What’s the use of economics? ou comment réformer les sciences économiques…

 

Le site d’information économique Vox.eu – dont le but est de diffuser les réflexions et résultats de la recherche universitaire en économie – a récemment lancé un grand débat sur le thème des usages de la discipline. Ce débat fait notamment suite à la publication de l’ouvrage What’s the use of economics , édité par Diane Coyle, et à de nombreux points de vue critiques sur la discipline économique exprimés depuis le début de la crise (dont Tracés a rendu compte ici, ici ou ici).

Les quatre points de vue déjà publiés (Coyle, Haldane, Carlin et Soskice , Kirman) sont très riches et laissent place à des opinions différentes. Ils se rejoignent sur la nécessité de réformer l’enseignement de l’économie et de le rendre plus critique et plus empirique, faisant écho à des revendications déjà anciennes du mouvement qui dénonçait l’autisme de l’économie (voir la revue « real world economics »). La demande d’une place plus importante donnée à l’histoire économique et l’histoire de la pensée semble faire consensus parmi les critiques et est à rebours des évolutions intellectuelles et institutionnelles de la discipline depuis plusieurs décennies.

Une ambiguïté importante apparaît à la lecture des points de vue, et notamment de celui de Coyle qui reprend les conclusions principales de son ouvrage. Coyle utilise en effet les avis d’employeurs des étudiants qui ont effectué un cursus d’économie et qui demandent tous à  ce que l’enseignement de l’économie soit plus proche de la réalité du fonctionnement économique. Haldane, membre de la Banque centrale anglaise, utilise des arguments similaires. L’économie doit-elle donc se réformer en fonction des demandes des employeurs publics et privés de ses étudiants ? La discipline économique est-elle totalement incapable de trouver en son sein les ressources intellectuelles pour se renouveler et offrir une interprétation du monde qui tienne compte de la complexité des rapports sociaux ?

Une difficulté – voire une contradiction –  résulte du fait que les économistes ont également été accusés de fournir (voir notamment le texte de R.Coase  ou d‘André Cartpanis ou la dénonciation des conflits d’intérêts dans le documentaire Inside job ou l’ouvrage Thirteen bankers) des arguments aux administrations publiques et aux entreprises financières pour mettre en avant la théorie de l’efficience des marchés et nier la complexité des rapports sociaux et économiques. Quels acteurs extérieurs sont donc à même d’éclairer la réforme de l’économie ? Ceux mêmes qui  ont exploité ses déficiences pendant des décennies ?

Cette question s’était déjà posée lors de la création de l’Institute for New Economic Thinking (INET) par le financier Georges Soros dont le but est d’offrir des financements à des économistes iconoclastes à même de renouveler la discipline et d’effectuer des transferts interdisciplinaires nécessaires.

Soros, comme les auteurs du livre de Coyle, font tous le constat que les motivations / incitations aujourd’hui au sein de l’université sont mauvaises et empêchent le renouvellement des théories et points de vue. La pression à la publication à court terme – incitant à multiplier les publications semblables plutôt que de lancer des longs projets de recherche et d’écrire des livres – , le népotisme et la multiplication de la recherche par contrats sont particulièrement visés. Les politiques publiques de la recherche vont actuellement dans le sens contraire de cette demande de réforme.

Un constat similaire, en France, a poussé une association d’économistes (AFEP)  à revendiquer la création d’une nouvelle section CNU, différente de celle déjà existante en économie et qui porterait le nom d' »économie et société ».

L’enjeu est donc de savoir si la discipline économique est aujourd’hui capable de se réformer elle-même ou si l’université est enfermée dans un conservatisme tel que seule l’intervention extérieure ou la scission institutionnelle radicale peuvent la rendre mieux capable d’expliquer les mécanismes économiques et de former les étudiants. Assurément ces débats montrent qu’on ne peut réduire la question de la réforme de l’université à une opposition entre tour d’ivoire et utilité des savoirs.

EM

N.B: autres évènements ou publications récentes sur ce thème:

* appel de l’économiste Ronald Coase (prix Nobel 1991) pour créer un nouveau courant et une nouvelle revue : Man and the economy.

* critique des approches des techniques d’évaluation aléatoires des politiques publiques et de lutte contre la pauvreté par les économistes dans la Revue des Livres

* Un numéro de revue sur les modèles en économie qui aborde la question de leurs usages et de leur réforme suite à la crise:

Économie et Statistique – La modélisation économique : continuités, tensions
N° 451-453 – janvier 2013

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *