De l’obligation scolaire à l’intégration : l’émancipation par la loi?

Dans l’article qu’elle consacre à la genèse de l’obligation scolaire en Belgique, à paraître dans le numéro 25 de la revue Tracés « Éducation / Émancipation », Elsa Roland souligne le rôle joué par deux logiques : d’un côté la constitution de l’enfance comme un âge séparé de la vie, processus de longue durée dans les sociétés européennes modernes puis contemporaines ; de l’autre le déploiement de théories de « défense sociale » qui ciblent les classes populaires, et se traduisent dans des politiques publiques visant à corriger les vices inculqués aux enfants dans leurs familles.

Ce travail trouve un écho dans l’ouvrage d’Ivan Jablonka sur l’intégration des jeunes, publié en 2010 sous le titre Les enfants de la République. L’intégration des jeunes de 1789 à nos jours, qui a reparu en format poche à l’été 2013 sous le titre L’intégration des jeunes. Un modèle français (XVIIIe-XXIe siècle). Si Jablonka souligne le rôle social croissant joué par l’État dans la prise en charge des enfants à partir du 19e siècle alors que le modèle familial nucléaire tend à se généraliser à partir du Nord de la France, c’est le rapport spécifique entretenu par l’État à ce que Jablonka nomme « les enfants de la loi » qui fait l’objet de son étude. Celle-ci couvre une longue période, depuis les Lumières et leurs prolongements révolutionnaires jusqu’aux diverses modalités de gestion des minorités post-coloniales mises en œuvre par les gouvernements français de l’après-Guerre aux années 2010.

Prenant à rebours le présupposé républicain d’un antagonisme entre éducation familiale et instruction publique qui serait étendu à l’ensemble des enfants et prendrait en tous lieux les mêmes modalités, Jablonka met en évidence la distinction opérée par les puissances publiques et dans les  politiques éducatives entre les enfants des classes aisées, qui peuvent demeurer des enfants de leurs familles, et les enfants appelés à être pris en charge directement par l’État en raison de la défaillance de leurs parents : orphelins, enfants d’indigents, délinquants, enfants « issus de l’immigration ». Jablonka détaille l’histoire des dispositifs coercitifs spécifiques employés pour corriger, redresser, civiliser ou intégrer ces « enfants de la loi », des maisons de correction au placement dans des familles rurales et aux opérations « Anti-été chaud » des années 1980.

L’école publique joue également un rôle central dans cette entreprise d’émancipation par rapport au milieu ou aux conditions d’origine, caractérisées comme néfaste, par l’entremise de la loi républicaine. La Convention, qui débat et décide de la mise en place d’un système d’éducation nationale en 1793-1794, y voit le véhicule de l’universel arrachant les enfants aux singularités de leurs familles et aux préjugés de la sphère privée. Ce sont cependant les « mal nés » ou « mal éduqués » qui font l’objet de l’attention des autorités publiques.

La même logique est à l’œuvre dans la partie que Jablonka consacre à « la francisation des minorités post-coloniales ». Dans les années 1970, un « droit à la différence » prévaut dans le traitement de ces minorités, que Jablonka attribue à la perspective tracée par les gouvernements d’un retour de ces populations dans leur pays de départ. Il n’en reste pas moins que les spécificités et pratiques culturelles de ces minorités sont mises en évidence et promues, notamment à l’école ou l’enseignement des langues minoritaires et en langue minoritaire est défendu.

Un tournant s’opère dans les années 1980, période également analysée par Abdellali Hajjat et Marwan Mohammed comme centrale dans la construction du « problème musulman ». Il apparaît désormais que des populations racisées, africaines et nord africaines, sont installées durablement en France. Celles-ci manifestent publiquement et visiblement leur présence sous la forme de grèves ouvrières, de marches de protestation contre la discrimination, cependant que la presse monte en épingle des « émeutes » dans les quartiers populaires des grandes villes. Les élites soutiennent désormais un programme républicain d’ « intégration » à l’égard des enfants des minorités post-coloniales, qui a pour présupposé leur stigmatisation et leur exclusion du corps social républicain. C’est ainsi que Jablonka comprend l’émergence en 1989 de la question dite du « foulard islamique » ou du « voile », lorsque des enseignants, des partis politiques et des intellectuels de gauche comme de droite se mobilisent pour défendre la promotion, à l’école, de l’universel républicain contre ce qui est analysé comme l’emprise d’un milieu familial rétrograde et étranger aux valeurs de la république.

De ce point de vue, les décrets et les lois encadrant le port de signes religieux dans les établissements publics d’enseignements peuvent être compris comme des éléments d’un dispositif plus large reposant sur une logique idéologique d’étrangéisation des minorités post-coloniales, et sur une logique pratique de soumission des enfants de ces minorités à des programmes d’intégration/francisation.

Bibliographie

  • Abdellali Hajjat et Marwan Mohammed, 2013, Islamophobie. Comment les élites françaises fabriquent le « problème musulman », Paris, La Découverte.
  • Ivan Jablonka, 2010, Les enfants de la République. L’intégration des jeunes de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, Coll. « L’Univers historique ».
  • Ivan Jablonka, 2013, L’intégration des jeunes. Un modèle français (XVIIIe-XXIe siècle), Paris, Seuil, Coll. « Points ».
  • Elsa Roland, 2013, « Rendre l’école obligatoire : une opération de défense sociale ? Les sciences de l’éducation entre pédagogisation et médicalisation », Tracés, n° 25, p. 25-43.

Marc Lenormand

Maître de conférences en civilisation britannique à l'Université Paul-Valéry Montpellier 3, équipe EMMA. Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts

Marc Lenormand

Maître de conférences en civilisation britannique à l'Université Paul-Valéry Montpellier 3, équipe EMMA. Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *