Une playlist pour accompagner la lecture de Réalité(s) du possible en sciences humaines et sociales

Comme il est désormais de coutume, la parution du numéro 24 de Tracés Réalité(s) du possible en sciences humaines et sociales s’accompagne d’une petite playlist, destinée à en accompagner la lecture.

 

 

 

 

Miles Davis et Gil Evans – « It ain’t necessarily so »

S’intéresser au possible en sciences humaines et sociales suppose de mettre à distance l’inévitabilité des processus historiques et sociaux. Comme le souligne l’éditorial, le constructionnisme social a indéniablement joué un rôle important dans la critique du nécessitarisme et du déterminisme en sciences humaines et sociales, en établissant un lien fort entre constructibilité et contingence. Néanmoins, la voie de la construction sociale n’est pas la seule voie possible pour aborder le possible. Du moins ce numéro se veut une exploration de voie d’accès réalistes au possible.

Immédiatement, se pose une question épineuse :  en quoi consiste la réalité du possible ?

 

Kris Kristofferson – « The Best of all possible worlds »

Une théorie qui a fait couler beaucoup d’encre (et vendre beaucoup de livres récemment) consiste à dire que notre monde n’est qu’un monde possible parmi d’autres. Les possibilités que nous concevons et imaginons ne sont rien d’autres que des réalités appartenant à ces autres mondes possibles. Cette réponse à notre épineuse question appelle bien entendu de nombreuses autres questions (non moins épineuses). En quoi consiste, par exemple, le fait pour le monde réel, d’être réel ? Qu’a-t-il de plus, par rapport aux autres mondes qui sont simplement possibles ? Un célèbre philosophe et mathématicien allemand a osé prétendre que la marque distinctive du monde réel, parmi tous les mondes possibles, était d’être le meilleur – comme s’il n’y avait pas suffisamment de sang et de larmes ici-bas. Il semblerait toutefois que Kris Kristerfferson ait été séduit par cette doctrine, même s’il est douteux que l’argument qu’il entonne dans le refrain de sa chanson eut été acceptable aux yeux du métaphysicien.

Eldorado Trio – « Possibilities »

S’il est vital pour les sciences sociales de prendre au sérieux la contingence de certains processus sociaux et historiques, encore faut-il être capable de saisir comment les acteurs sociaux et historiques se saisissent des possibilités qui leur sont offertes. Ivan Ermakoff dans son article « Contingence historique et contiguïté des possibles » travaille à construire une conception réaliste de la contingence comme  » ce qui ressort des conjonctures collectives ouvertes à de multiples scénarios », où l’interdépendance subjective est la clé de ces situations ouvertes. On ne peut s’empêcher de penser à l’improvisation collective du trio Eldorado (Louis Sclavis, Craig Taborn, Tom Rainey) dont le déroulement temporel trace une trajectoire aussi unique qu’improbable au sein d’une carte mouvante de « possibilités ».

György Ligeti – « Bewegung »

Le possible peut-il être perçu ? Telle est la question que pose Gunnar Declerck en discutant la théorie écologique de la perception proposée par le psychologue James J. Gibson, selon qui « voir des choses, c’est voir comment se déplacer parmi elles, et c’est voir ce qu’on peut faire ou ne pas faire avec elles ». Gibson a-t-il raison de soutenir que nous percevons littéralement des possibilités ? (Si le suspense est insoutenable, vous pouvez dès à présent consulter l’article pour connaître la réponse.) György Legiti a pour sa part montré que l’on pouvait entendre l’impossible, en utilisant dans la troisième de ses Pièces pour deux pianos, une illusion auditive pour donner l’image sonore d’une ascension perpétuelle, qui n’a rien à envier aux impossibilités visuelles de M.C. Escher.

 

Portugal. The Man – « How the Leopard got its spots »

Leopard

L’article de Clint Ballinger revient sur la notion de « just so story« , terme popularisé par les biologistes de l’évolution Stephen Jay Gould et Richard Lewontin, pour critiquer certaines explications de l’évolution de traits biologiques, données par les tenants de l’adaptionnisme, explications qui ressemblent trop aux Just-So Stories de Rudyard Kipling pour être épistémologiquement honnêtes. Clint Ballinger soutient au contraire que nous ne devons pas attendre autre chose d’une explication de phénomènes contingents. Contingency is just so. Après tout, il a bien fallu que d’une manière ou d’une autre le léopard acquière ses tâches, ce que nous rappellent musicalement les membres du groupe Portugal. The Man (ils ne viennent pas de Lisbonne, mais juste de Portland, Oregon, c’est… comme ça).

 

 

Staggering Statistics – « Heart Stopped »

Les statistisques sont-elles seulement les outils du Pouvoir, inféodés à la défense des faits bruts de la réalités ? Contre toute (fausse) évidence, Emmanuel Didier et Cyprien Tasset, montrent dans un manifeste « Pour un statactivisme » que les nombres sont aussi et plus que jamais des outils critiques permettant de faire voir et advenir de nouveaux possibles.

 

 

 

Beyoncé – « If I were a boy »

Les usages du raisonnement contrefactuel occupent une place importante dans le numéro, sous la forme des traductions d’un classique de Max Weber « Possibilité objective et causation adéquate dans l’approche causale en histoire« , et d’un texte plus récent du philosophe américain Robert Stalnaker, défenseur d' »Une conception réaliste des contrefactuels« .

Les contrefactuels sont des énoncés conditionnels (de la forme « si …, alors … ») dont l’antécédent (la proposition qui vient après le « si ») est tenu pour faux. Toute la difficulté est de trouver une justification au lien affirmé entre l’antécédent et le conséquent. Comment savoir ce qui se serait passé si les choses avaient été différentes ? Comment Beyoncé peut-elle savoir ce qu’elle ressentirait si elle était un garçon ?

NB : une amie logicienne me suggère que le conditionnel de Beyoncé pourrait bien être en réalité un contre-possible (les contrepossibles sont des contrefactuels dont l’antécédent est non seulement faux, mais encore impossible) et les contrepossibles, d’après Robert Stalnaker sont automatiquement vrais. Donc le conditionnel « Si Béyoncé était un garcon, sa chanson « If I were a boy » serait la plus grande chanson de tous les temps » est vrai. Pire encore, le conditionnel « Si Beyoncé était un garçon, alors 2 + 2 serait égal à 5 » est également vrai ! Mais peut-être dois-je préciser que cette amie logicienne est également féministe, qui plus est une féministe du type essentialiste  – elle pense que le genre d’un être humain lui est essentiel ou, autrement dit, que pour tout individu genré, il n’existe aucun monde possible dans lequel cet individu possède un autre genre que celui qu’il possède dans le monde réel. C’est pourquoi Beyoncé, de toute façon, n’aurait pas pu être un garçon. Si la perspective de dériver contrefactuellement des contradictions à partir de la masculinité de Beyoncé vous empêche de dormir, il vous suffit d’accepter l’idée qu’il existe au moins un monde possible dans lequel vous avez un autre genre que le vôtre, et avec un peu de chance, vous retrouverez le sommeil.

50 cent, « What if ? »

Mais au-delà des particularités logiques et épistémologiques des contrefactuels, une question intéressante concerne leurs usages, et en particulier leurs usages critiques. Le fait de développer des scénarios contrefactuels pourrait bien avoir un effet critique de déconstruction d’une prétendue inévitabilité des choses. C’est ce qu’a très bien compris le rappeur 50 cent, qui emploie toutes les ressources du raisonnement contrefactuel pour brocarder ses compères Puff Daddy et autres Jay-Z.

 

Unhale – « Failed Utopia »

Mais il n’est pas évident que le simple fait d’envisager des scénarios ou des sociétés contrefactuelles suffise. Encore faut-il que les suppositions contrefactuelles soient réalistes, sans quoi les utopies que l’on peut trop bien concevoir pourraient être vouées à l’échec. Erik Olin Wright, nous invite, en conséquence, dans l’entretien qu’il nous a accordé, à envisager des utopies réelles. Et pour ce faire, il n’est pas obligatoire de sortir nos télescopes mentaux pour examiner de ce qui se passe dans d’autres mondes possibles : des utopies sont en germes dans le monde réel. Il suffit simplement de savoir les observer.

 

Bonus Track – TBP Made Possible

Même si le post-modernisme a pu avoir des effets théoriques discutables sur la problématique du possible en sciences sociales, on doit sans doute lui reconnaître quelques effets musicaux appréciables : il a au moins rendu possible THE BAD PLUS.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Génial concept éditorial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *