Les économistes en questions. Que faire du Conseil d’analyse économique ?

Tracés a souvent essayé de faire écho et de contribuer aux réflexions sur le rôle des économistes.

De nombreuses interrogations qui avaient émergé lors de la journée de conférence « les économistes au pouvoir » (dont l’introduction est accessible gratuitement en ligne) ont connu une nouvelle actualité à l’occasion de la sortie de l’ouvrage de Laurent Mauduit, Les Imposteurs de l’économie, qui met en cause certains conflits d’intérêts au sein de l’université et regrette que les questionnements sur la responsabilité des économistes soient souvent passés sous silence.

Nous renvoyons au blog de l’auteur ainsi qu’à cette excellente mise en perspective de Christian Chavagneux pour un résumé des débats suscités par ce livre, et notamment la mise en place de chartes de déontologie dans certaines universités ou organismes de recherche. A voir également, pour bien saisir la complexité du sujet, un débat organisé par Mediapart où le manque d’intérêt des économistes universitaires pour les problèmes économiques réels et leur aveuglement idéologique  sont plus critiqués que les conflits d’intérêts au sein de la profession.

Le dernier remous sur ce sujet a été créé par un appel à refonder le Conseil d’analyse économique, une assemblée fondée par Lionel Jospin pour offrir un éclairage au Premier ministre sur les problèmes économiques. Voir les avis de Romain Rancière, Christian Chavagneux et Laurent Mauduit.

Parmi les raisons invoquées, plusieurs avaient été mises en avant dans le seul article sociologique paru sur ce Conseil, que Tracés avait publié en 2009.

Dans cet article Thomas Angeletti affirmait déjà:

« Cet article se propose d’analyser empiriquement la question de la normalisation des comportements au sein des institutions, à travers le cas particulier du Conseil d’analyse économique (CAE), organisme regroupant des économistes chargés de conseiller le Premier ministre. Doté d’une double exigence formelle de fonctionnement, en proposant, d’une part, une pluralité scientifico-politique dans le recrutement et en valorisant, d’autre part, la confrontation des points de vue, ce conseil se trouve, de l’aveu même de ses membres, dans l’incapacité de générer les débats pour lesquels il a pourtant été créé. Deux facteurs explicatifs sont avancés : 1) nombre de ces économistes évoluent dans des espaces professionnels multiples, signe d’un rapport à la règle suffisamment distancié pour mettre en défaut ceux des participants qui surinvestissent l’institution scientifiquement ou politiquement ; 2) le déroulement normé des réunions au CAE génère des stigmatisations croissantes pour les économistes minoritaires, qui se voient reprocher leur incapacité à s’exprimer dans les formes requises (dépolitisation des débats, respect des grandeurs en présence, comportements réalistes), les amenant même à la défection. In fine, la conduite formellement pacifiée des débats au sein de l’institution doit autant à ses effets propres qu’au cloisonnement général dont la science économique a été l’objet au cours des dernières décennies. »

à suivre…

Update: Laurent Mauduit consacre un article de son blog à ce texte.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *