Risque et contagion. Suite du débat.

 

Après avoir organisé un débat public – dont nous avions ici rendu compte –  autour de la publication du livre de Jean-Baptiste Fressoz, la Vie des Idées, publie une recension critique de cet ouvrage par Yannick Barthe, suivie d’une réponse de l’auteur.

La controverse porte sur l’analyse du risque technologique, plus particulièrement sur le degré de réflexivité que les modernes ont sur ce risque.

Ces deux auteurs ont auparavant publié dans Tracés des textes sur ce sujet dans lesquels ils mettaient en oeuvre leur méthode différente. Jean-Baptiste Fressoz  est notamment l’auteur de l’article Le vaccin et ses simulacres : instaurer un être pour gérer une population, 1800-1865 paru dans le numéro Contagions, et Yannick Barthe de Les qualités politiques des technologies. Irréversibilité et réversibilité dans la gestion des déchets nucléaires, paru dans le numéro Techno-

Petit aperçu de la controverse :

Recension de Yannick Barthe:

« En finir avec Beck et Giddens : tel pourrait être grossièrement résumé l’objectif poursuivi par l’historien des sciences Jean-Baptiste Fressoz dans cet ouvrage dont l’ambition affichée est d’étudier les « racines historiques de la crise environnementale contemporaine ». Nullement impressionné par l’immense succès des thèses défendues par ces deux sociologues, J.-B. Fressoz attaque de front le grand récit qu’ils proposent, celui du passage d’une « modernité industrielle », inconsciente des dégâts provoqués par l’innovation scientifique et technologique, à une « modernité réflexive », qui met en question au contraire sa propre dynamique et fait de l’anticipation des dangers le cœur de sa réflexion.

De ce grand récit de la modernité, il n’y a, à en croire J.-B. Fressoz, pas grand-chose à conserver. Le caractère stimulant du livre tient précisément à cette posture radicale que cherche à adopter son auteur, à la fois dans le ton et dans l’argumentation. Cette argumentation se déploie suivant deux axes. D’une part, et c’est l’essentiel de la démonstration proposée par l’historien, les sociétés passées ont fait preuve d’une certaine réflexivité face aux risques, en nourrissant une réflexion inquiète sur les conséquences environnementales et sanitaires des innovations scientifiques et techniques. D’autre part, et c’est la conclusion surprenante à laquelle aboutit l’auteur, ni la société contemporaine, ni les sociétés passées n’ont été véritablement réflexives. Bref, d’un côté, nous aurions toujours été réflexifs, de l’autre nous ne l’aurions jamais vraiment été. Certains lecteurs seront sans doute déroutés par cette argumentation à géométrie variable, et ce d’autant plus que l’auteur ne prend guère la peine de s’expliquer, sinon de manière confuse, sur cette contradiction apparente. Mais on peut aussi l’envisager comme une énigme qu’il s’agit de déchiffrer et chercher pour ce faire à redonner une certaine cohérence à l’argumentation.

[…]

On en viendrait presque à adresser une critique inverse à ces travaux, celle de se désintéresser progressivement de l’objet même des controverses, à savoir les projets techniques. Mais, à vrai dire, il n’est pas même nécessaire de se plonger dans la littérature de science sociale portant sur ces questions pour bousculer l’idée d’une grande naïveté partagée (hormis peut-être par quelques historiens des sciences). Il suffit en effet de se montrer attentif aux controverses contemporaines sur les risques pour constater que rien, dans ces situations, ne semble devoir échapper à la critique : qu’il s’agisse des modes de production des connaissances, des usages de l’expertise scientifique, et même du rôle parfois ambivalent des sciences sociales, tout est questionné, dénoncé, problématisé par les acteurs eux-mêmes. Les sociétés n’ont jamais été aussi critiques. À cet égard, la critique portée par J.-B. Fressoz participe de ce mouvement ; elle n’a rien d’isolé et on peut même douter de sa grande originalité. Il reste qu’il est difficile d’échapper au constat d’un accroissement de la réflexivité sur ces questions – auquel contribue certainement ce type d’ouvrages –, dont il reste à étudier les différentes traductions. La modernité n’est peut-être pas devenue réflexive, mais elle est devenue plus réflexive. En somme, nous n’en avons pas encore tout à fait fini avec Beck et Giddens. »

 

Réponse de Jean-Baptiste Fressoz:

« L’apocalypse joyeuse est certes « critique », mais non d’un « océan d’illusions », mais plus simplement de ces travaux qui non seulement ignorent souvent l’histoire mais, plus gênant, « éliminent le passé qui règne encore ». Le but n’était pas de faire un bilan de leurs nombreux apports, mais de lutter contre leur tendance fâcheuse à faire abstraction du passé. Contrairement à ce que dit Yannick Barthe, il n’est jamais question dans ce livre « des sociologues du risque » mais bien de la thèse de la « société du risque ». Je n’ai pas eu non plus la prétention d’avoir inventé la notion foucaldienne de « dispositif », véritable fil à couper le beurre des sciences sociales. Quant aux « acteurs », loin de les laisser dans le vague, je prends bien soin de les désigner. Entre autres, et suivant les chapitres : le Bureau du commerce des années 1770 sous l’égide de Trudaine de Montigny ; le comité national de vaccine et l’administration préfectorale des années 1800 ; les industriels chimistes du Consulat et de l’Empire (Chaptal au premier chef) et le conseil de salubrité de Paris qui bouleversent la régulation environnementale pour leur propre intérêt, etc.Pour conclure cette réponse, je dirai que l’Apocalypse joyeuse part des interrogations suivantes : à quoi bon feindre l’étonnement ou la rupture radicale sur les crises environnementales et climatiques alors que les archives montrent, au delà de tout doute, la continuité historique des problèmes ? De quelle histoire de la modernité devons-nous hériter pour réfléchir de manière plus pertinente à la crise environnementale contemporaine ? Que faire au fond de cette conclusion assez dérangeante que les « modernes » ont détruit leur environnement en toute connaissance de cause ? D’où l’histoire que je propose d’une modernisation technologique qui s’est faite réflexivement, en dépit de la conscience aiguë des dangers, et le choix d’une narration centrée sur les « petites désinhibitions modernes ». D’où enfin l’étude de quelques-uns des dispositifs qui ont accompagné le passage à l’acte technologique aux XVIIIe et XIXe siècles : l’extension de la notion de risque à la vie elle même, l’instauration de comités d’experts gérant et imposant les innovations pour le bien de la nation et de l’économie, le basculement des étiologies médicales de l’environnemental au social, la financiarisation des atteintes à l’environnement ou bien encore la norme de sécurité (la forme typique du « compris sociotechnique » au début du XIXe siècle). Finalement, l’apocalypse joyeuse montre comment, au début du XIXe siècle, les sciences et les techniques ont ajusté les ontologies et les objets dans le but d’instaurer un « monde économique » taillé à la mesure de l’homo œconomicus ».

 

Billet du 23 septembre:

La Vie des idées et les libraires de l’Est parisien (Librest) organisent, le mardi 25 septembre à 20h, un débat autour du livre de Jean-Baptiste Fressoz, L’Apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique (Paris, Seuil, 2012).

Jean-Baptiste Fressoz (historien, Imperial College London) est notamment l’auteur de l’article Le vaccin et ses simulacres : instaurer un être pour gérer une population, 1800-1865 paru dans le numéro Contagions.

L’auteur débâtera avec de Pierre Lascoumes (sociologue, Centre d’études européennes de Sciences Po) et  Nicolas Delalande (chargé de recherche au Centre d’histoire de Sciences Po et rédacteur en chef à la Vie des Idées). Le débat aura lieu à la libraire le Comptoir des mots,

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Le Comptoir des Mots se trouve au 239 rue des Pyrénées, métro Gambetta.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *