Les espions devraient-il se méfier des présidents ?

Le 15 mai 2017, un article du Washington Post révélait que le président des États-Unis, Donald Trump, aurait dévoilé à l’ambassadeur russe des informations confidentielles. Une telle hypothèse est peut-être en soi déjà scandaleuse, mais c’est en fait quelque chose de plus précis que les auteurs de l’article originel ont jugé inacceptable : les informations transmises permettraient d’identifier – et donc de compromettre – la source d’un service partenaire (ultérieurement, la presse a précisé qu’il s’agissait d’Israël), source qui fournissait des renseignements cruciaux sur l’État islamique.

Ainsi, les officiers de renseignement doivent se méfier des services ennemis, des organisations ou des États qu’ils essaient de pénétrer, de sources qui peuvent toujours les escroquer, mais aussi de leur propre organisation et des alliés de cette dernière ! Malgré l’importance croissante du renseignement technique (fondé notamment sur l’interception des communications électroniques), les sources humaines restent en effet primordiales pour obtenir des renseignements de valeur, et elles imposent des précautions spécifiques.

L’entretien avec un ancien officier de renseignement que nous avons publié dans Tracés n° 31 aborde de manière détaillée cette méfiance omniprésente et protéiforme, et offre une réflexion sur la manière dont elle structure la pratique du renseignement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *