Table ronde (10 mars 2015) : Penser avec le droit

Tracés a le plaisir d’annoncer la tenue d’une table-ronde autour du numéro 27 de la revue, intitulé « Penser avec le droit » dans le cadre du Séminaire de droit et sciences humaines et sociales (Centre d’Études des Normes Juridiques) organisé par Emanuele Conte (ÉHÉSS – Roma 3)

Le numéro est consultable en ligne sur le portail CAIRN et en vente auprès du comptoir des presses d’universités.

La table ronde aura lieu à l’ÉHÉSS, CENJ, salle 1, 105 bd Raspail,

Mardi 10 Mars 2015, 18h à 21h

 

En présence des coordinateurs du numéro : Guillaume Calafat, Arnaud Fossier et Pierre Thévenin.

Et de plusieurs auteurs : Arnaud Esquerre, Pierre Gueydier, Paolo Napoli, Guillaume Richard, Anna Zielinska.

Droit et sciences sociales : les espaces d’un rapprochement

Volontiers entretenu par les juristes, le postulat de l’autonomie du droit et de son « isolement » vis-à-vis du monde social, a longtemps dissuadé les sciences humaines d’appréhender la pensée juridique pour elle-même. Inversement, les facultés de droit – en France tout particulièrement – se montraient d’ordinaire réticentes à intégrer les apports de la sociologie, de l’anthropologie ou de l’historiographie dans leurs cursus.

Depuis une vingtaine d’années environ, on assiste néanmoins à de sensibles évolutions, qui voient les sciences sociales s’aventurer franchement sur le terrain du droit et prendre en charge des questions qui touchent aussi bien aux usages du droit qu’à son fonctionnement spécifique et technique. La pensée critique s’est ainsi enrichie en envisageant le droit non plus comme un simple instrument de domination, mais comme une ressource mobilisable pour qualifier, analyser et contester une situation.

Pour mieux saisir le droit, il semble dès lors utile, d’une part, de réconcilier ses usages sociaux et politiques avec l’analyse de l’outillage technique et formalisé des juristes ; d’autre part, de mieux distinguer les différentes formes de normativité, autrement dit de faire l’histoire, comparée, du concept et des mutations du droit.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *