Parution : 2017/1 (n°32) Déplacer les frontières du travail

Les reconfigurations récentes du capitalisme industriel dans les sociétés occidentales ont jeté le trouble sur la définition même du travail et sa fonction dans la société. À partir des années 1970, ces métamorphoses ont suscité, dans le champ des sciences humaines et sociales, un mouvement d’extension consistant à qualifier de travail un nombre croissant d’activités considérées jusqu’alors comme relevant de la générosité, du partage, de la solidarité, du don, du plaisir, de la création ou de l’engagement. À un moment historique de remise en cause du travail salarié et de sa capacité intégrative dans la société, de montée du chômage et de marchandisation générale de l’activité humaine, ce numéro de la revue Tracés souhaite poursuivre cette entreprise de dénaturalisation du travail en appréciant les luttes de qualification qui viennent régulièrement renégocier ses frontières. Le terme de frontières a son importance. Envisagé comme zones de contact mouvantes, il permet de sortir d’une réification des activités et de porter l’attention sur la plasticité du travail et de ses délimitations. Si chacune des contributions du numéro apporte un éclairage particulier à notre problématique, toutes défendent une même optique : restituer de façon positive les frontières mouvantes de l’activité laborieuse au plus près des pratiques sociales, saisir en quelque sorte la catégorie travail en action, dans un souci de reconnaissance des individus et de leur engagement dans la société.

Ce numéro est coordonné par Anaïs Albert, Clyde Plumauzille et Sylvain Ville.

Il est disponible en librairie et en ligne sur Revues.org

 

SOMMAIRE

Introduction : Anaïs Albert, Clyde Plumauzille et Sylvain Ville

Déplacer les frontières du travail

Shifting the boundaries of work

 

ARTICLES

Claire Boer, Les travailleurs de la mer : désertions et débarquements des marins provençaux au xviiie siècle

Sea-workers: desertions and disembarkations of Provence’s sailors during the 18th century

 

Eliza Benites-Gambirazio, Un travail sous tension. Les agents immobiliers américains entre affranchissement des contraintes salariales et marchandisation

Working under pressure. American real estate agents between independence and commodification

 

Frédéric Nicolas, L’agriculture biologique : un travail pas comme les autres ?

Organic farming: an occupation like no others?

 

Collectif Rosa Bonheur, Des « inactives » très productives. Le travail de subsistance des femmes de classes populaires

Highly productive “economically inactive” women. The subsistence labour of working-class women

 

Irène-Lucile Hertzog, Le travail re-productif des femmes : le cas de l’assistance médicale à la procréation (AMP) en France

Women’s reproductive work: the case of Assisted Reproductive Technology processes in France

 

Sébastien Broca, Le digital labour, extension infinie ou fin du travail ?

Is digital labour the end of labour or its infinite expansion?

 

Alexis Cukier, Critique démocratique du travail

Democratic critique of work

 

DOSSIER TRADUCTION

 

Anaïs Albert et Clyde Plumauzille, Présentation du dossier

Introduction

 

Natalie Zemon Davis, Les femmes et le monde des Annales

Women and the world of the Annales

 

Étienne Anheim, Genre, publication scientifique et travail éditorial. L’exemple de la revue Annales. Histoire, Sciences sociales

Gender, academic publishing, and editorial work: the case of the journal Annales. Histoire, Sciences Sociales

 

ENTRETIENS

 

Morgane Merteuil et Thierry Schaffauser, Le travail du sexe : entretien croisé avec Morgane Merteuil et Thierry Schaffauser

Propos recueillis et présentés par Anaïs Albert et Clyde Plumauzille

Sex work: a joint interview with Morgane Merteuil and Thierry Schaffauser

 

Ludovic Garattini et Camille Paloque-Berges, Berenson, « l’anti robot-travail »

Berenson, a nonworker Robot

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *