Etat d’exception et roman policier

Le sociologue Luc Boltanski vient de publier Enigmes et complots, ouvrage dans lequel il reprend et prolonge l’analyse qu’il avait formulée dans l’article Une étude en noir, paru dans le n° 20 de Tracés consacré aux « politiques de l’exception ».

Il y établit le lien entre l’émergence du roman policier puis du roman d’espionnage dans la littérature occidentale et l’émergence de l’Etat nation.

 L’article de Tracés se limitait à l’étude de Sherlock Holmes afin d’interroger la notion « d’état d’exception ». Alors que l’Etat nation repose sur un certain ordonnancement du réel, toujours menacé par des singularités que fait naître la contradiction entre société de classes et logiques égalitaires. Le récit policier met en scène la résolution de ces menaces par le détective, donc Sherlock Holmes est l’archétype. Ce qui fait en premier lieu la spécificité du détective (par opposition au policier) est justement sa capacité à repérer l’exceptionnel, à qualifier comme énigmes à résoudre ces singularités menaçantes. L’exception dans sa forme contemporaine est donc selon Luc Boltanski indissociable du conflit entre l’égalisation des conditions juridiques et le maintien d’un ordre social profondément inégalitaire, indispensable au développement du capitalisme.

Rappelons que l’édito du numéro est accessible gratuitement en ligne et qu’un entretien avec l’auteur à propos de cet ouvrage a été réalisée dans le cadre de l’émission la Suite dans le idées


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *