Traduction et plurilinguisme dans les sciences humaines et sociales : quelques parutions et manifestations récentes

par Sonia Goldblum

La question de la traduction et de la langue en général semble depuis quelques années faire l’objet d’un intérêt de plus en plus pressant et de plus en plus diversifié dans le domaine des sciences sociales. Alors que certains chercheurs craignent que la traduction et ses spécificités se trouvent englouties dans le domaine bien plus vaste de la médiation culturelle (J.-R Ladmiral)1, les interrogations sur la traduction ne sont plus le domaine réservé des linguistes, traducteurs ou traductologues, mais un champ d’investigation pour tous ceux qui étudient ou produisent des supports textuels. Nous nous proposons donc de livrer un rapide tour d’horizon de quelques publications ou manifestations récentes autour de ces sujets.

La question du rôle spécifique de la traduction et des « régimes linguistiques »2 dans les sciences sociales constitue une des tendances marquantes de ses dernières années. À cet égard, on citera deux ouvrages parus en 2012 : Traduire la littérature et les sciences humaines, dirigé par Gisèle Sapiro et Défis et enjeux de la médiation culturelle, dirigé par Nadine Rentel et Stephanie Schwerter. Ces deux recueils adoptent des approches sensiblement différentes pour aborder cette question. Les auteurs de l’ouvrage de Sapiro ont à cœur de montrer quels processus de traduction président à la destinée des œuvres à l’échelle internationale, pourquoi certaines œuvres ou certaines langues sont traduites et d’autres pas. Par là même, ils constituent la pratique traductive et les choix éditoriaux qui la conditionnent comme objets à part entière des sciences sociales. Le second ouvre également le champ de la traductologie aux sciences sociales, au droit notamment, mais son objectif principal est d’inscrire l’apport de la traduction dans le cadre des études interculturelles. Un dernier ouvrage mérite ici d’être évoqué, car il devrait venir compléter avantageusement les réflexions développées par les deux premiers, mais il n’est malheureusement pas encore disponible. Il s’agit de Traduire : transmettre ou trahir ? Réflexions sur la traduction en sciences humaines ((Jennifer K. Dick ; Stephanie Schwerter (dir.), Traduire : transmettre ou trahir ? Réflexions sur la traduction en sciences humaines, préface de Jean-René Ladmiral, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 2013.)).

Le colloque « traduire à plusieurs », organisé par le laboratoire ILLE (EA 4363) qui s’est tenu à Mulhouse du 4 au 6 décembre 2013 fait la part belle aux processus éditoriaux et à la traduction de textes de non fiction, ce qui mérite d’être souligné, d’autant que les membres qui composent cette équipe d’accueil sont très majoritairement issus des « philologies ». Une contribution portait par exemple sur la traduction des manuels destinés à l’enseignement supérieur (H. Buzelin, Montréal), une autre sur le rôle de la traduction collaborative en philosophie (M. Laurent, Lille III) ou enfin sur la physique des particules (M. Fontanet, Genève). La cohabitation des disciplines les plus diverses autour de la question de la traduction, témoigne du décloisonnement de la traductologie, qui s’invite dans différents domaines de la recherche.

La revue Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales consacre pour sa part son dernier numéro à l’affirmation suivante : « La science pense en plusieurs langues ». Les textes réunis dans ce dossier interrogent le rapport des sciences et avant tout des sciences humaines et sociales à la langue et au plurilinguisme. En soulignant que la pluralité des langues dans ce domaine constitue à la fois une richesse et un point qui mérite qu’on l’interroge, il touche au cœur de travaux de recherche qui s’inscrivent dans la langue, que l’on considère leur production, leur transmission ou la communication scientifique. Il s’agit aussi, pour Hinnerk Bruhns et Fritz Nies, qui coordonnent ce dossier, d’un plaidoyer pour la préservation du plurilinguisme dans les pratiques scientifiques, car il en garantit la diversité et la profondeur. Cette défense du plurilinguisme trouve son écho dans la forme même de présentation de la revue Trivium, qui propose de chaque article une version allemande et une version française, ce qui contribue à rendre accessible aux Allemands des auteurs tels que Barbara Cassin ou Antoine Compagnon et aux Français des chercheurs tels que Jürgen Trabant ou Bernd Stiegler, pour se limiter à des exemples tirés de ce même numéro.

On évoquera pour finir les interrogations véhiculées par l’excellent blog « hypotheses » Langues de feu, qui se consacre à la traduction, à ses règles propres, aux questions théoriques qu’elle soulève et à son enseignement. De ce fait, l’ensemble du contenu du blog tente de saisir les implications du plurilinguisme dans le domaine des sciences humaines et plus spécifiquement ici de la littérature. Toutefois, un article de Claire Placial semble particulièrement éclairant pour ce qui touche à la traduction de textes théoriques. Il s’intitule « Traduire de la langue, traduire de la littérature? » et analyse les spécificités de la tâche du traducteur, selon les types de textes et les auteurs traduits, en insistant sur le fait que ces questions de style ne se limitent pas au champ de la traduction littéraire au sens stricte, mais touchent aussi le cœur de la traduction de tout grand texte. L’auteure évoque notamment Bourdieu, Derrida et Kant et cite à l’appui de son propos une autre parution récente, qui elle aussi défend le plurilinguisme comme un élément constitutif dans le parcours du chercheur, à savoir, Heinz Wismann, Penser entre les langues, 2012.

  1. Nadine Rentel et Stephanie Schwerter (Éd.), Défis et enjeux de la médiation culturelle, Frankfurt/Main 2012. []
  2. Alain Supiot, « Communiquer ou se comprendre ? La question du régime linguistique de la recherche en sciences humaines et sociales », Trivium [En ligne], 15 2013, Dossier, mis en ligne le 09 décembre 2013, consulté le 13 décembre 2013 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *