Diaspora marchande et minorité intermédiaire

Auteur de « L’invention d’un homeland arménien en Éthiopie. Exil et sédentarité dans l’écriture d’une mémoire d’hôtes en diaspora » dans le numéro 23 de Tracés consacré aux « Diasporas« , Boris Adjemian vient de publier dans le numéro 28/3 (2012) de la Revue européenne des migrations internationales un article qui revient sur les concepts de « diaspora marchande » (trading diaspora) et de « minorité intermédiaire » (middleman minority). L’article, intitulé « Les Arméniens en Éthiopie, une entorse à la « raison diasporique » ? Réflexion sur les concepts de diaspora marchande et de minorité intermédiaire » est disponible sur le portail CAIRN.

Boris Adjemian y met au jour, à partir du cas des Arméniens d’Éthiopie au XXe siècle, les limites analytiques et heuristiques de catégories d’analyse accusées de véhiculer des stéréotypes et de masquer les formes multiples de relations sociales qui se nouent entre les immigrants et leurs sociétés de résidence.

L’article de Boris Adjemian est l’occasion de se replonger dans le texte de l’anthropologue africaniste Abner Cohen, qui est le premier à avoir forgé l’expression trading diaspora à la fin des années 1960. Le numéro « Diasporas » de Tracés propose en effet une traduction inédite de son article pionnier, publié en 1971: « Stratégies culturelles dans l’organisation des diasporas commerçantes« .

Dans le même numéro « Diasporas« , l’historien spécialiste de l’Inde coloniale, Claude Markovits, dresse, en introduction à la traduction du texte d’Abner Cohen, un bilan des apports et des limites de la notion de « diaspora commerçante » (trading diaspora). Son texte, intitulé « Des « diasporas commerçantes » aux circulations marchandes : à propos d’un texte d’Abner Cohen » montre combien la notion a fait l’objet de nombreuses critiques en histoire économique. On lui reproche en particulier de véhiculer le postulat d’une confiance inhérente au groupe diasporique pour expliquer d’éventuelles spécialisations économiques. Comme le rappelle Markovits, le terme réseau a alors pu être préféré par les chercheurs pour analyser les échanges marchands à grande échelle car il évacuait l’a priori ethnique de même que le préjugé d’une harmonie interne aux diasporas : « réseau » révélait mieux que « diaspora » les mésententes du groupe et l’existence d’alliances interculturelles (voir l’introduction du numéro « Diasporas », consultable et téléchargeable gratuitement sur le portail CAIRN : « Diaspora(s) : liens, historicité, échelles« ).

Outre les critiques de Boris Adjemian et de Claude Markovits portées au concept de « diaspora marchande » comme à celui de « minorité intermédiaire » popularisé surtout par la sociologue Edna Bonacich, on peut se reporter à la traduction, dans le carnet de Tracés, d’une partie de l’introduction de l’ouvrage de Sebouh D. Aslanian, From the Indian Ocean to the Mediterranean. The Global Trade Networks of Armenian Merchants from New Julfa, Berkeley, Berkeley University Press, 2011, pp. 7-12. L’historien, spécialiste des marchands arméniens de la Nouvelle-Djoulfa à l’époque moderne, y propose une critique du paradigme de la « diaspora commerçante », qui revient sur le texte d’Abner Cohen, sa portée et ses limites.


Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *