Sur les origines mythiques de Tracés. Revue de sciences humaines

« Algérie, Aurès, douar Tadjmout, Rhanime. » Portrait de Germaine Tillion lisant ‘Paris-Soir’. (c) Thérèse Rivière/ musée du quai Branly

Le nom de la revue se perd dans les profondeurs des origines, au début du 21e siècle. En cherchant dans les archives, nous avons retrouvé un exemplaire jauni du Harem et les cousins de Germaine Tillion, sous des piles de numéros invendus. Là, dans ses premières lignes, l’ethnologue et l’humaniste relate ce que le dialogue interdisciplinaire instaure :

Dans le dialogue, comme dans l’ethnologie, on est deux ; un interlocuteur (être inconnu, peuple inconnu) et en face un autre être : celui qu’on connaît le plus et qu’on connaît le moins… Le dialogue s’engage, la navette commence son va-et-vient, et à chaque aller-et-retour quelque chose se modifie, non pas d’un côté mais des deux côtés, car ce que l’interlocuteur perçoit de lui c’est ce que le locuteur ne voit pas, et réciproquement. Mais inversement chacun voit dans l’autre ce que l’autre ignore. Cette confrontation fait apparaître alors des tracés invisibles. Il se passe ainsi quelque chose d’analogue à la découverte aérienne d’un paysage ».

Aujourd’hui, qui est celui du transfert des cendres de Germaine Tillion au Panthéon, dédions-lui la maternité des dialogues vifs et féconds de la revue.Et invitons nos lecteurs à survoler avec nous le paysage changeant du monde contemporain.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *