 mars en librairie.

Dans cet ouvrage, Fanny Bugnon revient sur l’engagement des femmes dans les organisations de lutte armée, les places qu’elles y occupent et les relations qu’elles entretiennent avec les autres militant-e-s, enfin la stigmatisation dont elles ont fait l’objet de la part des médias, qui convoquent les figures fantasmatiques des « amazones de la terreur ». À l’instar de la réflexion que Pilar Calveiro propose sur la trajectoire de la gauche radicale argentine dans Politica y/o Violencia, ce sont les transformations des mouvements révolutionnaires dans l’Europe post-68, sous l’effet du reflux militant et de la deuxième vague féministe, que Fanny Bugnon examine à partir des trajectoires de ces militant-e-s.


Marc Lenormand

Maître de conférences en civilisation britannique à l'Université Paul-Valéry Montpellier 3, équipe EMMA. Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts

Marc Lenormand

Maître de conférences en civilisation britannique à l'Université Paul-Valéry Montpellier 3, équipe EMMA. Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *