L’interdisciplinarité, manière de faire ou de dire la science ? par J.Hamel

La revue en ligne Espaces Temps, publie un article très stimulant sur l’interdisciplinarité, écrit par Jacques Hamel, professeur  au département de sociologie de l’Université de Montréal.

Tout en montrant les besoins auxquels peut répondre la démarche interdisciplinaire, il en souligne les limites et les mésusages.

Il défend également une position particulière de la philosophie au sein de l’interdisciplinarité, ce qui sera l’objet du Hors-série Tracés 2013.

Nous reprenons ici sa conclusion en invitant à lire le texte:

« Il faut pour conclure se garder d’affirmer que l’interdisciplinarité vient somme toute brouiller les cartes sur le plan de la connaissance. L’exercice, on l’a dit et répété, est tout à fait légitime pour lier les connaissances produites sous diverses formes dans l’orbite sociale. Si elle se révèle sans nul doute propice et féconde, l’interdisciplinarité ne relève toutefois pas de l’activité scientifique proprement dite. Il vaut mieux penser, selon nous, que les philosophes, mieux que quiconque, peuvent prêter main-forte pour jeter des ponts entre des connaissances apparemment sans rapport (voir Rousseaux, 2006). Faute de pouvoir unir les connaissances les unes aux autres sous le mode de méthodes, au sens qu’a ce mot en science, celui de « moyens et d’opérations parfaitement et univoquement définis et réglés à l’image du calcul » (Granger, 1988, p. 13), il faut se fier à l’art d’interpréter pratiqué notamment par les philosophes pour parvenir à cette fin.

L’interdisciplinarité, on l’a vu, trouve son droit lorsque les explications issues des différentes disciplines tombent en panne pour trouver solution aux problèmes surgis de l’expérience pratique vécue sur les plans individuel ou collectif. La nécessité d’y remédier impose alors de neutraliser temporairement ou de suspendre momentanément la spécialisation à l’œuvre dans la connaissance scientifique et les distinctions qui donnent leurs traits aux diverses formes de connaissance qui, à l’instar de la littérature, permettent de comprendre sur le vif le monde dans lequel évolue tout un chacun, monde plus que jamais complexe. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *