Entretien avec Jared Diamond: sociétés traditionnelles et évolutionnisme

France Culture a réalisé récemment un entretien avec Jared Diamond, à l’occasion de la publication en français de son dernier ouvrage, Le monde jusqu’à hier : Ce que nous apprennent les sociétés traditionnelles.

Cet entretien – dialogue  critique avec Caroline Broué, Antoine Mercier et Eric Fassin –  constitue une très bonne introduction aux thèses et aux thèmes de recherche de Diamond,  encore relativement peu discutés en France. Ce dernier y est interrogé sur les enjeux méthodologiques et politiques de son œuvre, notamment sur  la question de l’évolutionnisme.

Tracés avait publié un entretien avec Jared Diamond dans son numéro Contagion,

accessible sur le portail Cairn.

Nous publions ci-dessous le début de l’introduction de cet entretien rédigée par Adrien Minard et Aurélien Robert.

 

Jared Diamond occupe aujourd’hui la chaire de géographie de l’Université de Californie à Los Angeles. Il accéde à la notoriété avec son premier best-seller, Guns, Germs and Steel (1997), prix Pulitzer en 1998, dans lequel il décrit, avec un langage simple et des arguments aisément intelligibles, les mécanismes naturels par lesquels l’Europe a dominé militairement, économiquement et politiquement le reste du monde pendant des millénaires. Mais c’est à partir de Collapse (2005) dans lequel il montre que des sociétés initialement bien loties ont malgré tout décliné à cause de leurs décisions concernant l’environnement, que l’on commence à le citer constamment dans les discours les plus alarmistes sur l’avenir de la planète, au point que les présidents Bill Clinton et Nicolas Sarkozy s’y sont référés à plusieurs reprises lors de discours publics (Duvoux, 2007 ; Tanuro, 2007). Comment un biologiste, longtemps spécialiste des oiseaux de Nouvelle-Guinée, a-t-il pu devenir en quelques années une référence incontournable dans les domaines de l’histoire globale et de l’écologie politique ? Ce parcours, de la biologie évolutionniste à l’histoire environnementaliste de l’humanité, Jared Diamond le met lui-même en récit dans De l’inégalité parmi les sociétés (2000b). Il y raconte que le point de départ de son interrogation à propos de la domination de l’Europe sur le reste du monde vient d’une question posée par un habitant de Nouvelle-Guinée, rencontré alors qu’il ne s’occupait encore que des oiseaux et de leur évolution. C’est certainement l’un des éléments qui expliquent le succès de ses ouvrages : une mise en intrigue qui passe de la première personne à un point de vue global sur l’histoire des 11 000 dernières années ; un dispositif narratif dans lequel le prétexte vient de la minorité oppressée et non de l’arrogant Américain qui prétend expliquer à l’indigène les raisons de sa condition ; un discours et des thèses simples ayant tous les attributs de la pensée scientifique la plus exigeante.

Jared Diamond possède en effet une capacité indéniable à synthétiser les résultats de recherches émanant de multiples champs disciplinaires : biologie, géographie, démographie, archéologie et histoire, pour ne mentionner que les spécialités qu’il sollicite le plus. Puisant dans ces domaines épars, Jared Diamond résume l’histoire du monde, de onze siècles avant J.-C. jusqu’à nos jours, en montrant rétrospectivement les raisons de l’hégémonie de certains peuples sur d’autres sans faire intervenir les facteurs raciaux, sociaux, politiques ou culturels. C’est là, selon lui, la force du modèle qu’il propose, puisqu’il permettrait de réduire en fin de compte l’histoire humaine à un facteur de départ unique : l’environnement. Certes, comme il tente de le montrer dans Effondrement (2006), dans cette histoire du monde, la responsabilité de l’homme est engagée, puisqu’il lui incombe de préserver l’environnement lorsque celui-ci est favorable au développement de sa civilisation. Mais, globalement, l’homme subit les conditions environnementales qui lui sont offertes et si l’on suit l’argumentation de Jared Diamond, de ce point de vue, la suprématie de l’Europe était en quelque sorte inévitable. Il suffirait donc à l’historien de suivre l’évolution des peuples comme on suit celle des oiseaux, à partir des traces laissées par les différentes étapes de leurs mutations successives pour comprendre les différences observables aujourd’hui. Il s’agit sans doute de l’un des paradoxes des travaux de Jared Diamond : d’une part, sa méthode nous enjoint à laisser de côté tous les aspects liés à la culture et aux décisions de l’homme ; d’autre part, il nous invite à prendre conscience de l’évolution catastrophique de la planète afin que nous parvenions à adopter certaines décisions pour préserver l’environnement.

Abstraction faite de son engagement pour l’écologie, l’ambition scientifique de Jared Diamond est explicite : il s’agit de faire de l’histoire humaine une science au même titre que l’astronomie, la paléontologie ou, ce qui paraît plus étonnant de prime abord, l’épidémiologie. Jared Diamond écrit en effet :

L’épidémiologie, notamment, cette science qui consiste à tirer des conclusions sur les maladies humaines en comparant des groupes humains (souvent au moyen d’études historiques rétrospectives), emploie de longue date avec succès des procédés semblables à ceux que rencontrent les historiens des sociétés humaines. (Diamond, 2000b, p. 640)

Ce parallélisme entre histoire et sciences dures devient moins surprenant quand on sait le rôle que jouent les maladies contagieuses et leur étude dans le dispositif théorique mis en place par Jared Diamond pour fonder scientifiquement son approche de l’histoire mondiale. En effet, parmi les facteurs qui expliquent la supériorité européenne se trouvent les maladies contagieuses (notamment d’origine animale), ainsi que l’immunité développée à leur encontre. De ce point de vue, on observerait dans l’histoire une asymétrie entre les différentes sociétés qui expliquerait au moins partiellement le jeu de domination des unes sur les autres. Il ne s’agit pas d’une cause unique, mais d’un faisceau de causalités intrinsèquement liées entre elles : un environnement favorable à certains peuples, qui entraîne une possibilité d’élevage massif de bétail, qui favorise à son tour une organisation sociale dans laquelle les activités ne se réduisent plus à celles des cultivateurs et des éleveurs, ce qui implique in fine le développement technologique et politique. Dans ce genre de société, les épidémies deviennent, malgré l’ensemble des causalités à l’œuvre, le principal régulateur de la population et le facteur central qui explique a posteriori une partie de la sélection naturelle et de l’évolution de cette population. Pour Jared Diamond, immunité et génétique vont donc de pair :

Les Européens vivent depuis des milliers d’années dans des sociétés densément peuplées avec un gouvernement central, une police et une justice. Dans ces sociétés, les maladies infectieuses épidémiques (comme la petite vérole) ont été historiquement la principale cause de décès, tandis que les meurtres étaient relativement rares et l’état de guerre l’exception plutôt que la règle. La plupart des Européens qui échappaient aux maladies mortelles échappaient aussi aux autres causes potentielles de mort et parvenaient à transmettre leurs gènes. (Ibid., p. 23)

Les maladies contagieuses jouent donc un rôle de premier plan dans l’évolution et l’expansion d’une société. Car les Européens auraient décimé la plupart des populations qu’ils ont colonisées par les maladies qu’ils transportaient et l’immunité qu’ils avaient développée face à celles-ci. On comprend mieux dès lors pourquoi l’histoire naturelle des sociétés humaines que propose Jared Diamond peut être pensée à l’intérieur d’un modèle scientifique inspiré par l’épidémiologie : une partie de l’histoire humaine n’est rien d’autre que celle d’une coévolution entre les hommes et les microbes.

Jared Diamond

Afin d’étudier les causes de la distribution actuelle du pouvoir et de la santé, Jared Diamond utilise la méthode dite des « expériences naturelles en histoire » (natural experiments of history). Puisqu’il faut trouver, selon lui, une méthode scientifique sans qu’il soit par ailleurs possible de faire des expériences de laboratoire sur les événements du passé, il propose de comparer des systèmes par la présence ou l’absence d’un principe causal. Dans un livre récent codirigé avec James A. Robinson, Jared Diamond (2010) a tenté de montrer les applications multiples de ces expériences naturelles dans de nombreux domaines : à chaque fois que l’on ne peut pas expérimenter directement un facteur causal sur une population donnée, on tâchera de déterminer les causes de leur différence par une comparaison des effets sur des populations qui ne diffèrent entre elles que par une variable dans le modèle. Comme pour l’étude des maladies elles-mêmes, les différences historiques parmi les sociétés humaines doivent être interrogées à partir des effets constatés afin de remonter, à rebours, aux variables qui expliquent ces différences. Dans le système que défend Jared Diamond, l’idée de contagion est donc présente à la fois dans l’observation des phénomènes historiques et dans le modèle théorique qui sert à les analyser. Ces expériences naturelles permettent à Diamond de mettre en parallèle l’histoire de la supériorité immunitaire de certains peuples et celle de leur supériorité économique, sociale et politique. Cette méthode n’est certes pas propre à Jared Diamond ; elle a notamment fait l’objet de multiples applications de la part des économistes, qui s’en servent surtout pour tester certaines de leurs hypothèses théoriques (Angrist et Krueger, 2001 ; DiNardo, 2008), mais force est de constater qu’elle n’a pas encore pénétré les autres sciences sociales et qu’elle n’est pas utilisée par les historiens.

Par ailleurs, si les principaux best-sellers de Jared Diamond ont été bien reçus en France, ses articles sur les maladies contagieuses, notamment sur les origines animales de certaines d’entre elles ou sur l’état de la recherche sur le sida (Diamond, 1992 ; Wolfe et al., 2007), sont restés dans l’ombre. Pourtant, dans certains travaux récents, Jared Diamond va même jusqu’à anticiper l’évolution à venir des maladies contagieuses (Diamond et Wolfe, 2008), notamment en raison de notre proximité plus grande avec certains animaux d’élevage et de compagnie. Dans ces années de pandémies grippales, la perspective méthodologique représentée par Jared Diamond n’a pas suscité beaucoup d’intérêt chez les chercheurs français. Dans cet entretien, nous revenons donc avec Jared Diamond sur le rôle précis qu’il fait jouer à la contagion dans son modèle théorique ainsi que sur sa méthode d’inspiration épidémiologique.

De manière générale, on peut dire qu’en France, le succès populaire de ses livres et les usages politiques auxquels ils ont donné lieu semblent avoir empêché une réception critique comparable à celle que leur parution a suscitée dans le monde académique anglo-saxon, où ses méthodes ont été âprement discutées. Alors que les rayons global history ne cessent de croître aux États-Unis, le genre n’est pas toujours considéré sérieusement en France, ce qui explique en partie la faible place qu’occupent les ouvrages de Diamond dans les débats historiographiques français. Aux États-Unis, les débats les plus importants ont concerné le déterminisme implicite de sa thèse et surtout son point de vue eurocentriste.

à suivre…

https://www.cairn.info/revue-traces-2011-2-p-217.htm

https://www.cairn.info/revue-traces-2011-2.htm

https://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-2eme-partie-jared-diamond-2013-10-25

Voir aussi le numéro de Tracés sur l’écologie:

https://www.cairn.info/revue-traces-2012-1.htm

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.