Le jazz, le plaisir, l’improvisation.

Olivier Roueff, auteur du texte L’improvisation comme forme d’expérience. Généalogie d’une catégorie d’appréciation du jazz, dans le numéro de Tracés Improviser. De l’art à l’action. publie un ouvrage de référence sur l’histoire et la sociologie du jazz: Jazz, les échelles du plaisir. Intermédiaires et culture lettrée en France au vingtième siècle, Paris, Editions La Dispute, 2013. Le livre est accompagné d’un « site-compagnon », fascinant et essentiel, associé à la publication d’Olivier Roueff qui rassemble des documents visuels, textuels et sonores ainsi que des compléments d’analyse pour prolonger et illustrer la lecture de l’ouvrage.

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur:

Jazz, les échelles du plaisir, histoire sociale inédite, accessible et vivante du jazz en France, éclaire l’histoire culturelle du XXe siècle sous un jour nouveau. Il montre comment musiciens, auditeurs et intermédiaires culturels se rassemblent, et parfois se confrontent, pour faire vivre les plaisirs du jazz. Olivier Roueff, sociologue et spécialiste du jazz, raconte les hauts faits des musiciens (de Django Reinhardt à Martial Solal) et les grandes batailles critiques (Hugues Panassié contre Boris Vian, le free jazz…) qui peuplent la mémoire des passionnés. L’auteur analyse la formation des industries culturelles et la «racialisation» de l’érotisme musical, l’invention de la «musique des jeunes» et les rendez-vous féconds ou manques entre cultures populaires et savantes, les rapports complexes entre développement des politiques culturelles, marchandisation des musiques et défense de l’«authenticité». L’ouvrage s’appuie sur des données abondantes et variées, des archives du music-hall à l’ethnographie des jazz-clubs. Il est accompagné d’un site internet qui propose aux lecteurs des compléments d’analyse, ainsi que de nombreux documents textuels, sonores et visuels. Référence incontournable pour tous les passionnés de jazz, ce livre s’adresse également aux chercheurs, enseignants et étudiants en sciences humaines et sociales, et au grand public au-delà des seuls amateurs de jazz.

 

Résumé de son article dans Tracés:

L’article envisage l’improvisation comme une catégorie d’appréciation esthétique plutôt que d’action musicale. Sous cet angle, les formes d’expérience et l’écoute qu’elle engage régulent les activités tout autant auditrices que musiciennes, et leur inscription dans le jeu de langage « improvisation » équivaut à un geste d’attribution d’autorité : c’est l’artiste interprète qui est institué comme auteur des performances, et son intériorité qui est censée « s’exprimer » à travers elles. L’improvisation ne peut alors plus être pensée que comme une énigme à élucider, l’alchimie mystérieuse d’une « composition sur le vif ». La généalogie des usages du terme « improvisation » dans le cas du jazz en France permet ainsi de restituer les différents dispositifs d’activité, et avec, de sujets, qui ont été inventés et mis en pratique au cours du vingtième siècle, du soliste virtuose à l’expérimentateur singulier, en passant par l’artiste racialisé ou l’artiste maudit.

Ecouter O.Roueff sur France Culture:

https://www.franceculture.fr/oeuvre-jazz-les-echelles-du-plaisir-de-olivier-roueff

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *