« Chines. L’État au musée ». À propos du dernier numéro de Gradhiva

La revue d’anthropologie et d’histoire de l’art Gradhiva consacre son dernier numéro, paru en décembre 2012, aux politiques muséales et patrimoniales contemporaines en Chine et dans le monde chinois.

Dirigé par Brigitte Baptandier et Anne-Christine Trémon, auteure d’un article portant sur la problématique diasporique en Chine dans le dernier numéro de Tracés, Diasporas, ce dossier réunit une série d’études qui problématisent le rôle de l’État dans la mise en œuvre de différents projets et interroge par là la fonction politique des processus de muséification et de patrimonialisation. Comme le souligne Anne-Christine Trémon dans son éclairante introduction au numéro (p. 5-21), il s’agit à la fois de « proposer une ethnographie des projets muséaux et patrimoniaux en tant que produits de politiques édictées d’en haut, bien que négociées par des acteurs locaux » et « dans la mesure où ces projets constituent des formes d’intermédiation entre l’État et la société, […] [d’] esquisser à travers eux une anthropologie de l’État-nation chinois/taïwanais » (p. 5).

La réflexion sur la dimension éminemment politique des musées et institutions culturelles n’est certes pas nouvelle1 et ne cesse d’être alimentée, au gré de différentes polémiques, que l’on songe, en France, à la controverse autour du musée du Quai Branly, liée notamment à la décision de consacrer un musée aux « autres » cultures2 ou au projet récemment abandonné de la Maison de l’Histoire de France3. Le musée, invention occidentale largement exportée, est désormais une pièce maîtresse et incontournable du rayonnement politique, culturel et économique des pays, ce qui ne va pas sans poser un certain nombre de questions et problèmes : que doit-on conserver et exposer, et selon quels critères ? Qui porte le projet et lui donne forme ? À qui destine-t-on ces structures et pour quels usages ? Plus largement, à quelles fins doit servir l’institution culturelle et comment concilier des intérêts potentiellement divergents ?

C’est précisément à ces questions que s’attellent les contributions de ce dossier, qui offre une perspective rare et stimulante sur le fonctionnement étatique chinois, adossée à une collection d’études extrêmement variée sur différents projets muséaux et patrimoniaux. Le monde chinois (la République Populaire de Chine et Taïwan) semble en effet constituer un cas particulièrement riche pour étudier ces enjeux, du fait de son histoire, de la diversité de ses cultures et de la complexité de son fonctionnement territorial et politique. Les différentes contributions explorent en ce sens, sur des terrains divers, l’hypothèse selon laquelle « les institutions muséales et patrimoniales  dans le monde chinois sont des interfaces où s’interpénètrent la société civile et l’État » (p. 17). En outre, le « boom muséal » contemporain – plus de 2300 musées créés pour la plupart depuis les années 1980, avec l’objectif d’atteindre 3000 musées en 2015, comme le rappelle Anne-Christine Trémon (p. 5-6) – fait de la Chine un véritable laboratoire des politiques patrimoniales particulièrement intéressant à observer.

De ce point de vue, l’adoption, par tous les auteurs, d’une perspective ethnographique satisfait pleinement à l’exigence de ne pas « se concentrer uniquement sur le contenu des institutions culturelles en laissant hors champ les acteurs qui les font vivre (Macdonald 2001) » et permet de « restituer les manières concrètes dont [les discours véhiculés par les projets muséaux et patrimoniaux] émergent et s’imposent au cours de leur élaboration » (p. 15). Les études rassemblées traitent ainsi d’une grande diversité à la fois de types de patrimoines (matériel et immatériel – voir notamment l’article de Stéphane Gros, sur la résurgence ponctuelle d’une fête drung inscrite au patrimoine culturel immatériel alors même qu’elle n’était plus pratiquée par les membres de la communauté –, sites naturels – avec une étude de Katiana Le Mantec sur les projets muséographiques dans la région du barrage des Trois-Gorges) et d’institutions (musées, halls culturels, monuments, temples), et ce dans différents territoires (à Taïwan comme en RPC, en zones urbaines comme rurales).

Toutes ces études permettent de rendre compte de la façon dont s’articulent des préoccupations de divers ordres et comment sont négociés, par les différents acteurs impliqués (locaux et nationaux, civils et politiques), les conceptions, fonctionnements et usages de l’institution étudiée. L’on voit ainsi précisément comment s’écrit – et se réécrit – l’histoire, comme le montrent Lee Wei-I dans son étude sur le nationalisme dans les musées locaux taïwanais ; Françoise Lauwaert, qui étudie les modes de préservation voire de recréation des modes de vie traditionnels disparus avec la modernisation urbaine ; ou encore Adam Yuet Chau dans son analyse de l’évolution du statut d’un temple rural, devenu, de lieu de superstition, un sanctuaire officiel.

Ces études rendent également visibles les opérations de transformation de l’institution muséale, ou plus largement culturelle, et de son adaptation au contexte local. L’article de Nan Nan, qui relate la genèse et l’évolution d’un village d’artistes, initialement illégal puis commercialisé comme une marque, rend ainsi bien compte des processus d’institutionnalisation et de marchandisation de l’art contemporain4. C’est aussi, d’une autre manière, l’objet de l’article d’Anne-Christine Trémon, qui étudie la création d’un hall culturel dédié à une minorité au nord de Taïwan. Elle y analyse l’opérationnalité des catégories descriptives employées par les acteurs impliqués – « yingti » et « ruanti », traduisibles par « hardware » et « software », qui rendent compte d’une dissociation, dans la conception et la pratique mêmes, entre le contenant, impulsé par l’État, et le contenu, fourni par la société, opposition qui structure le projet dans son ensemble et permet d’en comprendre le fonctionnement. Enfin, l’épilogue de Brigitte Baptandier, qui aborde notamment le sujet complexe de l’authenticité et montre en quoi la question ne se pose définitivement pas dans les termes dans lesquels nous avons l’habitude de la poser, apporte subtilement un éclairage supplémentaire sur la spécificité des enjeux muséaux et patrimoniaux dans le monde chinois.

Au-delà de l’intérêt propre du « cas chinois » – dont le numéro dans son ensemble s’attache à montrer la complexité –, ces différentes analyses contribuent de manière déterminante aux recherches et réflexions en cours sur les enjeux de la muséification et de la patrimonialisation. En étudiant des projets conçus et réalisés « en interne », soit sans recours à des expertises extérieures – comme le rappelle par une anecdote Brigitte Baptandier dans son épilogue (p. 179)5–, ce numéro offre un contrepoint intéressant à de nombreux projets en cours de réalisation, qui reposent, précisément, sur la collaboration avec, voire la délégation à, des instances expertes, qu’elles soient nationales ou internationales. Le cas du musée du Louvre à Abu Dhabi, conçu pour être le premier « musée universel », projet largement controversé, est en ce sens assez emblématique de ces opérations de globalisation et de marchandisation des compétences, scientifiques et techniques, comme des biens culturels6. Mais, plus généralement, nombreux sont à l’heure actuelle les projets muséaux nationaux réalisés avec des aides extra-nationales, et la participation à ce type de projets est un enjeu à la fois politique et économique majeur, que se disputent notamment la France, la Grande-Bretagne ou l’Italie, toutes détentrices d’une expertise reconnue et promue en tant que telle. Ces projets de musée « clé en main » (à divers degrés, mais qui rappellent pour certains l’opposition énoncée par Anne-Christine Trémon entre « contenant » et « contenu »), posent, à nouveaux frais, la question de la fabrication de la culture et du patrimoine, qu’il aurait pu être intéressant de comparer avec le choix, manifestement affirmé (du moins dans les cas étudiés ici), de ne pas confier ces enjeux à des non-locaux. C’est néanmoins là une des vertus des entreprises anthropologiques : que l’ouverture vers d’autres pratiques appelle, encore, à d’autres comparaisons.

On ne peut donc que vivement recommander la lecture de ce dossier, qui allie qualité du projet éditorial et des textes, et un grand plaisir de lecture, grâce à une iconographie riche et soignée. On peut également mentionner la présence, en varia de ce même numéro, d’un article de Baptiste Gille, contributeur du numéro Écologiques, consacré au masque swaihwé, « Le visage des Bébés des eaux et des Gens du ciel ».

Sommaire complet

DOSSIER Chines, l’État au musée.

Coordonné par Brigitte Baptandier et Anne-Christine Trémon

Anne-Christine Trémon Introduction : L’État au musée. Politiques muséales et patrimoniales dans le monde chinois contemporain

Stéphane Gros
 L’injonction à la fête. Enjeux locaux patrimoniaux d’une fête en voie de disparition

Françoise Lauwaert L’empire de l’éternel présent. Dans les musées de la République populaire de Chine

Lee Wei-I Le nationalisme dans les musées locaux à Taïwan : colonisation, autoritarisme et démocratie

Katiana Le Mentec
 Barrage des Trois-Gorges : exposer le monde local après l’immersion. Genèse et programme du premier musée de Yunyang

Nan Nan
 La genèse de « Songzhuang » : ethnographie de la formation d’un village d’artistes

Anne-Christine Trémon
 Yingti/ruanti (hardware/software). La création d’un hall culturel hakka à Taïwan

Adam Yuet Chau
 La channeling zone : religion populaire, État local et rites de légitimation en Chine rurale à l’ère de la réforme

Brigitte Baptandier Épilogue

 ÉTUDES ET ESSAIS

Brice Gérard Gilbert Rouget et la mission Ogooué-Congo (1946). Institution et épistémologie dans l’histoire de l’ethnomusicologie en France

Baptiste Gille
 Le visage des Bébés des eaux et des Gens du ciel. Nouvelles perspectives sur le masque swaihwé

NOTE DE LECTURE

Gérard Lenclud Le phénomène humain : l’avènement du réalisme

COMPTES RENDUS

Jean-Charles Depaule
 Nicolas Puig. Farah. Musiciens de noces et scènes urbaines au CaireArles, Actes Sud-Sindbad, coll. « La Bibliothèque arabe », 2010, 218 p.

Jean-Charles Depaule
 Odile Vincent (dir.). Collectionner ? Territoires, objets, destinsGrâne, Créaphis, coll. « Silex », 2011, 208 p.

  1. Voir, sur ce sujet, la recension de l’ouvrage de Benoît de l’Estoile, Le goût des autres. De l’exposition coloniale aux arts premiers (Paris, Flammarion, 2007), par Igor Martinache, sur laviedesidées.fr  (consulté le 7 janvier 2012). []
  2. Voir le numéro de la revue Le Débat consacré à ces questions, Le moment du Quai Branly (2007), ou encore la présentation du projet du musée par Anne-Christine Taylor, « Au musée du Quai Branly : la place de l’ethnologie », Ethnologie française, 2008, XXXVIII, n° 4, p. 679-684. []
  3. On pourra consulter, sur ce point, l’enquête critique qu’ont réalisée Isabelle Bakouche et Vincent Duclert, accessible sur le site de la fondation Jean Jaurès (consulté le 7 janvier 2012). []
  4. Sur ce sujet, voir également l’ouvrage de Marc Abélès, Pékin 798 (Paris, Stock, 2011) sur le Dashanzi Art District, une ancienne usine d’armement réhabilitée en lieu d’art et devenue une véritable vitrine de l’art contemporain en Chine, et la recension qui en a été faite par Sophie Leclercq sur laviedesidées.fr (consulté le 7 janvier 2012). []
  5. Brigitte Baptandier raconte en effet comment, lors d’un dîner avec de futurs administrateurs d’un musée de théâtre populaire, un de ses compagnons occidental se fit poliment éconduire après avoir proposé de fournir de la documentation sur des musées comparables. Le refus de comparer leur projet à d’autres réalisations fut justifié par le fait qu’il s’agissait d’un projet de musée local, avec un cahier des charges strict et d’ores et déjà établi, que les administrateurs en question ne souhaitaient qu’appliquer, sans s’engager plus avant dans une réflexion sur les enjeux de ce type de musées. []
  6. Voir le site de l’agence France-Muséums, qui regroupe le Louvre et une dizaine d’institutions, sur lequel on trouve le projet détaillé et où l’on peut suivre son avancement (consulté le 7 janvier 2012). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *