Quels effets produit l’école? Des études PISA aux pratiques d’émancipation

La chronique « Idées au quotidien » de Raphaël Bourgois dans l’émission « La grande table » sur France Culture du mardi 3 décembre (à partir de 30’45 »), consacrée au numéro 25 de Tracés, « Education: émancipation? », opérait la jonction entre les problématiques soulevées par le numéro et les interrogations suscitées tous les trois ans par le résultat de l’étude PISA, le Programme international pour le suivi des acquis des élèves menée par l’OCDE, l’Organisation de coopération et de développement économiques. La France y obtient des résultats moyens dans la plupart des disciplines, le rapport soulignant des inégalités scolaires plus fortement marquées en France que dans la plupart des pays de l’OCDE.

Les enquêtes PISA ont été fortement critiquées, en raison de leur promotion d’une culture de l’évaluation, et de la mise en concurrence entre les systèmes éducatifs nationaux à laquelle elle contribue. Si leur méthodologie diffère grandement d’études comme celles qui aboutissent au classement controversé des établissements d’enseignement secondaire ou supérieur, elles ont cependant été invoquées par les gouvernements européens soucieux d’imposer des réformes de l’éducation contre la volonté d’une part importante des enseignant-e-s et des élèves.

Elles ont néanmoins le mérite, comme Raphaël Bourgois le souligne dans sa chronique, de poser indirectement la question de la réussite de l’école, des critères utilisés pour la mesurer, et au final des objectifs attribués à l’école et des effets qu’elle produit réellement. Ce sont des questions sur lesquelles le numéro « Education: émancipation? », publié en novembre 2013,  peut apporter un éclairage à partir de fondements méthodologiques radicalement différents de ceux de l’étude PISA.

Raphaël Bourgois souligne notamment les réflexions apportées par les articles de Fabien Truong et de Camille Giraudon, qui portent respectivement sur l’orientation des élèves en classe de Terminale, et sur les attitudes des enseignant-e-s face à la promotion par le ministère Chatel, dans le cadre de la réforme des lycées de 2010, du dispositif dit d' »‘aide personnalisé », qui individualise la prise en charge des élèves. A partir de deux approches, d’un côté le retour réflexif sur une expérience d’enseignant, de l’autre une enquête qualitative menée dans une salle des profs, ces deux textes examinent le positionnement des enseignant-e-s par rapport aux missions que l’institution leur attribue, à leurs propres objectifs pédagogiques et politiques, et aux aspirations que formulent les élèves.

De manière intéressante, Raphaël Bourgeois identifie dans le numéro un biais en faveur du courant dit « pédagogique », du moins une valorisation de théories et pratiques pédagogiques dont il souligne les critiques qu’elles ont essuyées, dans un contexte politique marqué par la mise en avant des connaissances, de la discipline ou encore de la morale laïque au détriment de la mise en mouvement et de l’autonomisation des élèves. Il est vrai que, comme Tracés y a incité les auteur-e-s aussi bien dans l’appel à contributions que dans les échanges avec celles-ci et ceux-ci, l’accent est mis dans le numéro sur la matérialité de l’éducation et des logiques d’émancipation, à travers les institutions, les dispositifs, projets et les pratiques qui font l’objet des textes publiés.


Marc Lenormand

Maître de conférences en civilisation britannique à l'Université Paul-Valéry Montpellier 3, équipe EMMA. Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts

Marc Lenormand

Maître de conférences en civilisation britannique à l'Université Paul-Valéry Montpellier 3, équipe EMMA. Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *