Parution de « Thinking together » de Howard Becker et Robert Faulkner – la forme de vie d’une enquête sociologique

Les éditions Questions Théoriques, en partenariat avec Les Laboratoires d’Aubervilliers, viennent de faire paraître un ouvrage de Howard Becker et Robert Faulkner, édité par Dianne Hagaman : Thinking together. An e-mail exchange and all that jazz (version ebook éditée par Annenberg Press).

La publication de ce texte s’inscrit dans le prolongement de l’enquête menée par Franck Leibovici, (des formes de vie) – une écologie des pratiques artistiques, que nous avions évoquée ici. Cette recherche consistait à reformuler les liens qu’il peut y avoir entre une œuvre et les conditions ayant conduit à sa réalisation, en ne les abordant pas sur le mode d’une successivité ou d’une relation de détermination (modèle du contexte), mais de manière dynamique (modèle de l’écosystème) – en défendant l’hypothèse qu’une œuvre est à la fois le produit et la manifestation d’une forme de vie, le résultat et la mise en forme d’un ensemble de pratiques, routines, temporalités, par lesquels les artistes – entre autres – font ce qu’ils font.

Avec la publication de cet ouvrage, un tel élargissement des perspectives sur l’œuvre d’art trouve des retombées dans le domaine, voisin, de la recherche. Cette publication offre en effet l’occasion de lire la correspondance mail entre Howard Becker et Robert Faulkner, échanges au cours desquels il préparèrent notamment leur ouvrage commun Do you know ? The Jazz Repertoire in action (2009) (voir aussi à ce sujet l’entretien réalisé par Camille Azaïs, Talia Bachir-Loopuyt et Pierre Saint-Germier avec Howard Becker dans le numéro Improviser).

Comme l’écrit Franck Leibovici dans sa préface à l’ouvrage, la lecture de cette corrrespondance rend ainsi sensible, à partir d’un cas concret, la « forme de vie » d’un projet de recherche, soit les pratiques, les activités, les formes de collectif impliqués dans la production d’une enquête. On voit ainsi, au fil des e-mails, comment des idées s’implantent et d’autres non, comment des problèmes émergent et sont discutés, comment l’enquête constitue progressivement son public, comment elle élabore son objet, ses critères, détermine ses enjeux et se nourrit, dans le cours de son développement, de rencontres, d’heureux hasards – bref, en quoi la recherche est une activité sociale et vivante. Personne n’en doutait – du moins on l’espère –, mais il est heureux de pouvoir le lire dans un ouvrage à la fois léger et dense, qui permet de voir une pensée collective se déployer tout au long de ses pages. 

À l’occasion de la sortie de l’ouvrage, une rencontre est organisée avec Howard Becker et Franck Leibovici à la Kadist Art Foundation (19bis-21 rue des Trois Frères, 75018), le mardi 26 novembre à 19h. 

Présentation de la rencontre :

la notion d’enquête est aujourd’hui extrêmement répandue, on la retrouve aussi bien dans les sciences sociales que dans les arts : il y a l’enquête ethnologique, l’enquête sociologique, l’enquête en poésie, l’enquête policière. à rebours des manuels proposant une méthodologie didactique et linéaire, thinking together montre le processus de fabrication, hétérogène et en tous sens, d’une enquête, à partir d’un cas concret. 

« s’est-on jamais demandé quelle est la forme de vie d’une enquête ? »

Toutes les informations pratiques sur le site de la Kadist.

 

Voir aussi :

la préface de Franck Leibovici, téléchargeable sur le site des Questions Théoriques : http://www.questions-theoriques.com/

le site des (formes de vie) : http://www.desformesdevie.org/

le numéro Improviser. De l’art à l’action : http://traces.revues.org/4496

le Hors Série À quoi servent les sciences humaines, section « Sciences humaines et art contemporain » : http://traces.revues.org/5234

sur les relations entre art et recherche: http://traces.hypotheses.org/688

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *