Séminaire Pragmatisme et sciences sociales à l’EHESS

 

Ce vendredi 11 janvier a lieu, à l’EHESS, la première séance du séminaire « Pragmatisme et sciences sociales: un état des lieux ». Organisé par Alexandra Bidet, Daniel Céfaï, Roberto Frega, Antoine Hennion, Joan Stavo-Debauge et Cédric Terzi, ce séminaire s’inscrit dans la continuité d’événements scientifiques récents, que nous avions évoqués ici. Consacrées à la relecture de textes fondamentaux, classiques et contemporains, les séances viseront à discuter l’héritage et les transformations de la pensée pragmatiste en prenant appui sur des recherches et enquêtes actuelles.

 

 

La première séance, collective, portera sur la pluralité de la réception des pragmatismes dans les sciences sociales en France.

Argumentaire général du séminaire :

Le pragmatisme est de retour, comme en témoigne l’immense regain d’intérêt dont ce courant de pensée jouit en Europe, aux États-Unis et jusqu’en Chine ou au Japon. En France, l’intérêt pour le pragmatisme semble toucher la philosophie, mais plus qu’ailleurs, les sciences sociales. Depuis le milieu des années 1990, cette catégorie a servi de source d’inspiration d’entreprises d’une grande diversité, mais aussi de caution, non sans confusion. Ce séminaire aura pour finalité de faire le point sur la réception de la pensée pragmatiste dans les sciences sociales. Il se proposera d’interroger la singularité de cette réception dans le monde francophone, mettant à l’épreuve l’hypothèse que peut-être, les sciences sociales connaissent un «moment pragmatiste ».

Pour ce faire, le séminaire s’interrogera sur ce qui a été lu, pris ou laissé, dans les textes des classiques (Peirce, James, Mead et Dewey) et éventuellement, de contemporains (Joas, Rorty, Bernstein, Putnam, Shusterman). Quels thèmes ont été retenus – l’expérience, l’action, l’enquête, la croyance, le pluralisme, le public ou l’éthique ? Quels ont été les modalités et les enjeux de ce processus de réception et d’application ? Qu’est-ce qui a été dit et fait de ces textes, qu’est-ce qu’on leur a fait dire et qu’est-ce qu’ils ont permis de faire ? En quoi la démarche pragmatiste s’éprouve-t-elle dans des manières de s’engager dans des enquêtes d’histoire ou de sciences sociales ? Cette exploration sera en particulier l’occasion de mener un travail d’éclaircissement de la différence entre les catégories de pragmatisme, pragmatique et  praxéologie.

Informations pratiques :

Vendredi de 9 h à 11 h (salle du Conseil A, R-1, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 11 janvier au 29 mars 2013

Plus d’infos ici


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *