Les sciences sociales ont-elles un public ? Sciences sociales et transformations de l’Université

L’ANCMSP (Association nationale des candidats aux métiers de la science politique) organise samedi 30 mars à Paris une journée intitulée

Sciences sociales et transformations de l’Université : vers une généralisation de la précarité ?

Cette journée, qui exprime des inquiétudes fortes des jeunes chercheurs, aborde notamment la question des publics des sciences sociales et la question de leur mode de diffusion.  C’est une des convictions fortes de Tracés, suivant la tradition pragmatiste, que la réflexion sur l’université ne peut se passer du questionnement du devenir des savoirs qu’elle produit.

D’où l’organisation du cycle, dorénavant terminé, sur le thème « A quoi servent les sciences humaines », qui a donné lieu à 4 hors-série apportant chacun un ensemble de contribution à ce débat.  L’édito final est accessible gratuitement en ligne

Les quatre hors-séries Tracés: http://traces.revues.org/4301

http://traces.revues.org/4654

http://traces.revues.org/5234

http://traces.revues.org/5513

 

Sciences sociales et transformations de l’Université : vers une généralisation de la précarité ? (30 mars)

Diffusé par l’ANCMSP le mercredi 20 mars 2013 · Imprimer

Ci-dessous le programme détaillé de la journée de réflexion « Sciences sociales et transformations de l’Université : vers une généralisation de la précarité ? » organisée par l’ANCMSP qui se tiendra le 30 mars 2013 à la Salle des Actes de l’ENS Ulm (45, rue d’Ulm – RER B : Luxembourg).

  • 9h30-10h : Accueil, café
  • 10h-10h15 : Introduction de la journée (ANCMSP)

Partie I : Les sciences sociales dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche (ESR)

10h15-11h30 – TR1 : Ce que l’ESR fait aux sciences sociales

Julien Fretel (AECSP), Artemisa Flores Espinola et Joan Cortinas (Coordination nationale des précaires ESR), Isabelle Kustosz (IAE Lille), Damien Cartron (CNRS)

Comment caractériser les transformations actuelles de l’emploi et des conditions de travail en sciences sociales dans l’ESR, et plus spécifiquement dans les universités ? Deux axes de discussion sont envisagés :
- Dans un contexte de réduction des budgets de formation et de recherche, quelles contraintes pèsent sur le recrutement en sciences sociales dans l’ESR, et plus particulièrement dans les universités ? Quid du statut d’enseignant-chercheur titulaire compte tenu de la multiplication de travailleurs précaires ? Quelle place pour ces derniers ?
- Quels effets la mise en concurrence (financement sur projets) et l’essor du « managérialisme » (impératifs gestionnaires, généralisation de l’évaluation) ont sur les pratiques et relations professionnelles des enseignants et chercheurs en sciences sociales ?

  • Pause

11h45-13h00 – TR2 : Qu’est-ce que s’engager dans la réalisation d’une thèse en sciences sociales ?

Hélène Vialle (Confédération des Jeunes Chercheurs), Pierre Muller (AFSP), Laurent Jeanpierre (CNU 04), Frédérique Leblanc (CNU 19), William Gasparini (directeur-adjoint de l’ED « Sciences Humaines et Sociales. Perspectives européennes », Université de Strasbourg)

Dans quelles conditions réalise-t-on une thèse, a fortiori en sciences sociales ? Quel sens donner à cette entreprise ? Que peut-on en attendre ?

Pris dans l’étau d’une multitude de critères normatifs (injonctions à la réduction de la durée, exigence des critères de qualification au CNU puis du recrutement académique, impératif de socialisation au métier de chercheur et au groupe de pairs etc.), le parcours doctoral en sciences sociales doit aussi se réaliser dans des conditions de financement incertaines et changeantes (passage banalisé par la case chômage, période de latence après la soutenance dans l’attente d’un éventuel recrutement…). Qu’attendre du doctorat en sciences sociales ? Doit-on (et comment) défendre une spécificité du parcours doctoral dans nos disciplines ?

  • Déjeuner

Partie II : Les sciences sociales ont-elles un public ?

14h30-15h45 – TR3 : Quelle « utilité » pour les sciences sociales ?

Igor Martinache (APSES), Romain Pudal (Champ libre aux sciences sociales), Isabelle Bourgeois (AFS), François Bottollier-Depois (Conseil & Recherche)

Les sciences sociales sont, de plus en plus, confrontées à la question de leur utilité, que ce soit en termes d’insertion professionnelle des diplômés, de transferts de « technologies » vers les milieux économiques ou de connaissances alimentant une science d’État. Quelles attitudes adopter face à l’injonction à se « rendre utile » ?
Cette table-ronde propose d’aborder deux questions centrales :
- Comment valoriser les parcours de formation en sciences sociales et les compétences qui y sont développées ?
- Les recherches en sciences sociales doivent-elles et peuvent-elles répondre à des besoins économiques, politiques et sociaux ?

  • Pause

16h00-17h15 – TR4 : Diffuser les sciences sociales : quels médias, pour quelles collaborations ?

Stéphane Lelay (Revue Française de Sociologie), Isabelle Rey (Le Monde), Alain Oriot (Éditions du Croquant).

Les chercheurs élaborent entre pairs un savoir qui vise à être publié. Cette médiatisation s’adresse aux pairs, mais aussi aux étudiants et aux publics désireux d’apprendre. On privilégie donc le livre, les maisons d’édition scientifique, les collections in extenso. En principe, car les faits sont moins simples. Les éditeurs exercent dans un marché sous tension où la question est moins de faire des profits que de survivre. Certains chercheurs s’adressent aussi aux médias grand public pour lancer l’alerte sur les résultats de leurs enquêtes. Les médias sont parfois envisagés comme des recours dans les conflits qui opposent les universitaires à leurs autorités de tutelle. La question des médias nous est donc apparue comme un point de débat essentiel dans l’exercice des sciences sociales aujourd’hui.

  • 17h15-18h : Conclusion

De quels moyens d’action dispose la communauté scientifique pour garantir des conditions favorables à la formation et à la recherche en sciences sociales, tout en leur permettant d’entretenir avec leurs publics des relations fructueuses et respectueuses de leur autonomie ?

  • 18h : Pot de clôture offert par l’AECSP

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *