Parutions : Identités marranes et diasporas

Signalons la parution récente de deux ouvrages consacrés à la diaspora des « marranes », ces juifs convertis au christianisme et accusés par les Inquisitions ibériques de judaïser en secret à l’époque moderne.

Dans De paroles et de gestes (Éditions de l’EHESS), Natalia Muchnik s’intéresse à la construction des identités marranes. Le sixième chapitre est ainsi consacré aux différents fils de ce que l’auteure appelle la « diaspora virtuelle » des nouveaux chrétiens qui, à travers la circulation de l’information et des rumeurs, contribue à dessiner la carte d’un véritable « territoire marrane« . Les rapports à la diaspora sont également abordés au chapitre 7. L’auteure y propose notamment de nombreuses comparaisons avec des diasporas de l’époque moderne : les récusants (crypto-catholiques) en Angleterre, les morisques en Espagne et les crypto-protestants en France.

Présentation de l’éditeur :

Comment, face à la stigmatisation, une identité se constitue-t-elle? À travers le cas des marranes dans l’Espagne des XVIe-XVIIIe siècles, cet ouvrage montre que l’individu prend sens dans une unité sociale soudée par une mémoire et des pratiques partagées.

Ces chrétiens, pour la plupart descendants des juifs convertis au XVe siècle, accusés par l’Inquisition de judaïser en secret, ont développé une identité de groupe. Si la répression inquisitoriale et la clandestinité sont fondamentales pour sa cohésion, la société marrane a ses propres dynamiques. Fragilisée par sa diversité interne, sa mobilité spatiale et la labilité de ses pratiques religieuses, elle a multiplié signes et discours d’appartenance. Les codes qui caractérisent cette société secrète, l’hostilité au catholicisme ou les mythes de l’origine, sont autant d’éléments que le crypto-judaïsant mobilise et agence. Car plus que le contenu des rituels, c’est le processus de ritualisation extrême du quotidien qui forge la société marrane; le sacré semble partout.
L’ouvrage, tel un kaléidoscope, multiplie les points de vue sur les modes d’affiliation. Le marrane dispose ainsi de plusieurs identités potentielles qu’il alterne selon les situations et les interlocuteurs. Plutôt qu’un déchirement entre deux religions, il révèle la fragmentation de soi et l’impossibilité de dissocier l’individu des rôles qu’il tient. Il témoigne, en somme, d’une pluralité inhérente à tout être humain et du caractère illusoire d’une identité homogène.

Parution : 6 mars 2014 • Coll. . « En temps & lieux », 50 • 16 x 24 cm • 288 pages • ISBN 978-2-7132-2420-1
Prix : 20 €

SOMMAIRE

Introduction [EN LIGNE]
Chapitre 1. L’être contre. Se poser en s’opposant
Judéoconvers, judaïsants et marranes : des notions en devenir • Face au juif : l’orgueil ibérique • Face au vieux-chrétien : le renversement du stigmate • L’identité portugaise : un apport du XVI e siècle

Chapitre 2. L’être avec. Appartenance communautaire et identité collective
« Tous sont un » : la métaphore du corps • Un repas « pour faire corps » • Le jeûne rétribué • La clandestinité comme instrument d’identité • Le « jeu autour du code »

Chapitre 3. Le marrane-mosaïque
Une identité « sous tension » • Une répression structurante : l’« effet » inquisitorial • Un enchevêtrement d’appartenances • La femme, paradigme du marranisme ? • La jeune fille, objet de tous les désirs • Du pur et de l’impur

Chapitre 4. Le deuil de l’un ?
Labilité de l’appellation : plusieurs noms pour un être • Les déchirements de la dualité • Des caméléons de la foi ? • Coexister malgré …

Chapitre 5. Les enjeux de la mémoire. La définition verticale de l’être
« S’accommoder au temps » • Mémoire collective et devoir de mémoire • S’inventer une tradition • Les fragments du judaïsme • Les mythes de l’origine : « la geste du groupe héroïque » • Le rôle des figures tutélaires bibliques

Chapitre 6. La diaspora virtuelle. La définition horizontale de l’être
Le territoire marrane • Les frontières du sacré • « L’esprit familier du lieu » • Les marranes et la Nação : relations réelles… • … et imaginées • Les fils de la diaspora virtuelle

Chapitre 7. L’eschatologie marrane ou le futur créateur
Un impératif catégorique : faire son salut • La culture du martyre • « Le messie n’est pas encore venu » • Prophètes et figures messianiques • Les marranes et l’épisode sabbataïste • La fin du monde, un futur proche…

Conclusion
Sources et bibliographie • Index

Dans Entre Moïse et Jésus, Nathan Wachtel complète quant à lui sa trilogie sur l’histoire des marranes aux époques moderne et contemporaine. Après La Foi du souvenir : Labyrinthes marranes (2001), La Logique des bûchers (2009) et  Mémoires marranes (2011), il s’intéresse aux différentes facettes et à la complexité du marranisme. Le cinquième chapitre propose, entre autres, une analyse du lien entre les diasporas marranes et la construction des empires maritimes aux XVIe et XVIIe siècle à travers une lecture du livre de Jonathan Israël, Diasporas within a Diaspora: Jews, Crypto-Jews and the World of Maritime Empires, 1540-1740 (Leiden, Brill, 2002).

Présentation de l’éditeur :

On qualifie de « marranes » ces juifs convertis de force à la foi catholique à partir de la fin du XIVe siècle dans la péninsule Ibérique. Mais qu’entend-on réellement par « marrane » ? S’agit-il d’un nouveau-chrétien perpétuant secrètement la foi juive ? Ou bien d’un converti animé d’une foi chrétienne sincère, mais souvent conçue selon des modalités nouvelles ? Le crypto-judaïsme correspond-il à une réalité historique et une pratique quotidienne ou bien a-t-il été inventé, voire « fabriqué », par le Saint-Office ? Le marranisme se signale par sa complexité comme par son extraordinaire capacité à persister dans le temps. Il s’agit d’un fait social total, comportant de nombreuses dimensions : religieuse et culturelle, mais aussi économique, sociale, politique, et identitaire. Nourris, entre autres, aux riches archives des procès de l’Inquisition, qui recèlent de nombreux détails des vies collectives et individuelles, les textes du présent recueil viennent compléter la trilogie que Nathan Wachtel a consacrée aux études marranes. C’est à un voyage dans le temps et la longue durée qu’il nous convie, mais aussi à un questionnement : le concept de marranisme ne serait-il pas pertinent pour s’appliquer aussi à des phénomènes contemporains ?

Table des matières

  • Couverture  1
  • Présentation de l’éditeur  2
  • Sommaire  7
  • Avant-propos  9
  • Introduction : Diversité des marranismes  11
  • I – Historiographies et théologies nouvelles-chrétiennes en Castille au xve siècle  53
  • II – Les premiers groupes de nouveaux-chrétiens au Mexique (xvie siècle)  103
  • III – Frontières intérieures – La religiosité marrane en Amérique hispanique (xviie siècle)  115
  • IV – Marranisme et Inquisition : modernités dans le monde ibérique  149
  • V – Diasporas marranes et empires maritimes (xvie-xviiie siècle)  157
  • VI – Une Amérique souterraine : réseaux et solidarités marranes  169
  • VII – Logiques inquisitoriales  207
  • VIII – Résurgences marranes dans le Brésil contemporain  223
  • Épilogue : Souvenir de Robert Schnerb « Un bûcher académique »  247
  • Bibliographie  259
  • Index  273
  • Sources  283

Le numéro 23 de Tracés, « Diasporas », est disponible en accès restreint sur le portail CAIRN.

L’introduction du numéro est en accès libre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *