Une playlist pour le numéro Diasporas

Pour fêter la parution papier et électronique du numéro « Diasporas », tentons une petite playlist, à l’instar de celles que Tracés a proposées pour les numéros précédents, Contagions et Écologiques. Le thème des diasporas se prêtant tout particulièrement à une mise en musique, n’hésitez pas à commenter et compléter cette petite liste1.

Boney M., « Rivers of Babylon »

Le Psaume 137, « Sur les bords des fleuves de Babylone », daté vers 586 avant J.C., est devenu un symbole de la vie juive en diaspora. Ce texte a par la suite été intégré à la tradition chrétienne, comme le reste du canon biblique, ce dont témoigne cette mise en musique du texte Boney M. Ou comment la population noire des Caraïbes se réapproprie une tradition millénaire. Dans le numéro de Tracés , rendez-vous à l’article de Sonja Pilz sur la liturgie des juifs progressistes allemands, ou encore à l’entretien que l’historien de la diaspora noire Patrick Manning accorde à Stéphane Dufoix.

 

 

Bob Marley & the Wailers, « Exodus »

On avait l’embarras du choix avec Bob Marley ! Mais « Exodus » nous rappelle, comme chez Boney M., au parallèle tôt établi entre le destin des juifs et ceux des esclaves noirs originaires d’Afrique. « We know where we’re going, uh! / We know where we’re from / We’re leaving Babylon / We’re going to our Father land ». Le parallèle a contribué à la progressive émergence de l’expression Black diaspora dans les milieux académiques et intellectuels américains des années 1950. De W. E. B. Du Bois aux paroles et aux titres des chansons de Bob Marley, en passant par le « projet de retour » de Marcus Garvey, le vocabulaire de la diaspora juive (Babylone, Sion, Exode…) se retrouve chez les penseurs panafricanistes comme chez les rastafari. L’entretien que Patrick Manning accorde à Stéphane Dufoix revient amplement sur ces questions. La question de l’applicabilité de la notion de diaspora à des contextes sociaux et historiques divers se trouve, entre autres, au cœur de nombreux articles du numéro : l’article de Delphine Pagès-El Karoui pose cette question pour les « diasporas égyptiennes ». L’historien israélien Irad Malkin s’interroge, dans l’entretien qu’il accorde à Julie Delamard, sur la pertinence du terme pour parler des colonies grecques antiques. Qu’en est-il également de la notion de « diaspora commerçante » inventée par Abner Cohen et commentée par Claude Markovits2?

Rim’K et Nessbeal, « Chez toi, c’est chez moi », Maghreb United

L’article de Jennifer Bidet et de Lauren Wagner, « Vacances au bled » cite en exergue ce morceau de Rim’K et de Nessbeal. En confrontant deux recherches qualitatives portant sur les pratiques de vacances de descendants d’immigrés marocains et algériens et en se démarquant d’une approche strictement essentialiste des diasporas, J. Bidet et L. Wagner se posent la question du sentiment d’appartenance diasporique et de ses catalyseurs, qui dépassent bien souvent les frontières du seul pays d’origine. L’album de Rim’K ne s’appelle pas pour rien Maghreb United : « Taza, Marrakech, Tanger, Ketama, Alger, Oran, Bejaia, Annaba, Mosta, Tizi, Tunis, Hammamet, Djerba, Zarzis : chez toi c’est chez moi ». Lorsque Rim’K explique également « pour la terre de nos anciens, on a de l’estime », on songe à l’article d’Anne-Christine Trémon, qui étudie la diaspora chinoise d’un village du Delta des Perles, et qui montre que le lien lignagier à la localité d’origine est un critère empiriquement observable servant de fil conducteur à l’enquête ethnographique.

Muluken Melesse, « Meche amakerechigne »

Boris Adjemian consacre dans le numéro un article à la mémoire d’hôtes des Arméniens en Éthiopie. Il y est notamment question de la fanfare du negus, « composée de quarante jeunes pensionnaires des orphelinats du patriarcat arménien de Jérusalem rescapés des massacres de la Grande Guerre ». À défaut d’un enregistrement de cette fanfare, proposons ce morceau composé par Nersès Nabaldian (1915-1977), dont la famille a fui la Turquie et qui naît en Syrie avant de gagner l’Éthiopie où son oncle, Kevork Nabaldian, a composé l’hymne national utilisé de 1925 à 1974. En accord avec Haïlé Sélassié (où l’on retrouve Bob Marley), Nersès prend la tête des grands orchestres éthiopiens. Son rôle dans l’émergence de l’éthio-jazz est considérable; en témoigne notamment cette chanson de sa composition, accompagnée ici par l’Orchestre de la Police (vers 1966) qu’il dirigeait. Créateur de la collection « Éthiopiques » (Buda Musique), Francis Falceto prépare le CD du grand concert d’hommage qui a eu lieu en l’honneur du compositeur à Addis-Abeba par l’Either/Orchestra de Boston (merci à Boris Adjemian pour ses précieuses informations !).

Digital Diaspora, « No mystery »

Pour le plaisir, et dans une veine Afrotronic et Funk, le groupe Digital Diaspora explique vouloir « ascending to the future while remaining connected to its roots ». Diaspora est là synonyme de fusion. Le « référent-origine », les homelands sont précisément au cœur du numéro « Diasporas ». Quel rapport entretient-on avec la terre, avec le pays d’origine ? Comment entretenir les liens avec ces homelands ? La théorie sociologique proposée par Robert Hettlage pose cette question, de même que la contribution de Brigitte Beauzamy sur les diasporas dans les conflits de l’ère mondialisée. Mathieu Grenet, quant à lui, explore le rôle de l’appartenance régionale dans l’expérience diasporique des Grecs de l’époque moderne.

 

 

  1. La bibliographie sur le sujet est également fort abondante : citons, à titre d’exemple, celle que propose Christine Holz. Voir également sur hypotheses.org l’article d’Alexis Nuselovici, ou encore l’article de Mark Slobin paru dans la revue Diasporas []
  2. On peut se reporter également à la traduction de Sebouh Aslanian proposée sur le carnet de Tracés []

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1).
Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1).
Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Fabrice Jesné dit :

    Le rebetiko mériterait de figurer dans la playlist: parfois appelé « blues grec », il trouve ses racines dans l’exil des Grecs d’Asie mineure au début des années 1920, en Grèce et jusqu’en Amérique et en Australie. Par exemple « Me aeroplana kai vaporia » (« En avion et en bateau ») interprété par Dionysis Savopoulos. Opa!

  1. 07/02/2013

    […] ainsi qu’une playlist Diasporas […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *