La connaissance du possible

Workshop Concepts and Modal Epistemology, 13-14 mai, ENS de Lyon

Au centre du numéro 24 de Tracés, Réalité(s) du possible en sciences humaines et sociales (sortie prévue pour le 21 mai) se trouve la question de savoir comment dégager de la connaissance au sujet de possibilités non actualisées, par exemple une histoire alternative ou une structure socio-politique alternative. De nombreuses instruments de captation des possibles y sont présentés et discutés (probabilités, théorie de la viabilité, sémantique des mondes possibles, scénarios, …)

Mais cette question peut également être traitée à son niveau le plus général et abstrait. La théorie de la connaissance modale est le domaine de la philosophie qui s’occupe spécifiquement de déterminer si et comment nous pouvons connaître la possibilité et la nécessité de certaines choses (dans le jargon de la logique philosophique, on désigne par le terme de modalités les notions de nécessité, de possibilité et de contingence). Par exemple, certains philosophes soutiennent que des objets matériels ont certaines de leur propriétés de façon nécessaire (comme leur constitution matérielle, leur origine, ou encore le genre de chose auquel ils appartiennent). Mais comment savons-nous que ces propriétés sont véritablement nécessaires et non accidentelles ? Sur quelle base puis-je m’appuyer pour affirmer que je suis nécessairement humain et n’aurais pas pu être un nombre premier – même si j’aurais peut-être pu être un humain joueur de soubassophone dans une fanfare funk (ce qu’à mon grand regret je ne suis pas même si, me dit-on, en travaillant le souffle ça pourrait passer).

Il existe une réponse classique, à ce genre de questions, réponse partagée par des philosophes (à l’époque moderne) aussi différents que Descartes et Hume, selon lequel tout ce qui est concevable est possible et tout ce qui est inconcevable, impossible. Ce genre de principe d’inférence introduit un lien entre le thème des concepts et celui de la connaissance modale. Comment ce lien fonctionne-t-il exactement ? Y a-t-il des choses à la fois concevables (ou imaginables) mais impossibles ? Tout scénario logiquement et conceptuellement cohérent, aussi farfelu soit-il, représente-t-il une authentique possibilité ?

Le Centre d’Epistémologie des Sciences Cognitives de l’ENS de Lyon organise les 13 et 14 mai prochains un workshop international sur ces questions, réunissant de nombreux spécialistes d’Europe et même d’Australie.

Si la question de savoir si les zombis philosophiques (des êtres physiquement identiques à nous autres humains mais dépourvus de conscience) sont vraiment possibles vous empêche de dormir (ou même si simplement vous intéresse) ce workshop est fait pour vous.

Workshop Concepts and Modal Epistemology, ENS de Lyon, les 13 et 14 mai 2013

Liste des intervenants :

  • Jean-Pascal Anfray (Ecole Normale Supérieure, Paris, France)
  • David Chalmers (Australian National University, Australie)
  • Bob Hale (University of Sheffield, Royaume-Uni)
  • Christian Nimtz (Universität Bielefeld, Allemagne)
  • Sonia Roca Royes (University of Stirling, Royaume-Uni)
  • Pierre Saint-Germier (Ecole Normale Supérieure de Lyon, France)
  • Scott Shalkowski (University of Leeds, Royaume-Uni)
  • Margot Strohminger (Arché, University of Saint Andrews, Royaume-Uni)

Pour plus d’informations, voir le site de l’événement : cme2013.sciencesconf.org

Pierre Saint-Germier


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *